Séminaire – Fluctuat nec Mergitur : Sainte Geneviève et les saints protecteurs de Lutèce

16 janvier 2018

Bibliothèque Sainte-Geneviève
10 Place du Panthéon
75005 Paris

La bibliothèque Sainte-Geneviève offre des collections exceptionnelles, représentatives de nombreuses églises de l’ancien royaume de France, notamment un des plus anciens missels notés parisien, du XIIe s. ou ce bel antiphonaire de la Collégiale Saint-Michel de Beauvais du XIIIe s., pourvu de jeux liturgiques dialogués, un missel de Senlis. Dans ce contexte de redécouverte et de valorisation de fonds exceptionnellement riche, nous proposons pour 2018 de poursuivre le séminaire de recherche, qui sera davantage focalisé sur le culte de sainte Geneviève aux XI-XIVe siècles, ainsi que les saints protecteurs de la Ville de Paris, d’où le rappel de cette devise Fluctuat nec mergitur…

Après une rapide présentation des fonds et de quelques précieux documents, nous nous concentrerons sur le déroulement d’une cérémonie, la première séance étant consacrée à la fête de la Chandeleur (Hypapante ou Présentation au Temple). A partir de quatre types de chants (lecture ou cantillation, hymne ou pièces poétiques versifiées, chant semi-orné de schola, chant orné solistique), nous partirons de quelques exemples offerts par les fonds de manuscrits pour procéder à la lecture critique des pièces, puis progressivement à des essais d’exécution, repris d’une séance à l’autre.

Cet atelier pratique autour des livres de chant liturgiques médiévaux et des imprimés des XVe-XVIe s. s’adresse à un large public, d’abord aux chanteurs et musiciens, soucieux de mieux comprendre le contexte matériel de la culture et de la liturgie, mais encore aux étudiants impliqués dans l’histoire culturelle et les arts.

goudescenne_1

1re séance – 16 janvier : s. Marcel et les saints parisiens

Sainte Geneviève reste une icône dans l’histoire des Francs, dont l’hagiographie mérovingienne, avec l’épisode de l’invasion des Huns a été rééditée assez récemment par les travaux de J-C. Poulain et du P. Amiet pour la liturgie. Toutefois, l’office en prose, qui semble remonter au milieu du XIe siècle, a fait l’objet de l’ajout d’une seconde campagne, peut-être contemporaine de l’instauration du « Miracle des ardents », en lien avec l’intoxication par le seigle qui sévit à Paris en 1130. Bien d’autres saints présentent également des compositions spécifiques, notamment s. Marcel, s. Germain de Paris et Genoulph, outre le martyr quasiment apostolique s. Denis.
Autres pièces chantées :

  • Puer natus est  Introït Noël, Messe du Jour
  • Kyrie cunctipotens  Ordinaire, Kyrie tropé

Inscription à la Bibliothèque non requise, mais prévenez de votre présence à musicologie@cnrs-orleans.fr

Ce séminaire est l’occasion d’un rappel de base des pratiques liturgiques et de leur environnement. Les étudiants de Licence ou les auditeurs libres, avancés ou même peu familiers avec ces questions, trouveront leur place dans ces séances du 1er semestre 2018.

Source : IRHT

A propos RMBLF

Réseau des médiévistes belges de langue française
Cet article a été publié dans Séminaire. Ajoutez ce permalien à vos favoris.