Table-ronde – « Écrits du pouvoir, pouvoirs de l’écrit (XIIe-XVIIe s.) », avec Olivier Canteaut, Olivier Mattéoni, Olivier Guyotjeannin et Johann Petitjean

Quelle place l’écrit occupait-il en Europe, du XIIe au XVIIe s., dans l’exercice et la symbolique du pouvoir ? Le recours, de plus en plus intense, aux techniques de création et de conservation de l’écrit documentaire par le Prince, les puissants et leurs administrations au Moyen Âge classique et au premier âge moderne est une problématique désormais entrée de plein pied dans l’agenda de l’historien. De manière significative, l’agrégation d’histoire vient précisément d’inclure ce champ de recherche dans l’une de ses questions. De même, il a fait l’objet de quatre volumes collectifs récemment accueillis dans la collection Études et rencontres de l’École des chartes.

capture2_4

Les responsables de ces volumes débattront des principales conclusions qui en ressortent : jusqu’où la modernité documentaire que l’on est tenté de voir partout accompagne-t-elle et éclaire-t-elle la genèse de l’État moderne ? Quelles intentions est-on en droit de mettre derrière l’apparence d’une circulation rapide et capillaire des innovations et des emprunts ? En quoi ces outils, souvent créés dans la hâte, exploités avec inertie, inégalement conservés, sont-ils tributaires de l’intervention des plus hauts personnages, de la mise en œuvre de techniques intellectuelles éprouvées ? En un mot, comment l’écrit documentaire s’articule-t-il avec le pouvoir, en des configurations sans cesse remodelées ?

Informations pratiques :

Mardi 10 mars 2020 à 17 h 30
65, rue de Richelieu, Paris 2e (salle Léopold-Delisle)
Inscription obligatoire

Source : École nationale des chartes

Publié dans Conférences

Publication – « Das Kirchenportal im Mittelalter », dir. Stephan Albrecht, Stefan Breitling, Rainer Drewello

Wo der Mensch die Kirche betritt, erfindet er monumentale Bilder. Seit dem Ende des 11. Jahrhunderts zieht der Kircheneingang zunehmend die Aufmerksamkeit auf sich. Wo ursprünglich die Künste zusammenwirkten, sind es heute die Wissenschaftler: Das mittelalterliche Kirchenportal ist ein interdisziplinäres Forschungsfeld. Dieser Band ist aus dem wissenschaftlichen Dialog zwischen Kunstgeschichte, Bauforschung und Restaurierungswissenschaft entstanden: Wie sind die mittelalterlichen Portale geplant, wie praktisch ausgeführt? Welche theologischen, geistesgeschichtlichen, logistischen und konstruktiven Ideen kommen hier zum Ausdruck? In den versammelten 25 Aufsätzen präsentieren Wissenschaftler aus Belgien, Deutschland, Frankreich, Israel, Italien, Österreich, der Schweiz, Skandinavien und Spanien neue methodische Herangehensweisen und Forschungsergebnisse.

Table des matières : ici

albrecht-kirchenportal

Informations pratiques :

Das Kirchenportal im Mittelalter Neu Ein Blick in’s Buch Das Kirchenportal im Mittelalter, dir. Stephan Albrecht, Stefan Breitling, Rainer Drewello, IMFOF Verlag, 2019. 24 × 30 cm, 288 Seiten. ISBN: 978-3-7319-0599-8. Prix : 49,95 euros.

Source : IMFOF Verlag

Publié dans Publications

Séminaire – À la recherche des communautés du haut Moyen Âge. Formes, pratiques, interactions (VIe-XIe s.)

Organisation : Geneviève Bührer-Thierry, François Bougard, Régine Le Jan
Jeudi 15 -17 heures, Sorbonne, salle Perroy, galerie Dumas, esc. R, 2e étage

Capture d’écran 2020-02-11 à 12.43.11

Programme :

13 février
Tiziana Lazzari, (Université de Bologne)
« Communautés familiales : le rôle des femmes dans les premières représentations graphiques des liens de famille »

12 mars : [séminaire commun avec Laurent Feller, à Condorcet]
Jean-Pierre DEVROEY (Université libre de Bruxelles)
Autour du livre La nature et le roi. Environnement, pouvoir et société à l’âge de Charlemagne (740- 820), Paris, Albin Michel, 2019, discussion avec l’auteur et Dan Smail.

