Appel à contribution – Genre et petite enfance

Dossier thématique « Genre et petite enfance » Revue Genre&Histoire n°31, printemps 2023

Après avoir croisé genre et éducation, dans son numéro 17, Manières d’apprendre (XVIIe-XXe siècle) : quand le genre s’en mêle, la revue Genre & Histoire propose d’explorer la petite enfance à l’aune des problématiques de genre. Jusqu’à présent la recherche historique française sur la petite enfance, menée en particulier par la Société de démographie historique, la Société d’histoire de la naissance ou dans le cadre du séminaire Regards croisés sur la petite enfance n’aborde que de manière très marginale les questions liées au genre, que ce soit en termes d’accueil du nouveau-né et du jeune enfant, de prise en charge par les adultes dans le cadre de la famille ou en dehors de celle-ci.

Toutes les périodes, de l’Antiquité à l’époque contemporaine, ainsi que toutes les aires géographiques peuvent être abordées dans ce dossier thématique. Une grande attention sera portée à la diversité des sources textuelles, iconographiques ainsi que matérielles ; une réflexion sur la manière de saisir les « voix » des enfants dans les sources et de documenter l’histoire de la petite enfance dans une perspective de genre est également encouragée. Pourront ainsi être mobilisées une variété d’approches d’histoire sociale et anthropologique, de l’analyse des discours à l’histoire sensorielle et des sensibilités, en passant par celle des institutions, du travail et des politiques publiques, celle des pratiques et de l’expérience corporelles ou encore celle des objets et de la matérialité des rapports familiaux et de l’intime. Les questions relatives à l’enseignement ne sont en revanche pas comprises dans le cadre de cet appel à contribution. À partir de ces remarques générales, plusieurs pistes de réflexion, non exhaustives, peuvent être envisagées au prisme du genre.

1- Cerner la petite enfance
Par petite enfance, on entendra la période de vie s’étendant de la naissance à l’âge de sept ans, lequel est perçu souvent, notamment dans l’Antiquité et à l’époque moderne, comme un âge charnière. Les contributions pourront cependant s’interroger sur la catégorie « petite enfance » et sur les seuils utilisés pour la définir : quand, comment, pour combien de temps et selon quels critères, différents ou non pour les filles et les garçons, est-on « enfant » ? Il s’agira en particulier d’essayer de déterminer à partir de quel âge est prise en compte la différence entre filles et garçons, ses répercussions sur le comportement des parents (père et mère) et de l’ensemble des adultes (hommes ou femmes) ainsi que sur le vécu des enfants, si tant est que les sources puissent éclairer sur ce dernier point.

2- Autour de la naissance
Les contributions pourront porter plus particulièrement sur la naissance : les premiers soins et leur pratique éventuellement différenciée selon les sexes ; le geste genré de l’infanticide et de l’abandon de nouveaux-nés ; les écarts possibles de mortalité périnatale liés, ou non, à une prise en charge différenciée. Les premiers moments de l’accueil du nouveau-né par la mère, le père, les personnes présentes lors de l’accouchement mais aussi par la fratrie, la famille et plus généralement dans le cadre de la société tout comme la mise en nourrice éventuelle, les croyances et les pratiques religieuses autour de l’entrée dans la vie, sont-ils identiques pour les filles et les garçons ?

3- La petite enfance : une période particulière de la vie
Les soins qui entourent le jeune enfant (allaitement, emmaillotage et habillement…), les activités d’éveil à la motricité et au langage autour des jouets, des jeux et autres objets, celle de la musique, des chants et des lectures, les maladies et la mortalité infantiles, la prévention médicale, la maltraitance, peuvent-ils être envisagés de manière pertinente au prisme du genre, tant du point de vue de l’enfant que de la mère ou d’une autre femme – ou du père ou d’un autre homme ?

4- La ou le petit enfant entre pratiques familiales, logiques sociales et politiques publiques
On s’intéressera enfin à la place des enfants dans et hors de la famille : rôles différenciés du père et de la mère en fonction du sexe et de l’âge de l’enfant, relations entre frères et sœurs, avec les grands-parents mais également avec les pair·es ; formes et structures de prise en charge des enfants en dehors de la famille (crèches et pouponnières, salles d’asile, orphelinats, protection maternelle infantile, Assistance publique, etc.), ainsi qu’aux métiers liés à cette prise en charge : matrones, sages-femmes, nourrices (sèches ou allaitantes, à la campagne ou à domicile, pour les enfants abandonnés ou placés…), religieuses des hôpitaux et des orphelinats, actrices et acteurs de la puériculture et de la pédiatrie moderne. Les contributions sur l’expérience de l’enfance ainsi qu’une exploration des relations affectives pendant ces moments de vie seront bienvenues.

Les propositions d’articles (environ 1500 signes), accompagnées d’une brève bio- bibliographie de l’auteur·e doivent être adressées au plus tard le 30 avril 2022, par voie électronique, en format Word, à l’adresse genre-et-histoire@mnemosyne.asso.fr. Les auteur·es retenu·es seront informé·es dans les quinze jours suivants et leur article sera à rendre pour le 15 septembre 2022.

A propos RMBLF

Réseau des médiévistes belges de langue française
Cet article a été publié dans Appel à contributions. Ajoutez ce permalien à vos favoris.