Appel à contribution – Nature, concepts et enjeux des référentiels en archéométrie et sciences de la conservation

Le réseau CAI-RN vous invite à venir échanger autour des enjeux épistémologiques des référentiels en archéométrie ou en sciences de la conservation lors d’une journée qui se tiendra en novembre à Paris.

Collections de métaux et scories, de pigments, d’organismes, de cernes de bois, de spectres polliniques, de traces traduisant des gestes ou des fonctions, de spectres analytiques, de séquences isotopiques, de données génétiques… Les référentiels sont de natures diverses, immatériels ou objets incluant des matériaux ou des échantillons biologiques. Actuels ou archéologiques, ils ont été collectés avec un ensemble d’informations associées, ou sont issus d’expérimentations. Ils peuvent définir des matières, des phases, des provenances, des populations, des gestes et des pratiques ou des structures. Les référentiels sont un point d’ancrage de nombreuses démarches en archéométrie et sciences de la conservation. Ils guident et conditionnent l’interprétation des valeurs mesurées sur les vestiges du passé. Leur conception, leur constitution et leur utilisation posent des questions épistémologiques. Le référentiel permet-il véritablement de réduire l’éventail des paramètres possibles menant in fine à l’état observé, soulevant alors la question de l’équifinalité ? La création du référentiel n’emprunte-t-elle pas à un modèle préétabli voire paradigmatique ? En ce sens, dans quelle mesure l’adéquation au référentiel constitue-t-elle une preuve ? Peut-on et doit-on constituer un référentiel « actuel » pour modéliser et comprendre des évènements, des populations, des mécanismes du passé ? Quelles limites à la non-exhaustivité des référentiels ? Quel apport des référentiels altérés ? L’objectif de cette journée sera de comparer les démarches conceptuelles pour la constitution et l’utilisation des référentiels archéométriques de toutes natures en les illustrant de cas d’étude, et in fine d’aborder ensemble les questionnements épistémologiques sous-jacents.

Pour proposer une communication, envoyez un titre et un bref résumé (2000 caractères max) explicitant les questions épistémologiques à Philippe Dillmann (philippe.dillmann@cea.fr) et Marie Balasse (marie.balasse@mnhn.frau plus tard le 3 juillet 2020.

Votre proposition sera examinée par le Comité de pilotage du réseau CAI-RN (https://archeometrie.cnrs.fr/spip.php?rubrique53)

La journée qui aura lieu en novembre sera organisée autour d’une sélection de communications illustrant la diversité des situations et problématiques rencontrées en archéométrie et offrira de larges créneaux pour les discussions.

Publié dans Appel à contributions

Offre d’emploi – Enseignant-chercheur contractuel (ECER) en Histoire du Moyen Âge (Occident et/ou Orient), Ve-XVe siècle

Un emploi d’enseignant-chercheur contractuel (ECER) en « Histoire du Moyen Âge (Occident et/ou Orient), Ve-XVe siècle » est à pourvoir à l’Université d’Angers à compter du 1er octobre 2020, pour 11 mois.



Le poste sera publié sur le site de l’Université à partir du 20/07/2020. Les candidats doivent être titulaires d’un doctorat.

Ils déposeront leur candidature via le site de l’Université d’Angers du 20/07/2020 au 23/08/2020. Pour tout renseignement, contacter Thomas DESWARTE – thomas.deswarte@univ-angers.fr

Source : SHMESP

Publié dans Offre d'emploi

Appel à contribution – Les communautés religieuses et villageoises dans la reconstruction économique à la fin du Moyen Âge (XVe-XVIe siècles)

En août 1996, les Amis de Léoncel avaient traité en un seul colloque deux siècles et demi d’histoire de l’abbaye (1303-1562), dans un dossier qui faisait la part la plus belle aux difficultés du XIVe et du début du XVe siècle. En nous appuyant sur de nouvelles approches, nous souhaitons cette année remettre en perspective la reconstruction économique associée au retour des moines à Léoncel dans le deuxième quart du XVe siècle.

