Colloque – Figures et Objets. Histoire, histoire de l’art, archéologie. Un moment intellectuel à travers ses figures et ses objets d’étude

Le projet s’est alors, peu à peu, formé d’élargir le questionnaire et le champ d’enquête, en l’approfondissant et en le dynamisant vers l’avenir. Par rapport à ces préoccupations d’un autre âge, au sens propre, Nicolas Perreaux s’interroge ainsi sur la question toute présente de la « modélisation » dans les travaux des historiens de l’art qu’il situe sous l’angle large des outils numériques tels qu’ils sont utilisés dans les sciences humaines et sociales, et sur leurs implications. Regardant vers l’horizon des années 1870-1940, Hervé Duchêne relie les deux figures de proue, que furent Salomon Reinach et Bernard Berenson, à travers leurs correspondances qu’il étudie en miroir l’une de l’autre, dans le temps même de leur écriture, mais également des polémiques parfois vives qui n’ont pas manqué de naître. Annamaria Ducci, pour sa part, campe un portrait en pied d’Henri Focillon qu’elle affiche sous les traits, peu connus, d’un historien rebelle, et même réfractaire, par rapport à la tradition des études sur le Moyen Âge telles qu’Émile Mâle, par exemple, les incarnait alors, très officiellement, sous la Troisième République qui voyait en lui un « classique ». Eliana Magnani décompose la notion du don et, par là-même, la vision que Marcel Mauss (Épinal, 1872-Paris, 1950) se faisait du Moyen Âge, de ce temps long qui retenait particulièrement son attention parce qu’il voulait le questionner, aussi, sur le problème de la référence sociale et économique. Pierre-Alain Mariaux s’arrête sur la notion de « trésor » au Moyen Âge, son élaboration, la conception qu’on en avait, et entre histoire, histoire de l’art, archéologie de l’objet et de ses techniques, parfois même de ses technologies, en circonscrit les contours, dans des usages et dans des temps illimités, notamment à partir de l’exemple remarquablement documenté du trésor de l’abbaye de Saint-Maurice d’Agaune : l’histoire d’un trésor est, toutes proportions gardées, comme une histoire-monde. Préoccupé par les historiens de l’art laissés pour compte par les grandes recensions académiques, Daniel Russo analyse les œuvres de Louis Réau, et met en évidence une autre ligne d’études iconographiques, une autre encore, différente de celle d’Émile Mâle et de celle de Focillon, très proche par certaines approches de Louis Bréhier (Brest, 1868-Reims, 1951), mais aussi de Louis Hourticq (Brossac, 1875-Neuilly-sur-Seine, 1944) et de sa Vie des images (Paris, 1927), parfois empreinte des conceptions « civilisationnelles » de l’historien et du visionnaire, tout ensemble, qu’il se rêvait d’être.

L’enquête confine, en ce point, à l’imaginaire de l’histoire de l’histoire de l’art. Presque toujours elle se replie autour de la référence absente dont il s’agit, pourtant, d’entrevoir les signaux plutôt que le sens, tout ce qui fait une présence dans l’histoire.

16_12_01-02

Programme :

Jeudi 1er décembre

14 h 30 – Ouverture du colloque, par Hervé Duchêne et Daniel Russo (CGC UMR CNRS uB 7366)
15 h 00 – Salomon Reinach, Bernard Berenson, en correspondances, par Hervé Duchêne
15 h 45 – Questions et discussion
16 h 15 – Pause

16 h 30 – Portrait de Henri Focillon en médiéviste « rebelle », par Annamaria Ducci (Scuola Normale Superiore, Pise)
17 h 15 – Questions et discussion

Vendredi 2 décembre (matin)

9 h 15 – Accueil des participants
9 h 30 – Marcel Mauss, le Moyen Âge et le don, par Eliana Magnani (CNRS, Paris, LAMOP)
10 h 15 – Questions et discussion
10 h 45 – Pause

11 h 00 – Modéliser, par Nicolas Perreaux (Université de Francfort/Main)
11 h 45 – Questions et discussion

Vendredi 2 décembre (après-midi)

14 h 00 – La notion de trésor au Moyen Âge : enjeux, questions, perspectives de recherches, par Pierre-Alain Mariaux (Université de Neuchâtel)
14 h 45 – Questions et discussion
15 h 15 – Pause

15 h 45 – Louis Réau, historien de l’art, historien des « civilisations », par Daniel Russo
16 h 30 – Questions et discussion
17 h 00 – Tour de table final ;
Conclusions, par Daniel Russo

Informations pratiques :

1er-2 décembre 2016 – uB – Salle Léo Hamon
(ancienne salle du Conseil de droit), bâtiment Droit – 2 bd Gabriel
(accès/informations pratiques ici)

Organisateurs : Daniel Russo et Hervé Duchêne (CGC UMR CNRS uB 7366)
[Colloque organisé avec le concours de l’Institut universitaire de France]

Entrée libre, sans inscription,
dans la limite des places disponibles

Programme : Université de Bourgogne

A propos RMBLF

Réseau des médiévistes belges de langue française
Cet article a été publié dans Conférences. Ajoutez ce permalien à vos favoris.