Séminaire (en ligne) – Webinaire H37. Histoire et cultures graphiques

Sous la direction de Paul Bertrand
Avec la collaboration du centre PraME – Pratiques médiévales de l’écrit (UNamur)

Programme :

23 novembre 2020, 17h
Levi Roach (UExeter)
Forging Exemption: Fleury from Abbo to William (c. 997-1072).

7 décembre 2020, 17h
Zina Cohen (EPHE-Saprat, Paris & BAM, Berlin)
Contribution de l’analyse des matériaux d’écriture à la connaissance des documents légaux : cas de la communauté médiévale juive du Caire.

17 décembre 2020, 14h
Antoine Brix (Université normale de la capitale, Pékin)
Les états manuscrits des ‘Chroniques et annales de France’ de Nicole Gilles.

11 janvier 2021, 17h
Warren Pezé (Université Paris-Est Créteil)
Le dossier des ‘dona annua’ carolingiens.

10 Février 2021, 17h
Jay Diehl (Long Island University)
Priestly Education as Monastic Reform: The Culture of Writing at Saint-Laurent de Liège, c.1090-1110.

18 mars 2021, 17h
Antonella Ghignoli (Sapienza – Università di Roma)
Applied category analysis for interpreting a list in the late antique documentary tradition: some preliminary considerations.

31 mars 2021, 17h
Nathan Carlig (F.R.S.-FNRS – Université de Liège)
Les codices miscellanei profanes et chrétiens dans l’Égypte byzantine (IIIe/IVe – VIe/VIIe s.).

7 mai 2021, 17h
Pierre Chambert-Protat (Bib. Apost. Vaticane, Rome)
La référence bibliographique. Expérimentations et débats méthodologiques au IXe siècle.


Pour participer :

https://zoom.us/j/5994239729
Attention : il convient de s’identifier clairement dans la « salle d’attente » de Zoom (nom et prénom) pour être autorisé à accéder au séminaire

Publié dans Le réseau

Publication – Le « catharisme » en questions, éd. Jean-Louis Biget, Daniel Le Blévec, Michelle Fournié

Dans les dernières décennies, le phénomène des hérésies médiévales s’est inscrit dans le champ d’une compréhension renouvelée. En concomitance, une réflexion s’est engagée sur les rapports entre mémoire collective et discours historique. Un tel contexte imposait de réexaminer l’histoire du « catharisme », pour tenter de répondre aux interrogations qui demeurent sur ses origines, sa nature, sa chronologie, son appellation et son évolution. Lors du 55e colloque de Fanjeaux, des spécialistes reconnus, de différentes générations et de plusieurs nationalités, ont uni leurs compétences afin de faire le point sur les doutes et les certitudes et dresser un bilan aussi exact et objectif que possible des questions ouvertes. Le présent volume, en un riche éventail de contributions, livre le fruit de ces réflexions.

Table des matières :

Avant-propos, Michelle Fournié, Daniel Le Blévec – L’histoire du « catharisme » occitan : un nœud de questions, par Jean-Louis Biget

I. QUELLES ORIGINES ?

Des Églises cathares en Italie ? Pour une étude critique des sources italiennes, par Alessia Trivellone
Circulation et portée de l’apocryphe Interrogatio Iohannis, par Edina Bozoky
Retour sur le « concile de Sant-Félix », par Jean-Louis Biget
Unité de l’Église et définition de l’hérésie au XIIe siècle, par Dominique Iogna-Prat
Filii Dei et filii diaboli, Ecclesia et heresis : les hérétiques « fils du diable » comme catégorie       ecclésiologique (ve-xiiie siècle), par Uwe Brunn  

II. COMMENT S’ÉLABORE L’IMAGE D’UNE OCCITANIE HÉRÉTIQUE ?

L’hérésie dans le jeu des pouvoirs en Occitanie, par Robert I. Moore
Les hérétiques du prince : Alain de Lille et les hérétiques méridionaux, par Emmanuel Bain
Les légats méridionaux : Pierre de Castelnau, Raoul de Fontfroide et Arnaud Amalric. Recherches sur leurs familles et leurs motivations, par Hélène Débax

III. LES DISSIDENCES, QUELLE RÉALITÉ AVANT LA CROISADE ?

L’évangélisme et la vita apostolica en Occitanie aux xie-xiie siècles. Formes, évolution, oppositions, par Guy Lobrichon
Les « bons hommes », les « bonnes dames » et leurs communautés avant 1209, par Jean-Louis Biget
Dominique de Caleruega, Diègue d’Osma, Foulque de Toulouse. Quels liens entre eux au service d’une même intuition, par Bernard Hodel

