Appel à contribution – Les gestes de la diplomatie : objets, cérémonies, langages corporels 1400-1750

« Les gestes de la diplomatie : objets, cérémonies, langages corporels (1400-1750) » organisé par l’université de Toulouse Jean Jaurès et le réseau Premodern Diplomats Network de Bath Spa University et de l’Institute of History of Polish Academy of Sciences

Toulouse (France), du 30 mai au 1er juin 2019
Organisation: Nathalie Rivere de Carles

Conférence plénière confimée :
Ellen R. Welch (The University of North Carolina at Chapel Hill), auteure de A Theatre of Diplomacy International Relations and the Performing Arts in Early Modern France (Penn, 2017)

Argumentaire :

Dans Women, Diplomacy and International Politics since 1500, Mirella Marini souligne le langage spécifique des ambassadeurs : « les aristocrates-diplomates n’étaient pas toujours là pour rédiger des contrats ou des traités. Avocats et avoués s’occupaient souvent de l’aspect légal, tandis que les courtisans étaient là pour jouer du « langage de cours » » (99). Ce langage spécifique de cour n’est pas seulement verbal, mais physique et matériel. C’est à ce langage diplomatique non-verbal que souhaite se consacrer l’édition 2019 du colloque du réseau « Premodern Diplomats ». Le colloque considérera la création de langages non-verbaux qu’ils soient physiques ou matériels, le maniement de ces langages diplomatiques particuliers et la nécessité d’une approche combinatoire pour comprendre à la fois production et réception de cette diplomatie de peu de mots. Dès lors, le colloque favorisera les échanges et le développement d’une réflexion épistémologique sur l’action diplomatique ainsi que sa sémiotique complexe. Chercheurs en littérature, histoire, histoire de l’art réfléchiront sur la relation entre la diplomatie et le corps de l’ambassadeur dans le cadre du développement d’une langue diplomatique multiple mais partagée.

Durant l’ère médiévale, l’ambassadeur était considéré comme une lettre humaine : il était offert à un maître étranger comme un objet que l’on observe, que l’on manipule dans l’espace et que l’on écoute. L’ambassadeur est porteur de cadeaux, mais il est lui-même un présent, et une langue. Cet aspect du rôle de l’ambassadeur a été peu étudié et il faut désormais confronter le langage matériel utilisé par l’ambassadeur et son maître et le langage que constitue l’ambassadeur lui-même. Ce colloque souhaite ainsi affiner la perspective d’une économie matérielle de la diplomatie par une étude d’une sémiotique des corps mobiles des ambassadeurs. C’est l’essence de la théâtralité de la diplomatie que ce colloque souhaite aborder à l’instar de l’étude d’Ellen R. Welch (A Theatre of Diplomacy, 2017) sur l’importance théorique et pratique du théâtre dans la diplomatie moderne française. Etudier les aspects matériels et physiques de la diplomatie implique de réfléchir à l’interaction entre théâtre et diplomatie, au-delà du simple cliché de la dissimulation trompeuse. Ce colloque favorisera une étude plus approfondie des mécanismes théâtraux de la diplomatie dans son rapport au corps.

Ainsi, nous nous attacherons à étudier les gestes des ambassadeurs et de leurs maîtres, au sens littéral et figuré. Ces études seront confrontées à la perception de ces gestes dans les cercles diplomatiques et non-diplomatiques (arts, théâtre, proto-journalisme, récits de voyages, manuels etc). Nous considèrerons aussi ce qui relève de l’éducation de l’ambassadeur d’un point de vue pratique et physique et comment le progymnastata de la Grèce antique à encore cours à la Renaissance et au-delà. Enfin, les attentes concernant un langage matériel et physique de la diplomatie seront mises au regard de l’importance et des dangers qu’impliquent une langue diplomatique symbolique. Cette mise en perspective permettra de revoir la conception de l’incident diplomatique dans l’ancienne et la nouvelle diplomatie.

Le colloque invite des propositions sur les sujets suivants (liste non exhaustive) :
– la diplomatie et le corps : le corps de l’ambassadeur (chirologie, langage somptuaire, posture…), les apparitions à la cour, organiser et représenter le corps diplomatique (administration, suite diplomatique, résidences)
– théâtralité de la diplomatie et éducation du diplomate : une éducation à l’intérieur et à l’extérieur des cercles diplomatiques.
-lire les gestes : observer et décoder les cérémonies diplomatiques (lettres, récits diplomatiques et non-diplomatiques etc).
– Sociabilité et politique de la cour : impact sur les chorégraphies des visites diplomatiques
– Relations Europe et puissances non-européennes : l’importance du corps et des objets déterminant le corps
– Diplomatie matérielle : cadeaux (don et réception) en et hors de l’Europe.
– Que faire des cadeaux diplomatiques : de l’étalage à la dissimulation
– Incidents et Accidents diplomatiques: erreurs de lecture, erreurs délibérées, corruption active / passive
– Constituer des réseaux : aspects physiques et matériels
– Diplomatie religieuse : les pèlerinages et le langage diplomatie du pèlerin, le commerce des reliques, influences liturgiques sur l’activité diplomatique
– Mariages diplomatiques : les mariages par tiers et leurs cérémonies, les gestes des époux de substitution…

Les propositions de communications individuelles (300-500 mots) ou d’ateliers de 2 à 3 personnes doivent être envoyées à l’adresse suivante se8.toulouse@gmail.com avant le 30 novembre 2018.

Source : Fabula

A propos RMBLF

Réseau des médiévistes belges de langue française
Cet article a été publié dans Appel à contributions. Ajoutez ce permalien à vos favoris.