Séminaire – Le médiévalisme – Des usages contemporains du Moyen Âge.

Le vendredi 14h à 16h, salle Perroy, à la Sorbonne.
Première séance le 18 janvier 2019

séminaire organisé par Aude Mairey, avec la participation de Joseph Morsel, William Blanc, Vincent Ferré, Laurent Di Filippo

Depuis quelques décennies, le médiévalisme, que l’on peut définir à la suite de Louise d’Arcens comme « la réception, l’interprétation ou la recréation du Moyen Âge européen dans les cultures post-médiévales », est devenue une discipline à part entière, d’abord dans les pays anglophones puis dans l’ensemble de l’Europe occidentale (pour ne s’en tenir qu’à elle). Le champ est vaste : de Victor Hugo à J.R.R. Tolkien, de la recréation d’une architecture néo-gothique aux jeux vidéos populaires, de l’anneau de Jeanne d’Arc à la reconstitution de batailles médiévales, les usages contemporains du Moyen Âge sont nombreux – littéraires, cinématographiques, ludiques, mais aussi politique… Pourtant, alors nos collègues littéraires ont été les premiers à s’emparer de ce champ au sein du monde universitaire, cela n’a pas été le cas (ou à peine) pour les historiens. Ce séminaire se propose donc d’envisager, en complémentarité avec les autres disciplines, tant l’histoire du médiévalisme que la diversité de ses usages actuels.

Les séances sont ouvertes à tous et se tiendront le vendredi de 14h à 16h en salle Perroy, à la Sorbonne.

ABCHLDAR-1

Programme :

18 janvier 2019
Histoire du médiévalisme, 1
Aude Mairey

1er février 2019
Histoire du médiévalisme, 2
Aude Mairey

22 février 2019
Médiévalisme et politique
Intervenant : Joseph Morsel (Université Paris 1)

22 mars 2019
Médiévalisme et cinéma
Intervenant : William Blanc (médiéviste indépendant)

5 avril 2019
Médiévalisme et littérature
Intervenant : Vincent Ferré (Université de Paris Est-Créteil)

19 avril 2019
Les usages ludiques du passé : Le médiévalisme dans les jeux contemporains
Intervenant : Laurent Di Filippo (DynamE, Université de Strasbourg/CREM, Université de Lorraine)

Source : LAMOP

Publié dans Séminaire

Publication – « Barbarians and Jews. Jews and Judaism in the Early Medieval West », dir. Yitzhak Hen et Thomas F. X. Noble

The essays in this volume attempt to re-evaluate, understand and explain various aspects of Jewish history within the broader historical context of the post-Roman Barbarian world.

The essays in this volume attempt to re-evaluate, understand and explain various aspects of Jewish history within the broader historical context of the post-Roman Barbarian world. They address a wide variety of topics, sources, and geographies, and together they provide a nuanced and more balanced history of the Jews in the early medieval West. Although written independently of one another by some of the most prominent historians of Late Antiquity and the early Middle Ages, the various essays collected here reveal a remarkable tension between the ‘imaginary’ (or ‘hermeneutical’) Jew and the ‘real’ one. As this volume demonstrates, Augustine’s positive theological understanding of Jews and Judaism was often overshadowed by anti-Jewish sentiments, and consequently anti-Jewish invective remained the drive wheel of Christian theology, especially in the context of debates and polemics among the Christians themselves.

dIS-9782503581019-1

Table des matières :

Acknowledgments

List of Abbreviations

Yitzhak Hen, Introduction
Walter Pohl, Disputed Identifications: Jews and the Use of Biblical Models in the Barbarian Kingdoms
Jonathan P. Conant, Jews and Christians in Vandal Africa
Wolfram Drews, Barbarians and Jews in Early Medieval Spain: Shifting Constellations of Religion and Identity
Giancarlo Lacerenza, Between Old and New Barbarians: The Jews of Southern Italy during the ‘Dark Ages’
Yitzhak Hen and Gerda Heydemann, A Double-edged Sword: Jews and the Rhetoric of Power in Ostrogothic Italy
Stefan Esders, The Prophesied Rule of a ‘Circumcised People’: A Travelling Tradition from the Seventh-century Mediterranean
Yaniv Fox, Ego, Bar-Iona: Jews and the Language of Forced Conversion in Columbanian Circles
Rob Meens, Jews in Early Medieval Penitential Literature
Johannes Heil, Friendly Barbarians? The Jews under Christian Rule in Northern Europe
Rosamond McKitterick and Graeme Ward, Knowledge of the History of the Jews in the Early Middle Ages
Piet Hoogeveen, Jewish Double Portraits: Hrabanus Maurus and his Commentary on 1 & 2 Samuel
Ora Limor, Tales from the East: Jewish Episodes in Early Medieval Travel Narratives