IV. APRÈS LA CROISADE, QUEL DEVENIR DE L’HÉRÉSIE ?

Foi et doctrine chez les croyants des hérétiques, par Jacques Paul
Le catharisme en questions : falsifiabilité, vérité historique et une nouvelle histoire du christianisme médiéval, par Mark Gregory Pegg
Le catharisme et le manuscrit 609 de la Bibliothèque municipale de Toulouse, par Jean-Paul Rehr

Conclusion, par André Vauchez

Informations pratiques :

Le « catharisme » en questions. Actes du colloque de Fanjeaux (juillet 2019), éd. Jean-Louis Biget, Daniel Le Blévec, Michelle Fournié, Castelnaudary 2020 (Cahiers de Fanjeaux 55).

Source : Hepos

Publié dans Le réseau

Séminaire (en ligne) – University of Cambridge Seminar in Medieval Art Series

The University of Cambridge Seminar in Medieval Art meets every other week during full term, attracting an impressive range of speakers from home and abroad. All seminars will take place online. Further details, including registration, to follow. 

Seminars take place at 5pm (17.00) UK time. 

Programme :

Monday 16th November (Wk 6)
Dr Heather Badamo (University of California Santa Barbara)
‘Beyond Iconoclasm: Sacred Images and Christian-Muslim Exchange in Medieval Egypt’ (Register here)

Monday 30th November (Wk 8)
Professor Jeremy Johns (University of Oxford) and Dr Elise Morero (University of Oxford)
‘Industry not Dynasty: A Different Approach to Medieval Islamic Rock Crystal Objects’ (Register here)

Monday 1st February (Wk 2)
Dr Pamela Patton (Index of Medieval Art, Princeton University)
‘What Did Medieval Slavery Look Like? Colour, Race, and Unfreedom in Late Medieval Iberia’

Monday 1st March (Wk 6)
Dr Maria Lidova (Kunsthistorisches Institut, Florence)
‘Christ, Fire, Gospels: Images of Theophany in the Chapel of Galla Placidia in Ravenna’

Organisers: Dr Laura Slater and Dr Donal Cooper. Please email Dr Laura Slater at lss33@cam.ac.uk with any queries.

Source : Medieval Art Research

Publié dans Le réseau

Publication – « Dans les règles du métier. Les acteurs des normes professionnelles au Moyen Âge et à l’époque moderne », éd. Philippe Bernardi, Corine Maitte et François Rivière

Pénétrer dans les règles des métiers entre les XIIIe et XVIIIe siècles, c’est renouveler une historiographie qui les a trop souvent confondues avec le règlement intérieur des corporations. Dans le cadre d’un projet sur « Les formes de réglementation des métiers dans l’Europe médiévale et moderne », ce volume s’est concentré sur la multiplicité des acteurs intervenant dans l’élaboration et la mise en œuvre de ces normes, des gens de métiers aux monarques, en passant par les communes, les seigneurs, les « bonnes gens », les élites marchandes, les juridictions… ou les voisins !

La réglementation est un processus auquel participent le plus souvent les gens de métiers, mais qui contribue en retour à les définir, comme individus ou communautés, comme artisans ou artistes, comme travailleurs ou fraudeurs.

Ces règles servent-elles la concorde ou sont-elles instrumentalisées par des intérêts particuliers ? Réunissent-elles des groupes professionnels ou nourrissent-elles des conflits entre eux, voire en leur sein ? Comment s’articule le pouvoir des autorités avec celui qui est conféré aux gens de métiers par leur expertise ? De Paris à Palerme et de Valence à Venise, les contributions rassemblées présentent les acteurs de jeux d’influence dont la réglementation des métiers est partout le théâtre et dont le dénouement n’a rien d’une évidence.

Philippe Bernardi est directeur de recherche au CNRS (LaMOP). Médiéviste, il est spécialiste du monde de la construction.

Corine Maitte est professeur d’histoire moderne, spécialiste d’histoire du travail particulièrement en Italie.

François Rivière, agrégé et docteur, est enseignant-chercheur en histoire médiévale à l’université d’Évry et au LaMOP, spécialiste du monde des métiers en France du Nord.

