Publication – « Robert Fossier, les hommes et la terre. L’histoire rurale médiévale d’hier et aujourd’hui », éd. Corinne Beck, Fabrice Guizard et Emmanuelle Santinelli

Corinne Beck, Fabrice Guizard et Emmanuelle Santinelli (éd.), Robert Fossier, les hommes et la terre. L’histoire rurale médiévale d’hier et aujourd’hui, Valenciennes, Presses universitaires de Valenciennes, 2018. 244 p., 15,5 x 23 x 2 cm. ISBN : 9782364240544. Prix : 22 euros.

27000100790990L

Table des matières :

Françoise TRUFFERT, Nelly SCIARDIS – Le fonds Fossier : Entre vulgarisation des savoirs et nouvelles perspectives pour la recherche ;
Corinne BECK, Emmanuelle SANTINELLI-FOLTZ, Fabrice GUIZARD – Robert Fossier, les hommes et la terre.

I. Quelles sources pour l’histoire rurale aujourd’hui ?

Anne NISSEN – Le monde rural du haut Moyen Âge dans le nord-ouest de l’Europe à l’épreuve des traditions de recherches et des approches textuelles et archéologiques ;
Nicolas SCHROEDER – « Domestiquer la forêt » ? L’ontologie naturaliste des médiévistes de la génération de Robert Fossier et la toponymie « du défrichement » ;
Christelle BALOUZAT-LOUBET – L’espace forestier lorrain au prisme des comptabilités (XIVème-XVème siècles).

II. La naissance du village et de l’encellulement

Juliette DUMASY-RABINEAU – Le hameau et la maison au Moyen Âge en pays d’habitat dispersé : autour de quelques thèmes chers à Robert Fossier ;
Dario CANZIAN, Rémy SIMONETTI – Robert Fossier en Italie, les clairs-obscurs d’une relation complexe ;
Pierre-Yves LAFFONT – Pour une nouvelle approche de l’habitat rural dit « vernaculaire ». L’exemple de l’étude archéologique de la ferme de Clastre (Sainte-Eulalie, Ardèche).

III. Les paysages médiévaux

Samuel LETURCQ – La communauté et les champs (Picardie et Hainaut, XIIème-XVIème siècle) ;
Dietrich LOHRMANN – Droits de vente et de défrichement dans les bois et forêts de la France du Nord (fin XIIème siècle) ;
Françoise MICHAUD-FREJAVILLE – Espace, autorité, coutumes : les « septaines » du haut Berry.

IV. Les gens du Moyen Âge

Vincent CORRIOL – Communautés, territoire et seigneurie dans les montagnes jurassiennes ;
Laurent FELLER – La rémunération du travail en milieu rural (XIIème-XIVème siècle) : Quelle place pour le salariat ?

Conclusion

Jean-Loup ABBE – Robert Fossier, l’histoire et l’homme

Source : Le Comptoir des Presses d’Universités

Publié dans Publications

Offre d’emploi – Lecturer in Medieval History c. 500-1200 (University of Kent)

Ref HUM0869
Location Canterbury
Job Type Academic
Contract Type Open Ended
Salary Type Per Annum
Salary (£) 33518 – 47722

HUM0869, School of History, Closing date: 25 Jul 2018
£33,518 – £47,722 per annum

Uok_Logo_RGB294

Are you an experienced teacher of Medieval History? Are you an outstanding scholar on course to make a significant contribution to REF2021?

The School of History seeks to appoint a Lecturer in Medieval History (c.500-1200). We welcome applications from all interested individuals in any field of medieval history within the time period c.500-1200, particularly from specialists in British and/or Anglo-Norman history. An interdisciplinary approach to these research fields and experience of teaching graduate students are desirable.

With a flair for teaching and a willingness to work innovatively, you will help develop teaching and research interests in medieval history at Kent. You will be able to demonstrate an enthusiasm to participate actively with public engagement and impact activities of the School and its external partners and research interests which complement those of other medieval historians in the School.

