Exposition – (E)mouvoir : fastes et apparats du XVe au XIXe siècle

Curiosité, surprise, émerveillement, stupeur… : à partir du 21 février prochain, cérémonies et solennités spectaculaires du XVIe au XIXe siècle s’invitent au Musée Wittert. Décors éphémères, chars de triomphe, cortèges seront au rendez-vous. Le défi : faire comprendre aux visiteurs les enjeux et puissants effets de tels dispositifs spectaculaires. Les pièces réunies pour l’occasion – toutes témoignant des richesses patrimoniales de l’ULiège – rappellent en effet combien ces fastueux apparats devaient éveiller les sens et ravir les esprits : en un mot, émouvoir.

emouvoir

Le visiteur, accueilli par une imposante tête de cheval de l’ancien Institut de Médecine vétérinaire (Cureghem), découvrira des gravures destinées à façonner le souvenir idéal de ces solennités. Monumentales (jusqu’à un mètre de haut !) ou s’étirant dans de longues frises (jusqu’à trois mètres de long !), ces gravures – qui proviennent des collections du Musée Wittert –  formaient de véritables « fêtes de papier ». Des livres anciens, issus des fonds patrimoniaux de l’ULiège Library, révèleront combien savoirs et techniques étaient nécessaires à la conception et à la réalisation des décors qui eux-mêmes servaient de laboratoires pour tester de nouvelles idées et de nouveaux procédés.

Estampes, livres et dessins anciens côtoieront par ailleurs des objets venus de différents départements et centres de l’ULiège : une  bannière de procession, un canon portatif ainsi qu’une large collection de minéraux précieux qui, vrais ou en toc, venaient s’ajouter aux parures et décors pour les faire resplendir de mille feux.

Mais le regard ne sera pas le seul à être sollicité… Les autres sens seront aussi titillés : chacun pourra ainsi se replonger dans l’atmosphère olfactive de ces fêtes grâce à un jeu des odeurs.

Et pour guider chacun vers le Musée Wittert, un obélisque s’élèvera dans le hall principal : sa pointe indiquera, par un montage savamment orchestré par les étudiants de la section Architecture d’intérieure de l’ESA Saint-Luc, le chemin vers ces lieux où se rencontrent savoir, mémoire et émotion.

Cette exposition est l’occasion de présenter au grand public les principaux résultats d’un projet interuniversitaire et interdisciplinaire sur les Cultures du Spectacle Baroque qu’ont porté Annick Delfosse (ULiège-Transitions) et Ralph Dekoninck (UCL), avec Rosa De Marco (ULiège-Transitions) et Caroline Heering (UCL). Ce projet a été prolongé à l’ULiège par le Projet de Recherches (PDR) Sacer horror : l’expérience du merveilleux au cœur des récits de fête (F.R.S-FNRS).

Cette exposition est également le résultat d’une étroite collaboration entre l’U.R. Transitions (Annick Delfosse, Rosa De Marco et Aurore Drécourt) et le Musée Wittert, avec la collaboration du Laboratoire de Minéralogie, du Département de Chimie, de l’ULiège Library, du Centre d’Histoire des Sciences et des Techniques, de l’Embarcadère du Savoir, de la Maison de la Métallurgie  ainsi que de l’équipe de Réjouisciences.

Informations pratiques :

Du 22 février au 29 mai

Musée Wittert
place du 20-Août 7 (entrée par la cour centrale)
4000 Liège

Lu-Ve : 10h-16h30 ; Sa 10h-13h
Entrée libre

Source : Université de Liège

Publié dans Exposition

Publication – « Enclosed Gardens of Mechelen. Late Medieval Paradise Gardens Revealed », éd. Lieve Watteeuw et Hannah Iterbeke

During the Late Middle Ages a unique type of ‘mixed media’ recycled and remnant art arose in houses of religious women in the Low Countries: enclosed gardens. They date from the time of Emperor Charles V and are unique examples of ‘anonymous’ female art, devotion and spirituality. A hortus conclusus (or enclosed garden) represents an ideal, paradisiacal world. Enclosed Gardens are retables, sometimes with painted side panels, the central section filled not only with narrative sculpture, but also with all sorts of trinkets and hand-worked textiles.Adornments include relics, wax medallions, gemstones set in silver, pilgrimage souvenirs, parchment banderoles, flowers made from textiles with silk thread, semi-precious stones, pearls and quilling (a decorative technique using rolled paper). The ensemble is an impressive and one-of-a-kind display and presents as an intoxicating garden.

Mechelen

The sixteenth-century horti conclusi of the Mechelen Hospital sisters are recognized Masterpieces and are extremely rare, not alone at a Belgian but even at a global level. They are of international significance as they provide evidence of devotion and spirituality in convent communities in the Southern Netherlands in the sixteenth century. They are an extraordinary tangible expression of a devotional tradition.

