Appel à contribution – Early Modern Discourses on Europe: Representations of Community and Common Identity (1450–1750)

Conference hosted by the Ludwig Boltzmann Institute for Neo-Latin Studies in Innsbruck
Thursday, November 30th–Saturday, December 2nd 2017

Organised by: Nicolas Detering (Freiburg i. Br.), Clementina Marsico (Innsbruck), Isabella Walser (Innsbruck)

Starting in the post-war decades of the 20th century, the history, the concept, and the identity of Europe as a geographical, cultural, political, religious, and ideological entity has become a popular field of investigation in many different disciplines. Historians, political scientists, and philologists have come to examine the meaning of Europe in the face of contemporary developments and problems, which the European integration is facing. Their research shows that while ancient and medieval writers may have already ‘sensed’ some sort of European identity, a proper discourse on the continent’s political significance, cultural meaning, historical fate and contemporary crisis – based, for example, on the use of a shared vocabulary (the term ‘Europe’ among it) and of specific rhetorical strategies (like the personification of Europe) –, only evolved during the 15th and 16th century and proliferated in the 17th and 18th century.

But even though the existing studies have shed some light on the concept of Europe in the works of ‘great thinkers’ like Piccolomini, Richelieu, or Leibniz, its wide distribution across languages and genres, as well as its influence on the actual shaping of Europe in political, cultural and other related aspects have only recently received more attention. This holds especially true for texts written in Neo-Latin, as is shown by the project entitled Europe and European Identity in Neo-Latin Literature conducted at the Ludwig Boltzmann Institute for Neo-Latin studies in Innsbruck, the organiser of this conference.

This project attempts for the first time to take into consideration the vast amount of Neo-Latin literature processing the discourse on Europe and European identity, for most of what we know so far about the early modern process of the formation of Europe relies almost exclusively on vernacular sources. The dispersion of discourses on Europe across the continent – be it in Latin or in the vernaculars –, however, is difficult to grasp, since they are not restricted to one specific genre. In fact, the discourses span a variety of text types, such as political treatises, poems, novels, commentaries, periodic journals, grammar books, private letters etc. The early modern discourses of Europe rely on an immense communicative network, the contours of which are challenging to decipher.

Conference aim and research questions

To this end, the conference will dive into the early modern days of the notion of Europe. Assuming that discourses on Europe tend to transcend linguistic, historic, and generic boundaries, we invite participants from different fields to examine vernacular and Latin negotiations of Europe from the late 15th to the early 18th century. This multi-angled approach will serve to identify both similarities and differences in the constructions of Europe within its different national and cultural communities. Comparing the results from Neo-Latin studies with the findings of other disciplines, the conference’s main purpose is to investigate the discursive representations of Europe from a contrastive and interdisciplinary pan-European perspective: papers should concern questions of how the term Europe was defined and evaluated, which concepts were attached to Europe, and in which way texts were trying to create or propagate a common European identity in the various languages, disciplines and genres of Early Modernity.

Accordingly, papers regarding the following topics are particularly (but not exclusively) welcome:

  • ideas, definitions, interpretations as well as discourses on Europe in texts and media of any given genre (e.g. the geographical concept; the religious idea of Christianitas; the intellectual notion of the res publica litteraria; the cultural image of Europe as the heir of values derived from the ancient past; the political concept of a ‘balance of power’);
  • the ‘rhetorics’ of Europe, i.e. in which way discourses on Europe are performed and promoted, which metaphors and narratives are employed to describe Europe or to convey the interactions between Europe and its parts (e.g. eroticism of lovers and rivals in allegories);
  • the interplay between language and identity, i.e. the role language plays ideologically and politically in shaping identity in connection with the notion of Europe (e.g. Latinitas against the vernaculars);
  • relationships between nations and Europe, i.e. the way texts sharpen national identities with regard to the supra-national (e.g. Europe as a plurality of nations following the principle of unity in diversity).

Practicalities

We welcome papers of a maximum of 30 minutes length. Each paper will be followed by ca. 10 minutes of discussion. English will serve as the main conference language. The publication of the papers in a collective conference volume is planned for 2018, the deadline for article submission will be April 30th 2018.

