Appel à contribution – Écrits pragmatiques médiévaux et érudits modernes. Inventaire, traitement numérique et étude des copies dites « d’érudits »

Table-ronde
Strasbourg
16 novembre 2015

Tout au long du XVIIe siècle, et plus encore du XVIIIe siècle, des hommes ont copié des textes médiévaux ; parfois en les faisant imprimer, mais plus souvent sans avoir cet objectif, ou sans pouvoir le concrétiser. De nombreuses copies, et collections de copies, sont conservées dans les bibliothèques et dépôts d’archives et témoignent de cette activité.

Jusqu’à maintenant cependant, et malgré quelques exceptions, les historiens ont surtout vu dans ces copies un moyen d’atteindre des textes autrement disparus ; ou d’ajouter aux copies médiévales des copies modernes parfois plus fiables.

Ces copies méritent cependant davantage d’attention.

D’une part en veillant à ce qu’ils soient correctement inventoriés, de manière à pouvoir être facilement utilisés. Actuellement, trop de ces manuscrits n’ont fait l’objet que de descriptions sommaires, qui rendent très mal compte de leur contenu et empêchent les chercheurs d’utiliser réellement ces manuscrits.

De nouveaux inventaires ne peuvent bien sûr plus être réalisés de manière purement traditionnelle, mais sous forme de bases de données. Ce qui pose le problème de la réalisation de ces inventaires, de leur support, mais aussi de la prise en compte des genres documentaires. Comment inventorier un manuscrit dans lequel il y aurait des actes, des dessins de pierres tombales et des obituaires ? Que faire des dessins de sceaux ?

Ce travail d’inventaire, austère et peu reconnu, ne peut-il, précisément grâce aux possibilités des bases de données, être avancé grâce à un travail en collaboration ?

Enfin, ces manuscrits d’érudits ne peuvent plus être considérés uniquement comme des gisements de copies, mais comme des réalisations en tant que telles. Le travail des érudits, leurs centres d’intérêt, les caractéristiques de leur travail, leurs méthodes… doivent être mis en lumière, pour mieux comprendre la valeur de leurs copies, mais aussi pour mieux apprécier le travail qu’ils ont fait dans le cadre de l’Europe savante.

À l’occasion de la publication d’un inventaire des chartes contenues dans les tomes 1 à 111 de la collection Moreau (Bibliothèque nationale de France), une table-ronde sur ce sujet, sera organisée à Strasbourg, le lundi 16 novembre, dans le cadre des travaux du consortium COSME.

Les personnes intéressées sont invitées à contacter Benoît Tock (btock@unistra.fr) pour proposer une intervention : projets d’inventaires, réflexions sur l’organisation de bases de données documentant ces copies, présentations d’érudits ou de manuscrits…

A propos RMBLF

Réseau des médiévistes belges de langue française
Cet article a été publié dans Appel à contributions. Ajoutez ce permalien à vos favoris.