The highly individual visual language of the enclosed gardens contributes to our understanding of what life was like in cloistered communities. They testify to a cultural identity closely linked with mystical traditions allowing us to enter a lost world very much part of the culture of the Southern Netherlands.

This book is the first full survey of the enclosed gardens and is the result of year-long academic research.

Lieve Watteeuw (illuminare) is lecturing in the Art History and the History Department at KU Leuven (Technology and Laboratory Methods, Illuminated Manuscripts & Codicology) and is library heritage researcher in the Faculty of Theology.

Hannah Iterbeke is currently working as a Collection Manager at the Museum Hof van Busleyden (Mechelen, Belgium).

Informations pratiques :

Enclosed Gardens of Mechelen. Late Medieval Paradise Gardens Revealed, éd. Lieve Watteeuw et Hannah Iterbeke, Amsterdam, Amsterdam University Press, 2018. 288 p., 29.1 x 24.2 cm. ISBN : 9789463720724. Prix : 119,95 euros.

Source : Amsterdam University Press

Publié dans Publications

Offre d’emploi – Professorship Digital Humanities – Cambridge

The Board of Electors to the Professorship of Digital Humanities invite applications for this Professorship from persons whose work falls within the general field of Digital Humanities to take up appointment on 1 September 2019 or as soon as possible thereafter.

Cambridge - Logo

Candidates will have an outstanding record of international stature in research in or related to the Digital Humanities, as well as the vision, leadership, experience and enthusiasm to build on current strengths in the field at the University of Cambridge. They will hold a PhD or equivalent postgraduate qualification.

The postholder’s primary responsibility is to provide academic and intellectual leadership for and high-level strategic input into the University’s work in the field of Digital Humanities (www.cdh.cam.ac.uk). Additional professorial duties include research and teaching. The Professor will be based in Cambridge. A competitive salary will be offered.

Further information is available at www.hr.admin.cam.ac.uk/professorships, or contact Human Resources, University Offices, The Old Schools, Cambridge CB2 1TT, UK (email: ibise@admin.cam.ac.uk).

Source : University of Cambridge

Publié dans Offre d'emploi

Offre d’emploi – Contrats doctoraux, Henri Pirenne Institute for Medieval Studies (Gand)

Prof. Jan Dumolyn, HPIMS promoter, is looking for two PhD researchers in medieval studies.

Prof. Jan Dumolyn, an HPIMS promoter and staff member at Ghent University’s History Department, is looking for two PhD students (full time, 4 years).

HPIMS

1 position (full time, 4 years) within the Concerted Research Action project ‘High Tide – Low Tide. Bruges’ late-medieval harbour system as a maritime cultural landscape ‘ (PI’s: Wim De Clercq, Stephen Louweye and Jan Dumolyn). This interdisciplinary project is funded by the Special Research Fund of Ghent University. It combines archaeological, geological and historical research into the genesis and evolution of Bruges’ commercial landscape and harbour infrastructure.

The current position is for the historical part of the project, specifically on the import of bulk goods in medieval Flanders for the artisanal industry and food supply in the County’s urban centres.

Requirements: good knowledge of paleography, medieval archival documents, Middle Dutch, Middle French and Medieval Latin. Proficiency in English and at least a passive knowledge of modern French and German). Proficiency in historical research methodology.

1 position (full time, 4 years) for the FWO Fundamental Research Project ‘Litigation strategies and the law of commerce in later medieval Bruges’ (promoter: Jan Dumolyn, co-promoter: Dave De Ruysscher – Free University Brussels). The PhD student will specifically conduct research into late medieval commercial law in Bruges (urban and comital case law).

Requirements: good knowledge of paleography, medieval archival documents, Middle Dutch, Middle French and Medieval Latin. Proficiency in English and at least a passive knowledge of modern French and German). Proficiency in historical research methodology. Knowledge of medieval institutional or legal history is a plus.

For both positions candidates need to have obtained a MA degree in a relevant field of study. However, MA students on the verge of graduating can also apply. Apply by May 1st 2019, by sending a CV, motivation letter, copies of diplomas and annexes to Prof. Jan Dumolyn.

