Publication – « Originaux et cartulaires dans la Lorraine médiévale (XIIe – XVIe siècles). Recueil d’études », éd. Jean-Baptiste Renault

Entourés des attentions des médiévistes, les cartulaires sont devenus un objet d’histoire. Ces recueils, résultant de la compilation d’actes par une institution ou une personne juridique, entretiennent des relations complexes avec les originaux, sources directes ou indirectes mises en œuvre par les cartularistes. Qu’il s’agisse de la sélection des matériaux ou du transfert d’informations du modèle à la cible, le travail accompli est affaire de choix, divers et multiples, dont il faut retrouver les logiques pour espérer comprendre les objectifs des hommes qui ont commandités et réalisés ces manuscrits. Même soumis à des contingences matérielles, les copistes conservent une certaine marge de manœuvre dans le traitement de leur documentation. Ils trient, classent ou reclassent les documents qu’ils accueillent et enfin transcrivent les actes en adoptant certains principes. Ce recueil d’études a pour but de renouveler la confrontation originaux-cartulaires, à travers l’analyse d’un recueil et de son chartrier ou grâce à l’exploration d’une question liée à la transcription, à travers plusieurs cartulaires.

La question est ici approchée dans un cadre régional, en l’occurrence la Lorraine médiévale, principalement constituée des diocèses de Metz, Toul et Verdun – et occasionnellement étendue à l’ancienne Lotharingie. La chronologie est délibérément large (XIIe – XVIe siècle), donnant toute leur place aux expériences, parfois négligées, de la fin du Moyen Âge. À défaut d’aborder systématiquement le phénomène de la « mise en cartulaire », les dossiers ici réunis voudraient en enrichir les données et questionnements.

Docteur en histoire du Moyen Âge, ingénieur d’études à l’Atelier Diplomatique du CRULH, l’auteur s’est spécialisé en diplomatique médiévale. Soutenue en 2013, sa thèse de doctorat s’intitulait « L’écrit diplomatique à Saint-Victor de Marseille et en Provence (ca. 950 – ca. 1120) ». Il co-dirigé la publication de Bases de données: Chartes originales conservées en France antérieures à 1121 et Chartes originales 1121-1220. Ses recherches actuelles concernent le rôle de l’écrit dans la constitution de réseaux monastiques.

rrzchmhg

Table des matières :

Jean-Baptiste Renault – Avant-propos
Jean-Baptiste Renault – Miroir, filtre ou masque ? Cartulaires et originaux, les apports réciproques de la confrontation

Cartulaires monastiques

Jean-Pol Evrard – Le cartulaire prémontré de Saint-Paul de Verdun
Timothy Salemme – À propos d’un bullaire cistercien du XIVe siècle. Le manuscrit 234 de la bibliothèque municipale d’Épinal

Cartulaires laïques

Léonard Dauphant – Copie et conservation des archives dans les trésors des chartes des États lorrains, de René d’Anjou à René II (1419-1508)
Mathias Bouyer – Le cartulaire de Pont-à-Mousson (Nancy, Arch. dép. de Meurthe-et-Moselle, B 386) : une approche des « cartulaires de Lorraine » de Thierry Alix (XVIe siècle),
Jean-Christophe Blanchard – Le cartulaire de la seigneurie de Germiny réalisé en 1540 pour Nicolas de Lutzelbourg
Katharina Gross – La transcription des actes dans les cartulaires : approches transversales

La représentation des chirographes dans les cartulaires lotharingiens

Pierre-Henri Billy – En passant par la Lorraine : le nom propre à l’épreuve de la copie,
Dumitru Kihaï et Marius Beerli – Étude linguistique des chartes lorraines vernaculaires du XIIIe siècle

Laurent Morelle – Conclusions
Sources et bibliographie
Index

Informations pratiques :
Jean-Baptiste Renault (éd.), Originaux et cartulaires dans la Lorraine médiévale (XIIe – XVIe siècles). Recueil d’études, Turnhout, Brepols, 2017 (Atelier de recherche sur les textes médiévaux, 24). 245 p., 17 b/w ill., 2 b/w tables, 156 x 234 mm. ISBN: 978-2-503-56756-3. Prix : 75 euros.

Source : Brepols

A propos RMBLF

Réseau des médiévistes belges de langue française
Cet article a été publié dans Publications. Ajoutez ce permalien à vos favoris.