Publication – « Communitas Regni. La « communauté de royaume » de la fin du Xe siècle au début du XIVe siècle (Angleterre, Écosse, France, Empire, Scandinavie) », dir. Dominique Barthélemy, Isabelle Guyot-Bachy, Frédérique Lachaud et Jean-Marie Moeglin

Les historiens médiévistes hésitent à parler d’État ou de nation quand ils évoquent les entités politiques du Moyen Âge central ; quand il s’agit de désigner une entité politique correspondant à une province, le terme royaume – parfois même en l’absence d’un roi – est moins conflictuel. Existait-il pour autant des communautés politiques spécifiques à l’échelle des royaumes, des « communautés de royaume » ? D’ailleurs, dans plusieurs régions d’Occident, l’usage du syntagme communitas regni caractérisait plutôt la terminologie des programmes politiques des mouvements d’opposition au roi. Les contributions réunies dans ce volume prennent toutefois appui sur cette notion pour proposer un questionnement renouvelé des fondements politiques d’une partie de l’Occident médiéval (Scandinavie, Empire, France, Angleterre et Écosse, pays tchèques), afin de comprendre ce qui en faisait la singularité.

communitas_regni

Table des matières :

PREMIÈRE PARTIE
LA COMMUNITAS REGNI : APPROCHES TERMINOLOGIQUES, JURIDIQUES ET THÉORIQUES

Michel Bur, À la recherche du mot communitas dans les sources narratives et diplomatiques des XIe et XIIe siècles
Georg Jostkleigrewe, Terra – populus – rex. La communauté du royaume vue de l’extérieur
Yves Sassier, Un aspect juridique de la « communauté du royaume » : la réflexion des romanistes du Moyen Âge sur la capacité, ou l’incapacité du peuple à contrôler le gouvernant
Lydwine Scordia, Les fondements de la communitas regni dans les questions quodlibétiques de la faculté de théologie de Paris à la fin du xiiie siècle
Karl Ubl, Aristotle and the Empire. Imperium, regnum, and communitas in Albert the Great and Engelbert of Admont
Frédérique Lachaud, La « communauté du royaume » en Angleterre (fin du XIIe-début du XIVe siècle)

DEUXIÈME PARIE
LE ROI ET LES PRINCES

Rolf Große, Les princes comme capita rei publice. Le royaume de Germanie aux XIe et XIIe siècles
Jörg Peltzer, Officiers du roi ou officiers du royaume ? Les grands offices de cour en Angleterre au XIIIe et au début du XIVe siècle
Dominique Barthélemy, Le baronnage français dans les récits de la bataille de Bouvines (1214-1274) et dans la liturgie su sacre royal
Isabelle Guyot-Bachy, Les guerres de Flandre dans le processus de formation de la communitas regni au travers des récits des chroniqueurs français (1214-première moitié du XIVe siècle)
Jean-Marie Moeglin, Communitas regni et « relations internationales » (XIe-XIIIe siècle)

TROISIÈME PARTIE
LA COMMUNAUTÉ RÉALISÉE

Jean-Christophe Blanchard, L’armorial Wijnbergen est-il un reflet de la communauté du royaume de France ?
Laurence Moal, La Bretagne et la communitas regni sous le règne de Pierre de Dreux (1213-1237)
Grégory Cattaneo, La communauté sans royaume dans l’Islande médiévale
Corinne Péneau, La création d’une communitas regni en Suède (XIIIe-XIVe siècles)
Alice Taylor, La communauté avant la communitas : les élites et le gouvernement royal en Écosse au XIIIe siècle
Éloïse Adde, « Communauté du royaume » et affirmation de la noblesse dans les pays tchèques (XIIIe-XIVe siècles)

Conclusions, par Bruno Lemesle

Informations pratiques :

Communitas Regni. La « communauté de royaume » de la fin du Xe siècle au début du XIVe siècle (Angleterre, Écosse, France, Empire, Scandinavie), dir. Dominique Barthélemy, Isabelle Guyot-Bachy, Frédérique Lachaud et Jean-Marie Moeglin, Paris, Presses Universitaires Paris Sorbonne, 2019. 352 pages, 16 x 24 cm. ISBN : 979-10-231-0613-8. Prix 34 euros.

