Appel à contribution – Parcours de princesses, un nouveau regard sur les alliances dynastiques. Parcours de princesses : un nouveau regard sur les alliances dynastiques / Princesses’ journeys : new perspectives on dynastic alliances (Western Europe, 15th-17th century)

English version below

3 et 4 mars 2022 à la MSH de Lyon
Colloque organisé par Elodie CONTI (LARHRA) et Clara KALOGÉRAKIS (IRHiS)

En 1992, Louise Olga FRADENBURG invitait à repenser la souveraineté féminine (« rethinking queenship ») en termes de genre. Son ouvrage (4) marque le début d’un renouvellement historiographique majeur. Rapidement, des chercheur·se·s anglo- saxon·e·s ont réagi en proposant de nombreuses publications mobilisant la notion de queenship. En France, les premiers travaux ont vu le jour dans les années 2000, notamment avec l’étude pionnière de Fanny COSANDEY sur la reine de France (2). Puis la question a pris une dimension plus collective, en France, grâce à l’initiative de Marie- Karine SCHAUB et Isabelle POUTRIN, dans l’ouvrage qu’elles ont codirigé sur les princesses en 2007 (10). Les deux historiennes encouragent alors à entreprendre « des approches comparatives sur des thèmes » et à « mettre en évidence quelques-unes des étapes qui rythment les vies des reines et princesses européennes ».

Ce colloque entend s’inscrire dans cette perspective avec la volonté de mettre en lumière un aspect très important de la vie des princesses qui n’a pas encore été saisi à grande échelle par le prisme du queenship : celui des alliances dynastiques. Constituante majeure de la politique internationale et de la diplomatie des États européens, les alliances dynastiques ont été très étudiées. Cependant, devant le constat déjà mené il y a une vingtaine d’années, nous savons que les princesses sont trop souvent négligées par l’histoire politique et, par conséquent, relativement absentes dans notre connaissance de ce sujet. Mises au second plan, elles sont plutôt considérées comme de simples objets d’échanges sans avis, sans sentiments et sans pouvoir.

L’objectif visé dans le cadre de ce colloque est de redonner aux princesses leur place véritable dans l’histoire politique et diplomatique en changeant de point de vue. Remises au centre de la réflexion en tant qu’actrices, c’est à partir de leurs regards et expériences que nous engagerons une redécouverte et une relecture de l’histoire des alliances dynastiques.

Nous entendons ici « princesses » comme les membres féminins des familles souveraines, c’est-à-dire les filles et épouses de rois. Le choix de cette définition permet de suivre à la fois les trajectoires de princesses devenues reine par succession (reine souveraine), par mariage (reine consort) mais aussi de celles qui ne le sont pas devenues. Avec le choix d’une chronologie large portant sur deux siècles et d’un terrain géographique tout aussi vaste, l’échantillon de princesses concernées est conséquent ce qui permettra d’avoir tout un éventail de situations possibles, à différentes périodes et dans différents pays. Nous portons votre attention sur le fait qu’il ne s’agira pas de réaliser une juxtaposition de biographies mais bien de mener une approche comparative sur ce thème à travers les trois axes définis ci-dessous.

Toujours dans le but d’ouvrir de nouvelles perspectives par un nouveau regard, il nous est également apparu nécessaire de ne pas se limiter à l’histoire politique ni à la discipline historique. Nous encourageons donc la proposition de communications se situant dans les champs de l’histoire culturelle, sociale, économique… ainsi que dans ceux de l’histoire de l’art, de la littérature, du droit, des sciences politiques, de la sociologie ou encore de l’anthropologie.

Les communications pourront ainsi explorer des sujets s’intégrant à ces trois grandes thématiques :

Axe 1 – Les princesses au cœur du marché matrimonial européen

– Choisir une princesse pour une alliance : les différents arguments (politique, économique, dynastique, compatibilité…).

– Préparer les esprits : virtualisation (échanges de cadeaux, de lettres, de portraits…), éducation de la princesse (religion, ouverture à d’autres cultures et langues, gestion d’une Maison …), préparation à son futur rôle (instructions, modalités du contrat de mariage…).

Axe 2 – L’alliance dynastique imaginée par et pour les princesses

  • La représentation de la princesse dans les récits : chroniques, narrations, fêtes, cérémonies et rituels…
  • Attentes et sentiments de la princesse : ressentis (face à l’alliance, à son époux, à son pays d’adoption, face au sacrement du mariage…), vécu du déracinement (géographique, culturel et familial…), adaptation (à la nouvelle dynastie, nouveau rôle…)

    Axe 3 – Les possibilités d’action des princesses : rôles attendus et rôles saisis
  • Espaces domestiques : épouse (influence sur l’époux), mère (éducation et religion de l’héritier), souveraine (dans son Hôtel ou sa Maison) …
  • Espaces politiques : entre les deux dynasties, à la cour, au gouvernement (régence…), patronage (culturel, religieux…)

Modalités des propositions

Chaque axe fera l’objet :

  • d’une introduction menée par un·e membre du comité scientifique,
  • de plusieurs interventions,
  • d’une discussion de 15 à 20 minutes sous forme de table ronde,
  • d’une conclusion établie par un·e membre du comité scientifique. Les communications, en français ou en anglais, dureront 15 à 20 minutes et pourront se faire en personne ou à distance. Le colloque adoptera en effet un format hybride : en présentiel à la MSH de Lyon et en direct via un système de visioconférence. Les propositions de communication devront comprendre un titre provisoire et un résumé (1 page maximum, en français ou en anglais) ainsi qu’une courte présentation personnelle. Elles doivent être envoyées avant le 10 juillet aux organisatrices à l’adresse suivante : princessesalliances@gmail.com Pour toute question concernant l’appel, n’hésitez pas à écrire à cette adresse. Toutes les communications sont les bienvenues, quel que soit le grade du·de la chercheur·se (à partir du Master 2 inclus).