As Lecturer you will:
• devise and teach popular early medieval modules from stage 1 to MA level
• develop your research area to attract international recognition, research grants and PhD students
• undertake administrative roles which advance the interests of the School, Faculty and University
• become active and valued in public and cultural engagement, outreach and, in due course, impact.

To be successful in this role you will have:
• a PhD in History or related area or equivalent
• knowledge of medieval History within time period 500-1200
• experience of research-led teaching of Medieval History within time period 500-1200 in a Higher Education context
• a developing profile of international excellence in research and publication and a strong submission for the 2021 REF, including high quality (3*– 4* level) research publications

The School of History at the University of Kent is dedicated to excellence in research, learning and teaching. The School contains thirty one full-time academic staff, half of whom have been appointed since 2001. The latest Research Excellence Framework (REF 2014) placed the School 8th nationally for Research Intensity, and our students work alongside lecturers and tutors who are not just excellent teachers, but world-class researchers actively working at the forefront of their chosen field. The School currently offers a range of undergraduate programmes. In recent years it has received consistently high ratings of over 90% student satisfaction for its undergraduate teaching in the National Student Survey. At postgraduate level, it offers MAs by coursework or research, an M.Sc and a full PhD programme.

Start date for applications: 13 June 2018

Closing date for applications: 25 July 2018

Interviews are to be held: 24 September 2018

Please see the links below to view the full job description and also to apply for this post. For further information regarding the application process please contact The Resourcing Team on jobs@kent.ac.uk quoting ref number: HUM0869

Please note – applications must be made via the University’s online application system. You will be required to fill in the main details section of the application form as well as upload your CV and a cover letter. Your cover letter should clearly and explicitly address the requirements of the Person specification and you should provide clear evidence and examples in your application which back-up any assertions you make in relation to each criterion. We recommend a maximum of 4 x A4 sides for this document.

If you are invited for an interview, we will request references for you at that stage.

Full Job Description

HUM0869 – Additional Information.pdf
HUM0869 – Job Description.pdf

Source : University of Kent

Publié dans Offre d'emploi

Publication – Bruno Lesmesle, « Quand l’Église corrigeait les excès du clergé. La punition des délits ecclésiastiques au Moyen Âge »

L’Église catholique d’aujourd’hui aurait-elle renoncé à corriger les abus du clergé ? Non, bien sûr, et elle reste d’ailleurs héritière de cette époque ancienne : quand sévissait la « correction des excès ».

Cet ouvrage poursuit un double objectif. Tout d’abord, il veut faire état des recherches actuelles consacrées à l’accroissement brusque de la dénonciation des excès dans le clergé et chez les laïcs et montrer l’exigence de leur correction à partir du XIIe siècle. Le second objectif est de mettre la situation contemporaine en regard du contexte du Moyen Âge. Aujourd’hui, dans le Vieux continent et en Amérique du nord, l’Église ne parvient plus à modeler les comportements ni à susciter l’adhésion à son dogme. De ce point de vue, notre époque s’oppose aux derniers siècles du Moyen Âge, quand l’Église était au faîte de sa puissance et que triomphait son idéologie. L’écart entre les deux est non seulement saisissant, mais historiquement inédit.

quand-l-eglise-corrigeait-les-exces-du-clerge

Cet essai offre de nouvelles pistes de réflexion qui permettent de mieux évaluer la situation présente. Il apporte ainsi sa contribution à des questions devenues presque lancinantes : un aggiornamento de l’Église serait-il la bonne réponse à son déclin ? L’Église catholique peut-elle transiger sur la doctrine ?

Informations pratiques :

Bruno Lesmesle, Quand l’Église corrigeait les excès du clergé. La punition des délits ecclésiastiques au Moyen Âge, Dijon, Éditions universitaires de Dijon, 2018. 106 pages. 10,5 x 17,5 cm. ISBN : 978-2-36441-264-4. Prix : 9 euros.

