Journée d’étude – La Tabula de la bibliothèque commune du collège de Sorbonne (milieu du XVIᵉ siècle)

Lundi 19 juin 2017 de 09 h 30 à 17 h 00
École des chartes, 65, rue de Richelieu, Paris 2e (salle Léopold-Delisle)

Renseignements : Gilbert Fournier (gilantfournier@gmail.com), Christine Bénévent (christine.benevent@enc-sorbonne.fr)

S’inscrire : ici

capture_28

Argumentaire :

En 2011, deux exemplaires d’un catalogue de la bibliothèque commune du collège de Sorbonne ont pu être mis au jour. Constituée de 27 rubriques regroupées dans 7 sections qui épousent dans leurs grandes lignes l’ordre des facultés de l’université de Paris et annoncent celui qui prévaudra à l’époque moderne, la Tabula in vniversum indicans libros singularum disciplinarum recense près de 1600 volumes aussi bien manuscrits qu’imprimés. Divers indices tant internes qu’externes permettent de dater le catalogue du milieu du XVIe siècle. À l’échelle des ressources documentaires du collège de Sorbonne, que l’on qualifie à juste titre d’exceptionnelles, la Tabula occupe une place de choix. En effet, elle apparaît à une époque de relative disette documentaire. Les registres de prêt sont laconiques, le registre des délibérations n’évoque que de loin en loin la vie des livres (le soin des livres, les horaires et les clés de la bibliothèque, les legs, etc.) et les « mentions hors la teneur » se font de plus en plus rares dans les volumes en provenance du collège. En conséquence, la Tabula jette une lumière crue sur la bibliothèque de présence et de référence de l’établissement qui est sortie de terre dans les années 1480. Plus généralement, la Tabula représente le plus ancien catalogue imprimé d’une bibliothèque institutionnelle en Europe connu à ce jour. Elle devance de plusieurs décennies le catalogue de la bibliothèque de l’université de Leyde, le fameux Nomenclator de Petrus Bertius (1595), et le plus ancien catalogue imprimé tout court, le catalogue de la bibliothèque personnelle du médecin augsbourgeois Jeremias Mertz (Martius), issu des presses de Michael Manger en 1572.

Un nouvel objet appelle toujours de nouvelles approches, a fortiori lorsque cet objet est complexe. Dans le cadre du projet « Sorbonne » financé par l’équipement d’excellence Biblissima, il a paru d’emblée essentiel à Gilbert Fournier d’associer des médiévistes et des modernistes, des chercheurs et des bibliothécaires afin de rendre compte des diverses dimensions impliquées dans le catalogue de la bibliothèque commune du collège de Sorbonne. La journée d’étude présente l’état des connaissances et quelques-uns des principaux enjeux relatifs à la Tabula in vniversum indicans libros singularum disciplinarum. Elle constitue aussi une étape dans un projet qui aboutira en 2018 à la publication d’une édition, avec identification des auteurs, des œuvres et des livres conservés, et d’une monographie, centrée sur l’histoire de la Tabula, ses témoins, sa postérité et son contenu.

Programme :

Matinée ouverte au public (salle Delisle)

9 h 30 : accueil des participants
10 h : mot d’accueil par Patrick Arabeyre (ENC) et François Bougard (IRHT)
Introduction par Gilbert Fournier (IRHT)
Gilbert Fournier (IRHT) : « Bruit et fureur de la bibliothèque commune du collège de Sorbonne (1480-1580) »
Yann Sordet (Bibliothèque Mazarine) : « L’imprimeur du catalogue tabulaire de la Sorbonne : une enquête de bibliographie matérielle »
Christine Bénévent (ENC) : « L’identification des témoins : un état des lieux »

Après-midi (salle des conseils) 14 h – 17 h

Séminaire du groupe de travail réuni autour de la Tabula : bilan et perspectives.

Avec la participation de Thierry Amalou (université Paris-I), Claire Angotti (université de Reims Champagne-Ardennes), Patrick Arabeyre (ENC), Marie Barral-Baron (université de Besançon), Christine Bénévent (ENC), Jérémy Delmulle (KU Leuven / IRHT), Gilbert Fournier (IRHT), Martine Furno (université Grenoble-Alpes), Judith Kogel (IRHT), Alissar Lévy (ENC), Laure Miolo (université Lyon 2), Isabelle Pantin (ENS Ulm), Francesco Siri (IRHT/BnF), Yann Sordet (Bibliothèque Mazarine).

Source : École nationale des chartes

A propos RMBLF

Réseau des médiévistes belges de langue française
Cet article a été publié dans Conférences. Ajoutez ce permalien à vos favoris.