To submit a proposal, please send an abstract of your paper (max. 150 words) and a brief curriculum vitae (max. half a page) to isabella.walser@neolatin.lbg.ac.at or clementina.marsico@neolatin.lbg.ac.at before April 30th 2017.

The Ludwig Boltzmann Institute for Neo-Latin Studies will reimburse the travel expenses and compensate for the conference hotel in Innsbruck, max. three nights (arrival Wednesday 29th, departure Saturday, December 2nd 2017). Further information about the conference can be found at http://neolatin.lbg.ac.at.

Source : The Renaissance Society of America

Publié dans Appel à contributions

Appel à contribution – Conversion religieuse et espace politique. Nouveaux angles d’approche (Antiquité – époque moderne)

Université Paris-Est Créteil
24-26 janvier 2018

Depuis 2014, le programme POCRAM travaille sur les variations du regard et de l’attitude du pouvoir politique face aux conversions religieuses de la fin de l’Antiquité à la fin du XVIIe siècle. La double originalité de cette démarche, placer le politique au centre de l’observation de la conversion et travailler sur la longue durée, a permis de confirmer que les attitudes du pouvoir politique face au changement religieux sont un angle d’approche privilégié pour mieux comprendre la place de la religion dans les sociétés, et questionner la notion même de religion.

Le colloque de 2018 est l’aboutissement de ce programme. Inspiré par les questionnements qui ont émergé de nos travaux précédents, conservant la perspective de la longue durée, il élargit les terrains d’enquête, ajoutant à la rencontre des trois grands monothéismes d’autres configurations habituellement moins travaillées et des horizons géographiques et culturels plus larges.

Le colloque prendra en compte aussi bien les dynamiques de conversion globale impulsée par une minorité en situation de domination politique (conversion de l’Empire romain, conversion des royaumes par leur prince, première expansion de l’islam, politiques de conversion liées à l’expansion coloniale), que les relations entre pouvoir politique et minorités religieuses (construction des États confessionnels modernes, gestion de la pluralité religieuse dans un cadre impérial).

Dans ce cadre, vous êtes invités à proposer une communication traitant des relations entre conversion religieuse et espace politique, privilégiant les angles d’approche de conversion et construction politique ou conversion et espaces, sur l’une des questions suivantes :

  • La conversion comme rupture identitaire
  • Fixité/fluidité des appartenances : conversion et ethnicité
  • Conformité des comportements/sincérité de la conversion
  • Populations ou groupes-cibles des entreprises de conversion
  • Procédures et rites de conversion dans l’espace politique

Modalités de soumission

Les communications (25 mn.) pourront être présentées en français ou en anglais. La langue de publication sera l’anglais.

Les propositions (1 p.) doivent être envoyées, accompagnées de vos coordonnées et rattachement institutionnel, à pocram.anr@gmail.com avant le 15 avril 2017.

Pour en savoir plus : https://pocram.hypotheses.org/
Organisation scientifique

Isabelle Poutrin,
Claire Sotinel

Informations et contacts : pocram.anr@gmail.com

Source : Calenda

Publié dans Appel à contributions

Publication – Joseph Morsel, « Noblesse, parenté et reproduction sociale à la fin du Moyen Âge »

Alors que la noblesse médiévale se définit en premier lieu comme une formation sociale durablement dominante mais qui, à la différence de l’Église, reproduit cette domination de manière charnelle, héréditairement, il est nécessaire de prendre en compte les rapports de parenté dès lors qu’on se préoccupe de comprendre la reproduction durable du pouvoir de cette noblesse. La chose est d’autant plus nécessaire que nos connaissances restent à ce propos mal assurées, notamment faute de travaux suffisants. Si cet ouvrage part d’une analyse de la noblesse allemande à la fin du Moyen Âge, la réflexion et les questions soulevées dans cet ouvrage sont d’ordre général pour l’aristocratie laïque en Europe à la fin du Moyen Âge.

image005

L’ouvrage est organisé en deux parties : la première concerne essentiellement la question de la sociogenèse (production sociale) de la « maison » noble, c’est-à-dire la reproduction de l’enracinement seigneurial du groupe nobiliaire, par des pratiques anthroponymiques, symboliques, langagières et juridiques (matrimoniales et successorales) qui inscrivent cette catégorie, la « maison », dans un univers de référence.