Source : PUPS

Publié dans Publications

Publication en ligne – Journal of Historical Network Research, n° 3

Journal of Historical Network Research, n° 3, 2019. Accès : ici

cover_issue_6_en_US

Table des matières :

Trimalchio’s last will: shifting interactions between seeming and being (KÖSTNER, ELENA)

During the cena Trimalchionis – maybe the most prominent stage of Petronius Satyrica – we come to know of different testamentary dispositions whereby the focus is set on Trimalchio as legatee, heir, and especially as testator. To analyze and visualize these different roles here, I used an approach derived from historical network research: the ego-alter-dyad enables a systematic analysis of interpersonal interactions which can be regarded as the basis of most Roman last wills. The testament in Rome, in the sense of a last will and testament, implied a unilateral disposal by which an heir was appointed, or a person intended by law to be an heir was excluded from inheritance. Apart from the legal context a testament was also regarded as ultimate as well as financial confirmation of amicitia and family ties. Using the approach derived from historical network research the ties connecting Trimalchio with his former patronus, friends, family members, and slaves are visualized in different graphs. It is the aim of this paper bringing both sources and graphs into dialog and interpret them together. By doing so, Trimalchio’s mimus which he performed when reading out his last will gets obvious. He did not reply any of his mutual friendship or family ties in his testament, but he makes his friends and family members believe he would do so. Thereby, Trimalchio offended against a societal norm which was of paramount importance in Roman society. In his cena Trimalchionis Petronius creates a bizarre mimus where the dramatis personae, especially Trimalchio, were shifting between authenticity and illusion, between seeming and being.

Network Analysis of Medieval Manuscript Transmission. Basic Principles and Methods (FERNÁNDEZ RIVA, GUSTAVO)

Manuscripts are the main source for the study of medieval history and culture. Their features, production, circulation and transmission have been the subject of research from different disciplines and perspectives. This presentation will introduce an innovative way to investigate medieval manuscript transmission using network analysis. The computational study of networks has recently shown some great advancement, both as a visualization strategy and as a mathematical model to study complex phenomena, and can be very productively applied to medieval book history. This presentation will focus on the theoretical and technical foundations to create a network of shared manuscript transmission. These networks allow researchers to apply innovative exploratory visualization techniques and statistical methods. As a test sample, a network created to examine the shared manuscript transmission of texts written in German will be presented. The data for this research has been compiled from the online database Handschriftencensus and it has been processed and analyzed using Python and Gephi. The focus of the article are the theories, methods and strategies to create a network of shared manuscript transmission, why they are a valuable research method and how to evaluate and analyze their features.

The Emergence of Epistemic Communities in the Sphaera Corpus: Mechanisms of Knowledge Evolution (VALLERIANI, MATTEO; KRÄUTLI, FLORIAN; ZAMANI, MARYAM; TEJEDOR, ALEJANDRO; SANDER, CHRISTOPH; VOGL, MALTE; BERTRAM, SABINE; FUNKE, GESA; KANTZ, HOLGER)

The present work investigates the process of emergence of new epistemic communities. The research is based on semantic, content-related data extracted from a corpus of 359 printed editions, mainly of textbooks used to teach cosmology at European universities between 1472 and 1650. Epistemic communities are identified as families of editions, grouped according to their content, that eventually came to shape knowledge within and by way of the European educational framework. First, a method of classifying the textual content of the books is introduced. Second, a directed, multiplex network is constructed in five layers whose structures are defined specifically for the research question at hand. Then the network is analyzed, first by making use of the aggregated graph—which accounts for the connectivity between books when any of the potential semantic relations are indistinctly considered—and second by showing the contribution of each layer to the emergence of new families of editions. Finally, we interpret the results within a historical framework and identify an epistemic community that represents continuity with the medieval tradition, plus two new scientific and diverging communities that originated in the cultural context of the Reformed countries, which appear in the 1530s. The characteristics of the identified epistemic communities are further analyzed in order to draw general inferences concerning mechanisms of emergence of epistemic communities and their identification in corpora of historical sources. The work concludes by describing future research endeavors related to the corpus, also based on new series of data.

