Publication – Laurence Terrier Aliferis, « Questions de mobilités au début de la période gothique. Circulation des artistes ou carnets de modèles ? »

L’intensité des mouvements des artistes, des œuvres et des objets durant le Moyen Âge, son rôle dans la diffusion des formes et des iconographies à travers le monde occidental et l’importance des échanges avec la sphère byzantine sont bien connus et ont été précisés à de nombreuses reprises dans des études stimulantes. En revanche, les modalités de ces mobilités artistiques n’ont pas encore trouvé de définition convaincante. En ancrant la réflexion dans le domaine des transferts artistiques au moment de la genèse de l’art gothique, cet ouvrage tente de mesurer l’impact du déplacement des artistes sur une région donnée. Quels itinéraires ceux-ci suivaient-ils ; quelles distances parcouraient-ils, quels étaient les réseaux de diffusion ? Durant combien de temps un modèle était-il imité ? Quels effets exerçait la mobilité des hommes ou des œuvres sur la production d’une région ? En outre, alors que l’importance accordée aux carnets de modèles en tant que vecteurs de transmission a maintes fois été soulignée par les chercheurs, leur rôle effectif n’a jamais été évalué ni remis en question. Ces problématiques sont traitées par des études de cas bien distincts. Un aperçu des réseaux de circulation connus est dressé et leur étendue est envisagée en considérant à la fois les critères stylistiques et iconographiques. La question de la mobilité est abordée à travers des personnalités connues par leur signature permettant de retracer quelques itinéraires artistiques précis. Le chantier de la façade occidentale de la cathédrale de Chartres, nœud d’un réseau de circulation de sculpteurs, est utilisé pour tenter de cerner la dynamique des centres artistiques dans la diffusion d’innovations techniques et formelles. Un intérêt particulier est en outre porté aux dits carnets de modèles. Les dessins médiévaux conservés, leur utilisation et leur possible circulation sont examinés à la lumière de leur rôle supposé dans la transmission des formes artistiques. Pour certains d’entre eux, de nouvelles hypothèses sont proposées sur l’agencement originel des feuillets, sur la cohérence de leurs représentations ou encore sur leur fonction initiale.

Docteure ès Lettres de l’université de Genève, Laurence Terrier Aliferis dirige actuellement un projet sur le cadre de la statue monumentale médiévale à l’université de Neuchâtel. Auteure de plusieurs articles et de deux ouvrages portant sur Guibert de Nogent et l’eucharistie (Vrin, Paris, 2013) et sur l’imitation de l’Antiquité autour des années 1200 (Brepols, Turnhout, 2016), elle a initié ses recherches postdoctorales au Centre André Chastel à Paris sur la mobilité artistique aux XIIe et XIIIe siècles qu’elle a poursuivies à l’université de Genève.

Table des matières :

Introduction

Magistri multi de diversis nationibus
…accitis fusoribus et electibus sculptoribus
Misit exemplar altaris et similitudinem juxta omne opus eius extruxit…
Mobilités

Chapitre 1 Ampleur des transferts artistiques

Citations d’oeuvres contemporaines
Les réseaux de circulation
La diffusion de l’opus francigenum et la géographisation des savoir-faire
Mobilités iconographiques à travers deux études de cas : la Fuite en Egypte et la Cène

Chapitre 2 Itinéraires d’artistes à travers les oeuvres signées

Les itinéraires et leurs calculs
Nicolas de Verdun
Hugues d’Oignies
Villard de Honnecourt

Chapitre 3 Mobilités et innovations : l’exemple de la cathédrale de Chartres

La façade occidentale de Chartres et son impact
Le maître bourguignon
Le maître étampois
Le maître dionysien
Le maître de Bourges
Le maître parisien
Le maître du linteau nord

Chapitre 4 Les carnets de modèles

L’histoire d’une hypothèse
Les supposés carnets de modèles conservés
Mythe ou réalité historique?
Capacités mémorielles

Conclusion

Informations pratiques :

Laurence Terrier Aliferis, Questions de mobilités au début de la période gothique. Circulation des artistes ou carnets de modèles ?, Turnhout, Brepols, 2021 (Les Études du RILMA, 11). 164 p., 124 colour ill., 210 x 297 mm. ISBN: 978-2-503-59141-4. Prix : 75 euros.

Source : Brepols

A propos RMBLF

Réseau des médiévistes belges de langue française
Cet article a été publié dans Publications. Ajoutez ce permalien à vos favoris.