La seconde partie traite de la question de la reproduction de la cohésion du groupe nobiliaire, c’est-à-dire de la manière dont, notamment par les femmes, sont articulées entre elles les « maisons ». L’auteur examine d’abord la manière dont se transforme le mode de représentation (anthroponymique, héraldique et sigillographique) des femmes mariées avant de replacer celui-ci dans l’ensemble des transformations qui touchent les discours parentaux, notamment l’élaboration d’un discours sur le mariage (et non pas la naissance, contrairement à nos représentations) comme le mode d’appartenance au groupe nobiliaire.

Les travaux de Joseph Morsel sont en grande partie inédits en français et reflètent une approche croisant recherche historique, sociologique, ethnographique et sémiotique extrêmement novatrice.

Joseph Morsel est agrégé, docteur et habilité à diriger des recherches en histoire du Moyen Âge. Il est membre du Laboratoire de médiévistique occidentale de Paris et maître de conférences à l’université Panthéon-Sorbonne.

Table des matières : ici

Informations pratiques :
Joseph Morsel, Noblesse, parenté et reproduction sociale à la fin du Moyen Âge, Paris, Picard, 2017 (Les médiévistes français, 14). 16 x 24 cm, 160 pages, broché. Prix : 29 euros. ISBN : 978-2-7084-1024-4.

Publié dans Publications

Conférence – Elisabeth Van Houts, « The role of consent in the formation of marriage in twelfth-century Europe »

Le jeudi 30 mars 2017 à 16h15, Elisabeth Van Houts (University of Cambridge, Emmanuel College) présentera une communication intitulée The role of consent in the formation of marriage in twelfth-century Europe dans le cadre du cycle annuel de séminaires-conférences organisé par le centre de recherche « Pratiques médiévales de l’écrit » (Université de Namur).

prame2016-2017

Informations pratiques :

30 mars 2017
Université de Namur, Faculté de Philosophie et Lettres, L34 (Séminaire d’Histoire)

Contact : etienne.renard@unamur.be
Entrée libre.

Source : Prame.be

Publié dans Conférences

Offre d’emploi – Medieval/Early Modern History: one postdoc position (1 + 3 years) within the ERC Starting Grant Project “STATE – Lordship and the Rise of the State in Western Europe, 1300-1600”

Deadline: 15 May 2017
Ghent University (Belgium) – Department of History

Job Description

The postdoctoral researcher will participate in an ERC-funded research project that pursues a new interpretation of state formation in Western Europe between 1300 and 1600. This period is considered as a key phase in the genesis of the modern state, as various polities now centralized fiscal and military resources under their command. While there is debate whether this was primarily a top-down process carried out by princes, or a bottom-up process carried out by popular representation, scholars tend to agree that state building was essentially a process of centralization. This assumption must be questioned, as recent studies have raised awkward questions that cannot be answered by the current paradigm.

The research hypothesis is that the emerging states of Western Europe could only acquire sufficient support among established elites if they also decentralized much of their legal authority through a process of creating or endorsing a growing number of seigneuries as “states-within-states” for the benefit of elites who in turn contributed to state building. This project will study the interplay between states and seigneurial elites in five regions – two in the Low Countries, two in France, and one in England – to test whether fiscal and military centralization was facilitated by a progressively confederal organization of government. Together, the case studies cover four key variables that shaped the relations between princes and power elites in different combinations all over Europe: 1) state formation, 2) urbanization, 3) the socio-economic organization of rural society, and 4) ideological dissent. The comparisons between the case studies are aimed at the development of an analytical framework to chart and to explain path-dependency in Europe.