Reconstructing science networks from the past. Eponyms between malacological authors in the mid- 19th century (BREURE, ABRAHAM S.H.; HEIBERGER, RAPHAEL H.)

Reconstructing scientific networks from the past can be a difficult process. In this paper, we argue that eponyms are a promising way to explore historic relationships between natural scientists using taxonomy. Our empirical case is the emerging community of malacologists in the 19th century. Along the lines of pivotal concepts of social network analysis we interpret eponyms as immaterial goods that resemble the proporties of regular social contacts. Utilising Exponential Random Graph Models reveals that the social exchange underlying eponyms follows similar rules as other social relationships such as friendships or collaborations. It is generally characterized by network endogenous structures and homophily. Interestingly, the productivity of authors seems to be well recognised among contemporary researchers and increases the probability of a tie within the network significantly. In addition, we observe an epistemological divide in the malacological research community. Thus even in the 19th century, at a time when science was just emerging as a differentiated social system, epistemological distinctions have been a defining concept for scientific contacts.

Publié dans Publications, Web

Appel à contribution – Archaeologia Medievalis, 43 : Feu !

Namur (Moulins de Beez) : 12-13/03/2020
Feu !

Capture d’écran 2019-12-03 à 16.56.25

Après le thème de l’Eau, pourquoi ne pas aborder le thème du Feu ?

Au Moyen Âge, le feu maîtrisé a désigné le foyer dont ce fut l’unité de recensement par métonymie de l’habitation familiale. Cela signifie que cette source de chaleur s’immobilisa à l’intérieur de l’habitation au point de s’identifier à cette dernière. La structure même du foyer a pris en français le nom d’âtre, un mot qui a la même origine qu’astre, étoile. Et c’est bien de la lumière du feu dont il s’agit, qu’elle soit entretenue à l’intérieur de la maison ou dans le ciel de la nuit. Le conduit de cheminée fait son apparition au Moyen âge puisqu’il était absent de l’habitation romaine. En effet, en dehors des salles chauffées par hypocauste, avant tout réservées aux installations de bains, la source de chaleur dans la maison antique était déplaçable, portative. La maison du premier Moyen Âge a longtemps prolongé les modes rudimentaires ancestraux d’un foyer au sol et de la simple ouverture dans la toiture. Puis, la résidence aristocratique, religieuse ou profane, va se construire autour de cette innovation technique, que la cheminée soit centrale ou rejetée sur un mur, d’abord sous forme de simple percement avant le véritable conduit de cheminée élevé jusqu’au faîte. Le célèbre Plan de Saint-Gall en témoigne. La cheminée est à la fois source de chaleur et structure de cuisson des aliments. L’âtre se double souvent d’un four ou d’un fourneau-potager dont les traces archéologiques sont rares.

À l’intérieur des grandes églises, le luminaire participe de la liturgie ; on pense aux offices de la Semaine sainte. Des sommes importantes furent dépensées pour l’achat de cire mais la question du chauffage reste mal documentée en dehors des braséros portatifs disposés dans les stalles de chœur et avant les poêles en céramique apparus au XIVe siècle mais surtout propagés au XVIe siècle.