Candidates will be informed by August 1st 2019. For further info, please contact PI Prof. Jan Dumolyn

Source : Henri Pirenne Institute for Medieval Studies

Publié dans Offre d'emploi

Séminaire – Printemps des Poètes Découvrir, choisir et mettre en musique les poèmes du Moyen Âge, du XIXe au XXe siècle

Dans la lignée des études sur les recueils lyriques médiévaux manuscrits et imprimés, le séminaire sera l’occasion cette année de s’interroger sur la redécouverte de la poésie de la fin du Moyen Âge par les éditeurs du XIXesiècle et les musicologues du XXe siècle. De la première édition des Poésies morales et historiques d’Eustache Deschampspar Crapelet en 1832, à l’anthologie Chansons du XVe siècle publiée par Gaston Paris en 1875, se constitue un corpus de textes jugés dignes de l’attention des chercheurs pendant que la philologie romane devient une discipline scientifique. Selon Nathalie Clot, auteur d’une thèse sur Éditer la littérature médiévale en France dans la première moitié du XIXesiècle : éditeurs et éditions en « empirie »,« Si les éditions de textes n’ont eu aucune influence ou presque sur les écrivains romantiques qui ne les lisaient pas et en savaient au mieux ce qu’en disaient les comptes-rendus de Jubinal dans La Quotidienne, la sensibilité de l’époque a sans doute été pour beaucoup dans le tropisme qui a poussé une cinquantaine d’hommes vers les bibliothèques à la recherche des anciens manuscrits ».Nous nous proposons d’étudier cette diffusion des « vrais » textes médiévaux, qui ne sont ni des faux, ni des pastiches, ni des créations nouvelles inspirées d’un Moyen Âge plus ou moins fantaisiste. Quel a été le travail des premiers éditeurs scientifiques de poésie médiévale ? Comment les musiciens du XXe siècle ont-ils eux-mêmes reconstitué la mise en musique de cette poésie ?

Le séminaire a lieu le vendredi de 10h à 12h à la Maison de la recherche rue Serpente.

Capture d’écran 2019-02-05 à 15.23.20

Programme :

Vendredi 22 février (salle 116)
Mireille Demaules
« La ballade à la fin du XIXe siècle, quelques exemples dans le sillage de Théodore de Banville »

Vendredi 15 mars (salle 421)
Florence Gétreau
« Geneviève Thibault de Chambure (1902-1975) : ses travaux sur ‘Poésie et musique de 1450 à 1550’, ses collections musicales, ses concerts de musique ancienne »

Vendredi 5 avril (salle 116)
Jacqueline Cerquiglini-Toulet, Thierry Lassabatère et Clotilde Dauphant
« Crapelet, éditeur de Deschamps »

Vendredi 19 avril (salle 116)
Isabelle Ragnard
« Les sources éditoriales du XIXe siècle des ‘véritables’ chansons médiévales enregistrées dans la première moitié du XXe siècle »

Vendredi 17 mai (salle 116)
Françoise Vielliard
« Entre antiquaires de province et soutien institutionnel : les débuts du commerce d’édition de la littérature française du Moyen Âge (premier XIXe siècle) »

Source : Conjointures

Publié dans Séminaire

Publication – Gui de Bourgogne, « Chanson de geste du XIIIe siècle », éditée par Françoise E. Denis et William W. Kibler

Gui de Bourgogne suit dans leurs aventures en Espagne les fils des douze pairs, partis à la recherche de Charlemagne et son armée, retenus là-bas depuis plus de vingt-cinq ans. Incognito, ils font la conquête de plusieurs villes tenues par les Sarrasins, que leurs aînés n’ont pas pu prendre, avant de se faire reconnaître et se diriger tous ensemble vers Roncevaux.

La chanson complète est préservée dans deux manuscrits du XIIIe siècle, relativement distincts l’un de l’autre et conservés à Londres et à Tours. La présente édition offre leurs textes en face à face et ajoute en appendices celui de ses deux fragments connus (Sées et Darmstadt). Cette disposition permet aux spécialistes de comparer avec facilité les différentes versions préservées et offre aussi la possibilité d’étudier les deux dialectes littéraires les plus importants de l’ancien français : le franco-picard (Tours) et l’anglo-normand (Londres).

Quasiment inconnu jusqu’à nos jours, sauf par les spécialistes, Gui de Bourgogne ne manquera pas de plaire aux lecteurs par son originalité, ses aventures pittoresques, ses combats acharnés, et son humour piquant.

book-08534932

Françoise E. Denis, professeur associé émérite (Macalester College, Saint Paul, Minnesota) a publié un livre et plusieurs articles concernant les épopées médiévales de Raoul de Cambrai et Gui de Bourgogne.

William W. Kibler, professeur émérite de l’Université du Texas (Austin), a publié une Introduction à l’ancien français (MLA, 1984) ainsi que de nombreuses éditions et traductions de textes médiévaux, la plupart en collaboration. Nous signalons, entre autres, Lion de Bourges, poème épique du XIVe siècle (Droz, 1980), Huon de Bordeaux (Champion classiques, 2003), Raoul de Cambrai, chanson de geste du XIIe siècle (Lettres gothiques, 1996), et la traduction intégrale de l’oeuvre de Chrétien de Troyes en anglais (Penguin Books, 1991). Il est aussi l’auteur de nombreux travaux sur la littérature française médiévale.

