Publication – Christiane Klapisch-Zuber, « Se faire un nom. Une anthropologie de la célébrité à la Renaissance »

Giotto, Leonardo ou encore Raphaël… Pour chacune de ces légendes de la Renaissance, l’histoire retient un simple prénom, dont la puissance évocatrice contribue, des siècles après leur mort, à consolider leur gloire. Dès le XIVe siècle, ce choix précurseur des peintres contribue ainsi à leur célébrité. Curieusement, à cette époque où l’artiste s’autonomise et s’érige en groupe social d’élite, le nom de famille tel qu’on le connaît aujourd’hui n’était pas encore fixé et se transmettait uniquement dans les familles de notables, variant souvent d’une génération à l’autre… Ainsi, être connu par son seul prénom était-il un véritable signe de distinction !

NOM-768x1126

Il ne s’agit pas d’un détail : le nom conditionne et décrit la filiation, la réputation, et donc la renommée de quelqu’un. Cet essai décrypte, à travers la vie intime des peintres et des sculpteurs illustres, cette époque où la figure de l’artiste émerge, annonciatrice de la valorisation de l’individu à l’oeuvre aujourd’hui.

Christiane Klapisch-Zuber est historienne et directrice d’études honoraire à l’EHESS. Elle a publié de nombreux essais sur les femmes, la famille et la société dans l’Italie du Moyen Âge et de la Renaissance.

Informations pratiques :

Christiane Klapisch-Zuber, Se faire un nom. Petite anthropologie de la célébrité à la Renaissance, Paris, Éditions Arkhé, 2019. 160 pages. ISBN : 978-2918682509. Prix : 18,50 euros.

Source : Éditions Arkhé

A propos RMBLF

Réseau des médiévistes belges de langue française
Cet article a été publié dans Publications. Ajoutez ce permalien à vos favoris.