Sous sa forme tragique, dévastatrice, incontrôlable par l’homme, le feu s’est attaqué à un monument phare de l’art gothique ce 15 avril 2019 à Paris. Traumatisme planétaire, enfin relativisons, disons dans la chrétienté. Avec l’incendie de Notre-Dame, on mesure combien les ravages sont grands mais aussi à quel point une destruction « totale » par le feu n’implique pas d’office une reconstruction « totale » ex fundamento.

C’est ce qui explique que les archéologues, guidés par une mention écrite d’incendie, peuvent être amenés sur des fausses pistes. Tant il est vrai que, dans leurs coupes stratigraphiques, les archéologues attendent des couches d’incendie des repères chronologiques utiles.

C’est le risque d’incendie qui va imposer des prescriptions urbanistiques dans les villes : les murs pare-feu à défaut de ruelles, l’interdiction des toits en matière végétale, l’entretien des cheminées, etc.

Le développement des armes à feu à partir du XVe siècle va de pair avec les progrès de la métallurgie. La maîtrise du feu s’est exprimée dans l’artisanat et les productions préindustrielles regroupées sous l’appellation des arts du feu. Pour la terre, selon les stades de cuisson, on parle de petit ou de grand feu pour la faïence. Pour la production du fer, le choix du combustible fut déterminant. Ce fut le cas aussi pour les verreries, souvent éphémères dans nos régions avant la fin du xviiie siècle. Au sein du village, un artisan en particulier maîtrisait le feu : le forgeron dont la place dans la société médiévale a, depuis longtemps, été soulignée.

Ce ne sont là que quelques pistes de sujets pour la journée thématique de notre prochain Archaeologia Mediaevalis.

Informations pratiques :

Si vous désirez présenter une communication concernant vos travaux de l’année 2019 ou sur le thème du feu, nous vous prions de nous renvoyer la fiche jointe en annexe complétée avant le 13 janvier 2020.

Vu l’affluence grandissante des communications chaque année, les organisateurs vous confirmeront si votre communication a été acceptée.

Nous vous prions de nous faire parvenir vos textes relatifs aux recherches et études archéologiques avant le 13 janvier 2020 à l’adresse courriel suivante : archaeomed@gmail.com. Ces textes doivent être de courts résumés (Max. 8000 signes, espaces compris) relatifs aux sujets traités. Les références bibliographiques concernant 2019 seront envoyées séparément.

Fiche : AM 2020_form_communication_FR-NL

Publié dans Appel à contributions

Publication – « Les miracles de Saint Benoît. Miracula sancti Benedicti », éd. et trad. Anselme Davril, osb (†), Annie Dufour et Gillette Labory

Rédigés entre le IXe et le XIIe siècle par cinq auteurs, tous moines de Fleury, les neuf livres des Miracula sancti Benedicti, relatent les miracles survenus auprès des reliques de saint Benoît, tant à Fleury qu’en différents lieux dépendants du monastère. Ces reliques qui reposaient au Mont Cassin, ont été déposées à Fleury au VIIe siècle, comme le rappelle l’Historia translationis, introduction indispensable du recueil.

Les Miracula constituent une entreprise collective, chaque auteur se présentant comme le continuateur de l’oeuvre de son prédécesseur. Si leur but essentiel est de relater le miracle, ce sont aussi des historiens qui s’attachent à présenter les faits dans un contexte historique développé. Leur témoignage est parfois la source unique d’un événement.

12970-miracles-st-benoist_cv_bat

Le présent ouvrage est une édition critique, accompagnée d’un riche apparat critique, d’une traduction, d’une importante annotation et d’index très développés, éléments inexistants dans la publication de l’ensemble de l’oeuvre que fit Eugène de Certain en 1858.

