Publication – « Une histoire du sensible : la perception des victimes de catastrophe du XIIe au XVIIIe siècle. Actes du colloque international tenu à Lors (Allemagne, Hesse) du 11 au 14 décembre 2014 », éd. Thomas Labbé et Gerrit J. Schenk

Cet ouvrage se propose de réfléchir à la construction historique de la condition de victime, en relation avec les événements traumatiques dans l’Europe médiévale et moderne. Dans le contexte contemporain, le discours et la gestion des situations de catastrophe ou de mort de masse s’organisent en priorité autour de la place des victimes dans la fabrique événementielle. Cette attitude de la société contemporaine face à la dévastation, qualifiée tantôt de « compassionnelle », tantôt « d’humanitaire », ou bien encore de « tragique », reflète une forme de sensibilité qui définit en premier lieu la réalité catastrophique comme un drame.

Une telle approche de la souffrance possède-t-elle cependant une histoire ou constitue-t-elle une constante anthropologique de la société occidentale ? Quel regard les sociétés médiévales et modernes ont-elles posé sur cet aspect autant éthique que social du réel ? Les essais réunis dans ce volume proposent d’offrir quelques pistes de réflexion. À la lecture ambiguë de la victime au Moyen Âge, entre souffrance et responsabilité, la Renaissance semble commencer à proposer une vision plus « tragique » des individus souffrants. Les victimes peuvent dès lors entrer progressivement dans une politique des émotions qui triomphe au XVIIIe siècle.

Thomas Labbé est chercheur associé à l’UMR CNRS 6298 ARTeHIS, Université de Bourgogne.

Gerrit J. Schenk est professeur d’histoire médiévale à l’université de Darmstadt.

dis-9782503574943-1

Table des matières :

Thomas Labbé, Introduction

I Penser la souffrance au Moyen Âge : concept et dimension sociale des victimes

Jutta Eming, Exzellenz des Opfers in Hartmanns von Aue Der arme Heinrich. Mit Überlegungen zur Funktion von gelieben und weiteren Emotionswörtern
Thomas Labbé, Émotions et raison face à l’événement calamiteux au XIVe siècle : le De remediis utriusque fortunae de Pétrarque
Philine Helas, „… und sie bekundeten ihm ihre Teilnahme und trösteten ihn wegen all des Unglücks … » Die Hiobsgeschichte in der italienischen Malerei des 14. und 15. Jahrhunderts
Geneviève Dumas, Montpellier face aux mortalités à la fin du Moyen Âge: discours, prise en charge et matérialité des victimes

II La violence des autres : perception et signification des victimes de guerre (XIVe-XVIIe siècle)

Guilhem Ferrand, Victimes, psychopathologies et traumatismes de guerre en Rouergue (Aveyron, France, XIVe-XVe siècles)
David El Kenz, Les victimes des massacres des protestants dans les guerres de Religion (v. 1550-v. 1600) : du « tas de mort » à la « mort collective »
Oury Goldman, L’âge des victimes universelles ? Loys Le Roy et la vision globale de la catastrophe au XVIe siècle
Andreas Bähr, Commiseratione tactus: Vom ‚Mitleiden‘ mit den Opfern des Dreißigjährigen Krieges

III Une politique prémoderne des victimes ? L’usage des émotions comme levier social du XVIe au XVIIIe siècle

Mauricio Onetto Pavez, Catastrophes aux antipodes de l’Europe. Représentations, imaginaires et sensibilités d’un vieux monde au Nouveau Monde. Le cas du Chili aux XVIe et XVIIe siècles
Domenico Cecere, Chiara Di Caprio, Stratégies de communication et plans de reconstruction après le tremblement de terre de 1783 en Calabre

Informations pratiques :

Thomas Labbé et Gerrit J. Schenk (éd.), Une histoire du sensible : la perception des victimes de catastrophe du XIIe au XVIIIe siècle. Actes du colloque international tenu à Lors (Allemagne, Hesse) du 11 au 14 décembre 2014, Turnhout, Brepols, 2018 (Culture et société médiévales, 35). 241 p., 14 b/w ill., 156 x 234 mm, 2018. ISBN: 978-2-503-57494-3. Prix : 35 euros.

Source : Brepols

A propos RMBLF

Réseau des médiévistes belges de langue française
Cet article a été publié dans Publications. Ajoutez ce permalien à vos favoris.