Thomas F. X. Noble, Images and the Imaginary Jew in the Early Byzantine World

Informations pratiques :

Barbarians and Jews. Jews and Judaism in the Early Medieval West, dir. Yitzhak Hen et Thomas F. X. Noble, Turnhout, Brepols, 2018 (Diaspora, 4). XII+341 p., 156 x 234 mm, 2018. ISBN: 978-2-503-58101-9. Prix : 85 euros.

Source : Brepols

Publié dans Publications

Appel à contribution – Medicine, Myth and Magic

EXTENDED DEADLINE FOR SUBMISSIONS: Saturday, January 5th, 2019

Conference Topic: Crossroads of Medicine and Religion
Dates: April 12-14, 2019
Location: McGill University, Montreal, Quebec, Canada.
Submission Deadline: Saturday, January 5th, 2019.
Contact: gradconference.relgstud@mail.mcgill.ca

Description of the conference:
The McGill Centre for Research on Religion (CREOR) graduate student annual conference invites graduate students and emerging scholars to participate in a special edition conference rethinking the relationship between medicine and religion. We invite critical reflections on the complexities and diversity that arises at the crossroads of medicine and religion. We know that since Antiquity medical traditions in Greece, Babylon, Egypt, China and India were intrinsically intertwined with its religious practices. The observation and study of anatomical and mental ailments was not necessarily a distinct science, the lines between medicine, religion, and “magic” remained⎯at times⎯blurry. Myth and ritual were also used to connect the body to sacred spaces. Early modern, and especially post-Enlightenment, thinking sought to bring a clearer divide between medicine and religion. As science and technology progressed it provided the field of medicine with a diagnostic and prognosis system which was purely “rational” and devoid of spiritual beliefs. But the acceptance of this proposition has not been unanimous. Despite the extraordinary advances of post-Enlightenment medicine, both Western and Eastern, does the quest for scientific knowledge leave any room for religious beliefs, traditions and ethics to influence medical practice?

Some questions the conference wishes to consider are: Do Western, Eastern and Indigenous traditions and religions have something to offer in understanding afflictions of the mind and body? Can religious beliefs and scientific methods used by modern medicine ever be reconciled? How has a given tradition’s view of the relationship between medicine and religion evolved over time? What role and influence have religious views had in the history of medical thought? What are the theological and philosophical aspects of the study of the body? How has the relationship between medicine and religion been portrayed in historical, literary, and philosophical writings?

We invite proposals from all areas of study, including history, philosophy, art history, religious studies, sociology, anthropology, psychology, bioethics, and law.

Encouraged topics and themes include, but are not limited to, the following:

  • History of medicine and religion
  • Theological and philosophical aspects of the medical sciences
  • Theology and philosophy of medicine
  • Sociology of medical knowledge
  • Anthropology of medicine
  • Medicine and religion in literature
  • Medicine and “fringe” religious traditions (e.g. Hermetic, heretical, “occult”…)
  • Iconography: Representations of the healer-prophet or healer-saint in art
  • Debates on body and soul informed by medical and theological knowledge
  • Spiritualization of physical illness
  • Indigenous practices and medicine
  • Spiritual and magical healing (e.g. shamanic, taslismanic, etc.)
  • Ethics of healing
  • Religious ethics and medical practices
  • Scriptural Interpretations

This year’s CREOR graduate student conference will be held in collaboration with McGill’s History conference “Angelical Conjunctions: Crossroads of Medicine and Religion, 1200-1800” and running concurrently with the 2019 Eastern International Regional Meeting of the American Academy of Religion conference on “Religion, Harm and Healing”.

The “Angelical Conjunctions” conference will be accompanied by an exhibition of rare books that are relevant to the theme of the conference in McGill University’s Osler Library of Medicine.

