Publication – Catherine Verna, « L’Industrie au village Essai de micro-histoire (Arles-sur-Tech, XIVe et XVe siècles) »

Cet ouvrage, fondé sur une enquête au plus près des sources et qui emprunte ses méthodes à la micro-histoire, restitue une autre réalité et propose un autre modèle économique des campagnes médiévales. Le lieu en est la vallée du Vallespir qui borde le massif du Canigou (Pyrénées-Orientales) et, en particulier, le bourg d’Arles-sur-Tech. Le temps est celui de la fin du Moyen Âge, les XIVe et XVe siècles, quand la Couronne d’Aragon s’étend au-delà des Pyrénées vers la plaine du Roussillon, le Vallespir et le Conflent.

Des milliers d’actes notariés témoignent encore aujourd’hui de la passion de l’écrit qui traverse cette société de montagne et se concrétise dans les études notariées des bourgs et des villages. Les affaires s’y nouent, les contrats sont établis, les réussites et les échecs enregistrés. La vallée du Vallespir est un district industriel, traversé et unifié par des circulations de produits, de capitaux et de savoirs, portées par des entrepreneurs ruraux dont les biographies ont été patiemment reconstituées. Elles permettent d’explorer de façon neuve l’économie des campagnes. Entreprises muletières, teintureries et ateliers de corroyage, mines, forges et fonderies, scieries sont des lieux de travail où se croisent main-d’oeuvre locales et étrangères, souvent qualifiées et aux horizons lointains. Si les financements de l’industrie peuvent provenir de la ville proche, des membres de la notabilité des bourgs pourvoient activement aux investissements dans des entreprises qui sont souvent détenues par leurs voisins et leurs proches. Ces espaces de travail et d’échanges sont aussi des territoires techniques où se déploient des innovations comme autant d’expériences partagées et simultanées à l’échelle du continent européen et dont témoigne aussi l’industrie au village.

Catherine Verna est professeur d’histoire médiévale à l’université Paris 8 Vincennes-Saint Denis. Ses recherches sont consacrées à l’histoire du travail dans les campagnes de la fin du Moyen Âge, à l’histoire des techniques et aux relations entre science et technique médiévales. Elle a récemment dirigé en collaboration avec Joël Chandelier et Nicolas Weill-Parot Science et technique au Moyen Âge (Saint-Denis, 2017). L’ouvrage qu’elle a co-dirigé sur l’acier introduit une réflexion neuve sur la rationalité technique et l’entreprise L’acier en Europe avant Bessemer, dir. Par Philippe Dillmann, Liliane Hilaire et Catherine Verna (CNRS-Université de ToulouseLe Mirail, 2011). Elle dirige actuellement un des programmes de recherche internationaux de la Casa de Velazquez consacré à « L’entreprise rurale en Méditerranée occidentale » (XIIIe-XVe siècles).

25439

Table des matières :

Introduction
1. « Industrie » : un nécessaire état des lieux historiographique
2. Qu’est-ce que l’industrie à la fin du Moyen Âge ?

Partie I : Questions de méthode

Chapitre 1. Le Vallespir et ses industries : un territoire pour l’historien
Pouvoir « écouter les morts avec les yeux »
Petites villes, bourgs et industrie
Industrie rurale et « crise catalane »

Chapitre 2. La main des notaires et la micro-histoire
Le notaire n’est-il qu’une main ?
De la parole à l’écrit
Arles et la combinaison des focales

Partie II. Les industries d’Arles

Chapitre 3. Les mots du notaire et l’industrie
Tisserands, pareurs et teinturiers
Cordonniers et corroyeurs
Fusters
Forgerons catalans et forgeurs étrangers

Chapitre 4. Les silences du notaire et la pluriactivité
Pluriactivité et complément de revenu
Pluriactivité et entreprise

Chapitre 5. Le district industriel du Vallespir
Bourgs et complémentarité fonctionnelle
Circulation des capitaux et financement de l’industrie
En quoi le Vallespir est-il un district ?

Partie III. L’innovation technique en Catalogne

Chapitre 6. L’innovation, le roi et les notables
Le haut Vallespir et l’innovation
Territoire technique et modèle ariégeois

Chapitre 7. La forge et la question des origines
L’hypothèse de Bertrand Gille
L’origine catalane : une hypothèse fragile
Léca et la soufflerie hydraulique

Partie IV. Les marchés des fers

Chapitre 8. Les fers et les aciers des actes notariés
Le fer par écrit
Quelle désignation pour les fers du comté de Roussillon ?

Chapitre 9. Prix des fers et valeur des hommes
Le « prix de Pere Noelli » et le marché des experts
Le marché de redistribution et la valeur des hommes
Payer avec du fer : le marché des étrangers

Partie V. Migrer pour rembourser sa dette

Chapitre 10. Basques, Ariégeois et Languedociens
Des Basques dans le Vallespir
D’une montagne à l’autre
Ariégeois et Languedociens : les autres migrants de la forge

Chapitre 11. Travailler dans la forge
Gérer la forge
Une entreprise instable
Les stratégies des pauvres

Partie VI. La mine d’argent et l’élaboration des savoirs

Chapitre 12. La mine des Comelles
1425 : la reprise de l’extraction argentifère
De la mine des Comelles au mener real

Chapitre 13. Compétences et savoirs
La mine des Comelles et la loi d’Alphonse le Magnanime
Les essais et l’expertise à Montbolo
La fusina, les hommes d’Arles et le savoir technique
L’apothicaire d’Arles et la métallurgie

Conclusion
Notes
Sources et bibliographie
Index
Table des illustrations

Informations pratiques :

Catherine Verna, L’Industrie au village Essai de micro-histoire (Arles-sur-Tech, XIVe et XVe siècles), Paris, Les Belles Lettres, 2017 (Histoire, 140). 560 pages. Bibliographie, Index, 8 Carte(s). Livre broché. 15 x 21.5 cm. ISBN : 9782251447605. Prix : 35 euros.

Source : Les Belles Lettres

A propos RMBLF

Réseau des médiévistes belges de langue française
Cet article a été publié dans Publications. Ajoutez ce permalien à vos favoris.