Publication – Histoire monde, jeux d’échelles et espaces connectés. XLVIIe Congrès de la SHMESP (Arras, 2016)

L’histoire globale est à la mode. Certains le déplorent, au nom de la défense d’une identité nationale qui ne pourrait être conçue que dans le cadre des frontières de ce qui est devenu aujourd’hui la France, ou éventuellement de la « chrétienté », pour y trouver d’hypothétiques racines historiques. D’autres en font un nouveau terrain de réflexion, au risque de comparaisons hasardeuses ou de connexions artificielles. Les historiens français, et les médiévistes plus encore peut-être, ont tardé à s’emparer de ces sujets venus à la fois du monde anglo-saxon et des nouveaux pays émergents. Peut-être parce qu’ils se satisfaisaient de l’héritage, pourtant ancien et maintenant questionné, de Fernand Braudel. Peut-être aussi en raison de cloisonnements académiques entre l’histoire européenne et méditerranéenne largement représentée à l’université, et celle des mondes plus lointains qui s’épanouit dans d’autres cadres institutionnels.

Les mondes médiévaux sont pourtant profondément connectés, parfois à très longue distance, et il n’a pas fallu attendre les Grandes Découvertes et la modernité pour voir des hommes et des femmes se déplacer et échanger, parfois au loin. Il appartenait donc à la communauté des médiévistes de réfléchir sur les modalités de ces connexions, non pour revendiquer l’existence précoce d’un « village global » ou pour nier l’existence d’espaces et de mondes qui ont leur propre cohérence interne à une époque donnée, mais pour réfléchir aux conditions épistémologiques d’une telle approche. À quelle échelle doit-on penser les phénomènes historiques ? Telle est la question, centrale pour toute recherche, que pose ce 47e congrès de la Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public. Les communications réunies dans ce volume d’actes s’ouvrent donc sur des horizons vastes, vers l’Asie centrale et l’Extrême-Orient, vers l’Afrique subsaharienne et l’océan Pacifique, sans négliger pour autant des espaces européens et méditerranéens qui nous sont a priori plus familiers, en interrogeant leurs connexions et en menant des comparaisons fécondes.

C’est donc à une histoire globale et connectée du Moyen Âge, largement ouverte sur le monde, qu’invite la lecture de cet ouvrage. En témoignant de la vitalité de la recherche française et de sa diversité, il pose à nouveaux frais la question, tant débattue, des « racines » de nos mondes contemporains.

28405100433630L

Table des matières :

Avant-propos – Dominique Valérian

Faut-il mondialiser l’histoire médiévale ? – Jérôme Baschet

Espaces de circulation, lieux de connexion

Jeux d’échelles et espaces connectés, méthodologie pour une histoire connectée des fleuves et des rivières – Marc Suttor

Un Empire à cheval ?

Aspects de la politique équestre à l’époque de l’expansion mongole (XIIIe siècle) – Dan Ioan Mureşan
La chevalerie européenne confrontée à d’autres élites guerrières – Dominique Barthélemy
La voie du Nord. Les mondes nordiques comme terrain de rencontre et de circulation des idées religieuses dans les siècles centraux du Moyen Âge – Alban Gautier
Pour une histoire de la Méditerranée vue des îles. Approche comparée de la Corse, de la Sardaigne et de la Sicile au bas Moyen Âge – Vannina Marchi Van Cauwelaert

Échelles, frontières et réseaux

Frontière arabo-byzantine et échelles spatiales. Réseaux d’acteurs et territoires des confins (nord du Bilād al-Šām, Ier-Ve siècle H./VIIe-XIe siècle) – Éva Collet
Pouvoir urbain et réseaux commerciaux interconfessionnels dans les territoires fatimides. L’exemple de Tyr et d’Aden à travers la documentation de la Geniza (XIe-XIIe siècle) – David Bramoullé
Marchands florentins et trafics caravaniers : une connexion à travers les négociants juifs dans la Méditerranée du XVe siècle – Ingrid Houssaye Michienzi

Circulation des savoirs et des techniques

L’uniformisation de la culture écrite au XIIIe siècle : les rouages de l’« européanisation » de l’Occident médiéval – Paul Bertrand
La riḥla : une pratique lettrée au cœur de la mondialisation islamique – Yann Dejugnat
Construction et réception des modèles universitaires dans l’Occident médiéval. Pour une histoire connectée des universités – Thierry Kouamé
L’artillerie entre déterminisme technique, structures institutionnelles et échanges transnationaux. La « révolution militaire » à l’aune d’une comparaison italo-bourguignonne (ca 1350-1500) – Michael Depreter et Christophe Masson

Voir et décrire le monde

Des hommes et des cartes. La mobilité des marins de Majorque et la cartographie majorquine dans la première moitié du XIVe siècle – Wilfrid Tannous
Trouver l’Europe en Asie ? Expériences et réactions des auteurs latins aux contacts avec le monde extra-européen (XIIIe siècle) – Klaus Oschema
Frontières et seuils dans le Devisement du monde – Alain Provost
« L’intention de monseigneur de Béthencourt est d’ouvrir le chemin du fleuve de l’or ». Autour du rêve africain de Jean de Béthencourt – Christophe Maneuvrier
Comment penser les découvertes à la charnière des XVe-XVIe siècles : le monde vu par les Vénitiens – Nathalie Bouloux

Les horizons du monde

Un espace connecté durant notre époque médiévale : l’océan Pacifique – Dominique Barbe
L’océan Indien vers 1300. Le « monde » de ‘Izz al-Dīn al-Ḥalabī al-Kūlamī – Éric Vallet

Conclusions – Sylvie Denoix

Résumés/Abstracts

Informations pratiques :

Histoire monde, jeux d’échelles et espaces connectés. XLVIIe Congrès de la SHMESP (Arras, 2016), Paris, éditions de la Sorbonne, 2017 (Histoire ancienne et médiévale). 16 x 24 cm, 368 pages. ISBN : 979-10-351-0043-8. Prix : 30 euros.

Source : Éditions de la Sorbonne

A propos RMBLF

Réseau des médiévistes belges de langue française
Cet article a été publié dans Publications. Ajoutez ce permalien à vos favoris.