Journée d’étude (en ligne) du RMBLF – Crossroads : Le Premier Moyen Âge, un monde connecté. 42e Rencontre du RMBLF

Vendredi 23 octobre 2020
En ligne (Zoom)


Longtemps considéré comme un âge sombre et de ce fait méprisé, le Premier Moyen Âge recouvre plus d’un demi-millénaire qui suivit la chute de Rome. Cette période se révèle aujourd’hui petit-à-petit, à travers l’Europe, en bonne partie grâce à l’archéologie et à des vestiges souvent peu spectaculaires, mal conservés et d’interprétation difficile, mettant au jour des sociétés riches de sens, en perpétuel mouvement, aux lentes inflexions.

En quoi la déposition de Romulus Augustule, le dernier empereur d’Occident, en 476, aurait influé sur les structures sociales ? Si sous certains aspects le début de cette période peut être envisagé comme dernière séquence de l’Antiquité tardive, d’autres montrent de véritables ruptures avec le monde romain. Mais on est loin de la vision de l’historiographie ancienne qui voulait que les invasions barbares aient tout détruit sur leur passage.

De même il paraît illusoire de trouver les indices matériels d’une fracture nette entre l’époque mérovingienne et l’époque carolingienne, puisque cette prétendue césure historique n’est due qu’à la déposition, par Pépin le Bref, en 751, du dernier roi mérovingien. Pas plus qu’il n’y eut de rupture de l’An Mil.

Ce monde, entre la volonté de prolonger l’héritage de l’Antiquité et une forte capacité d’innovation et de renouvellement, fut riche d’échanges, de partages, tant économiques, commerciaux qu’intellectuels. Un monde connecté où circulent tant les idées que les matières premières et l’artisanat. C’est ce que met en exergue l’exposition Crossroads, au Musée Art et Histoire du Cinquantenaire, que nous aurons l’occasion de visiter durant notre journée d’étude qui s’y déroulera le 19 mars 2020. La diversité des objets présentés illustre à merveille ces contacts, ces échanges, entre les populations et offre un bel éclairage sur un pan méconnu de l’Histoire, pourtant aux fondements des sociétés européennes actuelles.


Programme :

13h15 : accueil

13h30 : Mot d’introduction

13h35 :  Bruno Dumézil – Construire le barbare : de Clovis à Conan

14h20 :  Inès Leroy – Quentovic, un emporium sur la Canche. Implantation, échanges et axes de communication
14h55 :  Lise Saussus, Amélie Vallée et Line Van Wersch – Artisans mérovingiens du bassin de la Meuse moyenne, réseaux d’échanges matériels et immatériels
15h30 : pause

15h45 : Valentine Jedwab – Les pourparlers entre Rome et les « Barbares » dans le nord de l’Empire. Réflexions sur l’installation des Francs en Toxandrie (IVe siècle)
16h20 :  Guillaume Wymmersch – Rupture et continuité dans l’évangélisation et la christianisation du bassin mosan au Ve siècle
16h55 : Conclusions

Répondants : Britt Claes (MRAH) et Étienne Renard (UNamur)

Informations pratiques :

Vendredi 23 octobre 2020.

La rencontre se tiendra en ligne, via Zoom. Pour obtenir le lien et le mot de passe permettant de se connecter, merci d’envoyer un courriel à info.rmblf@gmail.com le jeudi 22 octobre au plus tard.

A propos RMBLF

Réseau des médiévistes belges de langue française
Cet article a été publié dans Activités du RMBLF, Conférences. Ajoutez ce permalien à vos favoris.