26 mars
Shane Bobrycki (Université de Vienne)
« Des communautés fantômes ? Indices et preuves indirectes des communautés en action dans le haut Moyen Âge »

2 avril
Mayke de Jong, (Université d’Utrecht)
Autour du livre Epitaph for an Era : Rhetoric and Politics and Rhetoric in the Carolingian World, Cambridge, Cambridge University Press, 2019, discussion avec l’auteur et Warren Pezé.

23 avril
Laurent Jégou, (Université Paris1/LaMOP)
« Communauté ecclésiale, charisme collectif et autorité individuelle dans les sources conciliaires carolingiennes »

30 avril
Journée d’Archéologie et d’Histoire, avec Anne Nissen et Patrice Brun (TranSphères) – programme à venir

14 mai (14h00-17h00)
Martin Gravel, Warren Pezé et Sumi Shimahara
Ateliers des haut- médiévistes (2)

Source : LAMOP

Publié dans Séminaire

Appel à contribution – A Hairy Affair: The Material Poetics of Hair

International Conference – A Hairy Affair: The Material Poetics of Hair
(Graduate School Language & Literature, LMU Munich, July 9–11, 2020)

Rapunzel lowers her plaited hair 20 cubits deep, so that her prince can climb into her hermetically sealed tower. Donald Trump’s signature quiff – a piece of interwoven fabric with no evident beginning and end – is treated as a metaphor for his relationship to truth and politics. Samson defeats the Philistines oppressing the Israelites in the Old Testament with his superhuman strength: the origin of his invincibility lies in the vigour of his hair as long as it is not cut. “Don’t touch my hair!”: The Afro is claimed as a symbol of resistance and black pride against the imperative of assimilation to the norm of whiteness. The contemporary hair industry entangles hyper-feminized and neo-imperialist imaginaries with transnational structures of exploitation that range from Chinese hair factories and Hindu temples through Youtube hair tutorials to the multinational company Great Lengths International that sells ‘natural’ hair extensions on the promise of extracting an “ethnic surplus value” (Hage 1998) from the depigmented hairy remains of women from the Global South (Berry 2008).

Hair figures, at once, as the subject of manifold social struggles and the object of multiple forms of exploitation. It holds a ‘defiant’ inclination – it creates op-position –, but it also remains steadily threatened in this potentiality: hair is fundamentally characterized by its precarious and mutinous materiality, which subverts conventionalized dichotomies between the passive and the active. Interweaving a wide-ranging variety of discourses in literature, art and film, hair has imposed itself as an urgent topic in recent academic research and discussion. In African-American Studies the focus rests on hair as a signifier of resistance that promotes the articulation of a politicized black aesthetics and thus defies the global colour-line imposed by white supremacy and colonialism (Hallpike 1972, Caldwell 1991, Kelley 1997, Banks 2000, Byrd/Tharps 2001). Research in Gender Studies, in turn, emphasizes the sexualized codification of head and body hair along the lines of imposed conformity and processes of individuation (Fisher 2010, Roebling 1999/2000, Rycroft 2020, Sagner et al. 2011, Möhrmann/Urbani 2012, Wernli 2018). Literary studies, for their part, have concentrated on the encoding of different hair colours, particularly in relation to anthropological and historical stereotypizations of blond or red hair (Junkerjürgen 2009/2017, Biehahn 1964, Goller 2009, Krause 2015). In addition, the institutionalized act of cutting hair by the ‘literary’ figure of the hairdresser has come into focus (Williams 2016, Herzog 1996).

However, hair does not just represent a nodal point of divergent forms of knowledge production. Nor is it a passive projection surface for various practices of symbolic inscription. On the contrary, it serves in its very materiality as a mediator of aesthetic reflection and formalization. Not just since Ludwig Tieck’s “braid-novella” or “Zopfnovelle” (Füllmann 2008) Die Gesellschaft auf dem Lande does hair belong to the key metaphorical repertoire of aesthetic and narrative forms: whether knotted, cut or curled, braided, shaved or covered; head and body hair figure as a discursively overloaded site of poetological reflection, narrative composition or experiments in literary genre. One of the basic premises of this conference is that hair constitutes an interface between body aesthetics and issues of plot and narrative synthesis. Particular attention is paid not only to neatly ‘coiffed’ discursive formations or to hair’s narrative entanglements, but also to the poetological quality of hair as a disruptive literary factor. Just as hair turns in Racine’s Phèdre into a symptom of the crisis of the choreography of staged appearance (cf. Vogel 2018), Hedda Gabler’s dramatic ruin is triggered by her repeated attempt to burn the hair of her competitor Thea Elvstedt.

