Publication – Michel Zink, « Ce que nous devons aux anciens poètes de la France »

Quelle relation la littérature du Moyen Âge entretient-elle avec le temps et la mémoire? Quelle est la place de la religion et de la spiritualité dans cette littérature? Peut-on concevoir la poésie comme un récit?

À travers ces grandes questions, Michel Zink, dans sa leçon de clôture au Collège de France, jette un regard rétrospectif sur ses vingt-deux années d’enseignement. Les grands thèmes ayant servi de fil conducteur à ses cours y sont analysés, et en tout premier lieu le temps: le regard que porte la littérature médiévale sur son propre passé, l’imbrication du temps subjectif et du temps de l’histoire, la réception moderne de ces textes anciens. Des questions de poétique ensuite: poésie et récit, anonymat et sujet poétique, poésie et nature. Enfin, la constante imprégnation religieuse des lettres médiévales, qui brouille la notion même d’une littérature profane.

85968

Michel Zink est professeur émérite au Collège de France, membre de l’Académie des inscriptions et des belles-lettres et membre de l’Académie française. Il a été titulaire de la chaire de Littératures de la France médiévale de 1994 à 2016.

Informations pratiques :

Michel Zink, Ce que nous devons aux anciens poètes de la France. Leçon de clôture prononcée le 10 février 2016, Paris, Publications du Collège de France, 2018. 40 p. ISBN-13 9782722604735. Prix : 6,80.

Source : LCPDU

A propos RMBLF

Réseau des médiévistes belges de langue française
Cet article a été publié dans Publications. Ajoutez ce permalien à vos favoris.