The postdoctoral researcher, starting 1 September 2017, will explore secular lordship in the Netherlandish principality of Guelders and the English shire of Warwickshire. The heuristic aim is to develop a snapshot survey of seigneuries/manors and their holders of a part of each region, combining earlier scholarship with primary sources such as manorial rolls and feudal registers that are preserved in various archives (travel expenses are borne by the ERC-project). The interpretative aim is to use these case studies to engage with current theories on state formation and elite formation in Late Medieval and Early Modern Europe.

You will be based at Ghent University in the Department of History and the Pirenne Institute for Medieval Studies and be part of the research team led by prof.dr. Frederik Buylaert in close collaboration with dr. Justine Firnhaber-Baker (University of St Andrews). The other members of the team are another postdoctoral fellow (dr. Erika Graham-Goering) and two doctoral students.

Ghent University was founded in 1817 and counts approximately 40,000 students and 9,000 staff. It is consistently listed in the top 100 of the universities of Europe (see http://www.ugent.be/en).

Qualifications

The successful candidate preferably has:
– A Ph.D. in Medieval or Early Modern History or a manuscript submitted to the Ph.D. committee.
– Demonstrated experience with archival work, preferably on English or Netherlandish history (a candidate who does not have experience with either late medieval English or Netherlandish sources can start with the region that suits their research experiences, during which (s)he is expected to develop the linguistic and technical skills that are necessary to study the other case-
study).
– Demonstrated experience with qualitative and quantitative research methods, including an active
interest in comparative history.
– Demonstrated capacity for creative and independent research.
– The ability and willingness to work as a member of an international research team, including
contributions to a shared database as well as joint publications.
– Demonstrated experience in publishing at high academic standards.

Offer

We offer a postdoc-position of 1 FTE, beginning 1 September 2017. Initially, there is a one-year contract. After a positive evaluation, this contract can be extended with three more years (a total of three to four years maximum). The starting salary approximates 3,896 euros gross on a full-time basis, in concordance with the requirements of the Flemish Government.

Ghent University offers a pension scheme, a holiday allowance and end-of-year bonus. For more information, see http://www.ugent.be/en/work.

How to apply

Applications are to be sent as a pdf-file by email to prof.dr. Frederik Buylaert (email: frederik.buylaert@ugent.be). Applications must include the following elements:
– Motivation letter.
– Curriculum Vitae, including a survey of 1) language skills (active and passive); 2) experience with
archival work; and 3) PC-skills.
– A pdf-copy of the doctoral dissertation.
– A writing sample (e.g. an article or book chapter), preferably in English unless the submitted doctoral dissertation is written in English).
– Certified copies of relevant diplomas.
– Contact details of two referees (name, institutional affiliation and email address) or two letters of reference.

In the second stage of the application procedure, the selected candidates will be provided with the full project description and be asked to submit a research proposal of max. 1,500 words that will be discussed during an interview. The hiring committee consists of dr. Frederik Buylaert, dr. Justine Firnhaber-Baker and dr. Erika Graham-Goering.

Application Deadline: 15 May 2017

Additional information

Are you interested? For more information, please contact the project leader Frederik Buylaert (email: frederik.buylaert@ugent.be)

Source : Academia.edu

Publié dans Le réseau, Offre d'emploi

Colloque – Le chancel de Saint-Pierre-aux-Nonnains de Metz, problématique complexe pour un ensemble exceptionnel

Unique par son ampleur et la richesse d’inspiration de son décor, le chancel de Saint-Pierre-aux-Nonnains est une pièce majeure du musée de La Cour d’Or – Metz Métropole. Sa datation entre le VIIe et le VIIIe siècle, encore discutée, ferait de ce chancel un des plus anciens connus.

Les 38 plaques et piliers qui le composent sont sculptés d’entrelacs, de rinceaux de feuillages, de damiers ou de croix, et d’un Christ bénissant. Ils ont été découverts lors de fouilles dans l’église Saint-Pierre-aux-Nonnains, en situation de remploi : la restitution du chancel demeure donc hypothétique, et la confrontation entre les données techniques et archéologiques, peu fructueuse.