Le Père Anselme Davril, o.s.b., moine de Fleury, s’est consacré à l’histoire de l’ordre bénédictin et a participé aux recherches historiographiques fleurisiennes. Avant sa mort en 2010, il a travaillé à l’édition de cet ouvrage. Annie Dufour, archiviste paléographe, s’est consacrée particulièrement aux actes originaux des XIe-XIIe siècles, spécialement ceux des évêques de Laon. Gillette Labory, archiviste paléographe, a publié plusieurs ouvrages en latin sur Fleury et est spécialiste de l’étude et de l’édition de textes d’historiographie médiévale en français.
Toutes les deux ont organisé le colloque « Abbon de Fleury, un abbé de l’an mil », en 2004, et dirigé la publication des actes parus en 2008.

Le médaillon de la couverture a été réalisé à partir d’une photo du linteau du portail Nord de l’abbatiale. Abbaye de Fleury, Père Jacques Audebert.

Informations pratiques :

Les miracles de Saint Benoît. Miracula sancti Benedicti, éd. et trad. Anselme Davril, osb (†), Annie Dufour et Gillette Labory, Paris, CNRS Éditions, 2019 (Sources d’histoire médiévale). 648 p., 15.5 x 24 cm. ISBN : 9782271129703. Prix : 90 euros.

Source : CNRS Éditions

Publié dans Publications

Appel à contribution – Les Rencontres de musicologie médiévale

La mise en place des Rencontres de musicologie médiévale répond au désir d’insuffler une dynamique disciplinaire, scientifique et humaine à la communauté des médiévistes français et francophones. Ces Rencontres annuelles, dont la première édition se tiendra à Paris, seront un lieu d’échanges entre musicologues médiévistes, chercheurs des disciplines connexes, ainsi que les divers acteurs de la musique et la musicologie médiévale. Elles seront l’occasion d’entendre des communications scientifiques pendant lesquelles seront présentés des travaux achevés, des recherches en cours ou des projets. S’y ajoutera un volet de réflexion disciplinaire sur la recherche et l’enseignement de la musique médiévale mené sous forme de courtes communications, de tables rondes et d’ateliers.

Les Rencontres seront ouvertes à la communauté musicologique, chercheurs comme étudiants de master et de doctorat, aux chercheurs des disciplines connexes, et aux autres acteurs de la musique médiévale, tels que les interprètes, luthiers, programmateurs ou médiateurs culturels. Les communications devront se faire en langue française.

Les objectifs, modalités et déroulement des futures Rencontres seront débattus et précisés collectivement lors d’une table ronde programmée à l’occasion de leur première édition, en 2020.

Musico médiévale

Appel à communication

L’appel s’adresse à la communauté musicologique, chercheurs comme étudiants de master et de doctorat, aux chercheurs des disciplines connexes, et aux autres acteurs de la musique médiévale, tels que les interprètes, luthiers, programmateurs ou médiateurs culturels. Les communications devront se faire en langue française.

Les propositions de communication ne devront pas excéder 300 mots environ. Outre les informations habituelles, on y trouvera le statut du communicant, son affiliation éventuelle, le format et la durée souhaités (entre 10 et 30 mn). Il est possible de proposer une communication faisant intervenir plusieurs personnes, ainsi qu’une session de plusieurs communications. Les Rencontres se voulant avant tout un lieu d’échanges sans format prédéterminé, les communicants ne doivent pas hésiter à proposer des formules originales.

Les propositions devront être envoyées à l’adresse rmm@sciencesconf.org avant le 15 janvier 2020

Calendrier

15 janvier 2020: clôture de l’appel à communication

1er février 2020 : sélection des communications

19-20 mai 2020 : première édition des Rencontres de musicologie médiévale (Reid Hall, 4 rue de Chevreuse, Paris VIe)

Organisateurs

Océane Boudeau (CESEM/NOVA-FCSH, Lisbonne et SAPRAT/EPHE, Paris)

Anne-Zoé Rillon-Marne (UCO, Angers ; CESCM, Poitiers ; IReMus)

Gaël Saint-Cricq (GRHis/Université de Rouen Normandie)

