Appel à contribution – La fabrique du clerc. Formation, vocation, profession dans les christianismes circa 1300 – circa 1800

Organisateurs : Marion Deschamp, Julien Léonard, Stefano Simiz (CRULH – Université de Lorraine)

Avant même les enjeux soulevés par la crise des vocations au sein des clergés chrétiens (et en particulier catholique), la multiplication des « entrepreneurs » ou « virtuoses » religieux de mouvance pentecôtiste échappant bien souvent à toute règlementation professionnelle, ou la question de l’institutionnalisation de l’islam de France ; avant, surtout, que ne se fasse sentir le long, sinueux (et parfois réversible) processus de sécularisation, les institutions ecclésiales et communautés religieuses n’ont eu de cesse de réfléchir à la question de la formation de leurs clercs, sous ses deux principales formes, l’initiale et la continue.

Ce colloque, organisé au sein de l’axe de recherche « Faits religieux » du CRULH (programme de recherche sur les « carrières ecclésiastiques »), entend ainsi interroger à nouveaux frais les enjeux liés à la fabrique du clerc et à sa formation, dans laquelle se joue et rejoue l’articulation entre vocation pastorale et profession cléricale. Il se propose de les envisager sur une période intentionnellement longue, courant de la fin de la période médiévale au début du XIXe siècle, et au sein des différentes religions chrétiennes, sans s’interdire a priori des incursions ou comparaisons avec les autres religions du Livre. Cette chronologie large et ces limites confessionnelles lâches permettront de confronter et comparer les diverses manières dont fut envisagé le chantier de la formation des futurs clercs, en examinant les orientations prises, les moyens investis et les dispositifs choisis pour soutenir leur vocation et accompagner l’évolution de leurs carrières. Tous les temps de la formation (initiale et continue) seront envisagés, du côté des formateurs comme du côté des postulants, et un accent particulier sera mis sur l’émergence d’une identité de corps (corporate identity) à même de refléter autant que motiver la conscience collective d’appartenir à un même corps clérical, transcendant les corps individuels le composant.

L’enjeu de ce colloque sera aussi de couvrir un champ de recherche qui comporte aujourd’hui encore de nombreux angles morts, à l’exemple du chantier de l’histoire des séminaires catholiques. En effet, malgré certaines études approfondies portant sur les clergés réguliers, et des éclairages circonstanciés et éclatés (sur telle institution, tel studium ou programme de formation, tel formateur ou pédagogue original, etc.), il n’existe encore, à notre connaissance, aucune vue d’ensemble permettant d’embrasser les enjeux de la formation des clercs à une échelle globale. Le colloque entend ainsi être une contribution et un encouragement à un champ historiographique qui connaît un véritable renouveau, notamment dans le cadre d’une histoire comparée des christianismes européens.

À cette aune, plusieurs pistes pourront être envisagées, à titre indicatif :

– Lieux, échanges et mobilités. Quelle cartographie se dessine à travers l’étude des lieux de savoir, des circulations intellectuelles, des échanges interreligieux et des mobilités spatiales présidant à la fabrique du clerc ? Outre l’étude des établissements créés à cette fin ou la recherche par les postulants à la cléricature de maîtres réputés et d’institutions reconnues, il serait utile de prendre en compte tous les territoires missionnaires avec leurs multiples spécificités. Les échanges entre États en construction et Églises instituées amènent à réfléchir à une réévaluation de leurs rôles respectifs, à s’interroger sur la validité d’une ligne de partage du contrôle des hommes et des contenus.

– Formateurs, acteurs et programmes de la formation. Au-delà des approches biographiques et monographiques, la relation (parfois idéalisée) « entre maître et disciple », mais aussi la formation des formateurs sont deux champs d’investigation à privilégier. Au terme des cursus de formation naissent également plusieurs demandes : les modalités de validation finale, l’évaluation de l’outil afin de l’améliorer, l’idée d’une formation permanente susceptible de garantir une efficience professionnelle dans la durée. L’exercice de la prédication, par exemple, implique ces différentes dimensions. Enfin, on pourra se pencher certaines formations spécifiques, comme celle des convertis désireux de devenir clercs au sein de leur nouvelle confession.