Saint-Pierre-aux-Nonnains

L’histoire prestigieuse du chancel de Saint-Pierre-aux- Nonnains justifiait l’organisation d’un colloque à Metz, dans le lieu d’origine : l’église du monastère de bénédictines élevée dans les murs d’un grand édifice civil de la seconde moitié du IVe siècle. Le premier chancel mis en place au VIIe siècle a été remanié à l’époque carolingienne, dans un contexte de réforme liturgique. L’aménagement de mobiliers dans les sanctuaires fut alors accompagné de l’émergence du chant messin appelé ensuite « grégorien ».

Récemment restauré pour la première fois de son histoire, le chancel de Saint-Pierre-aux-Nonnains va béné cier d’une nouvelle muséographie dans la salle du musée de La Cour d’Or qui lui a été consacrée en 1980.

La recherche scientifique actuelle sur les chancels permet aussi d’envisager une mise en contexte renouvelée du chancel de Saint-Pierre-aux-Nonnains, par la comparaison avec d’autres ensembles conservés du haut Moyen Âge. L’objectif est de faire connaître les travaux menés sur les clôtures de chœur : les questions liées aux dispositifs, les sources d’inspiration des décors et la fonction de ces mobiliers. En conclusion du colloque, les problèmes de datation du chancel seront le centre d’une table ronde, avec la question du rattachement stylistique d’un ensemble qui paraît se situer à la croisée de multiples influences.

Programme : ici

Informations pratiques :

Metz, église Saint-Pierre-aux-Nonnains et salle Claude Lefèvre (Arsenal – Metz en Scènes).

Contacts :
Anne Adrian, conservatrice du patrimoine, musée de La Cour d’Or – Metz Métropole, 2 rue du Haut-Poirier
57000 Metz – 03 87 20 13 27 aadrian@metzmetropole.fr

Martine Lutt, responsable administratif et nancier, musée de La Cour d’Or – Metz Métropole
2 rue du Haut-Poirier
57000 Metz – 03 87 20 13 38 mlutt@metzmetropole.fr

Comité organisateur : Anne Adrian, François Heber-Suffrin, Michèle Gaillard, Patrick Corbet, Pierre-Edouard Wagner, Catherine Guyon.

Publié dans Conférences

Appel à contribution – Espaces ecclésiastiques et seigneuries laïques. Définitions, modèles et conflits en zones d’interface (IXe-XIIIe siècle)

Atelier international de jeunes chercheurs – Institut Historique Allemand (Paris) / Laboratoire ACP (Université Paris-Est Marne-la-Vallée)

5-6 avril 2018

http://acp.u-pem.fr/rencontres/espaces-seigneuries/

Argumentaire

La distinction claire entre monde laïque et monde ecclésiastique et le concept d’espace de domination, compris comme une zone connue, délimitée et donc cartographiable, semblent aujourd’hui être des notions évidentes. Elles ne l’étaient pourtant absolument pas dans un monde médiéval où, d’une part, la réforme grégorienne a entamé, à la fin du XIe siècle, un processus de séparation des pouvoirs aristocratiques laïques et ecclésiastiques et où, d’autre part, la conception de l’espace de domination aristocratique connut une évolution très importante, du Xe au XIIIe siècle, avec un phénomène de spatialisation, puis de territorialisation, du pouvoir, ce qui permet progressivement de passer d’une cartographie faite de points à l’émergence de zones de domination plus ou moins identifiables et donc représentables graphiquement.

Ces thématiques sont au cœur de nombreuses recherches actuelles et se prêtent d’autant mieux à une recherche comparatiste entre France et Allemagne que les écoles historiographiques des deux côtés du Rhin ont une approche très différente de ces questions spatiales. À l’inverse des Français, les historiens allemands ne se sont quasiment pas, après 1945, intéressé aux problèmes spatiaux et le terme allemand de Territorialisierung, l’idée que le pouvoir des aristocrates ait pu être fondé sur un principe territorial et reposer sur certains espaces avec des frontières plus ou moins bien définies, n’est utilisé que pour décrire des phénomènes à partir du XIIIe siècle. Notre atelier entend donc croiser ces deux approches en examinant la conception et la production d’espaces ecclésiastiques et en s’intéressant aux interactions que cela suscita avec les seigneurs laïques dans le cadre géographique de l’ancien empire carolingien. Il ne s’agira pas ici de s’intéresser à l’espace intérieur au monastère, ce qui fut l’objet d’un livre récent (Monastères et espace social. Genèse et transformation d’un système de lieux dans l’Occident médiéval, éd M. Lauwers), mais bien de centrer notre étude sur les points de contacts et les zones d’interface entre espaces laïques et ecclésiastiques, en excluant le cas du ban clunisien, qui a déjà donné lieu à de nombreux travaux et en s’ouvrant également à des espaces non monastiques : diocèse, archidiaconé ou paroisse par exemple.

