Appel à contribution – Corpus / Corpora entre matérialité et abstraction

Xe Dies Romanicus Turicensis
13-14 juin 2019

Universität Zürich
Romanisches Seminar
Zürichbergstrasse 8
CH-8032 Zürich

Dans le cadre de son 125e anniversaire, l’institut des langues et littératures romanes de l’Université de Zurich organise le Xe Dies Romanicus Turicensis. Cet événement s’adresse aux jeunes chercheurs et aux jeunes chercheuses des différents domaines de recherche en romanistique (lettres, sciences culturelles et linguistique) et offre un forum d’échange scientifique dans un contexte international.

Mon corps, en fait, il est toujours ailleurs, il est lié à tous les ailleurs du monde, et à vrai dire il est ailleurs que dans le monde. Car c’est autour de lui que les choses sont disposées, c’est par rapport à lui – et par rapport à lui comme par rapport à un souverain – qu’il y a un dessus, un dessous, une droite, une gauche, un avant, un arrière, un proche, un lointain. Le corps est le point zéro du monde, là où les chemins et les espaces viennent se croiser. Le corps n’est nulle part.

MICHEL FOUCAULT, L’utopie du corps, Conférence radio, France Culture (1966)

Lors des dernières décennies, les travaux de Foucault à propos de la définition du corps en tant que lieu où se passent les procès de soumission et de l’exercice du pouvoir, ont représenté un moment important pour la réflexion philosophique et politique. Ces travaux ont permis de dépasser l’idée de la matérialité corporelle comme synonyme de subjectivité. Arendt et Agamben ont également contribué au débat en relançant le concept aristotélicien de l’apatride qui est, en tant que tel, détaché du corps social. Ils y ont de nouveau reconnu le sujet qui représente aujourd’hui le « politique ».

Loin de leurs implications de nature purement politique, ces spéculations philosophiques ont également été employées dans les domaines de la littérature, de la linguistique et des études culturelles. L’objet de recherche de ces disciplines coïncide en fait non seulement avec des questions de matérialité textuelle et linguistique, mais aussi avec une réflexion continue sur le corps comme d’une entité définissant à la fois le sujet, son action et les relations qu’il entretient avec l’« Autre ». Les considérations sur le corps comme entité exclusivement humaine, tout à fait associable à l’exercice du pouvoir, sont, en effet, au cœur des disciplines comme les études de genre, les études postcoloniales et du posthumain, tandis que la définition du corpus textuel est fondamentale aussi dans la philologie, dans la littérature et dans la linguistique, où le chercheur / la chercheuse doit identifier et circonscrire l’objet de son analyse.

À partir de ces réflexions, la dixième édition du Dies Romanicus Turicensis propose de réfléchir sur la thématique « corpus /corpora » à la fois dans un sens matériel et dans un sens abstrait.

Domaines de recherche en linguistique :

• L’importance des corpus en linguistique dans différents champs de recherche (analyse du changement linguistique en synchronie ou en diachronie, dialectométrie, géolinguistique, micro- et macro-variation, typologie, etc.) ;
• La création d’un corpus et les difficultés rencontrées lors des phases d’élaboration, lors de l’annotation et de l’étiquetage, visualisation des données, etc. ;
• Les différents corpus (monolingue / plurilingue ; écrit / oral) et leur utilité pour la recherche en linguistique ;
• Les avantages d’un corpus numérique : la possibilité de traiter un grand nombre de données (pour l’application dans l’enseignement et l’apprentissage des langues, par ex.).
Domaines de recherche dans la littérature et les études culturelles :
• Corpus comme entité réceptrice de l’identité humaine, culturelle et de genre (corps biologique, socioculturel et politique ; questions d’appartenance et de négation de l’identité, droits et statuts dans les représentations littéraires et culturelles) ;
• La matérialité du corps et ses métamorphoses (dépassement de la centralité et de l’unité du corps humain, identités hybrides, contaminations et identités volatiles) ;
• Le rôle du corps dans la littérature et ses interprétations tant métaphoriques que physiques ;
• Les corpus de manuscrits et leur utilisation en philologie et en littérature (réflexions sur la tradition textuelle d’un texte ou d’un ensemble de textes, comme les recueils de poèmes et les miscellanées) ; les corpus textuels comme base pour les recherches historiques et socioculturelles.

Les propositions devront être envoyées sous forme anonyme (titre, résumé d’au plus 2000 caractères, bibliographie exclue) jusqu’au 20 janvier 2019 à l’adresse suivante : diesrom@rom.uzh.ch. Dans le courriel d’accompagnement, l’auteur-e précisera son nom, son affiliation ainsi que le titre de la proposition.

Les présentations dureront vingt minutes, suivies par dix minutes de discussion. Les contributions devront être originales et inédites. Le comité d’organisation prévoit la publication d’une sélection de contributions.

Comité d’organisation :

Martina Albertini
Dayron Carillo Morell
Sara Ferrilli
Alberto Giudici
Seraina Montigel
Stefano Negrinelli
Claudia Tassone

A propos RMBLF

Réseau des médiévistes belges de langue française
Cet article a été publié dans Appel à contributions. Ajoutez ce permalien à vos favoris.