Après le Petit Optimum Médiéval et une extension des terroirs qui a largement bénéficié aux cisterciens, l’« automne » du Moyen Âge est marqué par une déprise du peuplement, effet d’un effondrement démographique et de troubles guerriers (ici les attaques de Raymond de Turenne). Mais s’ensuit, au XVe siècle, une reconquête et une réorganisation des terroirs, portée par le triomphe de l’écrit (terriers, cartulaires, inventaires…), le développement des échanges et des marchés, l’affirmation des communautés d’habitants et la « naissance des communs » (F. Mouthon). Comment les communautés, religieuses ou villageoises organisent-elles cette reconstruction économique ? Quelles sont leurs stratégies documentaires ?

Un des enjeux pour les communautés religieuses désormais privées du travail et des capacités de gestion des convers est de continuer à tirer des revenus de leur patrimoine. Quel est le profil de leurs tenanciers ou albergataires ? Comment les domaines monastiques (souvent dévolus au faire-valoir direct) sont-ils réinvestis par une population rurale ?

Tenue du colloque le samedi 12 septembre, à Hostun (Drôme), si le contexte sanitaire le permet.

Comité d’organisation : Josselin Derbier, Ginette Guillorit, Yannick Veyrenche

Propositions, pour le 15 juillet 2020, à transmettre à l’adresse contact@les-amis-de-leoncel.com

Source : Les Amis de Léoncel

Publié dans Appel à contributions

Offre d’emploi – Lecturer in Pre-Modern Art, History of Art Department, The University of Edinburgh

College of Arts, Humanities and Social Sciences

History of Art is seeking to appoint a Lecturer in pre-modern art with research and teaching expertise in art from any geographic area, c.500 CE to 1500 CE. The successful candidate will play a leading role in the delivery and development of our undergraduate and postgraduate programmes and will engage in the supervision of doctoral students. They will have an excellent research profile in the field, with the ability to produce exceptional research, further develop our collaboration with world-leading galleries and collections, and attract external funding. The appointee will also contribute to the administration of the subject area and the development of teaching and research across Edinburgh College of Art. We welcome candidates who will contribute to ECA’s strong commitment to equality, diversity, and inclusion.

History of Art at the University of Edinburgh is the second largest art history department in the UK and offers a rich curriculum spanning a diverse range of cultures including India, China, Japan, Islamic Spain, Italy, France, Germany, Ireland, the US, and the UK. The department provides teaching and research excellence that probes issues of power, gender, labour, race, class, religion, and art history’s institutional and disciplinary role in shaping the past and its responsibility to help improve the future. We especially encourage the applications of women and scholars of colour.

The University of Edinburgh is ranked in the top 20 of global institutions and located in the UNESCO capital city of Scotland, home to a vibrant arts scene rich in world-class museums, galleries, festivals, and striking architecture and surrounded by the stunning natural beauty of the Scottish landscape.

This is a full-time, open-ended post at 35 hours per week.

Closing date: 23rd July 2020 at 5pm (GMT).

For further particulars and to apply for this post please click on the ‘apply’ button below: www.vacancies.ed.ac.uk/pls/corehrrecruit/erq_jobspec_version_4.jobspec?p_id=052438

Location: Edinburgh
Salary: £41,526 to £49,553 per annum (Grade 8)
Hours: Full Time
Contract Type: Permanent
Closes: 23rd July 2020
Job Ref: 052438

Source : The Medieval Art Research

Publié dans Offre d'emploi

Appel à contribution – Onomastique à la lettre : jeux de noms et de lettres dans la littérature médiévale en français

Proposition de session pour l’International Medieval Congress de Leeds (5-8 juillet 2021), suivie de la publication d’un dossier spécial dans une revue peer-review de littérature médiévale

La réflexion sur les noms propres est omniprésente dans la littérature du Moyen Âge : désireux d’arracher le patronyme à sa fonction d’identification pure, les poètes médiévaux semblent en effet vouloir lui offrir « une ‘remotivation’ phonique ou graphique qui n’a rien à voir avec son origine appellative » (Rigolot : 1977, p. 12). Plusieurs causes sont avancées par les spécialistes pour expliquer cet engouement onomastique : la tradition biblique de célébration du Nom de Dieu ; la perception antique du nom comme instrument heuristique et source de pouvoir ; la conviction, largement répandue au Moyen Âge, du caractère non arbitraire du signe linguistique et a fortiori du nom propre. Ce sont là autant d’hypothèses qui permettent d’analyser la sensibilité onomastique toute particulière de la littérature médiévale, depuis longtemps mise en lumière par la critique (cf. indications bibliographiques).