L’objectif sera de permettre à des jeunes chercheurs germanophones ou francophones de comparer leurs approches, cela dans une perspective résolument interdisciplinaire entre histoire, histoire du droit, histoire de l’art et archéologie.

Cet atelier entend s’articuler autour de trois angles d’approche :

  • Définitions, délimitations, représentations

On constate à partir du XIe siècle, et surtout aux XIIe et XIIIe siècles, un processus de territorialisation des pouvoirs. La période précédente avait été marquée par l’émergence de centres de pouvoirs et cette polarisation se prolongea par la constitution autour de ces lieux centraux d’espaces de mieux en mieux définis juridiquement, délimités spatialement et représentés, par des textes ou des images. Le cas exemplaire est celui de Cluny, où fut érigé autour du monastère, dans les années 1080/1095, un cercle de domination pourvu de bornes physiques, constituant un espace de paix et de juridiction exclusive, qui était lui-même entouré d’une seconde zone, celle-ci sans péages ni châteaux, garantie par la royauté. S’il s’agit de l’exemple le plus connu et le plus travaillé par l’historiographie récente, il ne faudrait cependant pas s’imaginer que l’exceptionnelle documentation clunisienne reflète une réalité unique et nous avons, au contraire, choisi de souligner l’existence de dynamiques similaires non seulement dans d’autres abbayes définissant de manière canonique une aire sacrée, mais aussi dans toutes les institutions ecclésiastiques qui ont utilisé leur seigneurie pour redéfinir leur voisinage immédiat de manière à y affirmer leur suprématie et à bien marquer leur distinction avec les seigneurs laïques. Ainsi, la formation progressive du diocèse comme territoire propre de l’évêque, possédant une logique clairement distincte de celle des territoires laïques, semble également être une réalité à partir de la deuxième moitié du XIe siècle.

Il sera important de s’intéresser non seulement à la naissance, à l’évolution et aux réalités de l’organisation de ces espaces et de leurs limites, mais aussi à la manière dont les ecclésiastiques les ont pensés.

  • Des modèles spatiaux ecclésiastiques ?

Alors que la polarisation se faisait aussi bien autour des monastères que des châteaux aux Xe et XIe siècles, le phénomène de territorialisation, compris ici comme la domination juridique d’un espace précis, semble avoir été d’abord une réalité ecclésiastique. Dans le cadre de travaux récents sur l’ancrage spatial de l’aristocratie laïque, plusieurs auteurs ont souligné le rôle pionnier joué par des évêques ou par des communautés monastiques dans l’émergence de nouvelles logiques spatiales, tandis que F. Mazel a insisté sur le fait que l’exercice de la juridiction épiscopale a inspiré sur bien des aspects les formes du gouvernement princier ou monarchique à partir du XIIe siècle. M. Lauwers a également montré que les monastères avaient été de véritables laboratoires pour la conceptualisation et la mise en pratique de nouveaux modèles spatiaux, « les premiers territoires plus ou moins strictement délimités dans l’Occident médiéval [étant] précisément des immunités monastiques ». Il sera intéressant d’étudier cette question d’un modèle ecclésiastique concernant les questions spatiales, tout en remarquant que cela put également être réciproque, certains clercs étant également influencés par des initiatives laïques.

Si cette genèse d’une territorialité ecclésiastique sera au cœur de nos travaux, il faudra cependant se garder de toute « illusion administrative et territoriale » au sujet des différentes circonscriptions ecclésiastiques, tout particulièrement en ce qui concerne le cas du diocèse.