– Savoir-faire, pratiques, normes. Au-delà des processus de transmission et validation des contenus doctrinaux, ce sont une foule de gestes, de savoir-faire pratiques ou d’exercices spécifiques à la formation d’un certain ethos clérical, participant à la diffusion d’une orthopraxie collective de la profession, que l’on pourra envisager ici. La transformation du laïc en clerc (avec des limites variables et discutables selon les confessions), la mise en conformité de sa conduite à son nouveau statut et les mécanismes de contrôle des normes pourront faire l’objet d’une attention particulière.

– L’économie de la formation. On pourrait ici s’arrêter sur les coûts et les investissements engagés, aussi bien que les gains intérêts espérés de la formation des clercs, qu’ils soient matériels, financiers ou encore symboliques.

Résumé

Ce colloque entend interroger à nouveaux frais les enjeux liés à la fabrique du clerc et à sa formation, dans laquelle se joue et rejoue l’articulation entre vocation pastorale et profession cléricale. Il se propose de les envisager sur une période longue (fin du Moyen Âge – début du XIXe siècle) et au sein des différentes religions chrétiennes, dans une perspective comparatiste. Tous les temps de la formation (initiale et continue) seront envisagés, du côté des formateurs comme du côté des postulants, et un accent particulier sera mis sur l’émergence par la formation d’une identité de corps (corporate identity) à même de refléter autant que motiver la conscience collective d’appartenir à un même corps clérical, transcendant les corps individuels le composant et capable d’agir solidairement. L’enjeu de ce colloque sera d’apporter une contribution et un encouragement à un champ historiographique qui connaît un véritable renouveau, notamment dans le cadre d’une histoire comparée des christianismes européens et de leurs clergés.

Organisation et soumission des propositions

Le colloque aura lieu à Nancy les 11 et 12 juin 2020. Il sera organisé par le CRULH, en collaboration avec les laboratoires TEMOS (Angers, Le Mans), LARHRA (Lyon), CRES (Arras) et MéMo (Universités Paris-Nanterre et Paris 8).

Les propositions (de 3 000 signes au plus) sont à envoyer, accompagnées d’un bref CV académique, avant le 31 octobre 2019 à l’un des trois organisateurs : Marion Deschamp (marion.deschamp@univ-lorraine.fr) Julien Léonard (julien.leonard@univ-lorraine.fr) Stefano Simiz (stephano.simiz@univ-lorraine.fr)

Les propositions seront ensuite expertisées par le comité scientifique du colloque qui compte, outre les organisateurs : Christine Barralis (Université de Lorraine), Didier Boisson (Université d’Angers), Anne Bonzon (Université Paris 8), Céline Borello (Université du Maine), Willem Frijhoff (Erasmus Universiteit Rotterdam), Caroline Galland (Université Paris-Nanterre), Yves Krumenacker (Université Jean Moulin – Lyon 3), Christophe Leduc (Université d’Arras), Simona Negruzzo (Università di Bologna), Boris Noguès (ENS Lyon).

Source : CRULH

Publié dans Appel à contributions

Journée d’étude – Histoire du papier et de la papeterie. Actualités de la recherche

Vendredi 11 octobre 2019 de 8h30 à 18h00
INHA, Institut National d’Histoire de l’Art
6, rue des Petits champs 75002 Paris
Salle Vasari, 1er étage

L’étude du papier, son apparition, son développement, son commerce, son organisation au sein des sociétés et ses implications sociales, son importance économique et ses échanges commerciaux, ses progrès techniques et son développement industriel, enfin la diversité de ses usages, sont autant de thèmes étudiés par l’historien.

L’intérêt pour le papier n’est pas récent. Les travaux de Charles-Moïse Briquet, marchand papetier genevois, marquent les débuts de l’étude scientifique des papiers à la fin du XIXe siècle. D’autres érudits comme Louis Le Clert, poursuivent ces recherches et plus tardivement l’imprimeur américain Dard Hunter, dont les observations lors d’expéditions pendant l’entre-deux guerres vont permettre la publication en 1939 de Papermaking, the history and technique of an ancient craft, une histoire mondiale du papier.

L’International Association of Paper Historians (IPH), créée en 1959, ne réunissait dans ses débuts qu’une poignée d’historiens et d’ingénieurs papetiers qui avaient saisi l’importance de l’étude historique du papier. Depuis sa création l’IPH s’est développée et diversifiée, attirant un public plus large de chercheurs, conservateurs, restaurateurs. Les associations actives à l’échelle nationale, telle l’AFHEPP en France depuis 2008, encouragent des recherches qui demeurent encore relativement peu structurées dans le cadre des formations universitaires. En partenariat avec l’INP et l’AFHEPP, l’HICSA a ainsi proposé en 2018 une journée consacrée à l’étude des filigranes. C’est dans cette perspective que s’inscrit la journée d’étude de 2019. Son thème élargi, Histoire du papier et de la papeterie : actualités de la recherche, permettra aux divers acteurs oeuvrant dans le domaine, historiens, papetiers, restaurateurs, de présenter leurs travaux, révélant ainsi la diversité et la richesse de l’étude contemporaine sur le papier.

