Appel à contribution – Towards an Art History of the Parish Church, 1200-1399

The Courtauld Institute of Art
London, 2-3 June 2017

Organised by: Dr James Alexander Cameron (The Courtauld Institute of Art) and Meg Bernstein (University of California, Los Angeles/The Courtauld Institute Kress Fellow, 2015-2017)

Paul Binski, in his 1999 Studies in Iconography article, “The English Parish Church and its Art in the Later Middle Ages,” asked “how, and in what ways, we might place the imagery of the parish church at the centre of the study of medieval visual culture rather than seeing it as some unfathomable, and perhaps embarrassing, epiphenomenon of something that was ‘really’ going on elsewhere.” Though some 8,000 parish churches in England can be said to consist largely of medieval fabric, no overarching study of English medieval church architecture is available. Instead, scholarship is generally limited to descriptions of single buildings and their furnishings, and the broader historical significance of this building type has largely gone unaddressed.

Towards an Art History of the Parish Church, 1200-1399, to be held on 2-3 June, 2017 at The Courtauld Institute of Art, will gather scholars to revisit the question of the parish church and its relationship to medieval visual culture. Participants will contribute to a vibrant discussion of the Gothic parish church, its utility as an object of study, and the insights offered on the subject by diverse methodologies. In particular, the conference will prioritise ways in which scholars might think about Gothic parish churches collectively, profiting from the rapidly expanding technologies of the digital age. We are pleased to announce that Professor Paul Binski has agreed to give the closing remarks for the conference, and reflect upon how scholarship has progressed since his Studies in Iconography article.Heckington chancel

The conference draws its temporal focus from the most notable lacuna in scholarship, which concerns the introduction and flowering of Gothic architecture across the English parish church in the thirteenth and fourteenth centuries. The thirteenth century saw a broadly Gothic style replace the Romanesque across England; although this has been studied with regard to great church architecture, the mechanics of what amounts to a major stylistic shift at parish level remain largely uninvestigated. Likewise, the quantity of fourteenth-century work in parish churches further shaped the manifestation of the Gothic style, particularly in features such as sedilia which were originally developed in outside of cathedrals and great monasteries. Given the impact of the English Decorated Style on Late Gothic architectural developments across Europe, the parish church promises to illuminate art historical questions beyond the borders of England. These lacunae are in stark contrast to the smaller corpus of the Romanesque period, which has had a large amount of attention via resources such as CRSBI; and the late medieval church after 1400, which draws on greater availability of documentary evidence.

The organisers invite postgraduate, early-career and established researchers to propose papers representing a revitalised approach to the study of parish churches of the thirteenth and fourteenth centuries, and strategies for dealing with the vast amount of material evidence in tandem with a paucity of written records. They welcome contributions especially regarding architecture but also elements of sculpture, painting and glass, as well as their internal (and external) fittings and furnishings. Papers must be foremost concerned with buildings that are primarily parochial, as distinct from abbeys and cathedrals. Possible areas of inquiry include but are not limited to:

  • Big data and the understanding of artistic processes through comprehensive regional surveys and categorisation, including the use of online crowd-sourcing techniques
  • The intersection of liturgical function and architectural form, perhaps through innovative strategies such as practical re-enactment
  • Understanding architectural spaces through visual and other sensory perception
  • Aesthetics and allegory: the ’period eye’ approach to understanding medieval art through contemporary literature
  • Formal analysis, and its use in understanding the operation of architectural workshops
  • Archaeology and structural investigation
  • Interactions or distinctions between rural and urban parish churches
  • The geography and topography of the parish church in relation to its surroundings
  • The effect of funerary monuments and individual commemoration.
  • Lay sponsorship and creative involvement in parochial architecture
  • Replacement, retention or adaption of older fabric
  • Comparisons of English parochial architecture with that of the Continent

Please submit abstracts of up to 300 words, as well as a current c.v., to Dr James Alexander Cameron and Meg Bernstein at TAAHOTPC@gmail.com by December 15, 2016. There may be limited funds available to defray costs of travel for speakers. It is intended that conference transactions will be published.

