Séminaire – Les enjeux de la mutation des bases de données vers de nouveaux formats. Les p’tits déj’ ‘Humanités numériques’ de l’IRHT

1ère séance : 27 novembre 2020 — Les enjeux de la mutation des bases de données vers de nouveaux formats.

Le séminaire mensuel de l’IRHT sur les humanités numériques et les sciences de l’érudition (org. Jérémy Delmulle – Emmanuelle Kuhry, IRHT-CNRS) reprend dès novembre 2020, en mode distant.

Nous explorons toujours la façon dont les nouvelles technologies imprègnent nos disciplines de l’érudition et modifient nos pratiques de recherche.

Dans la mesure du possible, les séances se veulent participatives et se composeront de deux présentations ou plus suivies d’une discussion générale à laquelle tous les auditeurs sont invités à réagir. Elles se dérouleront le vendredi matin, de 9h30 à 12h30. Le café et les viennoiseries sont désormais à préparer chez soi, malheureusement. Les auditeurs sont donc invités à prendre leurs aises chez eux (pyjamas acceptés).

L’accès aux séances nécessite une inscription préalable à l’adresse <emmanuelle.kuhry@irht.cnrs.fr> ou <jeremy.delmulle@irht.cnrs.fr>. Un lien vous sera envoyé après inscription ; les séances se feront au moyen du logiciel de visio-conférence Tixeo.

La première séance aura lieu le 27 novembre de 9h30 à 12h30. Le programme prévisionnel des séances ultérieures suivra sous peu.

Source : IRHT

Publié dans Le réseau

Soutenance de thèse – Anh Thy Nguyen, « Le ‘geste compilatoire’ à la fin du Moyen Âge : une définition à l’aune du contexte, du texte et du codex de la ‘Fleur des Histoires’ de Jean Mansel »

Le Réseau des Médiévistes belges de Langue française a le plaisir d’annoncer la soutenance de thèse de l’une de ses membres : Anh Thy Nguyen (FNRS / UCLouvain) soutiendra sa thèse de doctorat le samedi 5 décembre 2020 sur Teams. La soutenance peut être suivie en ligne, sur demande.

Invitation à la soutenance publique de thèse : Le « geste compilatoire » à la fin du Moyen Âge : une définition à l’aune du contexte, du texte et du codex de la Fleur des Histoires de Jean Mansel »

Le 05 décembre 2020 à 14H00 sur Teams

Pour assister à la soutenance et obtenir le lien Teams, veuillez vous inscrire par mail pour le 02 décembre au plus tard en écrivant à : anhthy.nguyen@uclouvain.be

Le jury est composé de Mesdames et Messieurs les professeur·es :

Paul BERTRAND (UCLouvain), Président et Lecteur
Tania VAN HEMELRYCK (UCLouvain), Promotrice et Secrétaire du jury
Olivier DELSAUX (UCLouvain), Lecteur
Estelle DOUDET (Université de Lausanne), Lectrice extérieure
Godfried CROENEN (Université de Liverpool), Lecteur extérieur

Résumé de la thèse :

Considérée comme une forme de duplicité non originale, la compilation a été pendant des siècles affublée d’une connotation péjorative. Cette vision dépréciative à l’endroit de la compilation définit les schèmes fondamentaux de notre culture ainsi que notre manière d’appréhender les objets artistiques du passé. L’objectif principal de cette étude a consisté à renouveler le prisme traditionnel d’analyse de la compilation médiévale au profit d’une définition neutralisée visant à resituer le geste compilatoire dans son historicité, sa textualité et sa matérialité.

Par ses propriétés à la fois contextuelles, textuelles et matérielles, la Fleur des histoires de Jean Mansel s’est révélée être un cas d’étude à la fois privilégié et inédit pour appréhender le geste compilatoire à la fin du Moyen Âge. Cette compilation d’histoire universelle, produite à la cour du duc de Bourgogne Philippe le Bon, s’étend de la création du monde jusqu’au règne du roi de France Charles VI. Elle est conservée dans près de 80 témoins manuscrits et présente la particularité d’être attestée sous deux rédactions : une première, en trois livres, rédigée entre 1456-1460, et une seconde, en quatre livres, entre 1462-1474.