Guidelines for proposals:

Please submit a 250 word abstract explaining the topic and main arguments of the paper. All disciplines and fields welcome. Papers must engage in and contribute to the scholarly discourse; works of advocacy or mere summary will not be considered. Presentations should not exceed 20 minutes. Proposals should include all contact information including institutional affiliation and any technical request such as audio-visual equipment. These proposals as well as any questions or requests for further information should be sent to the following address: gradconference.relgstud@mail.mcgill.ca

Publishing Possibility: Following the conference, a select number of high quality papers will be considered for publication in a special volume.

Source : CREOR

Publié dans Appel à contributions

Colloque – Les Miracles de Notre Dame : du Moyen Âge à nos jours

Institut Catholique de Rennes
Bruz
21-23 mars 2019

Capture d_écran 2018-12-16 à 18.55.08

Programme :

Miracles français du Moyen Âge

14h00 : Jean-Louis Benoit (Université de Bretagne-Sud) : Qu’est-ce qu’un Miracle de Notre Dame ?
14h30 : Camille Bellenger (agrégée doctorante Université Paris 4) : Le corps de la Foi. Croire par les sens dans Les Miracles de Nostre Dame de Gautier de Coinci
15h00 : Marie Geneviève Grossel (Université de Valenciennes): Gautier de Coinci : l’insertion lyrique dans les miracles
15h30 : PAUSE

16h00 : Anna Loba (Université de Poznan, Pologne): « Belle vision et estrange miracle » – la place du miracle marial dans la spiritualité de Philippe de Mézières.
16h30 : Elisabeth Barale (Université de Turin): Les louanges « plus doulces que miel » de Jean Miélot : aux sources de ses Miracles de Notre Dame
17h00 : Juliette Bourdier (Université de Charleston, Etats-Unis) : Miracle marial, pilier du livre d’heures de Courtanvaux c.1460
17h30 : Gabrielle Grandcamp (docteure de l’université du Havre) : Le Miracle, genre « théâtral » ? Marie sur la scène des Miracles de Nostre Dame dramatiques.

Le miracle de Théophile interprété par les étudiants de l’ICR

Vendredi 22 mars
Transmettre et Translater des miracles

09h00 : Anthony John Lappin (Université d’ Uppsala, Suède) : Transmitting the Latin Miracles of the Virgin (twelfth–thirteenth century).
09h30 : Manfred Kropp (Université de Mayence) : Across the sea to distant shores: The voyage of “The Miracles of Our Lady” from West to East
10h00 : Márk Vrabély (Université Lorand Eötvos Hongrie) : Marian miracles in Latin and Hungarian: The Stellarium of Pelbartus de Temesvár
10h30 : Juan Carlos Bayo (Université de Madrid) : ‘The challenges of composing a universal collection of Marian miracles in the vernacular: the case of Gonzalo de Berceo’
11h00 : PAUSE

11h30 : Paula Almeida (Université de Porto) : «Miracles mariaux à la lumière de la littérature de spiritualité au Portugal (XVIe-XVIIIe siècles)»
12h00 : Adelina Angusteva-Tihanov (Université de Manchester) : Marian Miracles on the Margins: Poetic and Visual Transformations of the Virgin’s Miracle Accounts in Late and Post Medieval Russian Culture
12h30 : REPAS

Miracles du Nord et de l’Est

14h00 : Matthew James Driscoll (Université de Copenhague) : Old Icelandic Miracles of the Virgin in the manuscript  AM 634-635 4to
14h30 : Bengt Dahlqvist (Université d’Uppsala) : Marian Miracles in Old Swedish texts
15h00 : Marija Ana Duerrigl et Andrea Radosevic (Old Church slavonic institute Université de Zagreb) : Miracles of Our Lady as a mirror of Croatian medieval narrative prose.
15h30 : PAUSE

16h00 : Ewa Balicka-Witakowsaka  (Université d’Uppsala) : Ethiopic poetry on the Miracles
16h30 : Jonathan Moren (Université d’Uppsala) : Arabic Miracles of Mary from The Mingana Collection: Preliminary Observations
17h00 : Anastasyia Romanova (Université de Saint Petersbourg) : « Short miracle-tales of Russian origin in the XVIIIth century manuscript compilation « Different Signs of Our Lady » (« Raznye yavleniya Presvyatye vladychitzy Nasheya Bogoroditzy »).
17h30 : Stéphane Cermakian (agrégé, docteur université d’Aix-en-Provence) : Marie dans le récit arménien du pseudo Jean l’Evangéliste