‘Hair’ appears as the site of violent narrative cuts, lyrical excess and dramatic knotting, which, in turn, sheds light on the grotesque and uncanny dimensions of hair, that seem intimately tied to its specific materiality. Whether thin, thick, curly or shaved, hair – due to its status as dead matter that reaches beyond the flesh – threatens the integrity of body and text. An accumulated vitality seems concentrated within the dead substance of hair and this peculiar interim state of living-deadness inscribes it with an inherent negativity or resilience: it appears as abjectified human detritus fallen off from the body, as endowed with a ghostly presence, or bearing an uncanny agency. This spectral materiality and excessive vitality ultimately also form the platform on which politico-economic, media-historical or psychoanalytical discourses about hair take shape: be it the analogization between hair’s biological structure and commodity fetishism (cf. Berry 2008), or the superimposition of hair and vagina, the material quality of hair connects different discursive fields and reveals their intersections.

The conference seeks to interrogate the poetics, practices and functions of hair in literature and in other media. The (poetological) usage of hair’s excessive materiality as well as its function as an operator within discourses of resistance and opposition is therefore of particular interest. Contributions to the following (but not exclusively) subject-areas are welcome for the conference:

  • aesthetic, narratological, genre-specific and form-related aspects of hair
  • mediality of hair
  • interdisciplinary and comparative perspectives: staging of hair semantics in film, music and the arts
  • cultural practices of forming hair: cutting, washing, smoothing, shaving, waxing …
  • practitioners of hair: wig makers, hairdressers and barbers
  • locales of hair: hairdressing salons, bathrooms, waxing studios….
  • relationship between head and body hair: hairstyle and vagina, etc.
  • commercialization of hair: hair as a commodity, hair in global supply-chains and in postcolonial geographies
  • splitting hairs: the oppositional or resilient materiality of hair
  • the op-positional materiality (‘Gegenständlichkeit’) of hair: relationship between material and resistance, op-positional aesthetics, hair as subversion or excess
  • discursive-material hair practices and forms of subjectification

Scholars in literary and cultural studies, as well as researchers from various disciplines – such as Art, Media studies, Anthropology and Social sciences – who are interested in the poetics and materiality of hair, are invited to apply to present a paper. Proposals from junior researchers are particularly welcome. A publication of the contributions is planned.

The conference is organized by the Class of Literature of the Graduate School Language & Literature and will take place July 9–11, 2020 at LMU Munich; confirmed keynote lectures by
Professor Emma Tarlo (Goldsmiths University of London) and Assistant Professor
Seán Williams (University of Sheffield).

Please send your paper proposals (max. 300 words, talk time: 20 min) in English or German together with your biographical information by February 29, 2020 to:

hair.conference@germanistik.uni-muenchen.de

Source : The Medieval Academy of America

Publié dans Appel à contributions

Publication – Alain de Libera, « Maître Eckhart et ses disciples »

De maître Eckhart, et de la force spirituelle de son œuvre, on connaît moins l’inscription historique. Alain de Libera, grand médiéviste, professeur émérite au Collège de France, retrace le contexte dans lequel le grand mystique rhénan prononça et écrivit ses sermons et traités. On saisit ainsi l’importance et la subversion de son œuvre dans une première partie historique.

007300959

L’exploration des plus grands textes de maître Eckhart se déploie dans une seconde partie qui est une anthologie construite autour des grands thèmes de sa mystique : l’humilité, le détachement, le délaissement et la pauvreté, l’âme, la grâce et la déification.

Informations pratiques :

Alain de Libera, Maître Eckhart et ses disciples, Paris, Bayard Culture, 2020 (Histoire des religions). 12, X 14 cm. ISBN : 978-2-227-49810-5. Prix : 14,90 euros.