L’étude de ce corpus a permis de circonscrire les conditions et contours de la production du geste compilatoire, de définir ses principes et procédés de composition et d’appréhender les modalités de lecture et méandres du succès d’une compilation historique du XVe siècle. Les trois volets de notre thèse de doctorat, articulés autour d’une analyse du contexte, du texte et du codex de la Fleur des histoires de Jean Mansel, participent ainsi à une définition des motivations, des modalités, des manifestations et des finalités du geste compilatoire à la fin du Moyen Âge.

Document au format PDF : ici

Publié dans Activités du RMBLF

Appel à contribution – Fortifications savantes, fortifications de savants

Huitième colloque international de Bellecroix, du 22 au 24 octobre 2021, s. dir. Jean MESQUI et Hervé MOUILLEBOUCHE

Quoi de commun entre une fortification classique telle que Neuf-Brisach, un château Renaissance comme Maulnes, une tour maîtresse romane telle que Châtillon-Coligny ? Toutes trois sont l’expression d’un tracé savant, dont la conception exige une conceptualisation dépassant l’utilisation des stéréotypes que sont le quadrangle ou le cercle. Quelles logiques, quels référentiels de doctrine ont présidé à la mise au point de ces tracés extraordinaires de l’Antiquité à l’époque moderne ? Faut-il y voir la volonté de maîtres d’ouvrages savants, érudits ou férus d’ésotérisme? Faut-il y reconnaître l’inventivité pure de techniciens poussant à l’extrême leurs doctrines, voire l’expression de leur ego d’artistes ?

On sait depuis longtemps que le Quattrocento italien, puis le XVIe siècle européen, ont été une période rêvée pour l’expression de ces élucubrations savantes de maîtres d’ouvrage et de maîtres d’œuvre, pouvant aller jusqu’au délire inventif de certains traités ; mais cette présence du sachant, voire du savant, dans la conception de l’ouvrage, ne remonte-t-elle pas bien plus haut ? Utilisait-on les traités antiques, comme ceci a été souvent affirmé, pour concevoir les ouvrages, et quelles en sont les preuves ? Peut-on imaginer qu’il y ait eu des répertoires de formes et de tracés, comme les fameux Carnets de Villard de Honnecourt pour l’architecture religieuse ? Comment expliquer des plans aussi bizarres que la tour d’Étampes, des conceptions aussi sophistiquées que la tour de La Rochelle, des tracés aussi élaborés que le Castel del Monte ?

On s’attachera, dans ce colloque, à débusquer des exemples de cette expression savante depuis l’Antiquité jusqu’au début de la Renaissance ; non que la période qui suit n’ait pas été savante, puisqu’au contraire elle n’est plus que savante, et qu’elle a produit des théoriciens et des traités bien connus. Au contraire, c’est dans les périodes antérieures que ce colloque convoque formes et usages architecturaux savants, afin de proposer des interprétations raisonnées de leur genèse.

Propositions de communications à renvoyer avant le 1er mai à Jean Mesqui et Hervé Mouillebouche

Publié dans Appel à contributions

Conférence – Michel Margue, Autorité ‘publique’ et conscience dynastique. Représentations du pouvoir et genèse de la domination princière en Lotharingie du Xe au XIIe s.

« Séminaire d’histoire médiévale » organisé par l’École Pratique des Hautes Études – PSL (EPHE – PSL) et l’Institut historique allemand (IHA).

Le séminaire d’histoire médiévale organisé par l’École pratique des hautes études et l’Institut historique allemand se poursuit avec, le mercredi 2 décembre 2020, de 10h00 à 12h00,

Michel Margue (université du Luxembourg), « Autorité ‘publique’ et conscience dynastique. Représentations du pouvoir et genèse de la domination princière en Lotharingie du Xe au XIIe s. ».

La discussion qui suivra sera animée par Geneviève Bührer-Thierry (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne). En raison de la situation sanitaire, le séminaire aura lieu sous forme de visioconférence. Les personnes désireuses d’assister au séminaire se feront connaître auprès de Rolf Große : rgrosse@dhi-paris.fr (message adressé en copie à Laurent Morelle : Laurent.Morelle@ephe.psl.eu).