Source : Éditions universitaires de Dijon

Publié dans Publications

Appel à contribution – Ruling an Empire in a Changing World. Studies on Origin, Impact, and Reception of the Notitia Dignitatum

Version française ci-dessous

In the late 4th and the first half of the 5th century, administrative lists were compiled, which have become known under the name of Notitia Dignitatum. This collection of lists offers us nowadays a unique insight in the administrative and military structures of the Roman Empire, in both its Western and its Eastern part. The number and quality of the illustrations in particular, as the whole composition and character of the document, point towards the assumption that the original version was no traditional administration manual. In research, the analysis of the transmission history has been of the same fundamental importance as the use of the Notitia Dignitatum as a historical source. The extant manuscripts are all tracked back to a Carolingian parchment codex from the library of the diocesan chapter of Speyer; a codex that was last mentioned in 1566 and is assumedly lost. Since more than 100 years, the mysteries of the lacunary transmission history and the variations in the manuscripts from the Late Medieval/Early Modern times have been fundamental for every scientific approach to this document. Due to these factors, the Notitia Dignitatum has remained until today an important, but at the same time very controversial part of numerous historical and archaeological studies.

Confirmed Keynote speakers:
Dr. Peter Brennan (University of Sydney);
Prof. Bernhard Palme (University of Vienna);
Dr. Jeroen W. P. Wijnendaele (Ghent University)

Concept:
One of the aims of this international conference is to reflect, for the first time since the 1974 Oxford colloquium organised by R. Goodburn and Ph. Bartholomew, upon the considerable increase in knowledge about the Notitia Dignitatum which has occurred over the last decades. This has largely been due to new possibilities, for example offered by the digitalisation of the extant manuscripts. Furthermore, there remain older theories to be discussed at the conference, and space for new approaches shall be created equally. Until a few years ago, practically everyone conducting research on the Notitia Dignitatum was working with those manuscripts or older editions which were the most easily accessible. By now, however, digitalisation of all known manuscripts and fragments allows easy and unrestricted access so crucial for detailed studies based on source criticism. The Notitia Dignitatum demands, as hardly another antique source does, interdisciplinary approaches and collaboration between different historical and archaeological disciplines in order to address properly all the various aspects of this multi-faceted document. Consequently, colleagues from all the disciplines in question, Ancient History, Epigraphy, Papyrology, Provincial Roman Archaeology, Classical Archaeology, Art History, Medieval Studies, Palaeography, and related fields are invited to submit abstracts.

Application:
Applications in German, English, or French should include information about the following points:

Title of the presentation, abstract (250 words max), name, institution, postal address, mail address, short biography (150 words max). Presentations should not last longer than 20 min and will be followed by a discussion of 10 min. The successful applicants will be informed via mail by 30th November 2018.
We are planning to cover the travel costs for the participants. However, this cannot yet be confirmed as we are awaiting the outcome of funding applications for this conference.

Please submit your application to:
notitiadignitatum2019@gmx.de
Application deadline:
18th November 2018

Publication:
We are aiming to publish an anthology containing the text of selected lectures held at the conference. As for this, we shall be striving to represent all the different academic disciplines.

aee919e8-9881-4e11-9394-ff1c36f9510d

French version:

Entre la fin du 4ème siècle et la première moitié du 5ème, différents registres administratifs, connus sous le nom de Notitia Dignitatum, furent composés. Cette compilation offre un aperçu incomparable des structures administratives et militaires de l’Empire romain d’Occident et de l’Empire romain d’Orient dans l’Antiquité tardive. La quantité d’illustrations, leur qualité ainsi que la structure et la nature même de ce document indiquent que, dans sa version originale, la Notitia Dignitatum n’était pas un manuel administratif au sens propre. Pour la recherche scientifique, l’analyse de l’histoire de ce document joue un rôle tout aussi important que son utilisation comme source historique. Les copies disponibles de la Notitia Dignitatum remontent très probablement à un codex carolingien en parchemin conservé à la bibliothèque du chapitre de la cathédrale de Spire. Il n’en est plus fait aucune mention après 1566 et il est aujourd’hui considéré comme disparu. Les études scientifiques de ce document se basent depuis plus d’un siècle sur l’histoire de ses transcriptions, qui est à la fois lacunaire et discontinue, et sur les écarts entre les différentes copies datant de la fin du Moyen Âge et du début de l’époque moderne. Encore aujourd’hui, tous ces facteurs expliquent le rôle important mais extrêmement controversé que joue la Notitia Dignitatum dans les recherches historiques et archéologiques.