Dans le cadre du présent appel, nous sollicitons des communications consacrées à un aspect spécifique et encore peu étudié de la question : le travail sur la lettre appliqué à la réflexion onomastique dans la littérature médiévale en français. De l’épellation du nom de Marie dans les Miracles de Nostre Dame de Gautier de Coinci au don de la lettre H du poète T(h)ibaut à sa dame (H)Annes dans le Roman de la Poire, des anagrammes sur le patronyme de Guillaume de Machaut à l’épellation du nom du cheval Fauvel dans le roman éponyme, les exemples de jeux sur le nom propre menés dans une perspective lettriste sont légion. Nous accueillons aussi bien des études de cas, favorisant la lecture rapprochée et l’analyse de détail des jeux lettristes, que des réflexions plus amples, destinées à inscrire la pratique onomastique lettriste dans son contexte historique et à en examiner les enjeux culturels, intellectuels et symboliques.

Les propositions pour des communications de 20 minutes (en anglais ou en français) sont attendues pour le 15 septembre 2020 à l’adresse suivante : thibaut.radomme@unifr.ch Les organisateurs David Moos et Thibaut Radomme (Université de Fribourg – FNS) sélectionneront une série de propositions afin de constituer une session, qui sera soumise le 30 septembre 2020 au comité de sélection de l’IMC de Leeds (5-8 juillet 2021). La tenue de la session est évidemment conditionnée à son acceptation par le comité de sélection de l’IMC. Aucun financement n’est prévu par les organisateurs : pour toute proposition retenue, les frais de déplacement jusqu’à Leeds, de logement sur place et d’inscription à l’IMC sont à la charge de l’intervenant-e et/ou de son institution de rattachement. Une publication de la session est prévue dans une revue peer-review à l’issue de l’IMC : toute proposition de communication engage donc moralement son auteur-e à envoyer aux organisateurs la version écrite de sa communication pour le 1er septembre 2021.

L’organisation de la session s’inscrit dans le cadre du projet FNS « Jeux de lettres et d’esprit dans la poésie manuscrite en français (XIIe‑XVIe siècles) », dirigé par Prof. ord. Marion Uhlig (Université de Fribourg). <https://www3.unifr.ch/mediaevum/fr/recherche/projets/jeux-de-lettres.html>

Indications bibliographiques :

  • Madeleine Jeay, Poétique de la nomination dans la lyrique médiévale. « Mult volentiers me numerai », Paris, Classiques Garnier, 2015.
  • Adeline Latimier-Ionoff, Lire le nom propre dans le roman médiéval, Paris, Classiques Garnier, 2019.
  • Florence Plet-Nicolas, La Création du Monde. Les noms propres dans le roman de Tristan en prose, Paris, Champion, 2007.
  • François Rigolot, Poétique et onomastique. L’exemple de la Renaissance, Genève, Droz, 1977.

Publié dans Appel à contributions

Publication – « Formes du salut », éd. Emmanuelle Mercier, Erika Rabelo, Matthieu Somon

Formes du salut invite à la découverte de sept sculptures et d’un panneau peint en provenance de l’abbaye de Val Duchesse. Ces œuvres font partie de la collection de l’abbé Mignot, elles ont été léguées à la Donation royale et mises en dépôt au Musée L.

À travers ce livre, le Musée souhaite mettre en valeur le travail de conservation/restauration mené à l’Institut royal du patrimoine artistique ( IRPA ) grâce au Fonds Baillet Latour. Au-delà de son utilité pratique qui garantit le salut, la pérennité et la transmission de ce patrimoine aux générations futures, cette intervention a permis de renseigner les usages et l’historique des sculptures, souvent remaniées au gré des circonstances de leur exposition. C’est donc aussi la participation de ces oeuvres à la vie religieuse et plus précisément leur rôle dans la quête du salut par les fidèles chrétiens qui est au coeur de l’ouvrage.

