Sessions de paléographie à l’International Medieval Congress 2012

L’association APICES (Association paléographique internationale, Culture, Écriture, Société) et l’Institut de Recherche et d’Histoire des Textes (CNRS) organisent sept sessions de paléographie au prochain International Medieval Congress de Leeds en juillet 2012.
 
Le programme est disponible sur le site de l’IRHT
[Annonce avec résumés en espagnol sur le blog Conscriptio de Néstor Vigil Montes, avec résumés en anglais sur le blog Paléographie médiévale ou sur le site de l’International Medieval Congress]

L’écriture médiévale faisant partie du processus de communication interpersonnelle devait nécessairement suivre des règles assurant la lisibilité et la compréhension des textes, qu’elles s’appliquent à la morphologie des lettres, à l’usage des abréviations, ou encore à l’articulation et à la hiérarchisation des différentes écritures pour pages-tapis, titres et inter-titres. Les différents niveaux de formalité, d’habileté, de rapidité d’exécution ou de « canonisation » des écritures pouvaient mener à jouer selon/avec les règles, à les enfreindre ou à écrire dans contextes apparemment dénués de règles. Les écritures individuelles semblent ainsi dénuées de règle, et l’on pourrait s’attendre à ce que des types d’écritures nouvelles — que l’on nomme avec le vocabulaire du mélange : hybrides, bâtardes, mixtes — le soit aussi dans une réalité historique complexe. Les stylisations inventent, à leur tour, des règles qui s’avèrent historiquement stériles.
Les sept sessions proposées examineront la valeur heuristique des « règles » pour la recherche paléographique, en se consacrant aussi bien à l’écriture latine qu’aux paléographies grecque et syriaque, aux écritures magiques et à l’épigraphie. Elles aborderont également quelle signification la régularité et la mesure recèlent pour une analyse des écritures statistique et assistée par ordinateur. Ce faisant, elles questionneront également les règles inhérentes aux pratiques de l’écrit : les rapports entre politique, institutionnalisation, religion, langues et écriture.
Elles rassembleront des chercheurs confirmés, mais aussi la jeune génération des paléographes venus de toute l’Europe, et permettront des échanges bénéfiques à la communauté paléographique.
Elles se donnent également pour objectif de répondre au manque de visibilité dont souffre l’histoire de l’écriture auprès des communautés d’historiens. Les manifestations proprement paléographiques donnent peu l’occasion aux historiens des autres spécialités de prendre conscience de la vivacité de nos recherches et de leurs implications sur la compréhension de tous les phénomènes historiques (échanges culturels, sociabilités et réseaux, vie intellectuelle et littéraire).
Organisateur IRHT 

A propos RMBLF

Réseau des médiévistes belges de langue française
Cet article a été publié dans Stage. Ajoutez ce permalien à vos favoris.