Publication – Bénédicte Sère, « L’invention de l’Église. Essai sur la genèse ecclésiale du politique, entre Moyen Âge et Modernité »

Pourquoi les manuels académiques sont-ils si discordants avec la documentation du Moyen Âge ? Telle est la question que se pose l’auteur qui s’attache à comprendre l’écart entre la lecture des sources archivistiques autour du XVe siècle et les récits officiels sur les mêmes périodes dont l’on retrouve la trame narrative dans les manuels d’enseignement d’histoire religieuse ou d’histoire de l’Église. En s’appuyant sur un ensemble d’études récentes, cet ouvrage traite de sept points d’observation en un aller-retour constant entre Moyen Âge et contemporanéité. En s’inventant comme institution globale, l’Église catholique faît l’expérience des matrices de de la Modernité politique occidentale.

Bénédicte Sère, Maître de conférences HDR en Histoire du Moyen Âge à l’Université de Paris Nanterre et membre du CéSor-EHESS (Paris), est spécialiste de la pensée philosophique médiévale. Coauteur aux Puf de Violences souveraines au Moyen Âge (2010) avec François Foronda et Christine Barralis, elle est également l’auteur de deux « Que sais-je » : Les 100 dates de l’histoire de l’Église (2018) et Les 100 mots du Moyen Âge (2010, rééditon 2018) avec Nelly Labère.

1566869420_9782130786559_v100

Table des matières :

Chapitre I – Conciliarisme : de la réalité historique à la cristallisation historiographique
1. Les théories autour du concile au XVe siècle
2. Le détournement politique du « conciliarisme » à l’époque moderne et son instrumentalisation
3. Le récit contemporain, nouveau « grand narrative »

Chapitre 2 – Le constitutionnalisme, enjeu de la modernité politique ?
1. Le constitutionnalisme dans tous ses états : quelles définitions ?
2. Le constitutionnalisme en débat : double continuité ou double rupture ?
3. Les enjeux du débat ou la question de la modernité politique

Chapitre 3. Collégialité ou comment donner la parole au Moyen Âge pour qu’il nous parle de notre contemporanéité
1. L’invention discursive d’une « collégialité » à Vatican II
2. La quête d’une linéarité historique 3. Le hiatus entre l’histoire des pratiques de la collégialité et le récit officiel de Vatican II

Chapitre 4. Repenser la réforme. Histoire de la réforme et histoire de l’anti-réformisme
1. La Réforme grégorienne inventée par le XIXe siècle
2. L’historiographie contemporaine de la reformatio : une triple caution
3. La réforme : quelles définitions à l’heure des conciles réformateurs du XVe siècle ?
4. Une histoire de l’anti-réformisme ou la potentielle subversivité du concept de reformatio
Conclusion : perfection de l’Église et imperfection de la réforme

Chapitre 5.– Antiromanisme, son impensé médiéval
1. Antiromanisme et historiographie : un sujet essentiellement moderne
2. L’impensé médiéval de l’antiromanisme

Chapitre 6. Le Moyen Âge à l’épreuve du modernisme : entre médiévisme et médiévalisme
1. La crise moderniste, une crise religieuse au long cours : le « moment 1270 »
2. Le médiévalisme construit comme antimodernisme dans les manuels d’histoire de la philosophie médiévale
3. Les nouvelles déconstructions historicistes et laïcisantes

Chapitre 7. Infaillibilisme : anatomie d’un contre-sens
1. Rappel des contextes du débat : 1870 et 1970
2. Le XIXe siècle et son besoin de légitimité : à la recherche de l’infaillibilité au Moyen Âge
3. Infaillibilisme et régime de vérité dans l’Église
Conclusion

Informations pratiques :

Bénédicte Sère, L’invention de l’Église. Essai sur la genèse ecclésiale du politique, entre Moyen Âge et Modernité, Paris, PUF, 2019. Prix : 24 euros.

Source : PUF

A propos RMBLF

Réseau des médiévistes belges de langue française
Cet article a été publié dans Publications. Ajoutez ce permalien à vos favoris.