Colloque – Histoire, langues et textométrie

Du 16 au 18 janvier 2019, le Pireh (Pôle informatique de Recherche et d’Enseignement en Histoire – Université Paris 1) organisera à la Sorbonne un colloque international consacré aux rapports entre Histoire, langue et textométrie.

L’objectif de cet évènement est de voir comment les historien·nes se sont appropriés les méthodes informatiques et statistiques, qualitatives ou quantitatives, d’analyse des textes, quelles sont les nouvelles techniques qu’il peuvent mobiliser dans ce sens, et comment elles peuvent s’inscrire dans une démarche de recherche historique.

Ce colloque est pensé comme un moment d’échange entre historien·nes de diverses périodes et spécialités, et plus généralement entre les différentes disciplines intéressées par l’analyse des textes (linguistique, sociologie, critique littéraire, mathématiques, informatique, etc.).

logorsave_2

Programme :

Mercredi 16 janvier :

La textométrie : questions anciennes et nouvelles approches

8h45 – Accueil

9h – Stéphane Lamassé, Léo Dumont, Octave Julien : Introduction
9h20 – Hugo Bonin : La Begriffsgeschichte à l’heure du tournant digital : potentiels théoriques et défis pratiques
9h40 – Magali Guaresi : Logométrie et deep learning. Essai de généalogie politique des discours électoraux aux législatives de 2017
10h – Pause

10h20 – Nicolas Perreaux : In nomine Patris… Enquête sur le champ sémantique de la « paternité » médiévale (CEMA, Patrologie latine)
10h40 – Edgar Lejeune : Un programme de traitement automatique des textes par des médiévistes, pour des médiévistes ? L’exemple de ALINE à l’ERA 713
11h00 – Présentation des posters de Sarah DeMott, Margot Ferrand, Marie-Astrid Hugel, Marc Lasson, Corinne Manchio, Hélène Miesse, Anatole Lucet, Jimena Perry, Anna Plassart, Suzanne Forbes
11h35 – Discussion

Textes brefs et ego-documents

14h – Audrey Vasselin : Apport de la textométrie historique à l’anthropologie religieuse antique : l’exemple de l’étude des noms d’Athéna en Attique (VIe av. -IVe ap.)
14h20 – Giulio Romero Passerin d’Entrèves : Deus IN machina : René de Challant, Dieu et l’ordinateur
14h40 – Claire-Lise Gaillard : « Jeune homme épouserait demoiselle ayant dot » : analyse lexicométrique des annonces matrimoniales de L’Alliance des familles, 1876-1894
15h – Pause

15h20 – Félix Krawatzek, Emma Moreton : Crossing borders: Migrant letters as a source for text analysis
15h40 – Tatiana Fauconnet : Un usage de la textométrie en science politique : Lire les attentes de reconnaissance dans les professions de foi ouvrières du scrutin d’avril 1848 en France.
16h – Discussion

Jeudi 17 janvier :

Données massives et nouveaux algorithmes

9h – Max Beligné, Sabine Loudcher, Isabelle Lefort : Transformation de documents numérisés par la plateforme Persée dans un objectif d’analyses textuelles diachroniques
9h20 – Frédéric Clavert : Si loin, si proche : histoire, mémoire et lecture distante à l’ère des données massives
9h40 – Joffrey Liénart : IMPRESS : enjeux scientifiques autour d’un projet de recherche en histoire de la médecine étudié à travers des outils de text mining
10h – Pause

10h20 – Ewan Jones, Peter De Bolla, John Regan, Paul Nulty : The Conceptual Foundations of Knowledge: A Computational Enquiry
10h40 – Sergio Torres Aguilar : An example of strong data foundations to digital humanities studies from named entities recognition
11h – Thomas Soubiran : Quarante ans de délibérations de la CNIL, analyse thématique de l’évolution d’un corps de doctrine
11h20 – Discussion

La temporalité en textométrie

14h – André Salem : Perspectives sur l’analyse temporelle des textes
14h20 – Miao Jun : Analyse des rapports de congrès du PC Chinois (1982-2017)
14h40 – Serge de Sousa : Les discours de Fidel Castro (1959-2008)
15h – Pause

15h20 – Julien Longhi : L’évolution des référents et les variations du sens au prisme de la textométrie
15h40 – Blake Ewing : The language of time in Britain: An analysis of 150 years of parliamentary debates
16h – Pierre Ratinaud, Pascal Marchand : 1789 : Les mots d’un mythe
16h20 – Discussion

Vendredi 18 janvier :

Langages et concepts / langages du pouvoir

9h – Dima Ayoub : Digitizing Paratexts in Translation: Between Distant and Close Readings
9h20 – Gilles Texier : Le vocabulaire de la domination seigneuriale dans la Chronique du Mont-Cassin, une analyse textométrique.
9h40 – Claire Aslangul, Adrien Barbaresi : Transformation de l’homme et ordre nouveau dans la propagande nazie : pour des approches croisées de la langue du pouvoir
10h – Pause

10h20 – Evgeniya Shelina : Par-delà « auctoritas vs. potestas ». Les pouvoirs médiévaux à travers des expériences linguistiques
10h40 – Anne-Sophie Anglaret : L’idéologie légionnaire : la Légion française des combattants à travers ses textes
11h – Fatma Kamel : Le temps lexical d’un événement historique : l’exemple des printemps arabes
11h20 – Discussion

14h – Ateliers de présentation des logiciels de textométrie

Informations pratiques :

16 au 18 janvier 2019
Paris (France)

L’inscription au colloque est gratuite mais obligatoire.

Comité d’organisation :
Léo Dumont (Université Paris 1 Panthéon Sorbonne)
Octave Julien (Université Paris 1 Panthéon Sorbonne)
Stéphane Lamassé (Université Paris 1 Panthéon Sorbonne)

Comité scientifique :
Benjamin Deruelle (Université du Québec à Montréal)
Jean-Philippe Genet (Université Paris 1 Panthéon Sorbonne)
Octave Julien (Université Paris 1 Panthéon Sorbonne)
Stéphane Lamassé (Université Paris 1 Panthéon Sorbonne)
Virgine Lethier (Université de Franche-Comté)
Aude Mairey (Université Paris 1 – CNRS)
Damon Mayaffre (Université Nice Sophia Antipolis)
Ian Milligan (Université de Waterloo)
Bénédicte Pincemin (CNRS – Université de Lyon)
André Salem (Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle)
Max Silberztein (Université de Franche-Comté)

Source : Histoire, Langues et Textométrie

A propos RMBLF

Réseau des médiévistes belges de langue française
Cet article a été publié dans Conférences. Ajoutez ce permalien à vos favoris.