Publication — « Jeux de miroir. La mise en scène du pouvoir aristocratique. Le sceau princier au Moyen Age (XIe–XIVe siècle) », dir. Laurent Macé

Consacrés aux sceaux princiers de la seconde partie du Moyen Âge, les travaux contenus dans ce volume mettent l’accent sur l’histoire des figurations, des symboles et de l’imaginaire social.
Enquêter sur les « jeux de miroir » est une démarche appropriée pour aborder les élites princières tant il est évident que la représentation du pouvoir médiéval se donne à voir. Les empreintes conservées dévoilent les stratégies de médiatisation mises en place afin de définir le rang que tiennent les lignages princiers à l’intérieur du groupe aristocratique. Elles ouvrent d’intéressantes perspectives sur la notion de transfert artistique, une des orientations actuelles de l’histoire de l’art mais aussi de l’histoire. Et l’on peut enfin constater que la circulation de certains des modèles sigillaires qui sont diffusés dans les cours princières est largement agencée par une aristocratie au féminin que l’on découvre très active en ce domaine.

De l’Italie septentrionale au Brabant, des contreforts pyrénéens aux monts d’Auvergne, en passant par le couloir rhodanien et son embouchure, l’éventail des cas traités se veut ouvert sur une aire géographique très large.

Professeur d’histoire médiévale à l’université Toulouse – Jean Jaurès, chercheur au laboratoire Framespa (CNRS, UMR 5136), Laurent Macé est également membre de la Société française d’héraldique et de sigillographie (Paris). Ses travaux portent essentiellement sur la dynastie raimondine des comtes de Toulouse aux XIIe et XIIIe siècles ainsi que sur la représentation emblématique des pouvoirs dans le Midi de la France.

Table des matières :

Laurent Macé, Avant-propos. Élites princières au prisme des sceaux                                                       

Lignages comtaux en mutation : ancrages, transmissions, innovations

Guilhem Dorandeu, Le double scellement d’une charte de fondation par le comte Henri de Monte Sant’Angelo (1098) : discours sigillaires et concurrence politique

Yoann Solirenne, Enraciner son pouvoir. Le comte d’Albon en son palais de Vienne (fin XIIe siècle)                                                                          

Laurent Macé, Marquer la ville de son empreinte. Raimond VII, comte de Toulouse et seigneur de Marseille (1236-1243)                                                     

Adeline Vaysset, Se définir dans la cire. Les sœurs Moncade : Constance, Mathe, Marguerite et Guillelme (XIIIe-XIVe siècle)           

Des Brabançons et des Capétiens : modèles, influences, transferts

Adeline Vaysset, Tableau de chasse au féminin. L’art de la parade selon Alix de Brabant, comtesse d’Auvergne (XIIIe siècle)                                    

Yoann Solirenne, Humbert Ier (1282-1307) face au modèle sigillaire capétien

Marine Perez, Sortir du modèle capétien ? La reine de France Marie de Brabant et ses deux filles (1278-1321)                                                                       

Jean-Luc Chassel, L’emblématique de Mahaut d’Artois (†1329)

Informations pratiques :

Jeux de miroir. La mise en scène du pouvoir aristocratique. Le sceau princier au Moyen Age (XIe–XIVe siècle), dir. Laurent Macé, Toulouse, Presses universitaires du Midi, 2021 (Tempus, 65). 16 × 24 cm – 296 p. (14 ill. N&B et 94 ill. couleur). ISBN : 978-2-8107-0738-6. Prix : 28 euros.

A propos RMBLF

Réseau des médiévistes belges de langue française
Cet article a été publié dans Publications. Ajoutez ce permalien à vos favoris.