Base de données – Collecta. Archive numérique de la collection Gaignières (1642-1715)

Accès : ici

Collecta est une base de données et un site Internet qui reconstituent virtuellement la collection de François-Roger de Gaignières (1642-1715) dispersée entre différents lieux de conservation (plusieurs départements de la Bibliothèque nationale de France et la Bibliothèque Bodléienne d’Oxford). Elle est construite à partir de l’inventaire complet des 5 569 items (manuscrits, portefeuilles de dessins et d’estampes, imprimés, tableaux et objets) dressé en 1711, du vivant de l’antiquaire.

COL-USA-09110-1

La collection de François-Roger de Gaignières (1642-1715) comporte des images et des textes. Elle se construit sur le relevé et la copie, développe l’extrait, les référencements et les renvois internes, fixe des normes et établit des listes permettant les repérages et les recoupements. Un document, figuré ou écrit, produit à partir d’un monument ou d’une archive, peut faire l’objet de copies multiples pour trouver sa place sous différentes entrées dans des portefeuilles distincts, sollicités selon diverses thématiques (topographie, familles, institutions, costumes, etc.). Cette structure ouverte, conçue pour être sans cesse enrichie par ajout et intercalation, a disparu de la conscience des chercheurs aujourd’hui confrontés au document isolé. Dans la collection Gaignières le document, même précis, détaillé, légendé, etc., n’est pas conçu ni utilisé pour une fin unique ou préconçue. Cette propriété de la collection la « prédispose » à un usage numérique, à une réinterprétation continue et inépuisable.

Pendant presque un demi-siècle, l’antiquaire François-Roger de Gaignières, passionné par l’histoire de la noblesse et de la monarchie française, dépouille inlassablement les chartriers des châteaux, des abbayes et des chapitres, fait copier et relever des centaines de milliers d’actes, de titres et de monuments (tombeaux, épitaphes, plaques de fondation, vitraux, sceaux, tapisseries, etc.) et constitue ainsi une collection documentaire exceptionnelle sur les époques médiévale et moderne. En 1703, par l’intermédiaire de Jérôme Phélypeaux de Pontchartrain, l’antiquaire propose à Louis XIV de créer une charge officialisant ce qu’il a accompli de manière privée depuis déjà trente ans. La conjoncture n’est pas propice et le projet – trop novateur – reste sans suite.

Source : Collecta

A propos RMBLF

Réseau des médiévistes belges de langue française
Cet article a été publié dans Banque de données. Ajoutez ce permalien à vos favoris.