Nous contacter : rmm@sciencesconf.org

Site internet : https://rmm.sciencesconf.org/

Publié dans Appel à contributions

Exposition – Roads of Arabia. Archaeological Treasures of Saudi Arabia

Dal 28 Novembre 2019 al 01 Marzo 2020

Luogo: Museo Nazionale Romano – Terme di Diocleziano (Roma, IT)
Indirizzo: via Enrico de Nicola 78

Orari: dalle 9.00 alle 19.30; ultimo ingresso un’ora prima della chiusura del Museo

96819-rm

Dal 28 novembre 2019 al 1 marzo 2020 alle Terme di Diocleziano sarà ospitata la grande mostra Roads Of Arabia Archaeological Treasures of Saudi Arabia La mostra, portata in Italia dal Ministero della Cultura dell’Arabia Saudita e dal Ministero per i Beni e le Attività Culturali e per il Turismo, esplora il ricco patrimonio della penisola arabica attraverso reperti archeologici, capolavori storico artistici e antichi documenti. Dal 29 novembre al 28 dicembre tutti i venerdì e sabato le Terme di Diocleziano saranno eccezionalmente aperte dalle 20.00 alle 23.00. Al costo di 5 euro sarà possibile visitare, oltre al complesso museale, anche la mostra #RoadsofArabia!

Il link al sito della mostra http://roadsofarabia.sa/

cartella stampa Ufficio stampa Electa https://www.electa.it/ufficio-stampa/roads-of-arabia/

Source : ARTE.it

Publié dans Exposition

Séminaire – Codicologie quantitative : sociologie du livre médiéval – Membra disjecta – Membra conjucta. Logiques de séparation, de recomposition et de rassemblement des documents médiévaux

Membra disjecta – Membra conjucta. Logiques de séparation, de recomposition et de rassemblement des documents médiévaux

Le séminaire se tient à la Sorbonne en salle Perroy, de 17h à 19

Informations complémentaires : fforonda@univ-paris1.fr

Séminaire fondé par
Ezio Ornato
Jean-Philippe Genet
Carla Bozzolo

et coordonné par
François Foronda,
Émilie Cottereau-Gabillet
Octave Julien

Capture d’écran 2019-12-03 à 22.43.35

Programme :

Jeudi 9 Janvier
Émilie Mineo (Université de Namur, F.R.S.-FNRS)
« Si en est cyrografes fais en trois parties ». Approche codicologique des chirographes échevinaux de Tournai du XIIIe siècle
Discutante : Julie Claustre (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Lamop)

Jeudi 23 Janvier
Marie-Émeline Sterlin (Université de Franche-Comté, Centre Lucien Febvre)
(Re)composer le document, (re)définir le pouvoir. Cartularisation et pouvoir municipal dans le nord du royaume de France (XIIIe-XVe siècle)
Discutant : Thomas Brunner (Université de Strasbourg, ARCHE – EA 3400)

Jeudi 13 Février
Maria Alessandra Bilotta (Instituto de Estudos Medievais, Universidade Nova de Lisboa )
Membra disjecta – Membra conjucta : logiques de séparation et de recomposition dans l’étude des fragments des manuscrits juridiques (France du Midi, Péninsule italienne, Péninsule ibérique)
Discutant : François Foronda (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Lamop)

Jeudi 12 Mars
Octave Julien (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Lamop)
La division des manuscrits en livrets : hasard ou calcul ?
Discutant : Nicolas Perreaux (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Lamop)

Jeudi 26 Mars
Pierre Chambert-Protat (FNS, Université de Fribourg)
Travailler non seulement sur des textes, mais dans des livres. Florus et le milieu lyonnais face à la structure matérielle du codex
Discutant : Jérémy Delmulle (CNRS, IRHT)

Jeudi 23 Avril
Darwin Smith (CNRS, Lamop)
Membra peregrinanda : livres et bibliothèque à Notre-Dame de Paris
Discutant : Yann Potin (Archives nationales de France)

Source : LAMOP

Publié dans Séminaire