Samedi 23 mars
Miracles de Notre-Dame dans la littérature française

09h00 : Laure Darcq (enseignante Université de Montpellier) : La Vierge sur la scène française : légendes et apparitions (1892-1913)
09h30 : Bénédicte Leduc-Penot (ICR) : Etude linguistique et pragmatique du discours de Zola dans son roman Lourdes
10h00 : Pascaline Marie Hamon (agrégée, docteur Paris 3) : Défendre le miracle. La réception de Lourdes de Zola.
10h30 : Carine Roucan (docteur Université de Rouen, enseignante à l’Université du Havre) : Huysmans et Lourdes
11h00 : Gilbert Goizin (agrégé ICR) : Ecrire celle qui pleure. Bloy et La Salette
11h30 : Nelli Solonko (Université Szczecin, Pologne) : dire Marie : La Vierge des poètes et des enfants (Péguy, Milosz, Twardowski)
12h30 : REPAS

Icônes et images de Marie

14h00 : Jerry Root (Université de l’Utah Etats Unis) : Image de la Vierge. La Vierge comme image dans Les Miracles de Notre- Dame.
14h30 : Françoise Laurent (Université Clermont-Auvergne) et Ilsiona Nuh (doctorante Université Clermont-Auvergne) : Miracles iconiques dans les Miracles de Notre-Dame.
15h00 : Auriane Gotrand (doctorante histoire de l’art Université de Clermont-Auvergne) : L’influence des apparitions de la Vierge de Lourdes sur l’iconographie de l’Immaculée Conception.
15h30 : Margaret Dimitrova (Université de Sofia) : The Miracles of the Wonder-Working Icon of the Theotokos Tricherousa in Two Nineteenth-Century Manuscripts in Hilandar Monastery, Mount Athos
16h00 : Cecilia Katunaric (ICR docteur Paris 8) : Nican Mopohua : la piété et les enjeux idéologiques de Notre-Dame de Guadalupe dans la culture latino-américaine
16h30 : CONCLUSION

Publié dans Conférences

Conférence – Albert Derolez, « Une entreprise scientifique menée à bien : l’édition des catalogues médiévaux de livres en Belgique (Corpus catalogorum Belgii) »

Le lundi 14 janvier 2019, à 13h30, le prof. Albert DEROLEZ (UGent, VUB, ULB) donnera une conférence intitulée Une entreprise scientifique menée à bien : l’édition des catalogues médiévaux de livres en Belgique (Corpus catalogorum Belgii) dans le cadre des conférences organisées par le Centre International de Codicologie et le Groupe de contact du FNRS « Codicologie ».

Capture d_écran 2018-12-15 à 14.20.55

Informations pratiques :

Bibliothèque Royale de Belgique – Koninklijke Bibliotheek van België
Mont des Arts – 1000 Bruxelles
Salle du Conseil (niveau + 2)

Entrée libre

Publié dans Conférences

Séminaire – Guilds, Labour and the Urban Body Politic: Fabricating Community in the Southern Netherlands, 1300-1800

Wednesday 23 January 2019, 13h-17h
Brussels, the exact venue will be communicated

Capture d_écran 2018-12-15 à 14.35.41

Book Workshop

Guilds, Labour and the Urban Body Politic: Fabricating Community in the Southern Netherlands, 1300-1800

Bert De Munck, University of Antwerp

Presentation of the book by the author

Discussion of the book by:
Phil Withington (University of Sheffield)
Maarten Prak (Utrecht University)
Anne-Laure Van Bruaene (Ghent University)
Heidi Deneweth (VUB)

Organisation by:
Jeroen Puttevils (University of Antwerp) & Wouter Ryckbosch (VUB)
Admission is free, registration (prior to 9 January) is required jeroen.puttevils@uantwerpen.be

Publié dans Séminaire

Appel à contribution – La personne en question dans les réseaux. Cinquième rencontre du groupe Res-Hist

