Appel à contribution – La prosopographie au regard de l’histoire politique et sociale (VIIe-XVe siècle)

École française de Rome
Salle de séminaires (Piazza Navona)
3-7 avril 2017

Le développement de l’histoire sociale et celle de groupes sociaux spécifiques a intégré depuis plusieurs années la notion de réseaux et l’usage des bases de données destinées à les mettre en évidence. La prosopographie fait bon ménage avec celles-ci, devenues un instrument d’analyse par excellence. Cet outil est omniprésent dans la recherche, et rares sont les travaux doctoraux qui peuvent l’ignorer. Mais il pose quantité de problèmes au médiéviste, dont l’un des plus délicats est le traitement en amont de la donnée issue de sources ignorant normalisation et homogénéité pourtant nécessaires à tout traitement automatisé qui ait du sens.

csm_2carlo_d_angio__6fc32ba066

Les journées proposées dans le cadre de cet atelier doctoral s’intègrent dans un programme en cours, dont une base de données prosopographique constitue la poutre maîtresse (EUROPANGE). Il s’agira donc de mettre en commun cette expérience, autour d’échanges entre informaticiens, historiens médiévistes et jeunes chercheurs. Les interventions seront centrées autant sur les méthodes de conception d’une interface de saisie, que sur celles de l’analyse, du traitement des données recueillies, de leurs limites. On insistera notamment sur la notion de réseau, sur l’usage de la prosopographie en matière d’histoire sociale et culturelle des constructions politiques médiévales, mais aussi sur la place et le traitement des clercs en tant que population.

Quatre journées sont consacrées à des interventions magistrales ou des travaux pratiques en matinée, suivis l’après-midi d’ateliers collectifs fondés sur les retours d’expérience de chacun, de 3 à 4 doctorants à chaque fois (15 mn), avec un groupe de modérateurs et discutants.

Une visite à l’Archivio di Stato est organisée en milieu de session, le mercredi 5 avril, avec présentation de fonds et de collections. Ce sera l’occasion de discussions sur l’intégration de corpus numérisés dans des bases relationnelles et sur leur dialogue avec la donnée prosopographique.

Les conférences seront données autant que faire se peut en français et en italien, et éventuellement en espagnol et en anglais (mais avec un powerpoint en français ou en italien).

L’École française de Rome propose 12 bourses pour de jeunes chercheurs et chercheuses (doctorant-e-s et post-doctorant-e-s de la Communauté européenne et d’autres pays) ayant effectué ou effectuant un travail de recherche sur des thèmes et des problèmes concernant l’histoire des groupes sociaux, à l’appui de la prosopographie et de son traitement par base de données (VIIe-XVe siècles). Ces bourses couvrent les frais de séjour.

Les candidat-e-s devront envoyer par e-mail, avant le 1er décembre 2016, à l’adresse secrma(at)efrome.it, un dossier constitué de :

– une lettre de motivation ;
– un bref curriculum vitae précisant les compétences linguistiques et, le cas échéant, une liste de publications ;
– un résumé du projet (2 pages au max., env. 6000 signes) ;
– une lettre de recommandation.

Le Comité scientifique se réserve la possibilité d’accueillir comme auditeurs d’autres participants, qui prendraient à leur charge les frais de séjour et prouveraient leur intérêt à suivre l’Atelier, mais dans la limite des places disponibles. Les demandes devront parvenir à l’EFR avant le 1er mars 2017.

Les candidat-e-s seront choisi-e-s en considération de leur projet par le Comité scientifique. Ils seront prévenus de l’obtention de la bourse avant le 20 décembre 2016. Ils devront ensuite fournir un texte d’environ 10 pages (30 000 signes) dans une des langues de conférence avant le 15 février 2017. Les meilleures communications pourront être proposées à la publication dans les Mélanges de l’École française de Rome. Moyen Âge (http://mefrm.revues.org/)

Les personnes admises à l’Atelier seront tenues d’assister à l’ensemble des séances.

Comité scientifique :

Jean-Luc Bonnaud (Moncton, Canada) , Enikö Csukovits (Budapest), Isabelle Mathieu (Angers), Jean-Michel Matz (Angers), Maryvonne Miquel (INSA Lyon), Serena Morelli (Napoli II), Isabelle Ortega (Université de Nîmes), Thierry Pécout (Saint-Étienne), Riccardo Rao (Bergamo), Pierre Savy (École française de Rome), Anne Tchounikine (INSA Lyon).

Contacts :

École française de Rome
Grazia Perrino, Secrétariat des études médiévales
Piazza Farnese, 67
I – 00186 Roma
Tel. (+39) 06 68 60 12 48
secrma(at)efrome.it

Source : École française de Rome

A propos RMBLF

Réseau des médiévistes belges de langue française
Cet article a été publié dans Appel à contributions. Ajoutez ce permalien à vos favoris.