Colloque – Concordance et discordance documentaires : des gestes, des textes et de la matière aux époques médiévale et moderne

Comité d’organisation : Étienne Anheim (EHESS-CRH), Catherine Rideau-Kikuchi (UVSQ-DYPAC), Lise Saussus (CRH-C2RMF)

26 janvier 2023, 9h-18h
Guyancourt de l’Université Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines (1er étage, bâtiment Vauban, Mezzanine Vauban)

Sur inscription : lise.saussus@uclouvain.be

Inhérent à l’histoire des techniques et des matériaux depuis plusieurs décennies, le décloisonnement des disciplines historique, archéologique, anthropologique, voire ethnologique, augmentées des apports des sciences des matériaux, implique la confrontation de documentations diverses, jusqu’à leur entremêlement. Ces documentations sont soumises aux méthodes distinctes de ces champs disciplinaires, dans la constitution des corpus, leur critique et leur interprétation, dans un effort de dénaturalisation qui rappelle que les termes de “sources” ou de “données” dissimulent des mécanismes complexes de construction socio-historiques. En outre, la mise en relation de ces éléments est plus qu’une addition d’informations. Elle fait naître des questions nouvelles, multiplie les possibles et enrichit les problématiques : que ce soit en ce qui concerne la question du geste dans l’atelier, les usages des objets et les modes de consommation, l’identification des matériaux et des techniques, la transmission des savoirs et savoir-faire… Cependant, elle pose également des difficultés liées à leur hétérogénéité et à leurs éventuelles discordances. La documentation textuelle, et en particulier archivistique, n’a souvent aucun lien direct avec le matériel archéologique ou iconographique, ce qui exclut souvent des recoupements d’informations sur un même objet. Les questions de temporalités, entre des séries constituées sur le temps long et une documentation plus rassemblée et ponctuelle, interrogent également leur mise en comparaison et leur complémentarité. Enfin, le traitement appliqué et les données qui sont issues des analyses qualitatives ou quantitatives, dans certains cas physico-chimiques, nécessitent des opérations de traduction qui ne sont pas neutres sur le plan épistémologique. L’interdisciplinarité, si elle souhaite dépasser un affichage de posture, ne nécessite-t-elle pas une méthode intrinsèque à sa pratique, la combinaison de type de documentations et des approches ne relevant pas de l’évidence ?

Programme :

9h00-9h30 : Accueil des participants

9h30-10h00 : Introduction, Étienne Anheim (EHESS-CRH), Catherine Rideau-Kikuchi (UVSQDYPAC), Lise Saussus (CRH-C2RMF).

10h00-11h : Encres noires, vitriol et parchemin. L’interdisciplinarité à l’épreuve des matériaux
de l’écrit, Nicolas Ruffini-Ronzani (Université de Namur et Archives de l’État (Belgique),
Pierre Chastang (UVSQ Université Paris-Saclay)

11h00-11h15 : Pause-café

11h15-12h15 : Pratiques de l’interdisciplinarité et écriture de l’histoire : le cas de la sidérurgie
médiévale, Catherine Verna (Université Paris 8 Vincennes – Saint-Denis), Philippe
Dillmann (Laboratoire Archéomatériaux et prévision de l’altération IRAMAT UMR7065

CNRS et NIMBE UMR3685 CEA/CNRS)
12h15-13h30 : Déjeuner

13h30-14h30 : Stratifications et percolations : matières, documents et disciplines, Claire Bosc-
Tiesse (École des hautes études en sciences sociales, CNRS, Institut des mondes
africains), Sigrid Mirabaud (Institut national d’histoire de l’art)

14h30-15h30 : Archives matérielles : explorer la mémoire de l’albâtre, Wolfram Kloppmann
(Bureau de recherches géologiques et minières), Aleksandra Lipinska (Kunsthistorisches
Institut der Universität zu Köln)

15h30-15h45 : Pause-café

15h45-16h45 : Le projet « techniques de vernissage d’instruments de musique XVIe–XVIIIe s. »
comme point de départ de réflexions sur les méthodologies de recherche, Jean-
Philippe Échard (Musée de la Musique, Cité de la musique – Philharmonie de Paris.
Centre de Recherche sur la Conservation, CRC- UAR 3224 (CNRS, MNHN, MC)
– Sorbonne Université), Loïc Bertrand (Université Paris-Saclay, PPSM, ENS Paris-
Saclay, CNRS).

16h45-18h00 : Discussion générale

A propos RMBLF

Réseau des médiévistes belges de langue française
Cet article a été publié dans Conférences. Ajoutez ce permalien à vos favoris.