Colloque – La vie de la prose médiévale à l’aube de la modernité

Université de Liège
19 et 20 avril

Comité d’organisation

Renaud Adam (LE STUDIUM – Institute for advanced studies, Loire Valley ; CESR Tours – ULiège)

Nadine Henrard (ULiège)

Nicola Morato (ULiège)

Giovanni Palumbo (UNamur)

Argumentaire :

Le milieu du XVe siècle se caractérise, notamment, par l’émergence de bouleversements profonds pour la production, la circulation, la transmission, voire la canonisation de la culture écrite occidentale.

La diffusion s’accélère, les œuvres partent à la rencontre d’un public plus ample et plus diversifié et de nouveaux acteurs font leur entrée dans les circuits de transmission. Ce changement de rythme et de fonctionnement a principalement été étudié sous l’angle du mode de production, au départ du circuit imprimerie/humanisme et en mettant l’emphase sur ce que la Modernité naissante introduisait de nouveauté en termes d’écart, d’altérité, de rupture, voire de polémique.

Capture d_écran 2018-03-31 à 12.07.04

La perspective sera ici inversée, et c’est davantage l’angle de la continuité qui déterminera la vision. Le Moyen Âge, en effet, poursuit son avancée dans le temps, et le ‘long Moyen Âge’ dont parlent Jacques Le Goff ou Patrick Boucheron peut s’appréhender d’une façon très concrète à partir précisément de la transmission des textes médiévaux en langue française dans l’Occident et dans la Méditerranée.

Certes, d’une époque à l’autre bien de choses ont changé, et la morphologie des traditions textuelles aussi, mais il nous parait important de nous interroger sur la mesure exacte de ce changement et sur ses formes. C’est une manière de comprendre la nature hybride et plurielle de la Modernité : la vie des textes médiévaux qui se poursuit, qui trouve une place dans la culture textuelle et littéraire de la Modernité, qui l’informe en lui offrant des formes et des contenus.

Ces questions d’ordre général seront abordées à partir de deux corpus en ancien et moyen français qui ont connu un parcours long et complexe : les romans arthuriens en prose et les mises en prose des textes narratifs en vers. L’un et l’autre sont au centre de deux projets internationaux liés à l’Unité de recherches Transitions de l’ULiège : le « Gruppo Guiron » (Université de Liège, Fondazione Ezio Franceschini, Universität Zürich) et l’équipe « LIMIA » (Université de Liège, avec une dizaine d’universités françaises et italiennes).

Programme :

Jeudi 19 avril 2018
Salle des Professeurs (bât. A1, 1e étage)

14h00 Introduction – Nadine Henrard (ULiège, présidente du Département de langues et littétatures françaises et romanes) et Laure Fagnart (ULiège, directrice de l’UR « Transitions »)

14h30-16h00
sous la présidence de Nicola Morato

Richard Trachsler (Universität Zürich) – D’une prose à l’autre : Du Lancelot-Graal au Cycle de Guiron
Lino Leonardi (Opera del Vocabolario Italiano – CNRS) – Lire un manuscrit, lire un texte : le cas du cycle de Guiron
Elena Stefanello (Fondazione Ezio Franceschini) – Recoudre la trame : comment naît un épisode arthurien
Pause

16h15-17h45
sous la présidence de Lino Leonardi

Sophie Lecomte (UNamur) – La seconde partie du Roman de Méliadus. Étude et édition critique
Marco Veneziale (ULiège) – Le destin des anciens chevaliers dans quelques manuscrits tardifs du Guiron le Courtois
Ilaria Molteni (Université de Lausanne) – Nicola Morato (ULiège) – Transparence du récit et excès de l’image. Les cycles d’illustrations dans les manuscrits arthuriens copiés en Italie

Vendredi 20 avril 2018
Salle de l’Horloge (bât. A1, Aile des Jésuites, 2e étage)

9h00 – 10h30
sous la présidence de Renaud Adam

Anne Schoysman (Università di Siena) – Style « grossier » ou « poeticque » de l’historiographie en prose : les ruptures stylistiques comme adjuvant pour l’histoire du texte des Illustrations de Gaule et Singularitez de Troye de Jean Lemaire
Stéphanie Rambaud (École nationale des chartes) – L’inventaire après décès du libraire Jean Janot (1522) : un instantané des métiers du livre à Paris
Olivier Delsaux (UCL-USt-Louis) – La vie des narrations médiévales au XVIe siècle : l’éclairage des privilèges
Pause

11h00 – 12h30
sous la présidence de Nadine Henrard

Sergio Cappello (Università di Udine) – La production éditoriale de Michel Le Noir
Renaud Adam (LE STUDIUM, Institute of advanced studies, Loire Valley – CESR, Tours – ULiège) – Le roman médiéval dans les anciens Pays-Bas entre 1550 et 1600
Adélaïde Lambert (ULiège) – La représentation de l’Espagne dans quelques proses épiques (XIVe-début du XVIe siècles)

12h30-13h00 : Giovanni Palumbo (UNamur), Conclusions

Source : Transitions – ULiège

A propos RMBLF

Réseau des médiévistes belges de langue française
Cet article a été publié dans Conférences. Ajoutez ce permalien à vos favoris.