Principaux orateurs ayant confirmés leur présence :
Dr. Peter Brennan (Université de Sydney);
Prof. Bernhard Palme (Université de Vienne);
Dr. Jeroen W. P. Wijnendaele (Université de Ghent)

Projet :
Le but de ce colloque international, le premier depuis celui organisé par R. Goodburn et Ph. Bartholomew en 1974 à Oxford, est de documenter les connaissances acquises au cours des dernières décennies à la lumière des nouvelles possibilités qui s’offrent à nous (comme par exemple la numérisation), de discuter d’anciennes théories mais aussi de laisser la place à de nouveaux projets de recherche. Il y a encore quelques années, on travaillait presqu’exclusivement avec les copies les plus facilement accessibles de la Notitia Dignitatum ou avec d’anciennes éditions, étant donné qu’elles étaient conservées dans des lieux différents. La numérisation de toutes les transcriptions et de tous les fragments connus permet aujourd’hui un accès plus facile et rapide, indispensable à une critique approfondie des sources. D’une manière comparable à peu d‘autres sources antiques, la Notitia Dignitatum et ses riches illustrations appellent à une coopération entre les différentes disciplines des sciences de l’Antiquité : tous les collègues des disciplines concernées (histoire ancienne, épigraphie, papyrologie, archéologie romaine, classique et tardive, histoire de l’art, et autres domaines associés) sont chaleureusement invités à répondre à l’appel à contributions suivant.

Inscription:
Les contributions en allemand, anglais ou français doivent contenir les informations suivantes :

Titre de la contribution, résumé (250 mots max.), nom et prénom, institution, adresse postale et adresse électronique ; en plus aussi une brève biographie (150 mots max.). Les contributions ne doivent pas dépasser une durée de 20 minutes chacune, pour garder à peu près 10 minutes de questions suivant. Les contributions retenues seront confirmées par le comité d’organisation par courriel jusqu’au 30 novembre 2018.

Il est prévu que les frais de voyages soient pris en compte mais cela n’est pas encore garanti à ce jour en l’absence de décisions concernant les subventions.

Nous vous prions d’envoyer votre candidature écrite à l’adresse électronique suivante : notitiadignitatum2019@gmx.de
Date limite d‘envoi : 18 novembre 2018

Publication :
À la suite du congrès, le comité d’organisation prévoit la publication des contributions sous forme de recueil imprimé. Dans ce contexte, on tiendra à ce que la majorité des spécialités soit représentée.

Source : H-Soz-Kult

Publié dans Conférences

Exposition – Au temps de Galien. Un médecin grec dans l’empire romain 

Musée royal de Mariemont, 26 mai – 2 décembre 2018

En suivant la vie du médecin grec Galien de Pergame (129 – env. 216 ap. J.-C.) comme fil conducteur, cette exposition se propose de décrire les pratiques médicales, pharmacologiques et sanitaires de l’empire romain aux premiers siècles de notre ère. Car Galien est un homme de son temps. Les écrits prolifiques du célèbre praticien, ses centres d’intérêt très variés, ses voyages et l’ampleur de sa clientèle permettent de traiter de nombreux thèmes et nous offrent un parcours géographique et sociologique autour de la Méditerranée sous la Pax Romana.

Vingt ans après l’exposition Au temps d’Hippocrate. Médecine et société en Grèce antique, qui avait connu un réel succès à Mariemont, Au temps de Galien souligne l’évolution thérapeutique et anatomique, mais également la constance de la pharmacopée et du système des quatre humeurs, pendant les sept siècles qui séparent Hippocrate, « le Père de la Médecine », et Galien « le Prince de la Médecine ».

La réflexion autour de l’œuvre de Galien, de ses questionnements et de sa postérité permet d’apprécier, sans anachronisme, quels furent effectivement son apport et son rôle, non seulement de son vivant, depuis les gladiateurs de Pergame jusqu’aux empereurs de Rome, mais aussi dans l’histoire des sciences et dans notre actualité.