Source : Institut historique allemand

Publié dans Le réseau

Publication – Philippe Contamine, « Jeanne d’Arc et son époque »

Jeanne d’Arc est-elle apparue en son temps comme l’incarnation de la résistance contre l’envahisseur ? A-t-elle été la stratège militaire que la chronique a retenue ? Est-elle morte telle l’image de la sainteté que l’Église a fini par consacrer ? Comment ses contemporains, le roi Charles VII et sa cour qui peinent à la suivre, Henri VI et ses troupes qui la combattent, l’évêque Cauchon qui instruit son procès en hérésie, l’ont-ils perçue ? Comme une folle illuminée, une prophétesse inspirée, une guerrière héroïque ou une figure providentielle ?

Philippe Contamine revient ici sur l’édification de la légende de la Pucelle d’Orléans. Exhumant archives oubliées et documents inédits, il départage la vérité du mythe et inscrit Jeanne dans son temps, entre les chaos et les fracas de la guerre de Cent ans. Il la restitue à l’univers chevaleresque qui anime l’Europe d’alors. Il en fait la clé d’une fresque culturelle sur la période la plus pré-moderne du Moyen Âge.

Un tableau vivant, indispensable pour déchiffrer et comprendre l’imaginaire français. Un antidote aux instrumentalisations.

Professeur émérite d’histoire médiévale à l’université Paris-Sorbonne, membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, Philippe Contamine est internationalement connu pour ses travaux sur la noblesse et sur la guerre au Moyen Âge.

Informations pratiques :

Philippe Contamine, Jeanne d’Arc et son époque, Paris, Éditions du Cerf, 2020. 384 p., 15,5 x 24. ISBN : 9782204137546. Prix : 25 euros.

Source : Éditions du Cerf

Publié dans Publications

Publication – « Journal de Jean Le Fèvre. Chancelier des ducs d’Anjou et comtes de Provence (1381-1388) », dir. Michel Hébert et Jean-Michel Matz

Par ses fonctions de chancelier, Jean Le Fèvre se trouve au cœur de la vie politique de la Chrétienté occidentale au cours des années 1380. Son journal est riche de détails sur les évènements qui touchent la cour de France et celle du pape Clément VII à Avignon ainsi que sur la reprise en main difficile du comté de Provence et du royaume de Naples par les princes de la seconde maison d’Anjou. Ni chronique raisonnée, ni ouvrage d’histoire, le Journal rassemble, sous une forme tout à fait originale, les notes prises par cet acteur engagé qui est aussi un excellent témoin des grands bouleversements de son temps.

Table des matières : ici

Informations pratiques :

Journal de Jean Le Fèvre. Chancelier des ducs d’Anjou et comtes de Provence (1381-1388), dir. Michel Hébert et Jean-Michel Matz, avec la collaboration de Noël Coulet, Philippe Genequand, Mathieu Lescuyer, Christophe Masson et Thierry Pécout, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2020. 736 p., 16,5 x 24 cm. ISBN : 978-2-7535-7892-0. Prix : 35 euros.

Source : Presses universitaires de Rennes

Publié dans Publications

Publication – « Ressources et construction : la transmission des savoirs sur les chantiers », dir. François Blary et Jean-Pierre Gély

Accès : ici

Diffusées par le geste et la parole puis par l’écriture et le dessin, les connaissances sur les matériaux et la construction ont traversé des générations de bâtisseurs. Les contributions réunies dans cet ouvrage offrent des regards multiples sur l’élaboration, la transmission et l’évolution des savoirs et savoir-faire sur les chantiers, de l’Antiquité au XXe siècle.

Le Congrès national des sociétés historiques et scientifiques rassemble chaque année universitaires, membres de sociétés savantes et jeunes chercheurs. Ce recueil est issu de travaux présentés lors du 143e Congrès sur le thème « La transmission des savoirs ».