Table des matières : ici

Informations pratiques :

Dans les règles du métier. Les acteurs des normes professionnelles au Moyen Âge et à l’époque moderne, éd. Philippe Bernardi, Corine Maitte et François Rivière, Palerme : New Digital Frontiers, 2020, 300 p. (Economic History Frameworks, no 5) ISBN : 978-88-85812-67-3

Source : New Digital Frontiers



Publié dans Le réseau

Publication – Emmanuel de Crouy-Chanel, « Le Canon au Moyen Age et à la Renaissance 1338-1559 »

En deux siècles, du début de la guerre de Cent ans jusqu’aux guerres d’Italie, le canon va radicalement transformer l’art militaire et changer le cours de l’histoire des États européens. Des premiers tonnoires, tout juste bons à projeter des traits incendiaires, jusqu’aux canons de batteries à boulet de fer, pulvérisant en quelques heures des murs de plusieurs mètres d’épaisseurs, l’histoire du canon au Moyen Âge et à la Renaissance est riche, variée, bien loin de l’image d’Épinal des bombardes démesurées et inefficaces.

Renouvelant l’histoire de l’artillerie médiévale, cet ouvrage identifie les étapes de cette évolution en France du Nord, démêle les pièges d’un vocabulaire foisonnant (qui n’est pas le même, par exemple, pour l’artillerie royale française et l’artillerie ducale bourguignonne), montre l’impact de la nouvelle arme sur la guerre de siège, la guerre en campagne et la guerre sur mer.

Cette clarification sera précieuse aux historiens de l’architecture, cherchant à comprendre l’évolution de la fortification de transition, aux historiens de l’État, voulant mesurer l’enjeu de la nouvelle arme pour les structures administratives des États modernes en cours de constitution, et, de manière générale, pour tous les passionnés d’histoire du Moyen Âge ou de la Renaissance.

Informations pratiques :

Emmanuel de Crouy-Chanel, Le Canon au Moyen Age et à la Renaissance, 1338-1559, Tours, Presses universitaires François Rabelais, 2020. 491 p. ISBN : 9782869067493. Prix : 70 euros.

Source : Presses universitaires François Rabelais

Publié dans Publications

Colloque (en ligne) – Innovation et Communautés médiévales / Innovation und mittelalterliche Gemeinschaften in Nordwesteuropa (1200-1500)

ZOOM-CONFERENCE 04/12/2020 13H15-18H

Inscriptions pour obtenir le lien auprès de elodie.lecuppre@univ-lille.fr nils.bock@uni-muenster.de

Programme

13h15: Ouverture de la session

13h30 : Michaël Depreter (Oxford University) La guerre et l’innovation technique : à qui l’initiative ? Artillerie, artisans et gens de guerre dans l’espace bourguignon (14e-16e siècles).
14h15 : Aude-Marie Certin (Université de Haute Alsace) Nouveauté et temporalité dans les écrits de mémoire des élites citadines du Sud de l’Empire (XIVe- déb. XVIe s.).
15h : Antoine Destemberg (université d’Artois) « Un désir de voir plus clair  » : formes et enjeux d’une nouvelle théologie sociale aux XIIe-XVe siècles.
Pause

16h : Anne Diekjobst (Christian- Albrechts-Universität zu Kiel) Municipal Law in the Monastery. On Becoming Individual and Collective burghers in the Later Middle Ages
16h45 : Julia Burkhardt (LMU München) Innovation in Medieval Monastic Culture
18h : fin des travaux

Publié dans Le réseau

Colloque – Naturalisation and Legitimation of Power (1300-1800): An Attempt at a Comparative History (Part II)

8-9 December 2020
START: 1.30 P.M.
AUSTRIAN ACADEMY OF SCIENCE
INSTITUTE FOR MEDIEVAL RESEARCH TEXT EDITION AND SOURCE STUDIES | MIR

As part of the projects FNR/Core 2015-2018 LUXDYNAST Europe and the House of Luxembourg. Governance, Delegation and Participation between Region and Empire (1308-1437) (Université du Luxembourg)

and

FWF-Projekt I 4076 GREMIA Grey Eminences in Action: Personal Structures of Informal Decision-Making at Late Medieval Courts (Österreichische Akademie der Wissenschaften, 2019-2022)

INSCRIPTION : Participation in the conference is free of charge. Registration by e-mail before the 30 November 2020.

CONTACT: Éloïse ADDE | eloise.adde@usaintlouis.be
Jonathan DUMONT | jonathan.dumont@oeaw.ac.at

ORGANISING COMMITTEE :
Éloïse ADDE (Brussels, BE)
Jonathan DUMONT (Vienna, AT)
Michel MARGUE (Luxembourg, LU)
Andreas ZAJIC (Vienna, AT)

Programme :

TUESDAY 8 December 2020

11.00 TEST SESSION

13.30 WELCOME ADDRESS

Walter POHL | Institut für Mi elalterforschung/ÖAW, AT Andreas ZAJIC | Institut für Mittelalterforschung, ÖAW, AT, Project leader of the Grey Eminences project