Choix de textes, inscriptions, papyrus, instruments, plantes médicinales, etc., aident à mieux comprendre ce thème, qui passionnera non seulement les amateurs de culture antique, mais aussi tous ceux qui s’intéressent aux sciences et à la thérapeutique.

affiche Galien

Cet événement  – la première exposition jamais réalisée sur Galien ! – est très certainement une occasion unique occasion de découvrir et d’admirer plusieurs chefs-d’œuvre prêtés par d’importantes collections belges et européennes.

L’exposition présente une mise en contexte des nombreux traités de médecine et de pharmacie de cet auteur prolifique, qui vécut sous l’empire romain et soigna l’empereur Marc-Aurèle.

Elle aborde de façon concrète l’histoire des mentalités et la transmission des savoirs, depuis l’Antiquité jusqu’à nos jours et rappelle que l’influence du galénisme fut prépondérante pendant des siècles.

Cet événement est très certainement une occasion unique occasion de découvrir et d’admirer plusieurs chefs-d’œuvre, prêtés par d’importantes collections belges et européennes. Ne le manquez pas et venez dialoguer avec Galien !

Ne le manquez pas et réservez dès que possible vos visites auprès du Service pédagogique (sp@mariemont.be, ou tél. : 064/ 273 784  ou 064/ 273 772).

Commissariat : Annie Verbanck-Piérard (Mariemont).

Informations pratiques, tarifs et activités : consulter le site du musée (www.musee-mariemont.be). Exposition ouverte tous les jours, sauf les lundis non fériés, de 10h à 18h (jusqu’au 30 septembre) et de 10h à 17h (à partir d’octobre).

L’exposition présente une mise en contexte des nombreux traités de médecine et de pharmacie de cet auteur prolifique, qui vécut sous l’empire romain et soigna l’empereur Marc-Aurèle.

Elle aborde de façon concrète l’histoire des mentalités et la transmission des savoirs, depuis l’Antiquité jusqu’à nos jours et rappelle que l’influence du galénisme fut prépondérante pendant des siècles.

Le thème choisi passionnera non seulement les amateurs de culture antique, mais aussi tous ceux qui s’intéressent aux sciences et à la thérapeutique. Comme la santé nous concerne tous, chaque visiteur peut se sentir proche des préoccupations des malades et des médecins de l’Antiquité, par-delà les changements considérables qui ont fait progresser la compréhension du corps humain et l’efficacité des traitements…

Cet événement est très certainement une occasion unique occasion de découvrir et d’admirer plusieurs chefs-d’œuvre, prêtés par d’importantes collections belges et européennes. Ne le manquez pas et venez dialoguer avec Galien !

Source : Musée royal de Mariemont

Publié dans Exposition

Web – Collection of the Museum für Islamische Kunst in Berlin now published online

Link : here

The Museum für Islamische Kunst in Berlin now provides access to more than 11.000 objects online on its website. This is a fundamental milestone in the accessibility of the museum collection and would not have been possible without the generosity of Yousef Jameel, Hon. LHD, a private supporter of the arts, education, and research.

Yousef Jameel facilitated the development of a special project team of art historians, archaeologists, photographers and conservators who, alongside permanent museum staff, recorded, documented and photographed large parts of its collection between 2012 and 2017. They compiled important information about the objects including their dating, provenance, materials, and techniques. In addition, various views and interesting details of the artefacts were photographed.

Capture d_écran 2018-06-05 à 18.41.49

After the successful conclusion of the project last year a huge selection of object information is now available online. This includes most of the museum’s famous carpets, three hundred examples of its little-published textiles, representative artworks from the ceramic, glass and metalwork and the ivory collection.

The complete digitization of two highlights of Shirazi book art are of particular note: the famous anthology of the Timurid prince Baisunqur from 1420 (I. 4628) in addition to the magnificent Koran from 1560-70 (I. 42/68).