Comme lors des précédentes manifestations la parole sera donnée aux professionnels mais aussi aux étudiants.

Papier - Hisca

Programme :

8:30 Accueil du public
9:00 Ouverture de la séance – Claire BUSTARRET, AFHEPP, Claude LAROQUE, Université Paris I Panthéon Sorbonne, Valérie LEE, Institut National du Patrimoine-Département des Restaurateurs
9:15 Goran PROOT, Conservateur, Bibliothèque Cultura Fonds, Dilbeek, Belgique – The evolution of paper thickness of handpress books published in the Early Modern Period: A proof of concept for a scientific methodology
9:35 Nicolas RUFFINI-RONZANI, Post-doctorant, Université de Versailles – St-Quentin-en-Yvelines, France – Papier et parchemin à Chartres à la fin du Moyen Âge : autour d’un projet de recherche récent
9:55 Lucie MORUZZIS, Doctorante, Archives nationales , Paris, France, et Louis GENTON, Doctorant, Columbia University, New-York, Etats-Unis – Des licornes à Saint-Germain-des-Prés : les apports de l’étude des papiers dans la reconstruction du passé matériel des archives ecclésiastiques
10:15 Pause

10:50 Emilie ARBAUD-NGUYEN, Doctorante, Ecole Pratiques des Hautes Etudes, Paris, France – Etude matérielle et technologique des manuscrits en langue tocharienne du fonds Pelliot
11:10 Claude LAROQUE, Maitre de conférences, Université Paris I Panthéon-Sorbonne, Paris, France – La fabrication du papier au Tonkin à travers la documentation coloniale
11:30 Discussion
12:15 Pause déjeuner

14:00 Emmanuelle HINCELIN, Restauratrice du patrimoine, Paris, France – Le carton, de l’emballage à l’exposition – transformations et appropriations par les artistes du XXe siècle
14:20 Thea BURNS, Chercheuse indépendante et Professeure associée, Queen’s University, Kingston, Canada – Making space for the materiality of blue paper
14:40 Jacques BREJOUX, Papetier, Moulin du verger, Puymoyen, France – Apparition des feutres papetiers
15:00 Leila SAUVAGE, Restauratrice d’oeuvres graphiques, Rijksmuseum, Amsterdam, Pays-Bas, et Marie-Noëlle GRISON, Historienne de l’art, Rijksmuseum, Amsterdam, Pays-Bas – Explorer les matérialités du papier grâce aux outils d’intelligence artificielle et de machine learning
15:20 Pause

16:00 Nadine DUMAIN, Relieur, Restauratrice de livres, Puymoyen, France, et Jean-Louis ESTEVE, Professeur honoraire, Ecole Estienne, France – Proposition de protocole de description des formes papetières occidentales, vers une typologie géographique et historique
16:20 Anne WARGNIEZ, Historienne du patrimoine industriel d’Alsace, Sélestat, France – La toile démystifiée
16:40 Discussion

17:30 Remerciements et clôture de la séance
Claire BUSTARRET, Claude LAROQUE, Valérie LEE

Publié dans Conférences

Publication – Benjamin Saint-Jean Vitus, « Tournus, l’Abbaye Saint-Philibert. À la découverte d’un grand site du Moyen Age »

Avec cet ouvrage :

LE VISITEUR PRESSÉ emportera une collection d’images richement dotée qui lui donnera l’envie de revenir ;
L’AMATEUR ÉCLAIRÉ bénéficiera d’un guide l’invitant à suivre différents itinéraires à travers l’abbaye ;
LE PASSIONNÉ DE MOYEN ÂGE disposera d’un condensé des études de l’auteur sur ce site médiéval ;
L’AMOUREUX DU SITE s’empressera de l’offrir à ses proches et à ses amis pour leur communiquer son enthousiasme.

couverture-livre-BSJV-640x900

Informations pratiques :

Benjamin Saint-Jean Vitus, Tournus, l’Abbaye Saint-Philibert. À la découverte d’un grand site du Moyen Age, Tournus, Éditions de la SAAST, Coédition INRAP, 2019. 176 pages, 17 x 24 cm. 343 photos ou dessins. ISBN : 978-2-9568465-0-5. 13 € TTC.