    Comité scientifique :
    Éric BOUSMAR (CRHIDI /CHIREL, Université Saint-Louis, Belgique)
    Fanny COSANDEY (CRH, EHESS, France)
    Diana PELAZ FLORES (Université de Santiago de Compostela, Espagne)
    Elodie LECUPPRE-DESJARDIN (IRHiS, Université Lille 3, France)
    Sylvène EDOUARD (LARHRA, Université Lyon 3, France)
    Matthieu GELLARD (Centre Roland Mousnier, Sorbonne Université, France)

Princesses’ journeys : new perspectives on dynastic alliances (Western Europe, 15th-17th century)

3 et 4 mars 2022 at the MSH Lyon
Symposium organised by Elodie CONTI (LARHRA) and Clara KALOGÉRAKIS (IRHiS)

In 1992, Louise Olga FRADENBURG encouraged « rethinking queenship » in terms of gender. Her work (4) was the beginning of a major historiographical renewal. Anglo-Saxon scholars quickly reacted by proposing numerous publications using the notion of queenship. In France, the first studies were conducted in the 2000s, notably with Fanny COSANDEY’s pioneering study of on the Queen of France (2). Then the question took a more collective dimension with the book on European princesses co- edited by Marie-Karine SCHAUB and Isabelle POUTRIN in 2007 (10). The two historians encourage their readers to initiate « comparative approaches on subjects » and to « highlight some of the stages that punctuate the lives of European queens and princesses ».

This symposium intends to follow this perspective with the aim of highlighting a very important aspect of the life of princesses that has not yet been studied on a large scale through the prism of queenship: dynastic alliances. They are a major constituent of the international politics and diplomacy of European states and have therefore been studied extensively. However, in the light of the observation already made twenty years ago, we know that princesses are too often neglected by political history and, consequently, relatively absent from our knowledge of this subject. Princesses are pushed into the background, considered as simple objects of exchange with no opinion, no feelings and no power.

The objective of this symposium is to give princesses their true place back in political and diplomatic history by changing the point of view. Placed at the centre of thinking as agents, it is from their views and experiences that we will engage in a rediscovery and rereading of the history of dynastic alliances.

Here, we understand « princesses » as the female members of sovereign families, i.e. the daughters and wives of kings. The choice of this definition allows us to follow the trajectories of princesses who became queen by succession (sovereign queen), by marriage (queen consort) but also of those who did not. With the choice of a broad

timeline covering two centuries and an equally large geographical area, the sample of princesses concerned is significant, which will make it possible to have a whole range of possible situations, from different periods and different countries. We would like to draw your attention to the fact that it will not be a matter of juxtaposing biographies of princesses but rather of adopting a comparative approach on this subject through the three themes defined below.

In the aim of opening new perspectives through a fresh outlook, it seemed necessary to us not to limit the thinking to political history nor to the historical field. We therefore encourage the submission of talks in the fields of cultural, social, economic history… as well as in art history, literature, law, political science, sociology and anthropology.

For this symposium, we invite you to explore topics that fit within these three broad themes:

Theme 1 – Princesses at the heart of the European matrimonial market

  • Choosing a princess for an alliance: the different arguments (political, economic, dynastic, compatibility…).
  • Preparing minds: virtualization (exchange of gifts, letters, portraits…), education of the princess (religion, openness to other cultures and languages, management of a House…), preparation for her future role (instructions, terms of the marriage contract…).

    Theme 2 – The dynastic alliance, imagined by and for princesses
  • The representation of the princess in narratives: chronicles, narrations, feasts, ceremonies and rituals…
  • The princess’s expectations and emotions: feelings (about the alliance, her husband, her adopted land, the sacrament of marriage…), experiences of uprooting (geographical, cultural and domestic…), adaptation (to the new dynasty, new role…)

    Theme 3 – Princesses’ opportunities for action: expected roles and seized roles
  • Domestic sphere: wife (influence on the husband), mother (education and religion of the heir), sovereign (in her Household)…
  • Political sphere: between the two dynasties, at court, in government (regency…), patronage (cultural, religious…)

Submission guidelines

Each theme will be the subject of:
– an introduction by a member of the scientific committee, – several presentations,
– a 15 to 20-minute discussion (round table),
– a conclusion by a member of the scientific committee.

The presentations, in French or in English, will last 15 to 20 minutes and can be done in person or by videoconference. The event will take place in a hybrid format : either in person in Lyon and live via videoconference.

Proposals should include a provisional title and an abstract (1 page max., in French or English) as well as a short biographical notice. They must be sent by July 10th to the organizers at : princessesalliances@gmail.com.

If you have any questions, please write to this address.
All proposals are welcome, regardless of the researcher’s degree (MA and above).

A propos RMBLF

Réseau des médiévistes belges de langue française
Cet article a été publié dans Appel à contributions. Ajoutez ce permalien à vos favoris.