Emmanuelle Mercier ( IRPA ), Erika Rabelo ( IRPA ) et Matthieu Somon ( UCLouvain ) proposent ici une sorte de pragmatique de l’art religieux et documentent l’inscription des œuvres dans la vie cultuelle de l’époque médiévale : les interactions y étaient beaucoup plus vivantes que leur présentation actuelle ne peut le laisser croire !

Table des matières :

Préface par André Geubel

FORMES DU SALUT

Introduction par Matthieu Somon
Les images religieuses au Moyen Âge par Ingrid Falque
La sculpture et l’espace ecclésial médiéval par Philippe Plagnieux

SALUT DES VIVANTS

Introduction par Matthieu Somon
Vierge ancienne par Emmanuelle Mercier et Erika Rabelo
Vierge dorée par Emmanuelle Mercier
Vierge au bolet par Emmanuelle Mercier

SALUT DES MORTS

Introduction par Matthieu Somon
Calvaire par Emmanuelle Mercier et Erika Rabelo
Lamentation par Matthieu Somon
Dormition par Emmanuelle Mercier

Informations pratiques :

Formes du salut, éd. Emmanuelle Mercier, Erika Rabelo, Matthieu Somon, Louvain-la-Neuve, Presses universitaires de Louvain, 2020. 106 p. ISBN : 978-2-87558-958-3. Prix: 26 euros.

Source : Presses universitaires de Louvain

Publié dans Publications

Exposition – Arnt the Sculptor of Images – Master of animated Sculptures

Exhibition: 25 June – 20 September 2020

Museum Schnütgen
Cäcilienstraße 29-33
D-50667 Cologne
Germany

The exhibition has been rescheduled due to the Covid-19 pandemic and will now run from 25 June to 20 September 2020.

undefined

The first exhibition dedicated to the founder of a rich school of sculpture on the Lower Rhine takes visitors into the era of the late Middle Ages. Some 60 works by the artist, who worked between about 1460 and 1492, will be shown. The late Gothic oeuvre of Master Arnt captivates with extraordinary liveliness, a wide range of subjects and narrative detail.

A rediscovery

In early 2019, the Museum Schnütgen succeeded in acquiring three previously lost fragments, with which a masterpiece by Master Arnt, a panel from an altarpiece with the Adoration of the Magi, can be completed and as such be shown for the first time.

Another important work of the carver comes from the Nicolaikirche in Kalkar. The St. George altarpiece with a width of five meters (when opened) will be presented outside of the church for the first time in this exhibition.

Other high-profile loans – to name only a few international lenders – will come from the Rijksmuseum in Amsterdam, the Musée de Cluny in Paris and the Musée Royaux d’Art et d’Histoire in Brussels, as well as numerous churches on the Lower Rhine.

Lower Rhine and the Netherlands

Master Arnt stands for the interconnection of artistic impulses from the Lower Rhine with those of the adjoining Netherlands: From about 1460–1484 he worked along the Lower Rhine in Kalkar, and from about 1484–1492 in Zwolle, the present capital of the Dutch province of Overijssel. His workshop provided sculptures for numerous places around the IJsselmeer and the region around Kleve.
In addition to altarpieces with figural narrative reliefs and statues of saints, striking individual figures of Christ, angels, and the Virgin and Child are part of Master Arnt‘s surviving work. Despite the productivity of his workshop, Master Arnt still remains largely unknown to a broader public – the Museum Schnütgen will assemble a considerable part of his oeuvre especially for this exhibition and offers the opportunity to (re-) discover the sculptor.

Source : Codart

Publié dans Le réseau

Formation – Stage d’initiation au manuscrit médiéval 2020

Le stage d’initiation au manuscrit médiéval organisé par l’IRHT (Institut de recherche et d’histoire des textes) aura lieu, cette année, du 2 au 6 novembre 2020, dans le respect des conditions sanitaires en vigueur.

La journée du lundi 2 et l’après-midi du mardi 3 seront consacrés à des exposés en séance plénière : histoire du livre, codicologie, histoire des bibliothèques, iconographie, paléographie et méthodologie de l’étude des écritures, humanités numériques, dans les différentes aires culturelles.