13.45-14.00 INTRODUCTION

Éloïse ADDE | Brussels, BE Jonathan DUMONT | ÖAW, AT

14.00-16.30 SESSION 5. THEOLOGY AND SOCIAL ORDER

Jean-Philippe GENET | Paris, FR – Power and nature in Giles of Rome’s political work
Antoine DESTEMBERG | Arras, FR – Création divine et naturalisation de l’ordre social aux XIIIe-XVe siècles. L’exégèse visuelle et textuelle de la Genèse dans les Bibles moralisées
Lucie JOLLIVET | Rennes, FR – La Légitimation du pouvoir en période de crise: le cercle de Nicolas de Clamanges et les prémices de la notion de mérite, 1390’s-1430’s
16.30-16.45 BREAK

16.45-19.15

SESSION 6. NATURALIZING THE ILLEGITIMATES

Jean-Marie LE GALL | Paris, FR – Les Rencontres princières. Entre identification, légitimation et imposture
François OTSCHAKOVSKY-LAURENS | Paris, FR – Universitas totius civitatis. City Councils as Natural Bodies of Political Decision? Barcelona, Genoa, Marseille at the End of the Middle Ages
Hans COOLS | Leuven, BE – The Succession Principle in the Dutch Republic. The Quest
of Successive Generations of Nassau Princes and Counts for the Stadtholderate as a Hereditary Function

WEDNESDAY 9 December 2020

10.00-12.30 SESSION 7. DYNASTIC CONTINUITY, BLOODY TIES AND RIGHT TO RULE

Jonathan DUMONT | Wien, AT – A European Natural Dynasty. The Rede nition of the Burgundy- Habsburg Princely Ideology in the 16th Century
Lisa DEMETS | Gent, BE – Gendered Political Ideology in Late Medieval Flanders. Mary of Burgundy as City Maiden in the Chronicles of Flanders
Gilles GENOT | Luxembourg, LU – Durch Abstammung zur Herrschaft legitimiert? Die „natürlichen“ Erben des Herzogtums Luxemburg (15.-16. Jh.)

12.30-14.00 BREAK

14.00-16.00 SESSION 8. NATURALNESS AND DYNASTIC STATES

Wim BLOCKMANS | Leiden, NE – Legitimation of Foreign Rulers
Gilles LECUPPRE | Louvain-la-Neuve, BE – Anything but natural? Princely husbands in the Low Countries (13th-15th c.): Acceptation or Distrust?

Publié dans Le réseau

Publication – « L’École nationale des chartes. Deux cents ans au service de l’Histoire », dir. Jean-Charles Bédague, Michelle Bubenicek et Olivier Poncet

Depuis 1821, l’École nationale des chartes forme les cadres de la conservation du patrimoine, principalement écrit, ainsi que des chercheurs et des enseignants-chercheurs dans le domaine des sciences historiques.

École d’excellence, elle constitue une institution originale par le rassemblement unique de compétences indispensables à la compréhension du passé : paléographie, diplomatique, archivistique, histoire du livre, philologie, histoire du droit, histoire de l’art, archéologie.


Au cours de ses deux cents ans d’existence, l’École a participé à tous les mouvements de l’histoire de France : Révolution de 1848, affaire Dreyfus, guerres mondiales, décolonisation, Mai 68, décentralisation, révolution numérique.

Au service des archives, des bibliothèques, des musées, de la recherche et de l’université, des entreprises, ses anciens élèves ont accompagné le développement d’une prise de conscience patrimoniale, en France et hors des frontières.

Cet ouvrage nous invite à découvrir une École qui continue, tout en relevant les défis contemporains, de transmettre des méthodes et des savoirs au service de la conservation et de l’étude des sources.

Table des matières : ici

Informations pratiques :

L’École nationale des chartes. Deux cents ans au service de l’Histoire, dir. Jean-Charles Bédague, Michelle Bubenicek et Olivier Poncet, Paris, Gallimard, 2020. 192 pages, ill., sous couverture illustrée, 185 x 230 mm. ISBN : 9782072892233. Prix : 26 euros.

Source : Gallimard

Publié dans Publications

Prix – Prix Suzanne Sulberger (Université Libre de Bruxelles)

Suzanne Sulzberger est née en 1903 dans une famille férue d’art. Petite-fille de peintre et fille de critique d’art, elle se forme tout d’abord à la peinture avant d’entreprendre des études de Philosophie et Lettres à l’Université Libre de Bruxelles et d’obtenir son Doctorat en 1938. Quelques années plus tard, elle y assura plusieurs cours relatifs à l’histoire de la peinture.

