Publication – Christine Renardy (éd.), « Le livre des morts de l’abbaye du Neufmoustier à Huy, 1130-1787 »

Le Livre de l’office du chapitre régulier du Neufmoustier (Huy), manuscrit disparu à la Révolution française et retrouvé en 1835 par un des fondateurs de l’Institut archéologique liégeois, Joseph Grandgagnage (Namur, 1797 – Embourg, 1877), Premier Président de la Cour d’Appel de Liège, est aujourd’hui exposé au Grand Curtius.

Il contient notamment le répertoire nécrologique du Neufmoustier, annoté de 1130 à 1787 par l’inscription du décès de plusieurs milliers de personnes. Cette partie intitulée « Livre des morts » vient précisément de faire l’objet d’une édition scientifique signée par Christine Renardy, docteur en histoire et directrice honoraire de la ville de Liège, dans la collection Grand in-8° de la Commission royale d’Histoire (Académie royale de Belgique).

Les inscriptions de ce document ont alimenté plusieurs polémiques scientifiques, dont la fin de vie à Huy du prédicateur Pierre dit l’Ermite (mort en 1115) ou encore la mention de l’orfèvre Renier de Huy, très probable auteur des fonts baptismaux de Notre-Dame, aujourd’hui conservés à Saint-Barthélemy.

Capture d_écran 2017-12-09 à 17.29.41

Résumé de la publication :

Dans les premières années du XIIe siècle, une communauté mixte s’est spontanément constituée dans un faubourg de la ville de Huy, probablement en mémoire du prêtre Pierre dit l’Ermite. Le 21 septembre 1130, l’évêque de Liège Alexandre Ier consacre l’église du Neufmoustier, qui vient d’y être construite. Il est prouvé que, dès ce moment, les religieux suivent la règle de saint Augustin. Le manuscrit du liber capituli de ce chapitre régulier est heureusement conservé, mais a souffert de détériorations. Conçu vers 1130, il a été complété au fil des siècles ; pour ce qui regarde sa partie nécrologique, jusqu’en 1787.

Au Bas Moyen Âge, ce répertoire mortuaire compte de nombreuses don- nées permettant d’enrichir nos connaissances en matière d’histoire urbaine, éco- nomique et sociale, mais aussi pour l’étude des mentalités, du culte et de la litur- gie, sans oublier celle de l’orfèvrerie mosane. À partir de la fin du XVe siècle, les mentions se font en effet rares et épisodiques pour les laïcs  huit personnes seulement  le répertoire étant réservé de facto aux dignitaires et à quelques membres du chapitre hutois.

La présente édition du « Livre des morts du Neufmoustier » est pour l’es- sentiel basée sur le manuscrit original conservé au Grand Curtius ; les lacunes provoquées par la perte de certains folios ont pu être en grande partie compen- sées par des copies réalisées par un chantre du chapitre à la fin du XVIIe siècle et conservées aux Archives de l’État de Liège (fonds du Neufmoustier).

L’auteure :

Née le 6 février 1948, Christine Renardy a obtenu sa licence en Histoire à l’Université de Liège. Après avoir travaillé trois ans pour le compte de la Com- mission royale d’Histoire à la rédaction du « Nouveau Potthast » (Répertoire cri- tique des sources narratives du moyen Âge), elle est devenue en 1972 assistante des professeurs Fernand Vercauteren et André Joris au séminaire d’Histoire du Moyen Âge à l’Université de Liège. En octobre 1977, elle a défendu une thèse sur « le monde des maîtres universitaires du diocèse de Liège jusqu’en 1350 », publiée en deux volumes en 1979 et 1981.

Nommée archiviste de la Ville de Liège en avril 1978, elle a dirigé ce ser- vice jusqu’en 2007, moment où les autorités communales lui ont confié la gestion de l’ensemble des collections relevant du patrimoine culturel. Enfin, en 2009, elle a été chargée de la coordination générale du département de la Culture et du Tourisme.

Adresse de contact : chrenardy@hotmail.fr

A propos RMBLF

Réseau des médiévistes belges de langue française
Cet article a été publié dans Publications. Ajoutez ce permalien à vos favoris.