Cycle de conférences – Histoire de Liège

RIEN AYMEZ S’IL N’EST COGNV

Cette devise, reprise par l’asbl royale « Le Vieux Liège », figure sur une pierre encastrée dans un mur de la vieille église de Saint-Etienne-le-Mont, près de Huy.

Cet aphorisme, que l’on peut rapprocher de la formule latine d’Ovide « Nulla ignoti cupido – On n’a pas de goût pour ce qu’on ne connaît pas », semble paradoxalement ne pas s’appliquer à Liège.

En effet, on connaît l’attachement viscéral – pour ne pas dire chauvin – que le Liégeois porte à sa ville. Mais cet amoureux inconditionnel connaît-il vraiment sa ville ? Connaît-il son histoire ? On peut en douter. Si on y regarde de plus près, on constate que le temps a fait son œuvre d’estompement des faits et des souvenirs. On reste fier de son passé, on sait qu’il est très riche, mais on le connaît mal.

Cet attachement privé de mémoire suscite chez beaucoup de Liégeois un sentiment de manque et donc une curiosité, un intérêt qui ne demandent qu’à être satisfaits et même entretenus. L’asbl « Les Grandes Conférences Liégeoises », fondée il y onze ans par la Ville et l’Université avec le succès que l’on sait, souhaite y répondre.

Notre asbl est d’autant plus motivée que cette matière a pratiquement disparu des programmes scolaires. Il est loin le temps du « Précis d’histoire liégeoise à l’usage de l’enseignement moyen » de Félix Magnette.

De plus, de nombreuses publications et recherches dopées par les nouvelles technologies nous apportent régulièrement un éclairage plus complet et plus précis.

Pour ces raisons, nous avons décidé d’organiser un nouveau cycle de conférences, simplement intitulé « Histoire de Liège ».

Mais nous avons aussi voulu éviter tout égocentrisme en demandant à d’excellents spécialistes – pas nécessairement issus de notre cité – de situer l’histoire liégeoise dans les
contextes larges et pertinents dont elle relève, les contextes qui la rendent plus intelligible.

thumb_gclglogotxtvecto

Programme :

26/01/2017

Alexis Wilkin, Professeur d’histoire du Moyen Âge à l’ULB
Les libertés à Liège

Pendant l’Ancien Régime, les Liégeois étaient soumis à l’autorité d’un prince ecclésiastique. De quel degré de liberté ont-ils joui ? Liège était-elle bien cette « démocratie » fondée au Moyen Âge, célébrée pour les libertés qu’elle garantissait à ses sujets ? Entre mythes et réalités, l’exposé retracera l’histoire, tant symbolique qu’institutionnelle, des libertés liégeoises, en faisant naturellement une place particulière au texte emblématique de la Paix de Fexhe. La postérité symbolique de celle-ci sera examinée, notamment pendant la Révolution liégeoise ; elle sera aussi repositionnée dans le paysage européen des chartes constitutionnelles et de libertés, dont la plus célèbre est la fameuse Grande Charte anglaise.

23/02/2017

Robert Halleux, Docteur en philosophie et lettres, agrégé de l’enseignement supérieur et diplômé de l’Ecole des hautes études en sciences sociales de Paris.
Au temps des pionniers. Sciences, techniques et industries à Liège, 1800-1840

Les commémorations de l’Université de Liège et de John Cockerill en 2017 sont un peu l’arbre qui cache la forêt. En réalité, c’est toute une génération qui est à l’oeuvre pour façonner le paysage industriel, scientifique et culturel liégeois. Dans l’industrie, les Orban, les Lamarche, les Hauzeur, les Dallemagne, les Marcellis. A l’Université, un cocktail explosif de professeurs allemands, belges et français. Dans la culture, des sociétés savantes, artistiques et littéraires de rayonnement international.

C’est cette génération que la conférence ressuscitera non seulement dans ses actions, mais dans sa philosophie et sa vie mondaine.

23/03/2017

Jean-Marc Onkelinx, Diplômé en Histoire de l’art, archéologie et musicologie, spécialisation en musicologie, de l’Université de Liège.
W.A. Mozart à Liège, le rendez-vous manqué

… D’Aix-la-Chapelle, nous sommes partis pour Liège. Nous n’y sommes arrivés qu’à 9 heures du soir, parce qu’en chemin nous avons perdu le cercle de fer d’une roue avant. Liège est une grande ville très peuplée et florissante, pleine d’animation. Pourtant, nous sommes repartis dès le lendemain matin, peu après sept heures et demie. C’était une journée superbe. […] Léopold Mozart, le 17 octobre 1763 à Lorenz Hagenauer, ami de Salzbourg.

Si la famille Mozart s’était arrêtée à Liège quelques jours lors de leur gigantesque périple à travers l’Europe entre 1763 et 1766, elle aurait découvert une ville musicale et artistique qui lui aurait sans doute beaucoup plu. Dans son ouvrage consacré à l’hôtel de l’Aigle Noire à Liège (1954), où la famille était descendue, Carlo Bronne évoque « la rencontre manquée » entre le jeune génie et les musiciens d’une ville où rayonne depuis toujours une riche tradition et un immense amour pour la musique. Qu’aurait découvert le petit Wolfgang dans la Cité Ardente et où aurait-il pu se produire ? Quelles étaient alors les personnalités musicales et les spécificités liégeoises susceptibles de recevoir et de mesurer avec justesse les talents de la famille toute entière ? Voilà quelques questions que nous aborderons à grand renfort d’extraits musicaux et de documents iconographiques.