For more updates on the conference, watch the page on The Courtauld website

Source : Medieval Art Research

Publié dans Appel à contributions

Bourse – « Bourses » de la Casa de Velázquez en 2017

La Casa de Velázquez propose des aides spécifiques (bourses) aux étudiants pour l’année 2017. Elles sont destinées à de jeunes artistes et à de jeunes chercheurs doctorants, sans condition de nationalité.

csm_cvz_warm_grey_8_negativo_fe72165977

Date limite de dépôt de candidature : 31 octobre 2016

Aides spécifiques pour les artistes : cliquer ici

Aides spécifiques pour les scientifiques : cliquer ici

Source : Casa de Velázquez

Publié dans Bourse

Exposition – Blood & Tears. Albrecht Bouts and the Image of the Passion

With prestigious loans from the National Gallery London, the Prado Museum and the Louvre among others, the exhibition Blood & Tears. Albrecht Bouts and the Image of the Passion brings together for the first time exceptional works from the late fifteenth and early sixteenth centuries. Organized in collaboration with the Royal Institute for Cultural Heritage in Brussels (IRPA), the exhibition first opens at the National Museum of History and Art Luxembourg October 2016 – 12 February 2017) before being presented at the Suermondt-Ludwig-Museum in Aachen (8 March 2017 – 11 June 2017).

bouts-luxemburg

Albrecht Bouts (1451/55-1549) is the son of Dirk Bouts (ca. 1415-1475), a renowned Early Netherlandish painter with a pan-European reputation. He takes over his father’s workshop in 1475 and runs it until his death in 1549. Albrecht specializes in portraits of Christ, the Holy Virgin and Saint John the Baptist for contemplation. This movement, known as Devotio Moderna, encourages the faithful to pray in private in front of devotional images to stimulate empathy. In order to satisfy a growing demand for such images, Albrecht Bout’s workshop expands into a large enterprise, producing paintings in great number. While some are based on famous prototypes by Dirk Bouts, Albrecht creates a number of successful new compositions.

For the first time, the most prestigious devotional paintings by Dirk and Albrecht Bouts and their workshop are presented together with works by great contemporary Southern Netherlandish masters such as Hans Memling, Colyn de Coter and Simon Marmion. A wide range of sculptures that echo the iconography of the paintings, a recently discovered Self Portrait by Albrecht Bouts (Brukenthal Museum, Sibiu), as well as Saint Joseph Venerating the Holy Virgin that has never been on public display, enrich the visitor’s experience. The MNHA’s important devotional diptych of a Christ Crowned with Thorns and a Mater Dolorosa, holds a prominent position among the works of the exhibition.

Informations pratiques :

7 October 2016 – 12 February 2017

Musée National d’Histoire et d’Art
Marché-aux-Poissons
L-2345 Luxembourg
Luxembourg

Source : Codart

Publié dans Exposition, Le réseau

Séminaire – Hommes, plantes et animaux : usages, mythes et représentations de la nature

À l’ère de l’« Anthropocène », des nouvelles disciplines, comme l’histoire de l’environnement, nous interrogent sur la trajectoire commune entre l’homme et les autres êtres vivants.

Du lundi 12 décembre 2016 au lundi 5 juin 2017

Lieu : École nationale des chartes

pisanellola_vision_de_saint_eustache_vers_1438-1442

Programme :

Lundi 12 décembre 2016, de 17h30 à 19h00
Jean-Michel Leniaud, Grégory Quenet, membre junior de l’Institut Universitaire de France
Introduction et présentation / Une nouvelle discipline : l’histoire de l’environnement

Lundi 16 janvier 2017, de 17h30 à 19h00
Dominique Lestel, philosophe
Penser l’homme dans la nature à l’ère de l’Anthropocène

Lundi 30 janvier 2017, de 17h30 à 19h00
Michel Pastoureau, directeur d’études à l’Éphé
L’historien face à l’animal : l’exemple du Moyen Âge

Lundi 27 février 2017, de 17h30 à 19h00
Egle Barone Visigalli, responsable de la formation continue
Hommes, plantes et animaux : pratiques et représentations en France Équinoxiale sous l’Ancien Régime

Lundi 13 mars 2017, de 17h30 à 19h00
Jean-Michel Leniaud
Société et prédation : le sacrifice par substitution et le loup-garou

Lundi 27 mars 2017, de 17h30 à 19h00
Philippe Dulac, président de la fondation Sommer
Humains et non humains dans l’univers de la chasse (chiens, hommes et chevaux)

Lundi 24 avril 2017, de 17h30 à 19h00
Charles-Éloi Vial, conservateur
Esthétiques de la vénerie, représentations et rituels

Lundi 15 mai 2017, de 17h30 à 19h00
Alice Laforêt, conservateur des bibliothèques stagiaire
L’arbre médiéval : discours savant et dimension symbolique (XIIIᵉ – XVᵉ siècle)

Lundi 29 mai 2017, de 17h30 à 19h00
Maurice Dussort, antiquaire
Vigne, vin et hommes : utilisation du tastevin

Lundi 5 juin 2017, de 17h30 à 19h00
Gabrielle de Lassus, docteur en histoire de l’art, chef du service de la scolarité
Le Sublime, la Raison et le Sentiment dans la nature

Informations pratiques :

Public :
ouvert à tous publics

Tarif : 200 €

Nos formations sont accessibles dans le cadre des plans de formation CPF et bénéficient de différents dispositifs de financement.
Contact

École nationale des chartes
service de la formation continue
65, rue de Richelieu – 75002 Paris

et

19, rue de la Sorbonne – 75005 Paris
T. +33 (0)1 55 42 21 53
formation.continue_at_enc-sorbonne.fr

Source : École nationale des chartes

Publié dans Séminaire

Journée d’étude – Le sceau princier au Moyen Age (XIIe –XIVe siècles) Une certaine image de soi ?

