Colloque – Genre, transmission et transformation du savoir sur l’hérésie (Antiquité tardive et haut Moyen Âge)

3ème rencontre du GIS HéPoS organisée par Warren Pezé et Claire Sotinel
Université Paris-Est-Créteil-Val-De-Marne
9-10 novembre 2018

Le tournant hérésiologique, en envisageant les différentes hérésies comme des constructions discursives tout en les replaçant dans leur contexte social et politique, a radicalement renouvelé l’approche des conflits doctrinaux antiques et médiévaux : l’un des signes les plus spectaculaires en est la déconstruction dont font l’objet, depuis maintenant plusieurs décennies, les hérésies de masse du Moyen Âge central comme le « catharisme ». Or, s’il est maintenant établi que les clercs des XIe-XIIIe siècles ont attribué aux hérétiques de leur époque des appellations héritées des premiers siècles (« manichéens », « cathares », etc.), et parfois leurs croyances et leurs rites les plus stéréotypés (infanticide, orgies, cérémonies clandestines, etc.), la transmission et les remaniements de ce savoir hérésiologique sur la longue durée n’ont guère été étudiés. Ce stock de concepts n’est pourtant pas d’un seul tenant et a beaucoup évolué : la notion même d’hérésie a fait l’objet, au cours du premier millénaire, de définitions variées et même concurrentes. Tout reste à faire pour explorer les continuités et ruptures entre l’Antiquité tardive, qui voit naître ce savoir hérésiologique dans sa diversité, et le Moyen Âge central, où ces ressources textuelles sont mobilisées pour décrire les mouvements déviants et structurer leur répression.

Cette journée d’étude se propose de réunir spécialistes de l’Antiquité tardive et du haut Moyen Âge pour présenter et discuter ces problèmes. Ils induisent, pour chaque période, des méthodologies et des types de sources différents. La discussion sera animée par les membres du GIS, pour la plupart spécialistes du Moyen Âge central, ce qui permettra une mise en perspective de long terme de l’élaboration du discours antihérétique.

Les sources envisagées sont à la fois les « classiques » du savoir hérésiologiques que sont les catalogues d’hérésies, dialogues, traités polémiques, professions de foi et actes conciliaires, mais aussi la législation séculière, l’hagiographie ou l’homilétique. Il s’agit d’étudier d’une part la constitution, la transmission et les transformations de ce savoir hérésiologique, d’autre part, les manières dont ce savoir fut enseigné, diffusé, remployé – ou non – tout au long du premier millénaire. Les contributions pourront faire place à l’approche codicologique et paléographique, qui contribue à ouvrir une fenêtre sur la réception et l’usage de ces textes par lecteurs et annotateurs en situant l’enquête dans l’atelier où le discours s’élabore.

Cette table ronde contribuera aux travaux futurs du GIS en jetant une nouvelle lumière sur les conditions dans lesquelles le savoir hérésiologique fut forgé et transmis, préparant, par un travail d’imprégnation des esprits qui s’étale sur plusieurs générations, la mobilisation des stéréotypes hérésiologiques qui ont tant biaisé l’interprétation de l’histoire religieuse médiévale.

Programme provisoire :

Vendredi 9 novembre

13h30 : accueil des participants et introduction

14h : Michel-Yves Perrin (EPHE), Τόπος et τύπος : discours hérésiologiques et realia dans l’antiquité tardive
14h45 : Valentina Toneatto (Rennes), Entre ascèse et administration des biens ecclésiastiques : un monachisme hérétique en Asie Mineure ?
15h30 pause

16h : Robin Whelan (Liverpool), Reinventing Arianism in the post-imperial West
16h45 : Kamil Choda (Tübingen), Haeresis nova non surgit. L’actualité du péril hérétique chez Grégoire de Tours.
17h30 : Michel Lauwers (Nice-Sophia Antipolis), conclusions temporaires et discussion sur l’Antiquité tardive

Samedi 10 novembre

9h : Warren Pezé (UPEC), Une hérésie carolingienne dans un traité inédit du temps de Charlemagne
9h45 : Irene van Renswoude (KNAW), Signs of censorship in manuscripts : continuities and changes (6th-11th c.)
10h30 : pause

10h45 : Kristina Mitalaïté (LEM), Le discours sur l’hérésie dans les commentaires carolingiens du Credo
11h30 : Thomas Granier (Montpellier 3), Le discours sur l’hérésie dans l’hagiographie d’Italie méridionale, IX-XIe s.
12h15 : Alain Le Boulluec (LEM), conclusions temporaires et discussion sur le haut Moyen Âge

Source : Hepos

A propos RMBLF

Réseau des médiévistes belges de langue française
Cet article a été publié dans Conférences. Ajoutez ce permalien à vos favoris.