Publication – Martin Aurell, « Excalibur, Durendal, Joyeuse : la force de l’épée »

Le halo de mystère qui entoure au Moyen Âge l’épée du chevalier répond à une mythologie ancienne dont se font écho les chansons de geste, les romans arthuriens et les sagas scandinaves, tout comme l’iconographie et l’archéologie. L’épée est certes un outil fonctionnel, une prouesse technique et un objet d’art, mais aussi un artefact animé qui, dégageant une force surnaturelle, rend le chevalier invincible.

Le combattant, le forgeron et les fées aimantes transmettant leurs épées sont au cœur de ce livre, qui explore les mentalités d’une époque révolue dont les récits continuent d’inspirer de nos jours l’heroic fantasy. L’épée est aussi le signe de la prépondérance sociale du chevalier et le symbole de la guerre dont il se réserve en exclusif l’exercice. Elle concrétise toutes les abstractions intellectuelles autour de l’usage de la violence légitime en société.

Informations pratiques :

Martin Aurell, Excalibur, Durendal, Joyeuse : la force de l’épée, Paris, PUF, 2021. 324 p., 21,5 x 13,5 cm. ISBN : 978-2-13-082956-0. Prix : 17,99 €.

Source : PUF

A propos RMBLF

Réseau des médiévistes belges de langue française
Cet article a été publié dans Publications. Ajoutez ce permalien à vos favoris.