Le vendredi 30 septembre 2016 aura lieu à Toulouse une rencontre intitulée : « Le sceau princier au Moyen Age (XIIe –XIVe siècles) Une certaine image de soi ? », organisée par Laurent Macé (Université Toulouse Jean Jaurès).

sceau-princier-au-moyen-age

Au cours de cette journée, l’occasion sera donnée de découvrir les sources sigillographiques, documents du Moyen Age qui associent à la fois texte et image sur une surface assez réduite et sur une matière particulièrement fragile, la cire.

S’interroger sur le sceau princier peut surprendre tant la matière est abondante : sceller est un acte étroitement associé aux prérogatives des rois et des puissants. Et les fonds d’archives en ont conservé de très nombreux exemplaires. Pour autant, la plasticité physique et symbolique du sceau permet à tout détenteur du pouvoir d’entreprendre une « politique de communication » qui laisse une grande place à la souplesse et à la singularité du message proclamé. Même si certaines formes, certains codes, certains gestes sont attendus de façon légitime (l’empreinte valide le document écrit, elle a une évidente valeur probatoire), elle laisse la part belle à l’originalité de celui qui veut commander au graveur de la matrice une « certaine image de soi.

Cette présentation introductive permettra d’illustrer les récents apports d’une réflexion menée à l’université de Toulouse Jean Jaurès sur les sceaux des hommes et des femmes de l’aristocratie des temps médiévaux. Elle s’appuie sur le travail d’investigation effectué par de jeunes chercheurs, étudiants de masters en Histoire médiévale, qui livreront, de concert avec des chercheurs confirmés, résultats et interrogations sur leurs sujets d’étude. La manifestation est ouverte à tous les curieux qui veulent découvrir une approche originale de l’exercice du pouvoir à l’époque médiévale.

Programme complet : ici

Publié dans Le réseau

Publication – Peter Brown, « À travers un trou d’aiguille. La richesse, la chute de Rome et la formation du christianisme »

Jésus enseigna à ses disciples qu’il était plus facile à un chameau de passer par le trou d’une aiguille qu’à un riche d’entrer dans le royaume des cieux. Or, à l’époque de la chute de Rome, l’Église était devenue démesurément riche. À travers un trou d’aiguille est l’histoire intellectuelle et sociale du problème épineux que cette richesse posa au christianisme dans un empire en train d’imploser sous l’effet d’une crise majeure.

22510100364970l

Peter Brown, spécialiste mondial de l’Antiquité tardive, analyse, avec une humanité pleine de sagesse, les défis posés par l’argent à une institution qui épousait la vertu de pauvreté. Puisant dans les écrits d’immenses penseurs chrétiens comme Augustin, Ambroise et Jérôme, Brown examine les controverses et les changements d’attitude que provoqua l’afflux de la nouvelle richesse dans les coffres des églises. Il décrit les actes spectaculaires par lesquels de riches donateurs se dépouillèrent de leur fortune, et comment les gens ordinaires renoncèrent à leurs biens dans l’espoir de disposer d’un trésor dans le ciel. Le soin des pauvres rivalisa avec des formes de philanthropie civique plus anciennes, profondément enracinées dans le monde romain. Cet usage de la richesse à des fins religieuses altéra peu à peu la texture même du christianisme.

En établissant que l’Église de l’Antiquité tardive réussit à s’imposer grâce aux ressources dont elle bénéficia, Brown en renouvelle radicalement l’histoire. Exploitant l’archéologie, la circulation des monnaies, les inscriptions funéraires ou le décor des villas autant que les textes, À travers un trou d’aiguille apporte un éclairage fondamental sur la question toujours brûlante des rapports entre richesse et pauvreté, pouvoir et argent.

Table des matières :

Partie I Richesse, christianisme et don à la fin d’un monde ancien

Chapitre premier. Aurea aetas : la richesse à l’âge de l’or
Chapitre 2. Mediocritas : le profil social de l’église latine, 312- ca. 370
Chapitre 3. Amor civicus : l’amour de la cité la richesse et ses usages dans un monde ancien Chapitre 4. « Un trésor dans le ciel » la richesse dans l’église chrétienne .