Source : Initiales

Publié dans Publications

Offre d’emploi – Public Humanities Post-Doctoral Fellowship at the University of Notre Dame’s Medieval Institute

Application Deadline: March 15, 2020

The Medieval Institute at the University of Notre Dame invites applications for a two-year postdoctoral fellowship in public humanities, supported by a previous endowment grant from the Andrew W. Mellon Foundation to the Institute. The fellow will devote the majority of the fellowship time to working closely with the Institute’s staff, especially its director of undergraduate studies and engagement, in the Institute’s outreach and engagement efforts directed at local schools as well as potential donors, alumni, and undergraduate majors and minors. The Institute will be celebrating its seventy-fifth anniversary in 2021–22, and the fellow will be an integral part of the planning and execution of events connected to that celebration. The remainder of the fellow’s time may be devoted to research and/or teaching.

The fellow will be provided with a workspace in the Medieval Institute, enjoy full library and computer privileges, and have access to all the Institute’s research tools.

logo_d5066b07745c8337

Eligibility: Applicants must hold a Ph.D. (or equivalent) in some area of the humanistic study of the Middle Ages, or have it in hand by the beginning of the fellowship term. Applicants must have relevant experience in public engagement in the humanities, highly effective people skills, and multimedia digital literacy. Experience with digital humanities is highly desirable.

Stipend: $48,000 per year, plus benefits

Start Date: August 16, 2020 | End Date: August 15, 2022

Application procedure: Applicants should submit a letter of application that includes reflection on how this postdoctoral position would fit into their broader career goals, a current c.v., and three confidential letters of recommendation. Digital portfolios and similar supporting materials may also be uploaded for consideration. Submit applications through Interfolio at https://apply.interfolio.com/73488. Further details regarding the fellowship are available at https://medieval.nd.edu/research/grants-fellowships/#public-humanities.

Source : The Medieval Academy Blog

Publié dans Offre d'emploi

Appel à contribution – Chasseur, cultivateur, éleveur : trois fonctions anthropologiques dans la littérature

Appel à contribution pour le numéro thématique « Chasseur, cultivateur, éleveur : trois fonctions anthropologiques dans la littérature » de la revue Polythesis. Filologia, interpretazione e teoria della letteratura 

Date limite de soumission des articles : 15 juin 2020

 L’anthropologie décrit généralement la relation de l’homme avec l’environnement naturel à travers quatre catégories, basées sur la manière dont l’homme acquiert les biens qui répondent à ses besoins, en particulier la nourriture : la chasse et la cueillette (où la flore et la faune de la région sont exploitées pour la subsistance du groupe humain), l’agriculture (dans laquelle l’homme sème sciemment des plantes et se nourrit des fruits de la récolte, à travers la domestication des plantes), l’élevage (dans lequel les hommes nourrissent le bétail, le domestiquent et le font reproduire) et enfin l’industrie (où l’énergie des carburants ou d’autres éléments naturels est exploitée pour produire des biens).

Parmi ces méthodes, la chasse, la cueillette, l’agriculture et l’élevage sont avant tout les premières activités et les plus durables dans lesquelles l’homo oeconomicus s’est historiquement développé, représentant ses principales sources d’approvisionnement alimentaire, et qui ont également façonné d’autres domaines de la culture humaine, tels que la religion, l’art et la narration.

Le présent numéro thématique de Polythesis entend proposer une réflexion sur la manière dont les trois rapports instrumentaux avec l’environnement mentionnés ci-dessus ont influencé la culture en général, et la littérature en particulier, en fournissant un répertoire d’archétypes, de motifs, d’images, d’intrigues, de types de caractères, mais aussi – au niveau génétique – le Sitz im Leben pour certaines formes poétiques. Il sera possible de proposer des articles qui prennent en compte des textes littéraires individuels, des genres et courants littéraires, des formes d’art folklorique verbal (contes de fées, mythes, etc.) qui exploitent la chasse/cueillette, l’agriculture et l’élevage comme sources mythopoïétiques et figuratives. L’objectif des articles de cette section sera d’explorer de quelle façon ces produits culturels élaborent, valorisent et enrichissent la relation socio-économique, religieuse ou mythologique des communautés humaines avec l’animal – tué, domestiqué, mangé –, avec la plante – fructueuse et conçue collectivement comme une moisson – et avec la terre – porteuse de nourriture et de vie lorsqu’elle est travaillée par l’homme.

