Colloque – Pierre et dynamiques urbaines

Ce colloque sanctionne le travail mené depuis 2015 par une équipe transnationale, regroupant l’Université Libre de Bruxelles, le Laboratoire de médiévistique occidentale de Paris (UMR 8589), l’Université Paris 1-Panthéon Sorbonne, l’Université do Minho de Braga, et l’Université d’Albi- Framespa (UMR 5136), via un programme Pessoa.

Pour poursuivre et clôturer ce projet, et pour formaliser les conclusions auxquelles les équipes ont abouti, le format colloque semble adapté. Il permettra aux participants de communiquer leurs conclusions en fonction des problématiques ciblées, tout en stimulant la discussion avec des communicants hors projet, invités pour contraster, compléter, critiquer ou enrichir les approches envisagées.

Ainsi, des scientifiques européens ont été invités à communiquer à partir de l’argumentaire suivant :

Sur le temps long, la pétrification de la ville, la dominante des matériaux durs au premier rang desquels se trouve la pierre, apparaît dans l’historiographie traditionnelle comme le résultat, la conséquence voire la représentation ultime du fait urbain dans ses paramètres politiques, sociaux, économiques ou culturels. Ce colloque propose de revenir sur ce postulat en reconsidérant les rapports et les dynamiques existants entre l’évolution de la ville et l’usage de la pierre, pour les édifices à la fois privés et publics.

La dynamique évolutive de la ville induit- elle le passage aux matériaux durs ? Par corollaire, la modification dans l’emploi et dans l’usage de la pierre est-elle conséquence de changements constructifs, techniques ou esthétiques, ou inversement ? Ainsi, peut-on mettre en interaction matériaux, techniques et dynamiques urbaines ? Ce rapport fonction- usage – matériau peut-il être conditionné par des paramètres pragmatiques issus d’un contexte politique, économique, démographique, esthétique ou symbolique?

De plus, le colloque questionne les rapports entre la pierre et les autres matériaux. Ces derniers sont-ils forcément envisagés comme substitutifs, compléments ou choix par défaut dans une tradition d’utilisation de la pierre, vue comme le matériau noble et pérenne par excellence ? Ces problématiques amènent à considérer le rôle des acteurs (pouvoirs publics, gens de Métier, entrepreneurs…) dans l’adoption de la pierre pour les projets urbains.

In fine, la pierre est-elle forcément le marqueur d’une évolution, d’une dynamique à l’échelle de la ville ?
Pour envisager ce sujet, les communicants pourront utiliser de multiples sources (textuelles, archéologiques, iconographiques, architecturales, etc.) à puiser dans les différents domaines de la recherche.

colloquepierre-page-001

Programme :

Lundi 14 octobre

14h – 14h15

Accueil et présentation – Brigitte Pradin, directrice de l’INU Champollion

14h15 – 14h45 : Introduction par Sandrine Victor (Institut National Universitaire Champollion, Framespa) et Cécile Sabathier (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, LaMOP)

Session 1. Représentations.
Présidence de séance : Philippe Sosnowska

14h45 – 15h30 : Raphaële Skupien – Université de Picardie Jules Vernes, TRAME – Usages et représentations de la pierre à bâtir dans le paysage parisien, du XIVe au XVIe siècle.
15h30 – 16h15 : Marie-Christine Laleman – Les maisons médiévales en pierre à Gand (Belgique) : « guide » d’une organisation urbaine aux XIIe et XIIIe siècles.

Mardi 15 octobre

Session 2. Contextes.
Présidence de séance : Paulo Charruadas

8h30 – 9h15 : Vincent Debonne – Institut Flamand du Patrimoine, Katholieke Universiteit Leuven – Between quarry, clay pit and forest. Materials of the building trade in medieval and early modern Oudenaarde (Belgium).
9h15 – 10h : Clément Alix – Université de Tours, CESR et Daniel Morleghem- UMR 7324 Citeres-LAT – Usages de la pierre à bâtir dans les constructions d’Orléans aux XIIIe – XVIe siècles.
10h15 – 11h : Caroline de Barrau – Université de Perpignan – De terre, de galet et de pierre : la construction à Perpignan (XIe-XVe siècle).
11h – 11h45 : Marie Lafont (Université de Tours, CESR) et Lucie Gaugain (Université de Tours, CERS) – Tours, chantiers d’une ville royale à la fin du Moyen Âge.
11h45 – 12h30 : Léa Hermenault – Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, ArScAn – « Paver de carreaux bons, loyaux et marchans. » Le pavage des rues de Paris à partir du XIIIe siècle, une certaine idée de la ville et de la représentation du pouvoir.

Session 3. Coexistence.
Présidence de séance : Hélène Noizet

14h – 14h45 : Arnaldo Melo et Maria do Carmo Ribeiro – Universidade do Minho, Lab2pt – Les rapports entre la pierre et les autres matériaux de construction dans les villes portugaises au Moyen Âge.
14h45 – 15h30 : Enrico Lusso – Legno e paglia, pietra e mattone. Tecniche edilizie e decoro urbano negli insediamenti del Piemonte bassomedievale
15h30 – 16h15 : Quitterie Cazes – Université Toulouse II Jean-Jaurès, Framespa – La pierre dans la construction toulousaine.

Mercredi 16 octobre

Session 4. Pétrification.
Présidence de séance : Arnaldo Melo

8h30 – 9h15 : Paulo Charruadas et Philippe Sosnowska – Université libre de Bruxelles – La « pétrification » du bâti urbain en Brabant méridional à la fin du Moyen Âge. État de la question, problématiques et perspectives.
9h15 – 10h : Anna Boato – Dipartimento Architettura e Design, Università degli Studi di Genova – Dal legno alla pietra. Genova : tempi e modalità di una trasformazione.
10h15 – 11h : Hélène Noizet – Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, LaMOP – La pétrification du tissu urbain, un effet du choix des matériaux ?
11h – 11h45 : Luísa Trindade – Universidade de Coimbra – « Que se erga parede direita de pedra e cal « . Construir casa na cidade medieval portuguesa.
11h45 – 12h30 : Bastien Lefebvre – Université Toulouse II Jean-Jaurès, TRACES – Les matériaux de la maison urbaine au Moyen Âge, le point du vue de l’archéologie.

12h30– 13h : Conclusions par Philippe Bernardi – LaMOP, CNRS – Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Informations pratiques :

4-16 octobre 2019
Albi

Comité d’organisation :
Philippe BERNARDI – Paris-1 Panthéon-Sorbonne – LaMOP
Paulo CHARRUADAS – Université Libre de Bruxelles
Maria DO CARMO FRANCO RIBEIRO – Université de Braga
Hélène NOIZET – Paris-1 Panthéon-Sorbonne – LaMOP
Cécile SABATHIER– Paris-1 Panthéon-Sorbonne – LaMOP
Philippe SOSNOWSKA – Université Libre de Bruxelles
Arnaldo SOUSA MELO – Université de Braga
Sandrine VICTOR – Institut National Universitaire Champollion, Albi

Source : Université d’Albi

A propos RMBLF

Réseau des médiévistes belges de langue française
Cet article a été publié dans Conférences. Ajoutez ce permalien à vos favoris.