Appel à contribution – Le chancel de Saint-Pierre-aux-Nonnains de Metz, à la croisée des sources de l’Occident chrétien

English version below

Le plus important ensemble français de sculpture du haut Moyen Âge est conservé au musée de La Cour d’Or – Metz Métropole : le chancel de Saint-Pierre-aux-Nonnains, unique par son ampleur et la richesse d’inspiration de son décor. Il se compose de 38 plaques et piliers sculptés d’entrelacs, croix, rinceaux de feuillages, damiers, et Christ bénissant sur la seule plaque du chancel portant un décor figuré. L’église du monastère de bénédictines Saint-Pierre-aux-Nonnains fut élevée à l’époque mérovingienne dans les murs d’un grand édifice civil de plan basilical de la deuxième moitié du IVe siècle. Le premier chancel mis en place au VIIe siècle et remanié à l’époque carolingienne, fut réutilisé en remploi dans les piliers de la nef, lors de la tripartition de l’église à la fin du Xe siècle. C’est dans cette situation que les éléments du chancel furent découverts, pour la plupart lors de fouilles en 1897.

L’histoire du chancel de Saint-Pierre-aux-Nonnains justifie l’importance qui lui a été accordée lors de la rénovation du musée en 1980 : une salle de 8 mètres de hauteur spécialement aménagée pour mettre en scène l’ensemble, dans un espace suggérant un chœur liturgique. Pour les besoins de la muséographie, les éléments fragmentaires du chancel ont alors été complétés par des blocs en pierre brute. Plaques et piliers étaient disposés de façon arbitraire, dans une restitution archéologiquement infondée. En réalité, on ignore tout de leur disposition originelle et l’aspect hétérogène de cet ensemble est renforcé par les remaniements successifs. Comment comprendre la mise en œuvre de ce chancel ?

Récemment restauré, le chancel de Saint-Pierre-aux-Nonnains doit faire l’objet d’une nouvelle muséographie, pour permettre une meilleure approche de cette œuvre majeure par le public. Un projet de colloque est né de l’étude scientifique corollaire de ces travaux de restauration. La recherche récente sur les chancels permet d’envisager une mise en contexte renouvelée du chancel messin, par la comparaison avec d’autres ensembles conservés. Le colloque « Le chancel de Saint-Pierre-aux-Nonnains de Metz, à la croisée des sources de l’Occident chrétien ? », est ouvert à la problématique générale des chancels du haut Moyen Âge. L’objectif est aussi de faire connaître les travaux menés sur les clôtures de chœur : les questions liées aux dispositifs, les sources d’inspiration des décors et la fonction liturgique de ces mobiliers.

La tenue à Metz d’un tel événement centré sur le chancel de Saint-Pierre-aux-Nonnains, s’impose. L’importance accordée à ce chancel vient sans doute du prestige de l’édifice auquel il fut destiné, une fondation royale ou impériale. Si Paul Diacre ne mentionne pas le chancel de Saint-Pierre-aux-Nonnains, l’auteur des Gesta Episcoporum Metensium souligne le rôle moteur de la réforme liturgique more romano – introduite par l’évêque de Metz Chrodegang (742–766) – pour l’aménagement de mobiliers liturgiques dans les sanctuaires. L’émergence du chant messin appelé ensuite « grégorien », accompagna ce développement. La programmation du colloque en 2017 coïncidera avec les 30 ans de l’ensemble vocal Scola Metensis, investi dans la diffusion du chant grégorien dans l’esthétique originelle de cette école messine.

Grâce aux études scientifiques et techniques, on connaît un peu mieux le chancel de Saint-Pierre-aux- Nonnains, mais il garde une part de mystère, car le remploi ancien de ses éléments dans la maçonnerie de l’église a éparpillé les pièces du puzzle. La question complexe de sa restitution est liée à la confrontation peu fructueuse entre les données techniques et archéologiques. Actuellement, aucun élément technique n’est déterminant pour préciser la disposition des pièces du chancel et en établir une restitution crédible dans l’architecture de l’église. La qualité d’exécution plaide en faveur d’une réalisation du chancel en plusieurs étapes. Toutefois, les données archéologiques lacunaires ne permettent pas de restituer de manière assurée les états successifs. Malgré l’homogénéité du matériau employé – une pierre antique de récupération provenant des carrières de Norroy-lès-Pont-à-Mousson en Meurthe-et-Moselle –, et l’impression qui se dégage d’une certaine cohérence d’ensemble, des interrogations persistent sur la datation. Le personnage debout sous un arc en mitre, identifié à un Christ bénissant – seule représentation humaine dans ce chancel – évoque la sculpture de l’Italie lombarde au VIIIe siècle, alors que le répertoire « germanique » utilisant des motifs d’entrelacs, est présent dans l’orfèvrerie au VIIe siècle. Les motifs d’inspiration paléochrétienne sont plus difficiles à dater.