  • Interfaces, conflits et tensions : relire les interactions entre seigneuries laïques et ecclésiastiques

Jusqu’à une période récente, les historiens ont avant tout souligné les luttes entre clercs et laïcs et opposé les lieux centraux ecclésiastiques et laïques, qui seraient, en quelque sorte, en concurrence. De fait, lorsque la documentation textuelle évoque les délimitations de ces territoires ecclésiastiques, c’est bien souvent en lien dans un contexte de conflit juridique, telle création d’un maillage plus dense de circonscriptions ecclésiastiques, tel bornage, telle visite ou telle confection d’un inventaire étant contestés par une autorité laïque et aboutissant à un processus ponctuel, et limité, de délimitation.  S’il ne s’agit pas de nier les tensions qui purent exister, il faut néanmoins reconnaître que bon nombre de ces travaux s’appuyaient sur des sources grégoriennes, que l’historiographie récente s’est attachée à déconstruire en montrant qu’elles réinterprètent les Xe et XIe siècles au prisme de conflits propres au XIIe siècles. Il faut donc nuancer l’effet de source qui découle de l’origine quasi-uniquement ecclésiastiques des documents dont nous disposons et souligner l’intrication entre seigneuries castrales et ecclésiales, les intérêts de chacune des deux parties convergeant bien plus qu’ils ne divergeaient, ce qui a été récemment souligné dans le cadre d’études sur la compétition.

Au-delà de ces conflits, il s’agira donc de relire les zones de contact séparant de manière claire, ou au contraire progressive et floue, ces deux types d’espace et de s’interroger sur la réalité de ces interfaces. Nous nous intéresserons non seulement aux délimitations de ces territoires laïques et ecclésiastiques, mais aussi aux pôles constitutifs de ces espaces et à leurs multiples interactions, cela à toutes les échelles. Comment les différentes parties jouent-elles des juxtapositions d’autorité sur un même espace ? L’inscription de nouvelles limites, ou le renforcement d’anciennes, a-t-elle créé de nouveaux types de discontinuité ou au contraire consolidé des réseaux ? Ces zones de contact suscitent-elles l’émergence d’aires présentant des caractéristiques culturelles (notamment architecturales), économiques ou politiques particulières ?

Modalités de soumission

Les contributions prendront la forme de communications de 25 minutes, en allemand ou en français. Il s’agit d’un atelier de jeunes chercheurs et ne peuvent donc postuler que des doctorants, des étudiants avancés et des chercheurs en phase de post-doctorat pour une durée maximum de 4 ans après l’obtention de leur thèse.

Les candidats doivent envoyer un résumé d’une page en allemand ou en français, accompagné d’un titre, de l’affiliation universitaire, d’un bref C.V. précisant les capacités linguistiques ainsi que des coordonnées. Merci de transmettre le résumé, avant le 30 mai 2017, aux deux adresses suivantes : tristan.martine@gmail.com ; nowak@rg.mpg.de .

La sélection des communications sera indiquée aux proposants avant le 15 juillet 2017. Les candidats retenus devront ensuite fournir la version écrite de leur communication ou mettre à jour (et préciser) leur résumé initial, dans une des langues de conférence, avant le 1er mars 2018.

Coordination scientifique

Tristan Martine (Université Paris-Est Marne-la-Vallée/ Université de Lorraine)

Jessika Nowak (Max-Planck-Institut für europäische Rechtsgeschichte, Francfort)

Comité scientifique

  1. Bührer-Thierry (Université Paris 1)
  2. Ehlers (Max-Planck-Institut für europäische Rechtsgeschichte)
  3. Giuliato (Université de Lorraine)
  4. Große (Institut Historique Allemand Paris)
  5. Margue (Université du Luxembourg)
  6. Monnet (IFRA-SHS/ EHESS)
  7. Panfili (Université Paris 1)
  8. Schneider (Université Paris-Est Marne-la-Vallée)
  9. Wilkin (Université libre de Bruxelles)
Publié dans Appel à contributions