Publication – Kouky Fianu, « Promettre, confesser, s’obliger. Devant Pierre Christofle, notaire royal à Orléans (1437) »

Pourquoi allait-on chez le notaire au Moyen Âge ? La recherche sur le notariat médiéval n’a pas abordé de front cette question, pourtant essentielle à la compréhension d’une institution importante tant par la quantité de documents produits et conservés que par sa place dans le discours des historiens et des juristes. Cette édition intégrale des notes prises en 1437 par Pierre Christofle, notaire royal d’Orléans, est précédée d’un essai interprétatif qui porte un regard original sur tous les contrats enregistrés par le notaire cette année-là. Le traitement exhaustif d’une année spécifique a permis d’émettre de nouvelles hypothèses sur la fonction de l’institution orléanaise qui, établie par le pouvoir royal, semble avoir porté et servi les prétentions des élites urbaines à assurer l’ordre social. Au-delà du rôle juridique qu’on lui attribue, l’écrit notarié attesterait alors une relation sociale exprimée par un tiers en position d’autorité : les rapports sociaux qu’il expose et les normes dont il joue en faisaient un puissant outil de légitimité, de hiérarchisation et de définition d’une communauté d’intérêts.

27000100086220l

L’édition présentée ici a également fait l’objet d’une version électronique dans la collection des « Éditions électroniques de l’École des chartes » (ÉLEC, no 27).

Kouky Fianu est professeur d’histoire médiévale à l’université d’Ottawa. Ses travaux portent sur la production, la conservation et les usages sociaux de l’écrit en France à la fin du Moyen Âge. Après s’être intéressée aux métiers du livre à Paris puis aux faussaires de documents, elle a concentré son attention sur les notaires d’Orléans au XVe siècle.

Informations pratiques :
Kouky Fianu, Promettre, confesser, s’obliger. Devant Pierre Christofle, notaire royal à Orléans (1437), Paris, École nationale des chartes, 2016 (Mémoires et documents de l’École des chartes, 103). 468 pages. ISBN : 9782357230811. Prix : 29,50 euros.

Source : École nationale des chartes

A propos RMBLF

Réseau des médiévistes belges de langue française
Cet article a été publié dans Publications. Ajoutez ce permalien à vos favoris.