Colloque – Flamboyante Bretagne. Les arts monumentaux en Bretagne entre 1420 et 1540

Quimper, Pôle universitaire Pier-Jakez Hélias
Lundi 30 octobre – Mercredi 1er novembre 2017

Ce colloque, organisé au sein de l’Université de Bretagne Occidentale, avec le soutien du Centre de Recherche Bretonne et Celtique (EA4451) et de Quimper Communauté, se propose de renouveler les connaissances sur les arts monumentaux de la fin du Moyen Âge en Bretagne et de les replacer dans le cadre plus vaste de la construction flamboyante en France au XVe et au début du XVIe siècle.

Depuis la publication, en 1971, de l’ouvrage de Roland Sanfaçon consacré à l’architecture flamboyante en France, les recherches des universitaires ont permis de redécouvrir une période de l’art jusque-là largement méconnue, celle que Huizinga appelait «L’ automne du Moyen Âge ». Cette notion sous-entendue de déclin, voire de décadence, qui prévalait dans les évocations de l’art du XVe siècle et des premières décennies du XVIe est aujourd’hui abandonnée. En Normandie, en Picardie, en Ile-de-France, en Berry, en Champagne, en Lorraine, en Aquitaine ou dans les Pays de la Loire par exemple, les travaux récents montrent les évolutions formelles et techniques autant que la virtuosité des architectes ou des sculpteurs à la fin du Moyen Âge. L’exploitation systématique de sources d’archives plus abondantes permet également de mieux cerner le fonctionnement des chantiers, ou les relations entre artistes et commanditaires.

Dans ce panorama largement renouvelé, la Bretagne fait figure de belle endormie. L’historiographie de l’art breton de la fin du Moyen Âge repose sur des ouvrages qui cherchent trop souvent à mettre en exergue, par le biais d’études monographiques essentiellement, les aspects originaux de cet art : alors que, dans les autres régions, la maîtrise d’ouvrage est dominée par la haute noblesse et le haut clergé, la pauvreté des uns et des autres en Bretagne aurait entraîné la création d’un art populaire des campagnes, qui y expliquerait l’absence de monuments grandioses. Dès les années 1930, des historiens de l’art comme René Couffon ou Henri Waquet placent ainsi la création artistique bretonne en retrait des innovations qui se font jour partout ailleurs au XVe siècle. Cette vision d’un art « retardataire » et, partant, dénué d’intérêt pour la recherche, pour qualifier la simplicité bien réelle des monuments bretons, a persisté pendant bien longtemps.

Ce n’est que depuis une trentaine d’années que les connaissances sur l’art flamboyant breton commencent à s’affiner, grâce aux efforts conjugués de nombreux chercheurs et de travaux d’étudiants. Mais il reste encore bien des lacunes à combler : si les chantiers majeurs sont désormais bien identifiés, certaines zones restent à l’écart des études ; les phénomènes de transferts artistiques sont encore imparfaitement compris pour le XVe et le début du XVIe siècle dans la région ; les rôles des commanditaires – noblesse, clergé, paroisses – et leurs relations avec les artistes et les artisans demandent encore à être précisés. Le tout récent colloque consacré à la peinture monumentale de Bretagne à Rennes (6-8 octobre 2016) a bien montré que, loin d’être à l’écart des grands courants artistiques, la Bretagne se montrait au contraire très perméable aux influences extérieures.

C’est autour de cette optique que se construit le colloque consacré à la Bretagne flamboyante en octobre 2017. Les communications porteront sur les arts monumentaux, qu’il s’agisse d’architecture civile, religieuse, ou de décor. Elles s’articuleront autour de quatre sessions. Une première matinée consacrée à la présentation d’une nouvelle géographie politique et artistique permettra de mettre en valeur les préalables à l’étude des œuvres et des courants d’échanges : contexte politique, nouvelles stratifications sociales, impact sur la commande artistique… Une seconde session sera axée sur les fortifications et les dynamiques urbaines, auxquelles viendront s’ajouter des questionnements autour de l’habitat privé, qu’il s’agisse des maisons à pans de bois, des châteaux princiers ou des manoirs. La troisième session portera sur l’architecture religieuse, à travers la présentation de chantiers spécifiques ou de motifs formels, et sur ses liens avec les autres régions. Enfin, une quatrième et dernière session sera consacrée au renouveau du décor monumental, qu’il soit civil ou religieux, avec toutes les interpénétrations qui peuvent exister entre ces deux domaines. En complément aux communications, une troisième journée permettra d’aborder toutes ces questions dans le cadre même des monuments. Ce sera l’occasion d’évoquer aussi d’autres aspects de la commande artistique, ainsi que les problématiques liées à la préservation et à la restauration de ces œuvres de la fin du Moyen Âge.

Le temps de chaque communication est d’une durée de 25 minutes. A l’issue de chaque session, une table ronde d’une durée de 30 minutes permettra de regrouper tous les intervenants et de répondre de manière croisée à l’ensemble des questions. Les actes du colloque feront l’objet d’une publication.