Rennes
17-18 octobre 2019

Capture d_écran 2018-12-08 à 13.45.44

Créé en 2013, le groupe Res-Hist est un collectif destiné à favoriser les échanges scientifiques des historien·ne·s travaillant sur les réseaux (https://reshist.hypotheses.org/). Il organise des rencontres qui réunissent, autour d’une thématique donnée, les chercheur·se·s qui mettent en œuvre des analyses de réseaux dans leurs travaux, quels que soient les périodes étudiées, les objets d’analyse, l’état d’avancement des travaux ou le niveau d’études. Les précédentes rencontres à Nice (2013 et 2016), Toulouse (2014) et Paris (2015) ont permis à des spécialistes venus de différents horizons de se rencontrer et d’échanger, à la fois en termes épistémologiques, méthodologiques et techniques.

Dans le sillage de ces premières manifestations, nous organisons une cinquième rencontre du groupe Res-Hist les 17 et 18 octobre 2019 à l’Université Rennes 2, en partenariat avec la MSHB et l’URFIST, trois institutions qui valorisent les recherches sur les humanités numériques. Notre initiative est également soutenue par le GDR Analyse de réseaux en Sciences humaines et sociales. Nous proposons que les contributeurs et contributrices de ces journées discutent une thématique précise : « La personne en question dans les réseaux ». Les travaux historiques qui mobilisent les techniques spécifiques d’analyse de réseaux envisagent en effet souvent dans leurs analyses des « personnes ». Dans la majorité de ces travaux, ces personnes – comprises comme des individus – interviennent en tant qu’entités (réseaux de correspondance, d’intellectuels et de savants, de marchands, d’évêques, de nobles ou de paysans, réseaux égocentrés), une démarche aujourd’hui intuitivement compréhensible par référence aux réseaux sociaux numériques (Facebook, Twitter, etc).

Depuis quelques années toutefois, certains types de recherche s’interrogent davantage sur l’usage historique que l’on peut faire des « personnes ». Depuis les travaux précurseurs de John Padgett sur les Médicis, plusieurs historien·ne·s diluent ou dépassent en effet ces personnes, en focalisant leur analyse sur des entités- groupes (familiaux, religieux, économiques, associatifs) : les individus sont ainsi réduits à représenter une entité plus globale, que certain.e.s sociologues qualifient de « cercles sociaux ou collectifs » qui dépassent les relations interpersonnelles qui les forment. Dans une perspective prosopographique, d’autres chercheur.se.s travaillent moins sur des « personnes » que sur des réseaux de « noms », de « titres » ou d’« attributs » qui renvoient certes parfois à des individus précis, mais qui ne peuvent être identifiés qu’en passant par les occurrences, c’est-à-dire par des réseaux de mots. Dans certains de ces travaux, consacrés à des sociétés polythéistes, les noms ne renvoient d’ailleurs pas toujours à des individus, mais à des puissances divines formant un système que le réseau permet d’analyser (réseaux de dieux et déesses scandinaves ou réseaux d’épithètes divines largement répandues dans le monde antique). Dans d’autres études, qui portent sur les situations de clandestinité à la période contemporaine, on peut s’interroger sur la manière adéquate d’associer ou de distinguer l’individu et son nom de couverture pour rendre compte au mieux des liens sociaux vécus ou supposés par les autorités. Enfin, dans certains travaux plus spatialisés, les personnes ne sont plus des entités, mais interviennent en tant que liens, par exemple dans les flux entre deux lieux (flux d’intellectuels, de marchands ou d’ambassadeurs).

Nous souhaiterions que les intervenant.e.s s’interrogent ainsi sur l’usage qu’ils/elles font des « personnes » dans les réseaux qu’ils/elles reconstituent et analysent. Quelle place leur réservent-ils/elles, en tant qu’entités ou liens ? L’analyse se situe-t-elle au niveau de la personne/individu, le dépasse-t-elle parfois pour s’intéresser plutôt à des « cercles sociaux » ? Qu’est-ce qui justifie de choisir un autre niveau d’analyse : en quoi est-ce un gain et/ou une perte d’informations ? Comment mettre en œuvre concrètement – c’est-à-dire d’un point de vue méthodologique et pratique, grâce à certains outils – la prise en compte d’entités- personnes et d’entités-cercles sociaux ? Dans les enquêtes prosopographiques ou dans les études des relations de parenté à partir des noms (A, fils de B), quels sont les arguments qui autorisent à passer des occurrences à l’individu sur le plan méthodologique ? Quand on traite les sources enfin, comment tenir compte des identités personnelles duales, associant un nom de naissance et un nom choisi au cours de la vie – que l’on songe aux changements de noms des candidats à la cléricature dans le christianisme, aux résistant.e.s souvent évoqué.e.s à travers un pseudonyme, ou encore aux personnes contraintes à changer d’identité pour échapper à la mort ?