Informations pratiques :

Gui de Bourgogne, Chanson de geste du XIIIe siècle, éditée par Françoise E. Denis et William W. Kibler, Paris, Honoré Champion, 2019 (Classiques Français du Moyen Âge, 187). 498 pages, broché. ISBN : 9782745349323. Prix : 35 euros.

Source : Honoré Champion

Publié dans Publications

Appel à contribution – La famille au Moyen Âge entre normes et pratiques

Journées d’étude des doctorants du CIHAM

24 et 25 octobre 2019

Ces journées d’étude auront pour ambition d’aborder le thème de la famille dans les sociétés médiévales chrétiennes et musulmanes. Elles porteront sur les décalages qui pouvaient exister à une même époque et dans un espace donné entre les normes et les pratiques associées à la famille. En effet, les modèles normatifs – qu’il s’agisse de règles contraignantes ou de prescriptions morales – établissent une définition dominante du groupe familial qui ne se recoupe pas forcément avec les réalités observées dans les actes de la pratique ou les représentations véhiculées par les sources littéraires.

Incluant tout type de normes, juridiques, morales, religieuses, on se posera la question du rôle de la pratique dans l’élaboration des modèles normatifs familiaux. Dans la sphère juridique, par exemple, l’étude de l’émergence de nouvelles règles à travers l’évolution de la jurisprudence ou la diffusion du droit romain et la confrontation avec d’autres pratiques, pourra montrer comment ces modèles se recomposent. Plus largement on questionnera les mutations des règles morales et religieuses en rapport avec la pratique, comme l’assouplissement de la définition de l’inceste par l’Eglise en réponse à l’endogamie de la haute noblesse.

Le décalage entre normes et pratiques pourra également être étudié à travers les productions culturelles, qu’elles soient littéraires, iconographiques ou emblématiques. On s’intéressera particulièrement à la production littéraire ou artistique, qui peut aussi bien renforcer et fonder un cadre prescriptif que le remettre en cause. Comment les auteurs jouent-ils avec la vision de l’inceste, de la bâtardise, ou au contraire entérinent-t-ils des modèles familiaux plus traditionnels ? Il sera pertinent de rendre compte des diverses modalités de représentation de la famille dans ses rapports avec les normes lorsqu’ils sont, par exemple, moteurs de l’intrigue et ressorts du tragique ou du comique. Plus largement, nous invitons les participants à se pencher sur la représentation de l’affiliation familiale par les systèmes de signes, qu’il s’agisse des enluminures, de la peinture, mais aussi de la généalogie, de l’héraldique ou de l’emblématique. Cela peut permettre de mesurer le conformisme ou l’originalité de la représentation de la famille par elle-même.

L’étude des sources matérielles – architecturales et archéologiques – sera l’occasion d’illustrer un autre aspect des pratiques familiales. Par exemple, les traces de l’organisation spatiale et symbolique de l’habitat ou bien celle des sépultures peuvent renseigner sur l’écart entre les normes et les modes de vie.

Cette discordance permet également d’aborder la famille comme une construction culturelle plurielle, et place au centre de l’analyse les acteurs en questionnant le rapport à la norme conçu comme générateur de stratégies. Ainsi, un des axes principaux de réflexion ouvert par ces journées d’étude sera centré sur la manière dont les individus ou les groupes familiaux appréhendent, interprètent ou contournent les règles morales, religieuses ou juridiques. On pourra examiner comment les stratégies matrimoniales ou successorales entrent en conflit avec les normes les plus répandues telles que les règles d’héritage, la prohibition de l’inceste ou bien la définition d’une parenté légitime (qui suppose a contrario d’interroger la place de la parenté naturelle ou filiation illégitime dans la famille médiévale).

Enfin, seront éminemment appréciées les propositions de communication analysant l’évolution des pratiques familiales dans le contexte d’une pluralité de modèles normatifs, notamment dans les aires de contacts religieux et culturels, par exemple les aires de contact entre l’islam et la chrétienté.

Les propositions de communication, d’une page maximum (résumé et titre de la présentation), accompagnées de renseignements pratiques (statut, situation institutionnelle, domaine de recherche) sont à envoyer au format PDF avant le 3 mai 2019 à l’adresse suivante : cihamjournees@gmail.com.

Organisation : Ronan Capron, Romain Chevalier, Prunelle Deleville, Jérémy Engler, Thomas Girard.

Comité scientifique : Jean-Louis Gaulin, Xavier Hélary, Marylène Possamaï-Perez.

Publié dans Appel à contributions