Source : SAAST

Publié dans Publications

Journée d’étude – Leonardo da Vinci 2019

Cette table ronde autour de Léonard et de son rayonnement en France sera l’occasion d’évoquer la présence et la trace de Léonard de Vinci dans les collections publiques françaises, de faire part de nouvelles découvertes en Italie, de présenter la grande rétrospective Léonard de Vinci qui se tiendra au musée du Louvre du 24 octobre 2019 au 24 février 2020 ; enfin, la soirée se terminera par la projection du film Essere Leonardo da Vinci (2019) de Massimiliano Finazzer Flory.

En partenariat avec l’ambassade d’Italie en France, l’Institut culturel italien de Paris, le musée du Louvre et l’association des historiens de l’art italien (AHAI)

monac

Programme de recherche

« Répertoire des tableaux italiens dans les collections publiques françaisese » (domaine Histoire des collections, histoire des institutions artistiques et culturelles, économie de l’art)
Comité scientifique

Servane Dargnies (musée du Petit-Palais, Ville de Paris),
Vincent Delieuvin (musée du Louvre),
Laura de Fuccia (INHA),
Paola Bassani-Pacht (association des historiens de l’art italien),
Claudio Salsi (Centre des musées régionaux de Lombardie),
Juliette Trey (INHA)

Intervenants

Servane Dargnies (musée du Petit-Palais, Ville de Paris),
Vincent Delieuvin (musée du Louvre),
Massimiliano Finazzer Flory (réalisateur),
Laura de Fuccia (INHA),
Federico Nurra (INHA),
Claudio Salsi (Centre des musées régionaux de Lombardie)

Informations pratiques
26 septembre 2019 – 17H30-20H30

Galerie Colbert, auditorium
Institut national d’histoire de l’art
2, rue Vivienne ou 6 rue des Petits Champs75002 Paris

Entrée libre

Source : INHA

Publié dans Conférences

Journée d’étude – Mystiek en Liturgie in de Late Middeleeuwen

Dinsdag 29 oktober organiseert Ineke Cornet (TBI) samen met Kees Schepers van het Ruusbroecgenootschap, een studiemiddag over mystiek en liturgie in de Late Middeleeuwen. Traditioneel zijn liturgie en mystiek vaak gescheiden van elkaar onderzocht. Momenteel is er veel meer aandacht hoe deze twee met elkaar verweven zijn.

Deze studiemiddag onderzoekt de band tussen liturgie en mystiek in laat-middeleeuwse teksten vanuit verschillende perspectieven en diverse teksten. Uitgangspunt zijn de zestiende-eeuwse Arnhemse mystieke preken, waarover Ineke het boek The Arnhem Mystical Sermons: Preaching Liturgical Mysticism in the Context of Catholic Reform schreef. Dit boek wordt tijdens de studiemiddag gepresenteerd.

De Arnhemse mystieke preken zijn nauw verwant aan de Evangelische Peerle en de Tempel onser sielen. Ook andere veelbelovende – tot nu toe onuitgegeven – manuscripten worden besproken, waaronder een recent ontdekt manuscript over de liturgie voor novicen uit St. Agnes in Arnhem en teksten over devote oefeningen tijdens de mis uit de zestiende-eeuwse collectie van de zusters van Soeterbeeck.

De studiemiddag sluit af met een beschouwing over liturgie en mystiek in enkele oudere contemplatieve teksten.

Aan de studiemiddag zijn geen kosten verbonden.

Boek-Ineke-199x300

Programme :

14.00 – 14.15 : Inigo Bocken (wetenschappelijk directeur TBI) – Openingswoord
14.15 – 14.50 : Ineke Cornet (wetenschappelijk medewerker TBI) – Lezing: Liturgische Mystiek in drie zestiende-eeuwse teksten: de Evangelische Peerle, de Tempel onser sielen en de Arnhemse mystieke preken uit St. Agnes

14.50 – 15.00 : Ineke Cornet – Boekpresentatie: The Arnhem Mystical Sermons: Preaching Liturgical Mysticism in the Context of Catholic Reform. Brill’s Series in Church History 77 (2018).
15.00 – 15.30 : Kees Schepers (Ruusbroecgenootschap Universiteit Antwerpen ) – Lezing: Liturgie en mystiek voor novicen in St. Agnes
15.30 – 16.00 : Koffieruimte 15e verdieping
Pauze met koffie en thee