Axes de recherche

Le chancel de Saint-Pierre-aux-Nonnains a été restauré en vue de l’élaboration d’une nouvelle muséographie, qui adopte pour principes une hauteur de présentation de tous les éléments à 1 mètre, et leur regroupement par types de décors et traits communs de mise en œuvre technique. Les observations effectuées lors des étapes de la restauration favorisent aussi un débat renouvelé sur la datation, en confrontant les approches iconographique, stylistique et technique et en ouvrant largement à la comparaison.

Les communications pourront porter sur des études de cas, dans un large domaine géographique. Les typologies des dispositifs de chancels, les questions de terminologie, les problématiques techniques, iconographiques et stylistiques sont au cœur de la réflexion. L’objectif du colloque est aussi de replacer l’iconographie et le style des décors du chancel de Saint-Pierre-aux-Nonnains dans le répertoire ornemental utilisé aux époques mérovingienne et carolingienne. Certains caractères le rattachent à un fonds commun à l’art de la fin du VIIe siècle et de la première moitié du VIIIe siècle. Et pourtant, certains aspects techniques le rendent bien particulier. En somme, on réfléchira à la manière de situer le chancel de Saint-Pierre-aux-Nonnains dans une filiation artistique, et on s’interrogera sur ce qui en fait un ensemble aussi exceptionnel.

Dates du colloque : 27, 28 et 29 avril 2017

Lieu : Metz, église Saint-Pierre-aux-Nonnains et salle Claude Lefèvre (Arsenal – Metz en Scènes).

Propositions de communications : avant le 15 novembre 2016. Envoi des résumés : pour le 30 décembre 2016

Publication des Actes : fin 2018.

Partenaires : Centre de Recherche Universitaire Lorrain d’Histoire et Arsenal – Metz en Scènes.

Comité d’organisation : Anne Adrian, Patrick Corbet, Michèle Gaillard, Catherine Guyon, François Héber-Suffrin, Pierre-Edouard Wagner.

Contact : Anne Adrian, conservateur au musée de La Cour d’Or – Metz Métropole, 2 rue du Haut-Poirier, 57000 Metz – 03 87 20 13 27 – aadrian@metzmetropole.fr

ROOD SCREEN OF SAINT-PIERRE-AUX-NONNAINS IN METZ, AT THE CROSSROADS OF THE DIFFERENT SOURCES OF THE CHRISTIAN WEST?

The largest set of French sculptures from the early Middle Ages is kept in the Musée de La Cour d’Or – Metz Métropole: the rood screen of Saint-Pierre-aux-Nonnains, unique in terms of its extent and the beauty and inspiration of its ornamentation. It consists of 38 slabs and pillars carved with interlacing, crosses, sprays of leaves, checked patterns and a Christ blessing on the only slab of the rood screen with figurative ornamentation. The church of Saint-Pierre-aux-Nonnains Benedictine monastery was built during the Merovingian period in the walls of a large secular basilica-type building of the second half of the 4th century. The first rood screen set up in the 7th century and remodelled in the Carolingian era, was reused again in the pillars of the nave, during the tripartition of the church at the end of the 10th century. It was during this time that the elements of the rood screen were discovered, mostly during excavations in 1897.

The history of the rood screen of Saint-Pierre-aux-Nonnains justifies the importance that was given to it during the renovation of the museum in 1980: A room with an 8-metre high ceiling specially equipped to display the ensemble, in a space suggesting a liturgical choir. For museum purposes, the fragmented components of the rood screen were completed by blocks of rough stone. Slabs and pillars were placed arbitrarily, in an archaeologically unfounded reconstruction. In reality, their original layout remains unknown. The set was reworked several times, giving it a miscellaneous appearance. How do we interpret the implementation of this rood screen?