Table des matières : ici

Informations pratiques :

Ressources et construction : la transmission des savoirs sur les chantiers, dir. François Blary et Jean-Pierre Gély, Paris, CTHS, 2020 (Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques). ISBN : 9782735508990. En ligne.

Source : Open Éditions

Publié dans Le réseau

Publication – Chiara Frugoni, « Paure medievali. Epidemie, prodigi, fine del tempo »

Un passato sorprendentemente vicino, nel momento in cui con sgomento ci troviamo ad affrontare realtà che si ritenevano scongiurate da secoli, come le pandemie causate da virus, o assistiamo alle ricorrenti catastrofi ecologiche, o valutiamo i rischi – spesso portati dall’aggressiva mano dell’uomo – che minacciano il pianeta. Il Medioevo ci parla oggi con voce forte, attraverso le tante paure che assillavano donne, uomini, bambini: paura della fine, della miseria, della fame, delle malattie, della lebbra e della peste in particolare, fino alla paura del diverso, dello straniero, degli ebrei, dei musulmani, dei mongoli. Un libro di lugubri sciagure che si susseguono, dunque? No. Un libro che pone domande, addita problemi, cerca risposte. Non siamo più in quel Medioevo, ma gli esseri umani sono ancora gli stessi, nascono, amano, crescono, sperano, si spaventano. Oltre ad alcune curiosità – una data di nascita sbagliata per Cristo, le reazioni suscitate dall’arrivo dell’anno Mille – scopriremo quale evento all’improvviso fece degli ebrei i nemici della porta accanto; che legame esiste fra la nascita del purgatorio e la circolazione di temi macabri nelle chiese, come si contrastò il dilagare delle carestie. Alcuni testimoni privilegiati renderanno palpabili anche a noi i drammi delle loro epoche, mentre uno smagliante corredo di immagini accompagnerà il racconto rendendolo vivo ed emozionante.

Per ricevere una copia autografata del libro, inserire il codice promo EXLIBRIS nell’apposito campo del modulo d’acquisto

Chiara Frugoni ha insegnato Storia medievale nelle Università di Pisa, Roma e Parigi. Tra i suoi numerosi libri segnaliamo, per il Mulino, «Vivere nel Medioevo. Donne, uomini e soprattutto bambini» (2017), «Uomini e animali nel Medioevo. Storie fantastiche e feroci» (2018) e «Paradiso vista Inferno. Buon Governo e Tirannide nel Medioevo di Ambrogio Lorenzetti» (2019). I suoi saggi sono tradotti nelle principali lingue europee, oltre che in giapponese e in coreano.

Informations pratiques :

Chiara Frugoni, Paure medievali. Epidemie, prodigi, fine del tempo, Il Mulino, 2020. pp. 400, 978-88-15-29064-9. Prix : 40 euros.

Source : Il Mulino

Publié dans Le réseau

Séminaire (en ligne) – Webinaire H37. Histoire et cultures graphiques

Sous la direction de Paul Bertrand
Avec la collaboration du centre PraME – Pratiques médiévales de l’écrit (UNamur)

Programme :

23 novembre 2020, 17h
Levi Roach (UExeter)
Forging Exemption: Fleury from Abbo to William (c. 997-1072).

7 décembre 2020, 17h
Zina Cohen (EPHE-Saprat, Paris & BAM, Berlin)
Contribution de l’analyse des matériaux d’écriture à la connaissance des documents légaux : cas de la communauté médiévale juive du Caire.

17 décembre 2020, 14h
Antoine Brix (Université normale de la capitale, Pékin)
Les états manuscrits des ‘Chroniques et annales de France’ de Nicole Gilles.

11 janvier 2021, 17h
Warren Pezé (Université Paris-Est Créteil)
Le dossier des ‘dona annua’ carolingiens.

10 Février 2021, 17h
Jay Diehl (Long Island University)
Priestly Education as Monastic Reform: The Culture of Writing at Saint-Laurent de Liège, c.1090-1110.

18 mars 2021, 17h
Antonella Ghignoli (Sapienza – Università di Roma)
Applied category analysis for interpreting a list in the late antique documentary tradition: some preliminary considerations.