Les exemples d’application poétique ou littéraire de ces archétypes, également dans leur fonction symbolique et métaphorique, ne sont pas rares : des idées-tremplin sont données ci-dessous, qui ne peuvent clairement pas être exhaustives et n’excluent pas d’autres horizons.

La chasse est peut-être l’une des matrices d’images et de « programmes d’action » les plus productives qui ont façonné des intrigues, des mythes et des récits anciens et modernes dont le sujet est l’homo necans (W. Burkert, Homo necans, 1981). Le développement biographique du héros, en particulier du héros jeune et encore inconnu, est souvent tracé sur le modèle de la transformation des proies en prédateurs (E. Pellizer, La peripezia dell’eletto, 1991 ; voir aussi M. Bloch, Prey Into Hunter, 1992). En outre, il y a des chevauchements fréquents entre l’homme chasseur et l’exercice des armes, les implications sacrées de la chasse et l’identification entre le sacrifice animal et humain, où la proie devient l’homme. La poursuite de proies (en tant qu’animal guide) mène à l’autre monde, comme les romans et les lais médiévaux illustrent. L’archétype de la chasse atteint également la modernité : on peut penser, par exemple, à l’exploitation extensive du cluster des images de la chasse par William Faulkner dans le récit The Bear (1942) – qui reprend un genre du récit populaire de la frontière américaine.

Même dans le domaine agricole, l’anthropologie historique a montré les ramifications dans le folklore, les religions, les mythologies des cultes végétaux développées dans les premières sociétés agricoles. Les cycles de l’activité agricole et l’idée de la « mort du blé » et sa résurrection printanière chevauchent les mythologies sur les dieux mourants et fournissent le modèle aux formes poétiques de la complainte funéraire, transférées de la divinité végétale à l’homme (De Martino, Morte e pianto rituale nel mondo antico, 1958). La relation « grotesque » (au sens bakhtinien de la transformation et de la dissolution des formes dans la matière) entre l’homme et la récolte a été explorée par le mythe, la narration folklorique et la littérature : un cas célèbre est le motif de la plantation du crâne humain, qui resurgit dans la nouvelle de Lisabetta da Messina dans le Decameron (IV, 5 ; Propp, « L’albero magico sulla tomba. A proposito dell’origine della fiaba di magia », dans V. Ja. Propp, Edipo alla luce del folclore, 1975).

Enfin, dans la nébuleuse des motifs de l’élevage l’on peut inclure par exemple le genre pastoral, convention lyrique célèbre née dans l’Antiquité classique et reprise par le classicisme moderne, dont témoigne avant tout la littérature anglaise (Shakespeare, Johnson, Pope). La Bible a doté le Moyen Âge et la modernité d’un répertoire figuratif et narratif centré sur la figure du berger, par opposition à celui du guerrier dédié uniquement à l’exercice des armes. Ce contraste est nettement lisible dans le duel entre David et Goliath (dans 1 Samuelis), dans lequel le premier incarne la figure du berger, gardien et défenseur des troupeaux, qui est capable de tuer mais qui le fait uniquement pour protéger le bétail – plaçant ainsi une ligne de démarcation entre la violence pour la chasse et celle purement défensive. En outre, la figure du bon berger, dans des contextes médiévaux et modernes, fournit un exemple d’exploitation de l’environnement naturel qui se prête à devenir une métaphore et un modèle pour l’administration du royaume et la gestion du pouvoir.

Les articles (qui doivent parvenir à l’adresse éditoriale redazione.polythesis@unimc.it dans leur intégralité – donc pas seulement le résumé – avant le 15 juin 2020) doivent respecter les principes théoriques et méthodologiques adoptés par la revue. Par conséquent, seront prises en considération les œuvres qui choisissent une approche comparative et anthropologique, dans lesquelles les fonctions de l’homme chasseur, agriculteur et éleveur identifiées dans les textes littéraires sont liées aux formes élémentaires, répandues et archétypales de la mémoire culturelle humaine. Les textes littéraires étudiés doivent être placés dans une dimension culturelle aux côtés d’activités parallèles de l’action culturelle humaine, telles que la narration folklorique, le rituel, le mythe, la religion, la fête, etc.

Pour plus d’informations sur les procédés de double révision de la revue, on renvoie à http://riviste.unimc.it/index.php/polythesis/about/editorialPolicies.

Les éditeurs

Andrea Ghidoni – Antonella Sciancalepore

Publié dans Appel à contributions