Appel à contribution – Traduire la chanson (XVe –XXIe siècles)

Poésique 19 : « Traduire la chanson (XVe –XXIe siècles) »
Grenoble, 5-6 décembre 2019

Cette seconde édition de « poésique » (poésie mise en musique) sera consacrée à la question de la traduction et des transferts culturels. Tout comme lors de l’édition précédente de Poésique 18, intitulé« Chanter les poètes »,ce second colloque international, à vocation pluridisciplinaire et transnationale, sera l’occasion d’un dialogue entre différentes approches (littéraire, musicologique, traductologique, historique, sociologique, philosophique, artistique), différentes périodes — Moyen Age, Renaissance, époque moderne, époque contemporaine— et différentes aires géographique (Europe, Afrique, Amérique, Asie). Ainsi, les chercheurs réunis à Grenoble s’interrogeront sur les questions suivantes : Comment à travers les époques, les chansons (poèmes destinés à être chantés)  sont–elles traduites ? A quoi obéit ce besoin de traduire ? Dans quel contexte historique et culturel s’exerce-t-il ?  Comment les traductions circulent-elles ? Selon quelles modalités ?  A quelles fins ? Comment les différentes langues traitent –elles la question des contraintes métriques et mélodiques ?

A la Renaissance, on peut signaler l’exemple emblématique du madrigal italien traduit en Angleterre par Nicolas Yonge  Musica Transalpina  en 1588 ou Thomas Watson dans son First set of italian Madrigals Englished, 1590 et Thomas Morley dans ses Madrigals(1594). Au XIXe siècle, avec le développement des études folkloristes, de nombreuses chansons collectées en Europe et dans différents pays du monde  sont traduites et publiées (tel le recueil deChansons populaires grecques publiées et traduites pour la première fois par Emile Legrand (Paris, Maisonneuve, 1874), Chansons populaires de l’Espagne traduites en regard du texte original, par Léo Rouanet (Paris, A. Charles, 1896) , La Russie épique, étude sur les chansons héroïques de la Russie traduites ou analysées pour la première fois par Alfred Rambaud  Paris,  Maisonneuve, 1876, ou ce Tour du monde en dix chansons nationales et caractéristiques  transcrites et traduites par P. Lacome, (Paris, Choudens, 1875).  Pour l’époque contemporaine, on pense d’emblée aux années 50, où l’on assiste à l’émergence de tout un répertoire de chansons traduites de l’anglais, conséquence de l’influence de la culture américaine en Europe.

Capture d’écran 2019-05-14 à 08.09.05

Les pistes de travail pourront être les suivantes :

  • Etude et analyse  d’un corpus national, du corpus de chansons d’un interprète, d’une traduction.
  • réaliser une analyse traductologique des chansons, établir s’il y une spécificité dans la traduction de la chanson par rapport à la traduction de la poésie étant donné que les accentsde la musique et ceux de la langue doivent être en harmonie pour que le texte reste chantable, se demander si l’on peut  différencier les traducteurs–poètes, des traducteurs-chanteurs, étudier si c’est le sens ou le son qui prime, et savoir comment se transpose l’écriture « chantable » du texte original dans une autre langue.

·      On pourra également s’intéresser à la traduction de chansons « savantes » ou « populaires », à la traduction des hymnes, ou  à la traduction des chansons au cinéma.

·      Les questions de censure pourront être abordées

  • On pourra se pencher sur la relation entre la traduction de chansons et les outils  numériques (on pourra s’interroger sur la floraison et l’expansion des sites web payants ou gratuits  de traduction de chansons : http://www.lieder.net/lieder/index.htmlhttp://translatingmusic.com)
  • Traduire sera entendu au sens large : on peut traduire d’une langue à l’autre mais on peut également « traduire » une chanson dans un autre media.

Les exposés et les textes pourront être formulés en français ou en anglais.

Trois conférences plénières sont prévues :

Perle Abruggiati (Université d ‘Aix Marseille)

Nicolas Froeliger (Université Paris-Diderot)

Ursula Moser (Université d’Innsbruck)

Un atelier de traduction de chansons multilingue et un concert du chanteur Sarclo, traducteur des chansons de Bob Dylan, seront organisés dans le cadre de ce colloque. 

Comité scientifique : 

  • Laurie-Anne Laget (Université Paris-Sorbonne)
  • Isabelle Krzywkowski (Université Grenoble Alpes)
  • Laurent Folliot (Université Paris-Sorbonne)
  • Samuel Baudry (Université Lyon Lumière)
  • Jean-Marie Fournier (Université Paris- Diderot)
  • Claire Téchéné (Université Lyon Lumière)
  • Juan Montero (Universidad de Sevilla)
  • Ursula Moser (Universität Innsbruck)
  • Fiona Stafford (Oxford University)
  • Tobias Widmaier (Université de Freiburg)
  • MeikoO’Halloran (Newcastle University)

Langues du colloque

Français/Anglais

Lieu du colloque

Université Grenoble Alpes

Dates importantes

Date limite de soumission des articles : 15  juin 2019.

Réponse aux auteurs : 30 juin  2019.

Notification du programme définitif : 15 juillet 2019.

Une proposition de communication comportant un titre et un court résumé (2000 signes maximum), accompagnée d’un CV, doit être adressée avant le  15 juin  aux adresses suivantes :

anne.cayuela@univ-grenoble-alpes.fret 

caroline.bertoneche@univ-grenoble-alpes.fr

Source : Fabula

A propos RMBLF

Réseau des médiévistes belges de langue française
Cet article a été publié dans Appel à contributions. Ajoutez ce permalien à vos favoris.