Appel à contribution – Relecture de romans historiques

« Ayant écrit deux romans (qui n’en forment en réalité qu’un seul) se déroulant au XIIIe siècle, j’aimerais savoir si l’une ou l’un des membres de votre association pourrait me donner son opinion éclairée sur ces textes.

J’ai lu beaucoup de livres de médiévistes pour m’imprégner de l’époque et ne pas commettre d’erreur. Chirurgien de formation, je ne peux pas prétendre – je pense – publier mes romans sans avoir l’aval d’une ou d’un spécialiste. »

Adresse de contact : gbouhy020@gmail.com

Premier roman

Année 1250. Ysabel, l’épouse de Jehan de Malfort, vient de mettre trois enfants au monde mais, quelques jours après leur naissance, deux des nouveau-nés sont cruellement assassinés. Le troisième, nommé Bertrand, échappe au massacre car il est dans les bras de Jehan au moment du carnage. Pour une raison incompréhensible, Jehan annonce à son épouse la mort des trois enfants. Terrassée par le malheur, Ysabel se suicide.

Vingt années plus tard, suite aux conflits entre père et fils, Jehan décide de confier l’éducation de Bertrand à un moine anachronique du nom de Terria de Torilite. Et c’est ainsi que le moine et le fils du seigneur vont parcourir les terres de Malfort durant deux années. Mais leurs relations vont progressivement se détériorer au point que Bertrand, excédé par les incessantes remontrances du moine, va vouloir tuer ce dernier. De plus, Terria n’a de cesse d’évoquer la présence d’un mystérieux Maître qu’il adule et déteste, tout à la fois, sans en révéler sa vraie identité à Bertrand frustré par ce recel.

Second roman (suite)

Année 1288. Après les décès de Jehan et de Terria, Bertrand devient le seigneur de Malfort. Il a alors épousé Adeline de Mongeney avec laquelle il a deux enfants : Thibault et Yorline.

Cette même année, un chantre nommé Jacques, lui apporte un livre écrit par Terria : le Conceptuaire. Ce livre est l’expression écrite des pensées éthologiques du feu-moine. Bertrand n’y prête guère attention et le dépose dans le coffre contenant le Regestre de Terria qui compile toutes les aventures qu’ils ont partagées ensemble.

Quelques semaines plus tard, en janvier 1289, Bertrand reçoit un message du Maître l’obligeant à commettre un meurtre et le menaçant de représailles s’il ne s’exécute pas. Deux mois s’égrènent et rien ne se passe. Bertrand, confiant, oublie la menace.

Mais son fils Thibault, parti pour la chasse, est blessé par un carreau d’arbalète venu de nulle part. C’est alors que Bertrand comprend que ledit Maître ne plaisante pas, que le danger est bien réel. Il décide de proclamer la mort de Thibault qu’il va cacher dans la chambre de feu-Terria à l’abbaye de Malfort.

Ce n’était que le début car le Maître ne lâche pas prise et poursuit son œuvre funeste.

A propos RMBLF

Réseau des médiévistes belges de langue française
Cet article a été publié dans Appel à contributions. Ajoutez ce permalien à vos favoris.