Exposition – Make it new. Conversations avec l’art médiéval Carte blanche à Jan Dibbets

Rencontre inédite entre l’art médiéval et l’art contemporain, cette exposition met en regard une sélection de manuscrits enluminés de La Louange à la sainte croix, un livre extraordinaire de Raban Maur, datant du IXe siècle, avec une trentaine d’œuvres issues des courants minimaliste, conceptuel et du land art, choisies par Jan Dibbets. Figure majeure de la scène artistique contemporaine, l’artiste néerlandais invite ainsi à contempler et faire dialoguer des œuvres d’art que plus de 1000 ans séparent.

L’art ancien constitue l’une des sources d’inspiration de Jan Dibbets, comme le montre cette exposition dans laquelle il s’est investi à la fois en tant que commissaire et en tant qu’artiste. C’est à la faveur d’une consultation de manuscrits médiévaux à la Bibliothèque nationale de France qu’il a manifesté un intérêt particulier pour les manuscrits enluminés de Raban Maur et choisi de les présenter aux côtés de ses propres œuvres et d’œuvres d’artistes de sa génération : Carl Andre, François Morellet, Sol LeWitt, Niele Toroni, Franz E. Walther et bien d’autres.

Reprenant à son compte un slogan incontournable de l’art moderne, Make it new*, paru en 1934 et incluant de nombreuses références à la littérature médiévale l’exposition explore les rapports qu’entretiennent les œuvres de ces artistes contemporains – photographies, dessins et peintures – avec un art médiéval non figuratif qui a trouvé l’une de ses expressions les plus spectaculaires avec Raban Maur.

Make It New

De Raban Maur à l’art contemporain

Personnalité majeure de la renaissance carolingienne, Raban Maur doit en grande partie sa postérité à La Louange à la Sainte Croix, une œuvre réalisée entre 810 et 814 alors qu’il est simple moine au monastère de Fulda, en Germanie. Voué à la gloire du verbe divin, cet ouvrage est d’une étonnante inventivité formelle : il se présente comme une suite de 28 poèmes figurés structurés autour du signe matriciel de la croix.

Ces illustrations, qui confinent à l’abstraction, offrent des parallèles saisissants avec un ensemble d’œuvres issues des mouvances minimaliste, conceptuelle et du land art, qui occupent le devant de la scène artistique dans les années 1960-70 et au-delà. Les points communs sont leur rapport à la géométrie, à la couleur, aux proportions, à la perspective, et pour certaines à l’écriture. Si les objectifs sont différents, l’œuvre de Raban Maur étant toute entière tendue vers l’exaltation du Christ, son esthétique abstraite présente des analogies avec celle de ces artistes qui explorent de nouvelles voies en matière de renégociation de l’espace.

L’exposition permet ainsi de mettre en lumière la propre démarche artistique de Dibbets et d’artistes de sa génération, par le bais de la rencontre de médiums artistiques variés. Elle est aussi l’occasion de montrer comment les qualités formelles et esthétiques de l’art médiéval peuvent être réactualisées aujourd’hui.

*Make it new est le titre d’un recueil d’essais littéraires d’Ezra Pound, paru en 1934, où l’écrivain « réactualise » à partir de son point de vue moderne les qualités littéraires et poétiques de la littérature médiévale.

Jan Dibbets

Né en 1941 à Weert, aux Pays-Bas, fréquemment associé à l’art conceptuel, Jan Dibbets fait depuis les années 60 un usage très personnel de la photographie qu’il associe ponctuellement à la peinture ou au dessin. Il l’utilise entre autres pour déconstruire la notion de perspective centrale telle que nous la connaissons depuis la Renaissance, en exprimant celle-ci au travers d’une multiplicité de points de vue. Les notions d’espace, de géométrie et de perception jouent un rôle essentiel dans son œuvre.

La réputation internationale de Jan Dibbets l’a conduit à exposer dans les plus grands musées d’art contemporain. Il a exposé à maintes reprises en France et répondu à des commandes publiques – en particulier les vitraux de la cathédrale Saint-Louis de Blois où il a donné toute la mesure de sa passion pour l’art médiéval.

Quant aux manuscrits de Raban Maur, ils ont également stimulé son inspiration pour le décor de vitraux qu’il a réalisés en 2016 dans l’église Saint-Bavon de Haarlem aux Pays-Bas.

Informations pratiques :

5 novembre 2018 – 10 février 2019

Galerie 2
BnF I François-Mitterrand
Quai François Mauriac, Paris XIIIe

Du mardi au samedi 10h > 19h
Dimanche 13h > 19h
Fermeture les lundis et jours fériés
Entrée : 9 euros, tarif réduit : 7 euros
Réservations FNAC au 0892 684 694 (0,34 euros TTC/min) et sur http://www.fnac.com

Commissariat
Jan Dibbets
Charlotte Denoël, conservateur en chef, département des Manuscrits, BnF
Erik Verhagen, maître de conférences en histoire de l’art contemporain, Université de Valenciennes

Catalogue
Make it new. Conversations avec l’art médiéval. Carte blanche à Jan Dibbets
245 x 220 mm, 128 pages, 60 images
Contact presse :
Hélène Crenon, chargée de communication presse, BnF helene.crenon@bnf.fr – 01 53 79 46 76

A propos RMBLF

Réseau des médiévistes belges de langue française
Cet article a été publié dans Exposition. Ajoutez ce permalien à vos favoris.