C’est cette génération que la conférence ressuscitera non seulement dans ses actions, mais dans sa philosophie et sa vie mondaine.

27/04/2017

Vincent Geenen, Docteur en médecine à l’ULg
Les Ecoles Liégeoises de Médecine et de Physiologie aux XIXe et XXe siècles

La physiologie constitue une véritable révolution à l’époque de Claude Bernard (1813-1878) qui l’institue alors comme le véritable socle de la médecine expérimentale moderne. Avec Charles Darwin, il est un des géants de la science du XIXe siècle et ces deux grands auteurs vont exercer une profonde influence sur de nombreux disciples à l’Université de Liège. Dans le même temps, Liège héberge aussi l’Allemand Théodore Schwann, auteur de la théorie cellulaire selon laquelle la cellule est l’unité de base des mondes animal et végétal. Grâce aux travaux de Edouard Van Beneden, Léon Fredericq et Marcel Florkin, l’Université de Liège acquiert une réputation mondiale. Il est important de rappeler que de véritables révolutions scientifiques ont eu lieu dans le passé, alors que la révolution génétique se déroule sous nos yeux. Les changements que cette dernière produit sont si profonds et si prometteurs que nous pourrions être tentés de négliger notre héritage en le considérant comme dépassé ou inintéressant. Le rappel de l’œuvre gigantesque des physiologistes de l’Université de Liège démontre néanmoins l’inconscience d’un tel oubli. La physiologie contemporaine a de plus en plus déserté les domaines de l’intégration pour se concentrer vers des démarches de plus en plus réductionnistes. Nous pensons toutefois que les voies de l’intégration ne sont pas complètement interdites et qu’il existe encore de nombreux chemins à explorer, ne serait-ce que celui par lequel les systèmes nerveux et endocrine interviennent dans le contrôle de nos défenses immunitaires vis-à-vis des agressions extérieures et, inversement, comment le système immunitaire est capable d’influencer les systèmes nerveux et endocrine

18/05/2017

Pierre-Yves Kairis, Docteur en histoire de l’art de l’Université de Liège.
De Lambert Lombard à Léonard Defrance : la peinture à Liège du XVIe au XVIIIe siècle

Dès la première moitié du XVIe siècle, Lambert Lombard, la grande figure liégeoise de la Renaissance, révolutionne le modèle gothique en important dans son pays un vocabulaire italien novateur. Cette empreinte classicisante marquera durablement l’histoire de la peinture locale, que ce soit avec le caravagesque Gérard Douffet ou le poussinesque Bertholet

Flémal et ses suiveurs jusqu’au premier tiers du XVIIIe siècle. Les peintres locaux céderont ensuite à la grande vague décorative qui déferle sur l’Europe avant d’épouser, tels Léonard Defrance et Joseph Dreppe, la cause des Lumières puis de la Révolution. C’est le développement d’une école de peinture tout à fait originale dans le concert de l’art européen qui sera présenté au public.

26/10/2017

Philippe Raxon, Professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Liège.
L’Université de Liège, deux siècles, une histoire, une mémoire, pour rejoindre l’avenir

1817, une université d’Etat est fondée à Liège, à l’initiative du roi des Pays-Bas Guillaume d’Orange. C’est le début d’une grande aventure scientifique et humaine en résonance avec les époques traversées jusqu’à nos jours, à l’heure de son Bicentenaire.

La fragile université de Liège de 1840, l’ambitieuse de 1880, la renaissante de 1930, la conquérante de 1960, la combative de 1990, la courageuse des années 2000, ne forment qu’une seule et même institution, vivante, vibrante, forgée par ses héritages, ses ambitions, et les aléas de l’histoire. Face aux gigantesques défis du présent et de l’avenir, elle a plus que jamais son rôle à jouer dans la destinée de ses contemporains et de leurs enfants.

30/11/2017

Jean-Pierre Delville, Evêque le Liège.
Treize siècles de patrimoine religieux liégeois

Le patrimoine religieux liégeois est très riche. Il va du 7e au 21e siècle, de la clé de saint Hubert et du portail de l’église de Glons aux vitraux de Honegger et de Kim En Joong à la cathédrale de Liège, en passant par les ivoires de l’an mil, les orfèvreries mosanes, les sculptures Renaissance de S.-Jacques, les peintures baroques de Bertholet Flémal et les chapelles néo-gothiques comme celle de la clinique S.-Joseph. La conférence consistera à repérer des pièces significatives, à les présenter sur écran, à éclairer leur signification théologique, historique et artistique et à dégager un fil rouge qui unit ces créations artistiques exceptionnelles.

Informations pratiques :

Toutes les conférences se donnent à 20h00 précises
Complexe Opéra ULg
Place de la République française
4000 Liège

Préventes :
Adultes : 8€
Étudiants : 5€

Les préventes par séances ont lieu conférence après conférence. Les places pour la première conférence du cycle 2017 seront mises en vente à partir du 1er décembre 2016. Elles doivent être acquittées dans les 5 jours suivant la réservation.

Source : Grandes conférences liégeoises

A propos RMBLF

Réseau des médiévistes belges de langue française
Cet article a été publié dans Conférences. Ajoutez ce permalien à vos favoris.