Ce sont ces interrogations, et sans doute beaucoup d’autres, que soulève le thème de « la personne en question dans les réseaux ». Il s’agit en effet par là de poser plus largement le problème de l’accès à l’individu à travers des sources distinctes et des époques diverses, en valorisant les réponses que l’analyse de réseaux et les approches quantitatives peuvent y apporter. En définitive, le thème soulève la question fondamentale de la manière dont on pense, à travers un réseau, certaines catégories, qu’elles soient sociales, économiques, juridiques, onomastiques, familiales, etc., en articulation avec les types documentaires auxquels on est confronté.e.

Nous invitons donc les chercheur.se.s qui mettent à profit la notion de réseaux dans leurs recherches à participer à ces rencontres. À côté de l’objet de l’étude et des résultats obtenus, il s’agit de placer au cœur de la réflexion la manière dont ils/elles traitent les personnes dans leurs analyses (en tant qu’entités – globales ou pas –, en tant que liens, etc.,). Les propositions d’intervenant.e.s des précédentes rencontres Res-Hist tout comme celles de chercheur.se.s qui n’y ont pas assisté sont les bienvenues.

Selon la formule consacrée lors des précédentes journées Res-Hist, les intervenants fourniront un texte (déjà publié ou non) qui sera mis en ligne à l’avance et présenteront leurs propos oralement en 20 minutes maximum, qui seront suivies par 30 minutes de débat et d’échange avec la salle. Des présentations par des invité.e.s et des ateliers de formation à l’analyse de réseaux et à ses logiciels seront également proposés avant les rencontres.

Les propositions de communication, d’une longueur d’une page et accompagnées des nom, statut et adresse mail, devront être adressées avant le 31 mars 2019 par courriel à Karine Karila-Cohen (karine.karila-cohen@univ- rennes2.fr) et à Isabelle Rosé (rosisa@wanadoo.fr). Le résultat de la sélection sera communiqué à la fin du mois de mai 2019, après examen par le conseil scientifique. Les textes présentés seront fournis avant le 1er septembre 2019. L’organisation prendra en charge une à deux nuitées, dans certains cas, et la plupart des repas au cours de la rencontre. Les frais de transport sont à la charge des intervenant.e.s ou de leur laboratoire.

Cette initiative est possible grâce au soutien du LAHM-CReAAH (Université Rennes 2 / UMR 6566), de TEMPORA (Université Rennes 2), de l’UFR Sciences sociales et l’Université Rennes 2, de l’URFIST, de la MSHB et du GDR CNRS Analyse de réseaux en SHS.

Comité scientifique
L. BEAUGUITTE (CNRS-GDR Analyse de réseaux en SHS) P.-Y. BEAUREPAIRE (Université Côte d’Azur, CMMC)
M. GASPERONI (CNRS-Centre Roland Mousnier)
J.M. IMÍZCOZ (Universidad del País Vasco)
K. KARILA-COHEN (Université Rennes 2, Lahm-CReAAH, UMR 6566) C. LEMERCIER (CNRS-Sciences Po Paris)
S. MARZAGALLI (Université Côte d’Azur, CMMC)
I. ROSÉ (Université Rennes 2, Tempora)
L. VAN HOOF (Université de Gand)
COMITÉ D’ORGANISATION
Karine KARILA-COHEN, Université Rennes 2, LAHM-CReAAH (UMR 6566) Isabelle ROSÉ, Université Rennes 2, Tempora (EA 7468)
Audrey COLLOC, Université Rennes 2, Gestion/secrétariat de Tempora (EA 7468)
Alison TRIBODET, Université Rennes 2, secrétariat de la cellule recherche pour le LAHM (UMR 6566)

Publié dans Appel à contributions