Recently restored, the rood screen of Saint-Pierre-aux-Nonnains must be displayed differently, to help the public better understand this major work. A symposium project was born from the corollary scientific research during the restoration. Recent research on rood screens provides us with a new context for the one of Metz, by comparing it to other preserved sets. The “Rood screen of Saint-Pierre-aux-Nonnains in Metz, at the crossroads of the different sources of the Christian West?” symposium, deals with the general issues of rood screens of the early Middle Ages. The aim is to publicize the current research on choir screens: issues related to the organisation, sources of inspiration for the sculpted ornamentations and the liturgical function of this type of furniture.

An event in Metz focused on the rood screen of Saint-Pierre-aux Nonnains is required. The importance of this rood screen probably comes from the prestige of the royal or imperial building for which it was designed. If Paul Diacre did not mention the rood screen of Saint-Pierre-aux-Nonnains, the author of Gesta Episcoporum Metensium underlines the leading role of the liturgical reform more romano – introduced by Bishop Chrodegang of Metz (742–766) – for the construction of liturgical furniture in the sanctuaries. The emergence of “chants messins” later known as “Gregorian chants”, accompanied this development. The symposium program in 2017 will coincide with the 30th anniversary of the Scola Metensis vocal ensemble, which is involved in promoting Gregorian chants in the original style of this school in Metz.

Thanks to scientific and technical research, we know a little bit more about the rood screen of Saint-Pierre- aux-Nonnains. However, since its components were scattered in the masonry of the church at the time it was reused, part of it still remains a mystery. The complex issue of its layout is linked to the unfruitful encounter between technical and archaeological data. Currently, no technical element helps in clarifying the arrangement of the rood screen and in picturing a credible reconstruction in the architecture within the church. The craftsmanship’s mastery suggests that the work be carried out in several stages. However, incomplete archaeological data does not allow us to fully understand these successive phases. Despite the uniformity of the material used – ancient stone recovered from the quarries of Norroy-lès-Pont-à-Mousson in Meurthe-et- Moselle –, and the impression of an overall consistency, there are still doubts about how old it is. The character standing under an angular arc, representing Christ blessing – the only human representation on the rood screen – evokes the 8th century Italian sculpture in Lombardy, while the “Germanic” repertoire using interlaced patterns is present in 7th century silver smithery. Early Christian patterns are more difficult to date.

Lines of research

The rood screen of Saint-Pierre-aux-Nonnains was restored in preparation for a new museography, designed to display every element 1 metre off the ground and group them by type of ornamentation and technical implementation. Observations made during the stages of restoration also encourage a renewed debate on dating, comparing iconographic, stylistic and technical approaches and measuring their impact.

Papers may cover case studies, in a wide geographical area. Typologies of the arrangement of rood screens, terminology concerns and technical, iconographic and stylistic issues are the centre of discussion. The objective of the symposium is to place the iconography and style of the motifs of the rood screen of Saint- Pierre-aux-Nonnains in the ornamental repertoire used in the Merovingian and Carolingian eras. Some characters attach it to a pool of art of the late 7th century and the first half of the 8th century. Yet some technical aspects make it very special. In short, we will think about how to place the rood screen of Saint-Pierre- aux-Nonnains in an artistic lineage, and talk about what makes it an exceptional piece.

Dates of the symposium: 27, 28 and 29 April 2017

Location: Metz, Saint-Pierre-aux-Nonnains Church and Claude Lefèvre (Arsenal – Metz en Scènes) room.

Paper proposals: before 15 November 2016

Deadline for submission of abstracts: 30 December 2016 Publication of the proceedings: end of 2018

Partners: Centre de Recherche Universitaire Lorrain d’Histoire and Arsenal – Metz en Scènes.

Organising committee: Anne Adrian, Patrick Corbet, Michèle Gaillard, Catherine Guyon, François Héber-Suffrin, Pierre-Edouard Wagner.

Contact: Anne Adrian, curator at the museum of La Cour d’Or – Metz Métropole, 2 rue du Haut-Poirier, 57000 Metz – +33 (0)3 87 20 13 27 – aadrian@metzmetropole.fr

A propos RMBLF

Réseau des médiévistes belges de langue française
Cet article a été publié dans Appel à contributions, Le réseau. Ajoutez ce permalien à vos favoris.