Furthermore large parts of the museum’s excavations finds now feature prominently on the web. First of all Samarra, with more than 800 finds and Ctesiphon as well as Khirbat al-Minya/Tabgha with more than 900 finds are all online. More than 300 representative finds from al-Raqqah and 500 from Takht-e Soleiman emphasize the leading role of the Berlin museum in the field of Islamic archaeology.

The objects are available online at www.smb-digital.de. Please look for „Museum für Islamische Kunst“. Currently the descriptions are only available in German. However you may search the collection in a special search form („Advanced Search“) according to date, material, object/term and geographical reference and enjoy the multiple views of the objects featured under the headline „Multimedia“.

Source : Medieval Art Research

Publié dans Banque de données, Web

Publication – « Pour une archéologie indisciplinée. Réflexions croisées autour de Joëlle Burnouf », éd. Florence Journot

Cet ensemble d’articles constitue un « liber amicorum » offert à Joëlle Burnouf, qui consacra sa carrière à l’archéologie médiévale avant « d’exercer son droit à la retraite ». Une archéologie qui, appliquée dans ses principes stratigraphiques au Moyen Âge, est d’existence relativement jeune. Son originalité par rapport à l’archéologie des périodes anciennes ou antiques était d’avoir affaire à une période documentée, voire très documentée, par les textes, pris en charge par les historiens. D’abord mise en place pour pallier le défaut d’archives, et facilement considérée comme une science auxiliaire de l’histoire, l’archéologie médiévale bénéficia peu à peu de problématiques propres, mieux articulées avec celles des historiens. Le monde médiéval matériel autre qu’artistique fut exploré, d’abord par les artefacts dûment situés dans les couches sédimentaires. Puis est venu le temps d’une attention plus fine portée à la composition-même de ces sédiments, et à la prise en compte des écofacts. L’archéologie se mit au pluriel via des spécialités appuyées en particulier sur les sciences du vivant et de la matière. Joëlle Burnouf alimenta largement, par sa pratique et son enseignement, la « révolution du sédiment » et les « relations homme-milieux ». Sont présents ici nombre d’auteurs qui l’ont accompagnée ou ont été dirigés par elle vers ces développements. L’enrichissement considérable de l’archéologie par ces spécialités n’éteint pas l’archéologie au singulier. Cette archéologie qui reprend à son compte la culture matérielle est en extension, y compris vers les périodes modernes et contemporaines, en révisant enjeux méthodologiques et épistémologiques, et conséquences sociétales. C’est son exercice qui est ici montré.

pour-une-archeologie-indisciplinee-reflexions-croisees-autour-de-joelle-burnouf

Table des matières :

I. Introduction.

L’archéologie médiévale : bilan de santé. Florence JOURNOT

II. Méthodologie, historiographie.

– L’archéologie du futur vue avec humour au XIXe siècle : leçons méthodologiques. Gilles BELLAN
– Une enquête de Coco-Lacour, adjoint de Vidocq Le vol du «trésor de Childéric Ier» à la bibliothèque royale de Paris dans la nuit du 5 au 6 novembre 1831. Patrick PÉRIN.
– Les Vikings, Ragnar et les autres De l’utilisation du passé viking à travers le temps. Anne NISSEN.
– Saxon, viking ou pas ? Les tribulations d’un bateau médiéval échoué sur la côte de la Manche, à Fermanville. Vincent CARPENTIER.
– André Leroi-Gourhan et l’archéologie médiévale : un biais méthodologique pour une stratégie générale. Philippe SOULIER.
– Faut-il vraiment découper la préhistoire en tranches ? Et que faire avec le Mésolithique ? Boris VALENTIN
– Recoudre des lambeaux de temps. Notes sur le raisonnement chronologique en archéologie de terrain. Bruno DESACHY.
– « Circulez, y a rien à voir ». Réflexions méthodologiques d’une archéologue altomédiéviste « préventive » autour d’une archéologie des « invisibles » Isabelle CATTEDDU.

