Publication – « Ofrèvrerie septentrionale, XIIe-XIIIe siècles », éd. Philippe George

L’orfèvrerie mosane à l’honneur

Le 14 novembre 2014, une imposante publication de 180 pages dans les Feuillets de la Cathédrale de Liège était sortie de presse et avait été distribuée aux participants du colloque international organisé par le Trésor et l’Archéoforum à l’Université de Liège sur le thème de l’orfèvrerie mosane.

Les actes proprement dits du colloque devaient suivre : ils viennent de sortir de presse dans la même collection : L’œuvre de la Meuse II, 260 pages in-4°.

couverture

Après un avant-propos de Nigel Morgan, le grand spécialiste des émaux figuratifs mosans lors de l’exposition Rhin-Meuse en 1972, Philippe George introduit et organise le propos.

Se succèdent dans l’ordre les communications données au colloque : Marcello Angheben, Du transitus à la résurrection la représentation de la destinée posthume des saints dans l’orfèvrerie mosane dans l’orfèvrerie mosane ; Jacques Toussain, Le Trésor d’Oignies et ses avatars ; Neil Stratford, Deux ajouts au corpus des émaux septentrionaux (on se rappellera qu’il a publié en 1993 un Catalogue of Medieval Enamels in the British Museum. Northern Romanesque Enamel, qui a fait date dans leur inventaire général) ; Christine Descatoire, Un ensemble d’émaux de la seconde moitié du XIIe siècle à Troyes ; Marc Gil Huit plaques émaillées du XIIe siècle, remployées (Sens, Bibliothèque municipale, ms. 3) ; Simonetta Castronovo, Orfèvreries mosanes et septentrionales en Piémont, Vallée d’Aoste et Savoie ; Sophie Balace, L’art mosan : du trésor au cabinet de curiosité (1750-1850). Quelques cas de figure : les collections Hüpsch, de Renesse, van Huerne, Essingh et d’Arenberg ; Frédéric Tixier, Un certain goût pour l’orfèvrerie mosane au XIXe siècle : Quelques remarques sur la collection parisienne d’Alexandre Basilewsky, et Jean-Pierre Caillet tire les conclusions de cette féconde journée d’études de Liège (2014).

Le Trésor a désiré compléter encore la publication par quelques contributions sur le même thème : Camille Broucke revient, avec photomontage, sur Une grande croix émaillée mosane reconstituée (Louvre, Stuttgart, Cologne et Nantes), Christine Descatoire met en valeur Une paire de chandeliers mosans aux figures allégoriques (vers 1160) (conservés à Hildesheim) et Bernard Descheemaker s’intéresse au marché de l’art (Maas-en Rijnlands email in de Kunsthandel). Philippe GEORGE a souhaité associer La croix de Baltimore, un « monument de l’art mosan » dont il a consulté les archives, Jean-Claude Ghislain décrit Les émaux romans de style mosan d’un reliquaire à Langres, Patrick Henriet nous invite à Relire l’autel portatif de Stavelot, et Hadrien Kockerols se lance à la Découverte d’un second dessin du retable de saint Remacle à Stavelot. Enfin Joanna Olchawa, la grande spécialiste des bronzes, étudie les aquamaniles mosans de Vienne et de Washington.

C’est dire la richesse de la publication mais aussi son apport scientifique d’abord par la qualité des participants. Christine Descatoire et Marc Gil furent les coordinateurs de la très belle exposition Une renaissance, l’art entre Flandre et Champagne (1150-1250) (Paris-Saint-Omer, 2013). Ensuite voici du neuf sur l’orfèvrerie mosane : avec un dessin inédit du retable de Stavelot, des investigations dans les collections particulières et sur le marché de l’art, la relecture inédite d’œuvres-phares, et certains émaux figuratifs peu connus. Enfin que dire des recherches de pièces mosanes en Italie !

Les Feuillets de 2014 avaient été dédiés à la mémoire de Philippe Verdier (†1993) et de Dietrich Kötzsche († 2008). Ceux-ci (2016) pour une journée d’études tenue à Liège ne pouvaient l’être qu’à Jacques Stiennon († 2012), médiéviste et spécialiste de l’art mosan de renommée internationale. On se rappellera qu’en 1999 le Trésor avait déjà publié certains de ses articles sous le titre Un Moyen Âge pluriel.

A propos RMBLF

Réseau des médiévistes belges de langue française
Cet article a été publié dans Publications. Ajoutez ce permalien à vos favoris.