31 mars 2021, 17h
Nathan Carlig (F.R.S.-FNRS – Université de Liège)
Les codices miscellanei profanes et chrétiens dans l’Égypte byzantine (IIIe/IVe – VIe/VIIe s.).

7 mai 2021, 17h
Pierre Chambert-Protat (Bib. Apost. Vaticane, Rome)
La référence bibliographique. Expérimentations et débats méthodologiques au IXe siècle.


Pour participer :

https://zoom.us/j/5994239729
Attention : il convient de s’identifier clairement dans la « salle d’attente » de Zoom (nom et prénom) pour être autorisé à accéder au séminaire

Publié dans Le réseau

Publication – Le « catharisme » en questions, éd. Jean-Louis Biget, Daniel Le Blévec, Michelle Fournié

Dans les dernières décennies, le phénomène des hérésies médiévales s’est inscrit dans le champ d’une compréhension renouvelée. En concomitance, une réflexion s’est engagée sur les rapports entre mémoire collective et discours historique. Un tel contexte imposait de réexaminer l’histoire du « catharisme », pour tenter de répondre aux interrogations qui demeurent sur ses origines, sa nature, sa chronologie, son appellation et son évolution. Lors du 55e colloque de Fanjeaux, des spécialistes reconnus, de différentes générations et de plusieurs nationalités, ont uni leurs compétences afin de faire le point sur les doutes et les certitudes et dresser un bilan aussi exact et objectif que possible des questions ouvertes. Le présent volume, en un riche éventail de contributions, livre le fruit de ces réflexions.

Table des matières :

Avant-propos, Michelle Fournié, Daniel Le Blévec – L’histoire du « catharisme » occitan : un nœud de questions, par Jean-Louis Biget

I. QUELLES ORIGINES ?

Des Églises cathares en Italie ? Pour une étude critique des sources italiennes, par Alessia Trivellone
Circulation et portée de l’apocryphe Interrogatio Iohannis, par Edina Bozoky
Retour sur le « concile de Sant-Félix », par Jean-Louis Biget
Unité de l’Église et définition de l’hérésie au XIIe siècle, par Dominique Iogna-Prat
Filii Dei et filii diaboli, Ecclesia et heresis : les hérétiques « fils du diable » comme catégorie       ecclésiologique (ve-xiiie siècle), par Uwe Brunn  

II. COMMENT S’ÉLABORE L’IMAGE D’UNE OCCITANIE HÉRÉTIQUE ?

L’hérésie dans le jeu des pouvoirs en Occitanie, par Robert I. Moore
Les hérétiques du prince : Alain de Lille et les hérétiques méridionaux, par Emmanuel Bain
Les légats méridionaux : Pierre de Castelnau, Raoul de Fontfroide et Arnaud Amalric. Recherches sur leurs familles et leurs motivations, par Hélène Débax

III. LES DISSIDENCES, QUELLE RÉALITÉ AVANT LA CROISADE ?

L’évangélisme et la vita apostolica en Occitanie aux xie-xiie siècles. Formes, évolution, oppositions, par Guy Lobrichon
Les « bons hommes », les « bonnes dames » et leurs communautés avant 1209, par Jean-Louis Biget
Dominique de Caleruega, Diègue d’Osma, Foulque de Toulouse. Quels liens entre eux au service d’une même intuition, par Bernard Hodel

IV. APRÈS LA CROISADE, QUEL DEVENIR DE L’HÉRÉSIE ?

Foi et doctrine chez les croyants des hérétiques, par Jacques Paul
Le catharisme en questions : falsifiabilité, vérité historique et une nouvelle histoire du christianisme médiéval, par Mark Gregory Pegg
Le catharisme et le manuscrit 609 de la Bibliothèque municipale de Toulouse, par Jean-Paul Rehr

Conclusion, par André Vauchez

Informations pratiques :

Le « catharisme » en questions. Actes du colloque de Fanjeaux (juillet 2019), éd. Jean-Louis Biget, Daniel Le Blévec, Michelle Fournié, Castelnaudary 2020 (Cahiers de Fanjeaux 55).

Source : Hepos

Publié dans Le réseau