Publication – Astrid A. Noterman, « Approche archéologique des réouvertures de sépultures mérovingiennes dans le nord de la France (VIe-VIIIe siècle) »

La réouverture des sépultures mérovingiennes est une pratique bien connue des archéologues et des historiens. Elle est observée sur de nombreuses nécropoles de la moitié nord de la France entre les VIe et VIIIe siècles et a souvent été associée à des actes de pillage commis par des individus cupides et barbares. Sur la base de données issues de sites fouillés récemment, l’étude propose de reconsidérer ces sépultures aux ossements déplacés et au mobilier funéraire en partie emporté. L’analyse archéothanatologique de tombes provenant de plus de 40 sites permet de discuter de l’impact de la pratique sur l’architecture funéraire, le squelette et les objets, ainsi que les modes opératoires et la chronologie des intrusions. Cette nouvelle lecture ouvre la discussion sur les motivations qui sous-tendent ces actes. Loin de l’image de pillards sévissant de sites en sites, leurs auteurs ne pourraient pas être si éloignés des défunts bouleversés.

Table des matières : ici

Astrid A. Noterman a soutenu sa thèse de doctorat à l’Université de Poitiers et est actuellement chercheuse au Département d’Archéologie de l’Université de Stockholm. Ses travaux portent sur les pratiques de réouverture des sépultures alto-médiévales, l’historiographie mérovingienne, l’archéologie du XIXe siècle et son impact sur la construction de l’identité française.

Informations pratiques :

Astrid A. Noterman, Approche archéologique des réouvertures de sépultures mérovingiennes dans le nord de la France (VIe-VIIIe siècle), Oxford, BAR Publishing, 2021. 180 p. ISBN : 9781407358888. Prix : GBP 80.

Source : BAR Publishing

A propos RMBLF

Réseau des médiévistes belges de langue française
Cet article a été publié dans Le réseau. Ajoutez ce permalien à vos favoris.