Colloque – Le roi Salomon au Moyen Âge : savoirs et représentations

Le Centre d’Études Supérieures sur la Fin du Moyen Âge (CESFIMA) et l’IRHT organisent, les 18 et 19 octobre 2018, un colloque international sur le roi Salomon au Moyen Âge: savoirs et représentations. À l’époque médiévale, en Orient et en Occident, se conjuguent en effet sur cette figure mythique de l’Antiquité des aspects variés et parfois contradictoires touchant aussi bien au secret (magie, mystique nuptiale, connaissance sapientiale, symbolique cosmologique du temple, etc.) qu’à une diffusion d’idées et de représentations visant à un consensus social et politique (concernant notamment l’idéologie du pouvoir royal, l’exercice de la justice, etc.).

Ce colloque s’inscrit dans une optique comparative dans la mesure où la place qu’occupe Salomon dans les trois religions du Livre (judaïsme, christianisme, islam) n’a fait que croître et embellir durant la période médiévale, dans le cadre d’une symbolique du pouvoir en partie commune et de ce que l’on pourrait qualifier une «culture de l’équivoque» (Bruno Roy). Paradigme du roi sage et juste d’après le texte biblique (3 Reg. 3, 10-28 et 4, 29-34; Prov. 8, 12-21; Sap. 6, 24-26 et 8, 9-15), Salomon est en effet également, rappelons-le, un souverain dépravé, pourvu de 700 épouses et de 300 concubines, femmes qui, au temps de sa vieillesse, détournèrent son cœur pour l’inciter à suivre d’autres dieux et à sombrer dans l’idolâtrie (3 Reg. 11, 1-13). Son sort dans l’au-delà a ainsi fait l’objet de nombreuses spéculations. En outre, plusieurs traités pseudépigraphiques grecs des premiers siècles de notre ère, ainsi que la tradition juive rapportée par Flavius Josèphe et abondamment exploitée dans l’Occident médiéval (notamment à partir du XIIe siècle), en font un roi exorciste et magicien, capable de contraindre les démons à lui obéir. Salomon joue également un rôle fondamental dans la littérature magique byzantine, copte et arabo-musulmane, dont certains spécimens ont été traduits ou adaptés en latin. À l’instar d’Hermès et d’Aristote, il est donc l’un des grands héros emblématiques du vaste mouvement de transfert culturel entre l’Orient et l’Occident qu’a connu la seconde moitié du Moyen Âge.

roisalomon

Programme :

Jeudi 18 octobre

9h. Ouverture du colloque et accueil des participants
9h30. Jean-Patrice Boudet (Université d’Orléans), Introduction

I. Le roi Salomon, sa sagesse et son temple

10h. Kristina Mitalaité (CNRS, Laboratoire d’études sur les Monothéismes, Paris), Le traité De templo Salomonis de Bède le Vénérable et son influence
10h30. Guylène Hidrio (Université Charles de Gaulle-Lille 3), Images et symbolique du temple dans l’Occident médiéval, du temple de la sagesse au temple de Jérusalem
11h00. Danielle Buschinger (Université d’Amiens), Le roi Salomon dans la littérature médiévale allemande
11h30. Discussion
12h. Pause déjeuner

14h. Anne-Orange Poilpré (Université Paris I-Panthéon-Sorbonne), Le roi Salomon dans l’iconographie carolingienne et ottonienne

II. Salomon auteur spirituel, figure de la sagesse et de la connaissance mystique

14h30. Angela Guidi (Università della Svizzera italiana), La sagesse de Salomon et le savoir philosophique dans la culture juive médiévale
15h00. Roy Rosenstein (The American University, Paris), Le savoir proverbial de Salomon au Moyen Âge
15h30. Discussion
15h45. Pause café

16h. Pierre Lory (École Pratique des Hautes Études, Paris), Salomon dans la mystique musulmane
16h30. Sumi Shimahara (Université Paris-Sorbonne), Salomon dans l’exégèse biblique à l’époque carolingienne
17h. Christian Heck (Université Charles de Gaulle-Lille 3), L’idolâtrie de Salomon dans l’art de la fin du Moyen Âge
17h30. Discussion

Vendredi 19 octobre

III. Salomon et les savoirs secrets : magie, divination, démonologie, exorcisme

9h30. Emma Abate (CNRS-IRHT), L’héritage de Salomon : techniques de convocation des démons à toute heure de la nuit dans un manuscrit hébreu de la BnF
10h. Jean-Charles Coulon (CNRS-IRHT), Salomon dans les traités de magie islamiques médiévaux
10h30. Discussion
10h45. Pause café

11h. Tamara Andrucovici (Université Paris-Sorbonne), φεũγε μεμισιμένι Σολομόν σε διόκι : Salomon, roi, exorciste et thaumaturge dans le monde byzantin
11h30. Julien Véronèse (Université d’Orléans), Salomon exorciste et magicien dans l’Occident médiéval
12h. Discussion
12h15. Pause déjeuner

14h30. Philippe Faure (Université d’Orléans), Salomon prototype du Christ dans l’iconographie médiévale.

IV. Salomon et ses orients : savoir cosmologique et représentations

15h. Allegra Iafrate (Kunsthistorisches Institut in Florenz/Max-Planck-Institut), La longue vie des objets magiques de la tradition salomonienne
15h30. Anna Caiozzo (Université Bordeaux-Montaigne), Salomon et ses images en Orient : magicien, roi et prophète (XIVe-XVIe siècle).
16h. Discussion.
16h15. Pause café

16h30. Sonia Fellous (CNRS-IRHT), Salomon dans l’iconographie juive médiévale.
17h. Epilogue : Le savoir du constructeur. Imaginaire symbolique et réalités monumentales. Autour du livre d’Hugues Berton et Christelle Imbert, Les enfants de Salomon. Approches historiques et rituelles sur les compagnonnages et la franc-maçonnerie.
17h30. Discussion.

18h. Fin des travaux

Informations pratiques :

Centre Dupanloup
Rue Dupanloup, 45000 Orléans

18-19 octobre

Source : IRHT

A propos RMBLF

Réseau des médiévistes belges de langue française
Cet article a été publié dans Conférences. Ajoutez ce permalien à vos favoris.