III. Sciences environnementales, emprises spatiales.

– La géoarchéologie lyonnaise ou la vérité est au fond du puits Jean-Paul BRAVARD, Agnès VÉROT.
– Le Val de Loire : une complexité dynamique mise en dialogue Nathalie CARCAUD, Cyril CASTANET.
– Les «paysages» des médiévistes revus par les archéogéographes : bilan de quinze années de résultats. Cédric LAVIGNE, Magali WATTEAUX.
– Le Moyen Âge, le chaînon qui manquait à l’archéogéographie ? Sandrine ROBERT
– Où sont les femmes au Moyen Âge ? Archéogéographie des douaires royaux à la fin du Moyen Âge. Marie-Pierre BUSCAIL.
– Des talus et du laser au service de l’histoire du paysage : les structures agraires médiévales et modernes révélées par le lidar dans le massif forestier de Haye (Meurthe-et-Moselle) Murielle GEORGES-LEROY, Catherine ZELLER-BELVILLE.
– La mise en valeur d’un terroir médiéval :identification archéologique d’un système de petite irrigation (VIIe-VIIIe siècle) sur le site Les Tournelles à Roissy-en-France (Val-d’Oise) Jean-Yves DUFOUR, Farid SELLAMI, Claire DELHON, Christophe PETIT.
– Un chantier permanent pour un monument pérenne : le château de Chambord dans son écrin. Simon BRYANT.
– « Les châteaux, ça n’existe pas ! » Séverine HURARD, Émilie CAVANNA, Laure CISSÉ.
– Le sens du vide urbain dans les villes de Champagne au Moyen Âge (XIIe-XIVe siècle) François BLARY.
– La gestion de la distance ou la production sociale de l’urbain : environnements ecclésiastiques et parcellaire à Paris. Hélène NOIZET.

IV. Culture matérielle, archéologie des techniques.

– Espaces et modes de stockage des denrées alimentaires dans les maisons villageoises médiévales. Jean-Michel POISSON.
Avant que tout ne s’écroule… Jean-Marie BLAISING.
– Étudier la céramique médiévale et moderne aujourd’hui en France : les enjeux, les pratiques, les acteurs. Yves HENIGFELD.
– Les carreaux de poêle du château de Meinsberg à Manderen : étude typologique, iconographique, stylistique Renée LANSIVAL, Denis HENROTAY.
– Étude archéozoologique de l’Abbaye de Fontevraud (Maine-et-Loire) XIXe siècle, période pénitentiaire. Aurélia BORVON.
– Archéozoologie de la Grande Guerre : les ossements animaux de Burnhaupt-le-Haut « Kurzallmend » (Haut-Rhin). Olivier PUTELAT.
– Une archéologie du « savoir fer » : les sens du fondeur de fer au service de son art. Danielle ARRIBET-DEROIN.
– Une histoire comparatiste : les techniques de taille de pierre (1100-1300) dans le Massif Central et au Proche-Orient. Bruno PHALIP.

V. Constructions identitaires, retombées sociales & patrimoniales du savoir.

– La figure du « cavalier nomade » : héros national ou barbare sanguinaire ? De la culture matérielle à la construction historique… et inversement Ilona BEDE.
– Historical archaeology et diaspora acadienne Steven R. PENDERY.
– Paysages culturels, culture matérielle : que reste-t-il d’une frontière disparue ? Frédérique BOURA.
– Archéologie des cloîtres romans toulousains Quitterie CAZES.
– Des recherches sans écho ou des objets sans discours ? La réception de l’archéologie médiévale dans les musées français  Luc BOURGEOIS. .

VI. Bio- & biblio-graphies.

Joëlle Burnouf, portrait parlé À l’envie plus forte que les forces opposées, qui rend le droit d’exister Catherine CHAUVEAU.

OEuvres imprimées de Joëlle Burnouf
Références rassemblées par Gilles Bellan et Pascale Souvant.

Informations pratiques :

Florence Journot, Pour une archéologie indisciplinée. Réflexions croisées autour de Joëlle Burnouf, Éditions Mergoil, 2018. ISBN : 9782355180736. prix : 53 euros.

Source : Librairie Épona

Publié dans Publications