Autant passionnée par l’étude de l’art que par sa pratique, son enseignement de l’histoire de l’art marqua ses étudiants. Soucieuse de l’avenir des jeunes diplômés en Histoire de l’art, elle milita pour la reconnaissance de ces derniers. C’est dans ce contexte qu’elle fit une importante donation à l’Université Libre de Bruxelles afin d’encourager la recherche en Histoire de l’art des Temps Modernes.

À qui s’adresse ce fonds et pour quel type de projet ?

Conformément aux volontés de la donatrice, ce prix s’adresse aux diplômés d’histoire de l’art de l’Université libre de Bruxelles (à l’exclusion des membres du corps académique), ayant de préférence travaillé sur le Moyen Âge et les Temps modernes, et à l’exclusion des études technologiques.

Le fonds permet d’affecter annuellement une somme allant de 3 000 à 4 000€ aux objectifs suivants :

1. Prix Sulzberger
Un ou plusieurs prix peuvent récompenser thèses (1 500€) et/ou mémoires (1 000€).

La candidature doit être introduite, avant le 31 janvier 2021, auprès du directeur/de la directrice du département d’Histoire, art et archéologie . Mémoire ou thèse seront transmis sous format informatique accompagné d’un exemplaire imprimé, déposé auprès du secrétariat du département.

2. Financement de projets

Une aide financière peut être octroyée à des projets individuels ou collectifs relevant tant de l’enseignement (notamment secondaire) que de la recherche en histoire de l’art.

La demande comprendra un descriptif du projet ainsi qu’un budget. La demande doit être introduite, avant le 1er février 2018, auprès du directeur/de la directrice du département d’Histoire, art et archéologie.

3. Aide ponctuelle aux chercheurs.euses débutant.e.s

Une aide financière peut être accordée pour des voyages d’étude, individuels ou collectifs, pour des publications scientifiques et de l’achat de matériel. L’aide ne sera octroyée que si l’aide sollicitée ne peut être prise en charge par d’autres sources de financements (FNRS, Fondation universitaire, ULB…).

Informations et contacts :
Yamina CHARIK
 Prix-Fonds.philoscsoc@ulb.ac.be 02 650 40 10

Source : Université Libre de Bruxelles

Publié dans Prix

Colloque (en ligne) – Bâtir en pan de bois à la campagne et à la ville aux XIIIe-XVIIIe siècles

Suite aux dispositions prises par l’INHA dans le contexte du COVID-19, ce colloque se déroulera uniquement en ligne.

Programme complet : ici

Colloque retransmis en direct sur YouTube

Première partie : Jeudi 12 novembre | 9h00 – 12h30
Seconde partie : Vendredi 13 novembre | 14h00 – 17h30
Troisième partie : Lundi 16 novembre | 9h00 – 12h30

Portant sur l’architecture rurale et urbaine en pan de bois, ce colloque réunira des chercheurs européens afin de croiser les réflexions sur de nombreuses thématiques : approvisionnement des chantiers et économie de la construction, modes d’habitation, aspects structuraux, mise en œuvre des matériaux et décor seront ainsi comparés sur une longue période, s’étalant du XIIIe au XVIIIe siècle. Archéologues, historiens de la construction, ethnologues, chercheurs à l’Inventaire ou architectes, par la diversité de leur approche, éclaireront l’ensemble des caractéristiques et spécificités des pans de bois, mettant en évidence particularismes et savoir-faire locaux, apparition de procédés novateurs ou au contraire perpétuation de certaines techniques.

L’apport de l’archéologie du bâti constituera aussi un des fils conducteurs de cette journée, car le recours à cette méthode a permis une compréhension beaucoup plus approfondie de l’architecture en pan de bois, en soulignant par exemple la complexité des assemblages, le caractère modulaire et « convertible » de ce type de bâtiments (rationalisation de la construction, remaniements, déplacements) ou la pose de pigments colorés sur les éléments de construction et autre revêtement masquant ou mettant en valeur les éléments de construction.

Organisateurs :
Clément Alix (service archéologique municipal d’Orléans – Centre d’études supérieures de la Renaissance)
Julien Noblet (INHA)

Comité scientifique :
Clément Alix
(service archéologique municipal d’Orléans – Centre d’études supérieures de la Renaissance)
Klaus Freckmann (Arbeitskreis für Hausforschung/Groupe de travail pour la recherche sur l’habitat)
Jean-Yves Hunot (service archéologique départemental de Maine-et-Loire)
Pierre-Yves Laffont (université Rennes 2-UMR 6566 CReAAH)
Julien Noblet (INHA)

Source : INHA

Publié dans Le réseau