Appel à contribution – Al Andalus sans frontière

Les études sur les aspects historiques, littéraires et sociopolitiques des frontières de l’époque médiévale n’ont pas cessé d’être intéressantes. La frontière est une réalité concrète, ce n’est pas une limite linéaire mais une zone imprécise, c’est le symbole d’une possession militaire et politique, produit de la guerre et gage de paix. La frontière est une région dynamique et vivante, une zone où une nouvelle réalité apparaît, le concept Frontière, fait référence à l’existence de limites précises qui se matérialise d’une manière ou d’une autre dans le paysage et implique parallèlement la volonté d’établir des barrières linguistiques, culturelles et plus subtiles qui déterminent l’identité d’un groupe d’individus.

Dans l’Espagne médiévale, les frontières étaient très diverses et leur analyse permet d’établir une typologie qui révèle d’abord l’évolution du concept, ensuite les types social, culturel, littéraire, etc.

La frontière dans l’Espagne médiévale a plusieurs interprétations et se manifeste sous différents aspects. On considère que les progrès de la reconquête sont un facteur déterminant de l’émergence des frontières, l’espace andalou fragmenté et affaibli, semble ouvrir la voie à l’élimination définitive de la domination musulmane dans la péninsule ibérique. Cette reconquête parrainée par les royaumes chrétiens d’Aragon et de Castille est une offense au royaume naissant des Nasrides de Grenade, dernière forteresse musulmane, après avoir existé des royaumes autonomes (royaumes de taifas), berceau de tout type de frontières, et espace de confrontations continues, d’antagonismes, mais aussi d’espace de rencontre. L’élimination de ces territoires musulmans par les chrétiens a créé une dynamique frontalière qui met en évidence de nombreux aspects historiques.

La frontière est la matrice de la problématique historique que nous proposons, avec ses multiples facettes, il définit des modes d’organisation, d’échange, de coexistence partagée, de relations sociales, politiques, commerciales et diplomatiques ; Social (relations entre individus, amoureux, amis, etc.), économique (commerce, sauvetage de captifs, etc.) et culturel (poèmes, proverbes, lettres, etc.)

L’importance du fait de la frontière réside dans la création et les transformations vécues par les sociétés des deux côtés de la frontière, fournissant un fait différent et unique à la frontière.

La frontière n’a pas été un espace d’affrontement permanent, elle a été un lieu riche en interprétation culturelle, dominée par deux sociétés différentes, par le système politique, la religion et la langue, facteurs qui n’ont jamais ralenti les relations au contraire, ils ont créé un terrain attrayant pour les chercheurs qui souhaitent examiner le phénomène dynamique qui a été clos par la capitulation finale de Grenade en 1492.

Ce colloque international est ouvert à tous les chercheurs dont les travaux tournent autour de la question de la frontière, que non seulement été un espace de confrontation, mais également un espace riche en interprétations multi faciales. Cette relation complexe et contradictoire entre deux sociétés, deux pôles séparés par une frontière territoriale, imposée par des réalités politiques, et devant laquelle se trouvaient d’autres frontières désirées, subjectives ou sonores.

Les axes autour desquels la journée sera développée sont:

-Réflexion sur le concept la frontière, ses interprétations et caractéristiques médiévales, son évolution historique qui dépendait du processus de reconquête, et du processus de formation de nouveaux États (royaumes de Taifas)
-Le problème frontalier en historiographie
-La frontière est considérée comme un espace avec une limite linéaire ou un lieu de rencontre et d’expression,
-La frontière est le résultat d’un mouvement, d’une évolution, d’une transformation de type historique, conséquence d’une organisation géographique, qui n’impliquait pas ce que veulent les populations, les minorités (juive, chrétienne, mudéjar et maure vivaient dans des sociétés frontalières à statut particulier)
– Il y avait une intégration, un rejet, une assimilation et une acceptation de la culture de l’autre dans les frontières?
-La frontière est l’organe qui a des particularités et des caractères originaux.
-Documentations et bibliothèques en Al Andalus

Autres axes possibles:

-La frontière et la reconquête (traités de conquête-djihad-paix entre chrétiens et musulmans)
-Communication, défense, coexistence et relations pacifiques dans la frontière.
-Royaume Nasride, dernière frontière entre chrétiens et musulmans.
-La frontière maritime dans la Méditerranée médiévale.
-Reflets de la dualité de frontalière dans la littérature.
-La vie socioculturelle dans les frontières et la production intellectuelle.
-L’altérité et l’image de l’autre comme conséquence de la frontière.
-La diversité linguistique aux frontières et son reflet dans la langue des minorités.
-Littérature de voyage, témoignages de voyageurs.

MODALITÉS DE SOUMISSION:

Les travaux peuvent être présentés en espagnol, arabe, français, anglais et allemand.

Les propositions de communication (environ 500 mots), précédées des coordonnées de l’auteur et comprenant une bibliographie, ainsi que 5 mots clés, doivent être envoyées avant le 30 avril 2019 à l’adresse suivante: jornadafrontera19@gmail.com

L’avis du Comité scientifique sera annoncé le 15 mai 2019.

Les travaux ne devraient pas dépasser 15 minutes et seront suivis d’un débat.

COMITÉ SCIENTIFIQUE:

ABDELILLAH Abdelkader(Univ. Orán 1), BOUBAYA Abdelkader (Univ. Orán 1), MOUSSAOUI Mériem (Univ. Orán 2), MANZANO RODRIGUEZ Miguel Ángel (Univ. Salamanca), TOUIL Khalida (Univ. Orán 2), AISSAOUI Souad (Univ. Orán 2), DERRAR Abdelkhalek (Univ. Orán 2), CHOUCHA Zouaoui (Univ. Orán 2), OUNANE Ahmed (Univ. Orán 2), NOURINE ELAID LAhouaria (Univ. Orán 2), BEY OMAR Rachida (Univ. Orán 2), BOUKRAA Farida (Univ. Orán 2), MALKI Zouhir (Univ. Orán 1), MAHDI Fatima Zohra (Univ. Orán 2), YAHIA CHÉRIF Zineb (Univ. Orán 2), BENALLOU Sihem (Univ. Orán 2), BELBACHIR Fatima Zohra (Univ. Orán 2), KADI Zineddine (Univ. Orán 1), KADI Abdelkader (Univ. Orán 1), GOUAR Afif (Univ. Orán 1)

COMITÉ D’ORGANISATION:

BENNOUR Hadjira, KHELIFA Mohamed Amine , KHEROUA Ilhem, CASCALES TORRES Amanda, KOUKEB Nardjes, BENADIS Rachid , KHALLADI Hadjer, KHELLADI Amira , OUHIBI Rafik, BENSAHNOUNE Ibtissem, HARRAT Fériel, BENALI Nouara , BENOUDA Chahinez , El FEKAIR Wafaa, HENNOUS Samira , BENMAHIEDDINE Sarah, REKIK Ikram, BEDEB Kheira, LACHACHI Fouzi, BENSAADA Fatima Zohra.

DIRECTEURS DES LABORATOIRES:
Pr. ABDELILLAH Abdelkader
Pr. BELMEKKI Belkacem

COORDINATRICES DU COLLOQUES :
Dr. AISSAOUI SOUAD
Dr. TOUIL Khalida

Source : Fabula

A propos RMBLF

Réseau des médiévistes belges de langue française
Cet article a été publié dans Appel à contributions. Ajoutez ce permalien à vos favoris.