Contact : Michèle Boccard – micheleboccard@hotmail.fr – 06.88.67.27.86

Affiche

Programme :

Lundi 30 octobre

8h30 : Mot d’accueil
9h00 : Introduction générale – Yves Gallet, Professeur d’Histoire de l’art médiéval, Université Bordeaux-Montaigne

Session 1
Une nouvelle géographie politique et artistique
Président de séance : Jean Kerhervé, Professeur émérite d’Histoire médiévale, Université de Bretagne Occidentale

9h30 : Le contexte politique, seigneurial et culturel de la Bretagne méridionale à la fin du Moyen Âge (XIVe-XVe siècle) – Brice Rabot, Docteur en Histoire médiévale, Université de Nantes
10h00 : La parure militaire des villes bretonnes au XVe siècle – Patrick Kernevez, Maître de Conférence en Histoire médiévale, Université de Bretagne Occidentale
10h30 : Pause

11h00 : Existe-t-il un mécénat en Bretagne à la fin du Moyen Âge ? – Yves Coativy, Professeur d’Histoire médiévale, Université de Bretagne Occidentale
11h30 : Gens de savoir et commande artistique en Bretagne à la fin du Moyen Âge (1420-1520) – Marjolaine Lemeillat, Doctorante en Histoire médiévale, Université de Paris-Est Créteil
12h00 : Table ronde
12h30 : Déjeuner

Session 2
Fortifications,habitat civil et dynamiques urbaines
Président de séance : Patrick Kernevez, Maître de Conférence en Histoire médiévale, Université de Bretagne Occidentale

14h00 : L’architecture militaire bretonne dans la première moitié du XVe siècle : réflexion sur des modèles – Alain Salamagne,Professeur d’Histoire de l’architecture, Université de Tours
14h30 : Quelques réflexions sur l’évolution de la résidence noble en Bretagne entre les XIVe et XVIe siècles – Gwyn Meirion-Jones, Professeur émérite de la London Metropolitan University
15h00 : Rennes de 1420 à 1540 : cité médiévale ou ville moderne ? – Julien Bachelier, PRAG en Histoire médiévale, Université de Bretagne Occidentale
15h30 : Pause

16h00 : Rustéphan en Nizon (Finistère), un manoir gothique du XVe siècle sous influence française ? Christian Corvisier, historien de l’architecture
16h30 : Les charpentes ornées en Bretagne à la n du Moyen Âge : XIVe-XVe siècles – Jean-Jacques Rioult, Conservateur du patrimoine & Corentin Olivier, doctorant en archéologie, Université du Maine
17h00 : Table ronde

Mardi 31 octobre

Accueil des participants

Session 3
L’architecture religieuse
Président de séance : Etienne Hamon, Professeur d’Histoire de l’art médiéval, Université de Lille 3

9h00 : Une province isolée ? L’exemple des chantiers de Dinan et leurs relations avec la Normandie – Michèle Boccard, Docteur en Histoire de l’art médiéval, chercheur associé au Centre de Recherche Bretonne et Celtique, Brest
9h30 : Les chantiers d’églises en Bretagne au XVème siècle : le temps des programmes héraldiques – Paul-François Broucke, héraldiste
10h00 : Le « foyer léonard », regards croisés entre Le Folgoët et Saint-Pol-de-Léon – Aziliz Sotin, titulaire d’un Master II en Histoire de l’Art médiéval

10h30 : Pause
11h00 : Voûtes amboyantes de Bretagne – Arnaud Ybert, Maître de Conférence en Histoire de l’art médiéval, Université de Bretagne Occidentale
11h30 : Les macles, le A et le collier : analyse du mécénat architectural et artistique du vicomte Jean II de Rohan dans les édifices religieux du pays de Pontivy. Le cas de la chapelle Notre-Dame de Bonne-Encontre à Rohan (Morbihan) –
Diego Mens, Conservateur du Patrimoine, Conseil Dé- partemental du Morbihan
12h00 : Table ronde
12h30 : Déjeuner

Session 4
Le renouveau du décor monumental
Président de séance : Marie Jacob, Maître de Conférence en Histoire de l’art médiéval, Université de Rennes 2

14h00 : Comment renouveler l’étude des productions d’art populaire ? Nouvelles perspectives – Sophie Duhem, Maître de Conférence en Histoire de l’art moderne, Université Toulouse 2
14h30 : Le décor profane des demeures urbaines en Bretagne à la n du Moyen Âge : formes et fonctions – Virginie Abriol, Doctorante en Histoire de l’art médiéval, Université Paris IV – Sorbonne
15h00 : Perspectives sur la sculpture bretonne à la fin du Moyen Âge – Jean-Marie Guillouët, Maître de Conférence HDR en Histoire de l’art médiéval, Université de Nantes
15h30 : Pause

16h00 : Le vitrail en Bretagne à la n du Moyen Âge – Françoise Gatouillat, Ingénieur de Recherche, Corpus Vitrearum, Centre André Chastel
16h30 : Un art « grandiose et élégant » : l’introduction des formes à l’italienne en Bretagne – Tania Lévy, Maître de Conférence en Histoire de l’art moderne, Université de Bretagne Occidentale
17h00 Table ronde

17h30 : Conclusion du colloque – Michèle Boccard, docteur en Histoire de l’art médiéval, chercheur associé au Centre de Recherche Bretonne et Celtique

Mercredi 1er novembre

Visites de monuments

9h30 : Rassemblement à la gare de Quimper pour le départ des voitures vers Locronan
10h00 : Locronan, un chantier ducal – Michèle Boccard, docteur en Histoire de l’art médiéval, chercheur associé au Centre de Recherche Bretonne et Celtique
10h45 : Locronan : des armoiries, des mécénats – Paul-François Broucke, héraldiste
Déjeuner libre

13h30 : Le chantier flamboyant de la cathédrale de Quimper – Yves Gallet, Professeur d’histoire de l’art médiéval, Université Bordeaux-Montaigne
14h15 : La cathédrale de Quimper, manifeste héraldique (façade, voûtes, vitraux) – Paul-François Broucke, héraldiste

A propos RMBLF

Réseau des médiévistes belges de langue française
Cet article a été publié dans Conférences. Ajoutez ce permalien à vos favoris.