Séminaire – La prosopographie : objets et méthodes

Le séminaire a lieu le vendredi de 14 h à 17 h à la Sorbonne (14, rue Cujas – 75005 Paris – galerie J.-B. Dumas, esc. R, salle Perroy).

Organisé par le LAMOP, l’UMR Triangle et les Archives nationales, avec le soutien du LabEx HaStec, d’ANHIMA et de l’IHMC

Responsables :
Thierry Kouamé, Catherine Mérot et Emmanuelle Picard, avec la collaboration de Cécile FABRIS, Édith Pirio et Geneviève Profit

Argumentaire :

Alors que se multiplient les travaux revendiquant une approche prosopographique, ce séminaire de recherche propose d’interroger la méthode elle-même en analysant les travaux réalisés ou en cours, sous un angle scientifique (construction de l’enquête) et méthodologique (du choix des sources à la restitution des résultats). Ces questionnements favorisent la confrontation des différentes sciences sociales qui recourent à la prosopographie, ainsi que les réflexions utiles aux recherches futures. Ce lieu de rencontre permet aussi d’approfondir le dialogue entre chercheurs et archivistes, ainsi qu’entre historiens des quatre périodes, en mettant en évidence des gisements de sources mal connus ou inédits et en revenant sur les modalités d’usage les plus fécondes. Visant un public large, le séminaire se déroule à la Sorbonne, tout en s’adossant à un carnet de recherche Hypothèses. Chacune des séances est organisée de manière thématique et réunit deux à trois interventions.

HUITIÈME ANNÉE (2019-2020) : QUESTIONS DE RECHERCHE

La huitième année du séminaire consacrera ses travaux à poursuivre et approfondir la réflexion engagée sur les questions de recherche auxquelles la prosopographie peut aider à répondre. Tous les objets ou toutes les hypothèses ne peuvent en effet tirer profit d’une telle approche, que ce soit par défaut de sources ou par la nature même des interrogations envisagées. Dans d’autres cas au contraire, la prosopographie non prévue initialement semble finalement s’imposer comme la seule méthode propre à résoudre certaines questions. Enfin, une prosopographie planifiée pour répondre à certains types de questionnement peut finalement produire des données qui iront bien au-delà des résultats attendus et ouvriront de nouvelles pistes. C’est donc autour des questions de recherche qui fondent ou qui résultent du recours à la prosopographie que le séminaire se propose de construire son travail annuel.

Programme 2019-2020 :

25 OCTOBRE 2019 : LES CULTURES TECHNIQUES
Lise Saussus (LabEx Hastec / LAMOP), Les hommes du métal à Douai aux XIVe et XVe siècles
Raphaële Skupien (Univ. de Picardie / TRAME), Les peintres-cartographes à l’aube de la Renaissance
Robert Carvais (CNRS / CTAD), Josselin Morvan (CNRS / IHMC), Les experts du bâtiment à Paris (1690-1790)

22 NOVEMBRE 2019 : LES PROFESSIONNELS DE L’ÉCRIT
Raúl Estangüi Gómez (Univ. Paris 1 / