Publication – Jean-Pierre Gerzaguet, « L’abbaye de Marchiennes milieu VIIe – début XIIIe siècle. Du monastère familial à l’abbaye bénédictine d’hommes : histoire et chartes »

L’abbaye de Marchiennes, l’un des quatre monastères bénédictins installés sur les bords de la Scarpe, aux confins de la Flandre et du Hainaut, est à l’origine un monastère familial avec une double communauté d’hommes et de femmes, fondé vers 630/640 par saint Amand et confié à Rictrude, veuve de l’aristocrate franc Adalbald. À partir de 1024/25, après l’expulsion des moniales, Marchiennes sort véritablement de l’obscurité. Essor et évolution peuvent être reconstitués grâce à une production écrite substantielle et variée (récits narratifs et hagiographiques, nécrologe, coutumier, bibliothèque, chartes et cartulaires) à laquelle se joint un souci précoce de conservation.

La présente édition de 124 chartes (72% d’originaux), quatre annexes et le recours à d’autres sources servent d’appui à une introduction historique. Celle-ci permet de présenter les temps obscurs puis la vitalité de la communauté : affermissement du temporel (donations, récupérations, confirmations laïques et ecclésiastiques), développement d’un vaste réseau social (comtes de Flandre, de Hainaut, aristocratie, évêques d’Arras, Cambrai, Thérouanne, Tournai), rayonnement intellectuel et spirituel (réseau de confraternités, scriptorium actif). Au-delà des donations, des contestations et des confirmations précieuses pour l’histoire rurale et sociale, quelques chartes livrent de discrètes mais suggestives informations sur la vie de la communauté.Ce dynamisme n’est pas isolé et prend toute sa dimension en le reliant à celui des autres monastères bénédictins voisins, la toute puissante Anchin, la vénérable Saint-Amand et, dans une mesure moindre, Hasnon. L’abbaye de Marchiennes participe pleinement à la forte emprise monastique de la vallée de la Scarpe, véritable boulevard des moines.

Jean-Pierre Gerzaguet, agrégé d’histoire, docteur en histoire, a été maître de conférences habilité à diriger les recherches en histoire médiévale à l’université de Lille. Il est spécialiste du monachisme médiéval en Flandre et en Hainaut.

Table des matières :

Avant-propos
Liste des sigles et titres abréges
Bibliographie

PREMIÈRE PARTIE : L’ABBAYE DE MARCHIENNES DES ORIGINES (MILIEU VIIE) AU DÉBUT XIIIE SIÈCLE

Le temps du monastère « double » (VIIe- début XIe siècle)
La fondation du monastère : le délicat décryptage des sources
La mainmise carolingienne sur le monastère
Un obscur Xe siècle

D’une réforme à l’autre (XIe- première moitié du XIIe siècle)
La réforme de Richard de Saint-Vanne et ses effets à Marchiennes (1024)
L’abbaye menacée de disparition : l’abbatiat de Fulcard (1103-1115)
L’intervention de l’abbaye d’Anchin dans la réforme marchiennoise du XIIe siècle.

Le temps de l’épanouissement (seconde moitié du XIIe siècle)
La communauté monastique : composition et organisation
Stabilisation et évaluation du temporel de l’abbaye
Les manifestations du dynamisme

Conclusion

DEUXIÈME PARTIE : LES CHARTES DE L’ABBAYE DE MARCHIENNES

Présentation du chartrier de l’abbaye de Marchiennes
Classement chronologiqueClassement par type de document
Classement par auteur
Les cartulaires de Marchiennes
Édition des chartes

Annexes
Liste abbatiale
Le lignage seigneurial des Landas
Les cours de l’abbaye de Marchiennes au XIIe siècle
Consécrations d’autels et reliques à l’abbaye de Marchiennes

Index des chartes
Liste des tableaux et graphiques

Informations pratiques :

Jean-Pierre Gerzaguet, L’abbaye de Marchiennes milieu VIIe – début XIIIe siècle. Du monastère familial à l’abbaye bénédictine d’hommes : histoire et chartes, Turnhout, Brepols, 2022 (Atelier de recherche sur les textes médiévaux, 32). 485 p., 15 b/w tables + 2 colour tables, 156 x 234 mm, 2022
ISBN: 978-2-503-59472-9. Prix : 95 euros.

Source : Brepols

A propos RMBLF

Réseau des médiévistes belges de langue française
Cet article a été publié dans Le réseau. Ajoutez ce permalien à vos favoris.