Base de données – COMPARATIO, une base de données pour le chant liturgique médiéval

Claire Maître (Directrice de recherche émérite, IRHT)

La nouvelle base de données de l’IRHT, COMPARATIO, a pour objet les chants de l’office liturgique conservés dans les manuscrits du Moyen Âge latin. Sa particularité est de donner non seulement le texte, mais la musique de ces chants. Ils  sont transcrits depuis des manuscrits d’origines diverses car, le chant de l’office étant sensiblement moins normalisé que celui de la messe, les différentes régions, les différents ordres religieux présentent des variantes significatives, tant dans la musique que dans le texte. L’étude de ces variantes permet donc au lecteur d’orienter ses recherches vers telle ou telle origine. Chaque chant présent dans cette base – actuellement environ trois cents – est documenté en moyenne par une vingtaine de transcriptions extraites de manuscrits originaires de France, Allemagne, Italie et Europe centrale.

comparatio_1

Cette édition est conçue dans une perspective résolument comparatiste, sans visée paléographique ; Elle n’a pas pour vocation de se substituer à la consultation des manuscrits, mais d’orienter le lecteur vers certains d’entre eux, qui le rapprocheront de l’objet de sa recherche.

Deux étapes se succèdent dans l’élaboration du site : l’édition électronique des transcriptions et la construction de la base. L’édition est réalisée avec le logiciel FINALE qui, moyennant quelques aménagements et un gabarit un peu sophistiqué, donne des résultats satisfaisants. Ces chants sont ensuite mis aux formats PNG et PDF avant d’être intégrés.

La base elle-même est formatée de façon à répondre à des interrogations sur :

  • l’incipit textuel du chant,
  • un ou plusieurs mots du texte : toutes les variantes de toutes les versions sont interrogeables,
  • la nature du chant : antienne ou répons (les hymnes à ce stade n’ont pas été retenues),
  • la circonstance liturgique : il est possible, par exemple, de rechercher tous les chants du dimanche de Pâques intégrés à la base. Ce champ a été rempli à partir des informations fournies par la base CANTUS,
  • le mode musical : cette entrée a fait l’objet d’une recherche originale. En effet, bénéficiant de plusieurs versions d’un même chant, il a été possible de comparer des variantes et définir ainsi plus précisément le mode. D’autre part, ont été signalés les modes n’entrant pas dans le système classique de l’octoéchos et dont la connaissance a grandement progressé dans la deuxième moitié du xxe siècle. Enfin ont été différenciés les cas où le mode est fourni par le manuscrit (psalmodie des antiennes) ou déterminé par le transcripteur, dans ce dernière cas le numéro du mode a été placé entre parenthèses.
  • L’interrogation peut porter spécifiquement sur les chants de l’un des manuscrits retenus pour les transcriptions,
  • Enfin, une interrogation est encore possible d’après le Corpus antiphonalium officii, selon le numéro que ce catalogue a attribué à chaque chant, mais aussi selon l’un des douze manuscrits objets de ce catalogue.

Toutes ces interrogations peuvent être croisées entre elles. Par ailleurs, sur l’écran faisant apparaître les différentes versions d’un chant, il est possible d’éliminer celles qui ne concernent pas la recherche et/ou rapprocher celles qui s’y rapportent, par exemple toutes les versions originaires d’une même région.

En conclusion, il faut répéter que l’étude des notations reste du domaine des manuscrits eux-mêmes. L’originalité et la spécificité de COMPARATIO résident dans l’intégration de transcriptions musicales et dans la précision et la variété des interrogations liturgiques et musicales qui peuvent être formulées.

Manuscrits dont sont tirés les transcriptions

  • Arras, BM, 893. Bréviaire noté du monastère Saint-Vaast d’Arras (XIVe s.)
  • Cambrai, BM, 38. Antiphonaire de la cathédrale de Cambrai (XIIIe s.)
  • Einsiedeln, Stiftsbibl., 611. Antiphonaire du monastère (XIVe s.)
  • Firenze, Bibl. Laurenziana, Conv. Soppr. 560. Antiphonaire de l’abbaye de Vallombrosa (fin XIIe s.)
  • Fribourg, Bibl. des Cordeliers, 2. Antiphonaire franciscain (fin XIIIe s.)
  • Graz, Universitätsbibl., 29 & 30. Antiphonaire de l’abbaye de Sankt-Lambrecht (XIVe s.)
  • Halifax (Canada), St Mary’s Univ. M2149.L4. Antiphonaire cistercien (XVIe s.) (à défaut de Wien, ÖNB, 1799** et de Paris, BnF, nouv. acq. lat. 1411 & 1412)
  • Istanbul, Bibl. du Musée de Topkapi, Deissmann 42. Antiphonaire du diocèse d’Esztergom (XIVe s.)
  • Karlsruhe, Badische Landesbibl., Aug. LX. Antiphonaire de l’abbaye de Zwiefalten (fin XIIe-XIVe s.)
  • Klosterneuburg, Chorherrenstift, 1010, 1011, 1012, 1013, 1018. Antiphonaires augustins (XIIe-XIVe s.)
  • København, Bibliothèque royale, 3449 80 I à XVII. Antiphonaires d’Augsburg (XVIe s.).
  • Kraków, Bibliothèque du Carmel, 1 à 5. Antiphonaires carmélites (fin XIVe et XVe s.)
  • Ljubljana, Archives archiépiscopales, 18 & 19. Antiphonaires de Kranj (fin XVe s.)
  • Lucca, Bibliothèque du chapitre, 601. Antiphonaire camaldule (début XIIe s.)
  • München, Bayerische Staatsbibl., Clm 4303 à 4306. Antiphonaires du monastère Saints Ulrich et Afra à Augsburg (milieu XVe– XVIe s.)
  • Napoli, Bibl. Nazionale Vittorio Emanuele III, vi. E. 20. Bréviaire noté franciscain (XIIIe s.)
  • Paris, BnF, latin 1090. Antiphonaire de la cathédrale de Marseille (fin XIIe s.)
  • Paris, BnF, latin 12044. Antiphonaire de l’abbaye Saint-Maur-des-Fossés (début XIIe s.)
  • Paris, BnF, latin 15181 & 15182. Antiphonaire de la cathédrale de Paris (début XIVe s.)
  • Paris, BnF, nouv. acq. lat. 1411 & 1412. Antiphonaire cistercien (fin XIIe s.) (à défaut de Wien, ÖNB, 1799**)
  • Roma, Bibl. Vallicelliana, C 5. Antiphonaire du monastère de San Sisto à Rome (fin XIe-début XIIe s.)
  • Rouen, BM, 248. Antiphonaire de l’abbaye de Jumièges (XIIIe s.)
  • Tours, BM, 149. Antiphonaire de la cathédrale de Tours (XIIIe ou XIVe s.).
  • Valenciennes, BM, 114. Antiphonaire de l’abbaye Saint-Amand (XIIe s.)
  • Vorau, Stiftsbibl., 287. Antiphonaire augustin (1re moitié du XIVe s.)
  • Wien, Diözesanarchiv, C 10, C 11, D 4. Antiphonaire d’un prieuré de la cathédrale de Vienne (XVe s.)
  • Wien, ÖNB, 1799**, Antiphonaire cistercien (XIIIe s.).

Contact : Claire Maître (claire.maitre@irht.cnrs.fr)

Lien : comparatio.irht.cnrs.fr

Source : IRHT

A propos RMBLF

Réseau des médiévistes belges de langue française
Cet article a été publié dans Banque de données. Ajoutez ce permalien à vos favoris.