Colloque – Les médiévistes face à la documentation des érudits modernes. Méthodes et enjeux

Les spécialistes qui travaillent sur les mondes anciens et médiévaux, qu’ils soient historiens, philologues, historiens de l’art, épigraphistes ou archéologues, sont souvent amenés à utiliser des sources de l’époque moderne. En effet, les érudits des XVIIe-XVIIIe siècles ont été un maillon fondamental dans la transmission de connaissances sur les textes et les monuments. Ces sources doivent cependant être utilisées de manière critique, en pénétrant en profondeur les enjeux et les méthodes de leurs auteurs. Si l’histoire se constitue en véritable science au XVIIe siècle, affranchie de la répétition des auctoritates et appuyée sur un certain nombre de sciences auxiliaires (diplomatique, paléographie, codicologie, héraldique, épigraphie, numismatique), elle n’en reste pas moins liée à un contexte religieux, politique, culturel et intellectuel qu’il convient de connaître de manière plus fine.

Dans le cadre de cette rencontre interdisciplinaire, fruit de la collaboration de l’Institut de recherche et d’histoire des textes et de l’Institut Ausonius (UMR 5607), nous nous interrogerons sur l’apport des sources modernes, manuscrites et imprimées, pour la recherche, la collecte, l’analyse et l’édition de témoignages scripturaires et matériels de la culture médiévale, témoignages dont les originaux peuvent avoir depuis disparu ou avoir été mutilés. Cette rencontre visera à questionner les différentes méthodes qu’il convient d’adopter dans l’utilisation de cette documentation.

Capture d’écran 2019-02-27 à 09.41.46

Programme :

Jeudi 7 mars

14h – Introduction, Jérémy DELMULLE et Haude MORVAN

14h30-16h30 – La naissance des « sciences annexes » de l’histoire : héraldique, généalogie, épigraphie, iconographie

Pierre COUHAULT (Labex EHNE / Centre Roland-Mousnier, UMR 8596), Méthodes et enjeux de la collecte documentaire chez deux érudits du milieu du xvie siècle : le héraut flamand Jacques le Boucq et l’avocat parisien Jean le Ferron
Morgane UBERTI (Madrid, Casa de Velázquez), « Antiquaires » ou « apologètes » : regards modernes sur les inscriptions chrétiennes en France
Fabrizio FEDERICI (Rome, Bibliotheca Hertziana – Max Planck Institut für Kunstgeschichte), Comment la Rome baroque regardait le Moyen Âge : antiquaires et connaisseurs de l’époque des Barberini face aux images médiévales
Discussion – pause

17h-19h La construction historique dans les ordres réguliers

Ludovic VIALLET (Université Clermont-Auvergne / CHEC, EA 1001), Lire et exploiter la Narration historique… du Père J. Fodéré (1619)
Haude MORVAN (Université Bordeaux Montaigne / Ausonius, UMR 5607), Le patrimoine monumental dans l’érudition dominicaine
Bertrand MARCEAU (École française de Rome), Écrire l’histoire cistercienne au XVIIIe siècle : André Le Boullenger, historien et archiviste de Clairvaux
Discussion – dîner

Vendredi 8 mars

10h-12h Quelques figures d’érudits (1)

Anne RITZ-GUILBERT (École du Louvre), Gaignières et ses méthodes
Laurent HABLOT (EPHE), Analyse et critique de l’érudition emblématique : le cas de François-Roger de Gaignières.
Cécile TREFFORT (Université de Poitiers / CESCM, UMR 7302), Dans le dédale des notes de Dom Fonteneau († 1780) : l’historien face à la stratification documentaire

Discussion et déjeuner

14h30-16h30 Quelques figures d’érudits (2)

Valeria DANESI (Rome, La Sapienza), L’Ordo Sancti Damiani et le monastère de S. Cosimato du Trastevere dans une chronique du xviie siècle. Le mémorial de l’abbesse Orsola Formicini
Hernán GONZÁLEZ BORDAS (Ausonius, UMR 5607), Les inscriptions paléochrétiennes de la Régence de Tunis chez le père trinitaire F. Ximenez (1685-1752) : son approche et ses usages
Pierre CHAMBERT-PROTAT (École française de Rome), Dans l’ombre des « grands » érudits : Pierre-François Chifflet (1592-1682)

Discussion

17h-17h30 Conclusions, François BOUGARD (IRHT)

Informations pratiques :

7-8 mars 2019

Institut de recherche et d’histoire des textes
40, avenue d’Iéna
Paris 75016

Organisation :
Delmulle Jérémy (IRHT)
Morvan Haude (univ. Bordeaux)

Source : IRHT

A propos RMBLF

Réseau des médiévistes belges de langue française
Cet article a été publié dans Conférences. Ajoutez ce permalien à vos favoris.