Partie II Un âge d’abondance

Chapitre 5. Symmaque Être noble dans la Rome du ive siècle
Chapitre 6. Avidus civicae gratiae : avide de la reconnaissance de la cité Symmaque et le peuple de Rome
Chapitre 7. Ambroise et son peuple
Chapitre 8. « L’avarice, racine de tous les maux » ambroise et l’Italie du nord
Chapitre 9. augustin Spes saeculi : carriérisme, patronage et communauté religieuse, 354-384 Chapitre 10. De Milan à Hippone : augustin et la formation d’une communauté religieuse, 384-396 Chapitre 11. « la communion d’une certaine république céleste et divine » : augustin sur le public et le privé dans une communauté monastique
Chapitre 12. Ista vero saecularia : les choses qui sont de ce monde ausone, les villas et le langage de la richesse
Chapitre 13. Ex opulentissimo divite : aussi riche qu’il est possible de l’être paulin de nole et le renoncement à la richesse, 389-395
Chapitre 14. Commercium spiritale : le commerce spirituel paulin de nole et la poésie de la richesse 395-408
Chapitre 15. Propter magnificentiam urbis Romae : de par la magnificence de la cité de Rome les riches Romains et leur clergé, de Constantin à damase, 312-384
Chapitre 16. « Chanter le Seigneur sur la terre étrangère » Jérôme à Rome, 382-385
Chapitre 17. Entre Rome et Jérusalem les femmes, le patronage et l’érudition, 385-412

Partie III Un âge de crise

Chapitre 18. « Le trou d’une aiguille » et « le trésor de l’âme » le renoncement, la noblesse et le sac de Rome 405-413
Chapitre 19. Tolle divitem : supprimez les riches la critique pélagienne de la richesse
Chapitre 20. L’afrique d’augustin le peuple et l’église
Chapitre 21. « Dialogues avec la foule » les riches, le peuple et la Cité dans les sermons d’augustin Chapitre 22. Dimitte nobis debita nostra : pardonnez- nous nos péchés augustin, la richesse et le pélagianisme, 411-417
Chapitre 23. « Out of africa » la richesse, le pouvoir et les églises, 415-430
Chapitre 24. « C’était encore à l’époque un Empire plus prospère » la crise de l’Occident au ve siècle

Partie IV Répercussions

Chapitre 25. Parmi les saints Marseille, arles et lérins, 400-440
Chapitre 26. Romana respublica vel iam mortua : l’Empire romain déjà mort ou sur le point d’expirer Salvien et sa gaule, 420-450
Chapitre 27. Ob Italiae securitatem : pour la sécurité de l’Italie Rome et l’Italie, ca. 430- ca. 530
partie v vers un autre monde
Chapitre 28. Patrimonia pauperum : le patrimoine des pauvres Richesse et conflits dans les églises du vie siècle
Chapitre 29. Servator fidei, patriaeque semper amator : gardien de la foi et toujours amoureux de [sa] patrie Richesse et piété au vie siècle

Conclusion
Notes
Bibliographie
Table des cartes
Table des illustrations
Index

Informations pratiques :

Peter Brown, À travers un trou d’aiguille. La richesse, la chute de Rome et la formation du christianisme, Paris, Les Belles Lettres, 2016. Traduit de l’anglais par Béatrice Bonne. Broché, XXIV – 814 p. ISBN-13 978-2-251-38134-3.

Source : Les Belles Lettres

Publié dans Publications

Journée d’étude – Autour du Corpus philippicum

Une journée d’étude sera consacrée au Corpus philippicum, fonds documentaire créé par Robert Fawtier pour rassembler les sources relatives au règne de Philippe le Bel (1285-1314), le vendredi 7 octobre de 10 h à 17 h 30, à l’IRHT.

phillipelebel

Programme :

9 h 45 – Introduction par Élisabeth Lalou
10 h 15 – Elizabeth A. R. Brown, « Souvenirs et espoirs »
11 h – Sébastien Nadiras, « Carrière et action d’un conseiller royal : les ressources du Corpus philippicum sur Guillaume de Nogaret »
11 h 45 – Caroline Bourlet, « L’activité des notaires du Châtelet à travers le Corpus philippicum »
14 h – Julien Théry, « Guillaume de Nogaret, les ennemis de la foi et les mamelles de la Sainte Mère Église. Autour de quelques références aux Écritures dans les écrits du légiste »
14 h 45 – Xavier Hélary, « L’ost de Flandre de l’automne 1302 : effectifs et typologie des combattants, d’après le Corpus philippicum »
15 h 30 – Table-ronde : quelles perspectives pour le Corpus philippicum ?

Informations pratiques :

Journée d’étude
Entrée libre

07/10/2016
IRHT – Centre Félix-Grat

Source : IRHT

Publié dans Conférences