Journée d’étude – Les langages du commerce. Textes, échanges, culture

Journée d’étude d’histoire textuelle du LAMOP, organisée par Emmanuelle Vagnon, Chris Fletcher, Benoît Grévin, Aude Mairey.

Vendredi 16 février 2018

Salle Perroy (Sorbonne, galerie Jean-Baptiste Dumas, 14 rue Cujas, escalier R, 2e étage)

Argumentaire :

Les pratiques commerciales médiévales, comme à d’autres époques, ont été productrices de textes qui sont aujourd’hui autant de sources pour les historiens. Cette documentation a longtemps été utilisée, et l’est toujours, pour une histoire économique du Moyen Âge, une histoire faite de chiffres, de productions, de croissances et de crises. Mais il est également possible de considérer ces sources comme des discours que l’on peut analyser pour leur portée sociologique, culturelle et politique.

Inversement, dans l’analyse de la culture politique, les historiens ont eu tendance à négliger ces textes de marchands, n’exploitant pas réellement la spécificité de l’expression de ce groupe social, ou la confondant avec les discours issus de l’élite urbaine ou seigneuriale. Les sources qui concernent les marchands sont en réalité variées et ne se limitent pas à une documentation économique : on peut penser notamment à l’abondante documentation épistolaire, aux contrats commerciaux et d’assurance, aux requêtes en justice concernant les marchands, aux ordonnances et aux serments.

Au-delà de cette ouverture des sources textuelles « marchandes » vers différents domaines de la recherche historique, on peut d’autre part suggérer que la documentation marchande a une dimension linguistique qui lui est propre. Les milieux marchands possèdent dès l’antiquité des spécificités linguistiques (tendance à la polyglossie professionnelle) et sont potentiellement inventeurs et diffuseurs de techniques textuelles (formes de comptabilités, listes, classifications d’objet…). La langue marchande véhicule également une partie du vocabulaire technique et de description du monde non-négligeable, par exemple en important des nomenclatures exotiques. Il n’est donc pas déplacé de tenter de mettre en valeur l’apport des cultures marchandes aux sources textuelles médiévales telles qu’elles nous sont parvenues, et ce, au-delà de la documentation, en s’interrogeant sur les dimensions linguistiques, textuelles et rhétoriques propres aux sources marchandes. Cette interrogation, couplée à l’élargissement à différents domaines historiques évoqué plus haut, conduit à poser un ensemble de questions.

Les marchands en tant que milieu culturel régi par ses contraintes propres et caractérisé par son rapport particulier aux déplacements et aux circulations, est-il en soi producteurs d’idées ? Existe-t-il une forme propre d’expression qui se traduit par des sources textuelles caractéristiques ? Les lettres échangées par les marchands médiévaux sont-elles par exemple révélatrices de formes de langage, de formes de communication, de conceptions et de pratiques que l’on peut caractériser ? Les requêtes issues des milieux des marchands ont des spécificités qui les distinguent des requêtes envoyées par les nobles ou les ecclésiastiques. Nous nous intéresserons également aux discours portant sur le milieu des marchands et à l’espace commercial tel qu’il apparaît dans les textes.

La journée d’étude sera l’occasion d’aborder aussi bien les critères formels et le vocabulaire qui permettent d’identifier un document comme « commercial », issu d’un milieu marchand, que les rapports entre discours politique et discours économique : les processus discursifs, l’influence sur d’autres discours. On étudiera le processus de transmission, de traduction, les langues utilisées, et la réception de ces textes.

Programme :

9h15 : Accueil salle Perroy

9h30 : Introduction : Laurent Feller

I- Communication et discours marchands

10h00 : Jérôme Hayez : La difficile émergence des écrits marchands parmi les sources des médiévistes
10h30 : Ingrid Houssaye : Langue écrite et langue orale ; la communication entre marchands chrétiens, juifs et convertis à Majorque vers 1400
11h00 : Mohamed Ouerfelli : Parler affaires : analyse d’un corpus de lettres marchandes au début du XIIIe siècle.
11h30-12h00 : Discussion
Pause déjeuner (buffet salle Perroy)

II- Discours politiques, discours marchands

13h00 : James Davis : Ordinances and oaths: Examining the public voice of medieval commerce
13h30 : Chris Fletcher : Y-a-t-il un discours commercial dans les requêtes du parlement d’Angleterre à la fin du Moyen Âge?
14h00- Discussion et pause

III- Le monde des marchands : espaces et représentations

14h45 : Damien Coulon : La perception de l’espace à travers le prisme des contrats commerciaux
15h15 : Emmanuelle Vagnon : La pratica della mercatura : manuels de commerce et discours
spatialisé.

15h45-16h30 : Discussion et conclusions.

Source : LAMOP

A propos RMBLF

Réseau des médiévistes belges de langue française
Cet article a été publié dans Conférences. Ajoutez ce permalien à vos favoris.