Durant la matinée du mardi 3, le mercredi 4, le jeudi 5 et la matinée du vendredi 6, les stagiaires seront répartis par groupes de spécialité linguistique – latin, grec et Orient chrétien, hébreu, arabe – ou thématique, entre ateliers (10-15 personnes) et visites en bibliothèques ou en archives. Attention : les séances ne comprennent ni apprentissage de la paléographie, ni exercice de lecture. Comme son n l’indique, le stage est une initiation aux sujets concernés et non un approfondissement pour qui en serait déjà spécialiste

Les pré-inscriptions sont ouvertes en ligne et uniquement en ligne à compter du 22 juin 2020 : 

https://www.irht.cnrs.fr/formulaire-d-inscription-au-stage-d-initiation-au-manuscrit-medieval

Le nombre de places étant limité, il y aura une sélection en fonction des sujets et de l’ordre d’arrivée des candidatures.

Nous vous serions reconnaissants de demander à vos étudiant(e)s en Master 1 ou 2 (non professionnel sauf professionnalisation dans le domaine des manuscrits) ou en thèse d’adresser leur candidature après avoir choisi leur sujet de mémoire et en tout cas, avant le 30 septembre 2020.

Une attestation de présence sera délivrée en fin de stage.

Bien cordialement,

L’équipe d’organisation du stage

https://www.irht.cnrs.fr/agenda/stage-d-initiation-au-manuscrit-medieval

Pour tout renseignement : stage-manuscrit-irht@services.cnrs.fr

Publié dans Enseignement

Conférence en ligne – The English-Dutch Language Border

Online
July 7, 2020 – July 7, 2020

undefined

A conversation about Anglo-Dutch language contact in the middle ages and early modern period.

Speakers:

  • Elisabeth van Houts
  • Sjoerd Levelt
  • Ad Putter

Source : Society for Renaissance Studies

Publié dans Conférences

Appel à contribution – Investir la frontière

Nous vous invitons par ailleurs à répondre au nouvel appel à contributions : Investir la frontière (dépôt des articles le 20 décembre 2020, parution en juin 2021). Pour consulter l’appel : le site de la revue et l’annonce calenda (ou voir l’appel ci-joint) . Dir. Marine Lépée (ArAr) et Gaëlle Perrot (HiSoMA). Texte de l’appel : « La frontière n’est pas seulement une limite ou une interface entre deux réalités. Elle constitue également un espace construit et organisé où s’investir ou à investir de manière plus ou moins pérenne. Pour ce quatrième numéro, les auteur·rice·s sont invité·e·s à s’interroger sur les modalités d’appropriation de la frontière et ses formes d’occupation, en portant une attention particulière aux acteurs et aux dynamiques centres-périphéries.

La thématique pourra être abordée librement selon différentes approches :

  • investissement matériel : habiter ou aménager des espaces intégrés ou à la marge, investir des moyens financiers, humains, structurels
  • investissement territorial : maîtriser et étendre les limites d’un territoire religieux, agricole, étatique, etc.
  • investissement militaire : engager des forces militaires afin d’occuper/conquérir un espace ou une population
  • investissement symbolique : revêtir la frontière d’un droit, d’un pouvoir, d’une dimension honorifique, d’une juridiction, d’une identité territoriale ou nationale
  • investissement intellectuel : considérer une frontière ou un territoire frontalier comme un horizon de la connaissance, un espace à cartographier ou à explorer.

Calendrier
20 décembre 2020 : date limite de soumission des articles complets
15 mars 2021 : retours des évaluations (double aveugle) aux auteurs
15 avril 2021 : date de retour des versions corrigées
juin 2021 : parution du numéro

Modalités de soumission
Les auteur·rice·s adresseront leur contribution avant le 20 juin 2020 à frontiere-s@mom.fr, en précisant leur statut et leur organisme de rattachement.

Les contributions prendront la forme d’un texte en français ou en anglais comptant jusqu’à 22 000 caractères (espaces non compris), accompagnés de résumés en français et en anglais (entre 800 et 1200 caractères, espaces non compris) et de mots-clés en français et en anglais. »

Publié dans Appel à contributions