16.00 – 16.30 : Ad Poirters (wetenschappelijk medewerker TBI) – Lezing: Troost en liefde in de koorbanken van klooster Soeterbeeck
16.30 – 17.00 : Rob Faesen SJ (KU Leuven) – Lezing: Liturgie en mystiek: enkele beschouwingen vanuit de oudere contemplatieve literatuur
17.00 – 18.00 : Afsluiting en receptie

Informations pratiques :

Locatie
De studiemiddag vindt plaats op de campus van de Radboud Universiteit in Nijmegen, op de vijftiende etage van het Erasmusgebouw 15.39 en 15.41.

Adres
Erasmusgebouw
Erasmusplein 1
6525 HT Nijmegen

Meer informatie
Neem voor meer informatie contact op met Ineke Cornet.

Source : Universiteit Antwerpen

Publié dans Conférences

Publication – « Expériences critiques. Approche historiographique de quelques objets littéraires médiévaux », dir. Véronique Dominguez-Guillaume et Élisabeth Gaucher-Rémond

Quelle est la place des études littéraires médiévales dans un contexte scientifique où, des Annales à la microstoria, les sciences humaines apportent un éclairage sans cesse renouvelé́ aux savoirs qu’elles constituent ?

capture_decran_2018-09-04_a_12.40.15

Devenu académique, le savoir sur les textes littéraires médiévaux a été́ soumis à un examen où bien souvent, l’histoire littéraire leur a attribué́ une place aussi restreinte que discutée. L’ouvrage évoque quelques-uns des critères qui ont déterminé́ cette histoire particulière, une histoire de la critique où se sont succédés engouements et rejets. Existe-t-il une « New Philology » ? Le roman du XIIIe siècle est-il réaliste ? Dans un premier temps sont étudiés quelques débats, ainsi que des notions formelles comme celles de motif, d’art poétique ou de genre, et en n la question des relations entre l’homme et l’œuvre : quel fut le rôle de tous ces éléments dans le classement, l’évaluation et l’appréciation des textes littéraires médiévaux ? Dans un second temps, des études de cas explorent le fonctionnement de ces outils critiques dans deux domaines : le roman arthurien et la lyrique.

Loin d’en faire le procès, les contributions éclairent les pouvoirs exercés par les gestes critiques successifs sur les objets littéraires médiévaux. Et des premiers jugements étudiés à l’engagement de chaque contributeur, c’est une histoire vive qui s’écrit, la pluralité́ des démarches s’accompagnant de surprises et de créations.

Informations pratiques :

Expériences critiques. Approche historiographique de quelques objets littéraires médiévaux, dir. Véronique Dominguez-Guillaume et Élisabeth Gaucher-Rémond, Paris, Presses Sorbonne Université, 2019. 16 x 24 cm. ISBN : 979-10-231-0598-8. Prix : 24 euros.

Source : Presses Sorbonne Université

Publié dans Publications

Publication – « Du Royaume goth au Midi mérovingien », éd. Emmanuelle Boube, Alexis Corrochano, Jérôme Hernandez

Le 1600e anniversaire (418/419) de l’installation des wisigoths dans le Sud-Ouest par l’empereur Honorius pour près d’un siècle, avec Toulouse pour résidence royale, coïncide avec la publication de ces actes. Cette synthèse scientifique, la première du genre depuis plus de trente ans permet d’examiner les progrès de la recherche en particulier dans le domaine de l’archéologie funéraire préventive (sites archéologiques inédits) sur cette période historique, entre Antiquité et Moyen Âge. Cinq thèmes constituent ce volume : Les Goths de part et d’autre des Pyrénées : les sources écrites, Pouvoir et mémoire dans la ville, Archéologie funéraire et mobilier germanique oriental de l’Aquitaine et de l’Espagne entre V et VIe siècles, Territoires, contacts et culture matérielle, et, enfin, Actualités archéologiques : la Gaule mérovingienne.

Microsoft Word - fiche_argu_M56.docx

Informations pratiques :

Du Royaume goth au Midi mérovingien, éd. Emmanuelle Boube, Alexis Corrochano, Jérôme Hernandez, Bordeaux, Ausonius, 2019 (Mémoires, 56). 560 p. ISBN : 9782356132468. Prix : 60 €

Source : Ausonius

Publié dans Publications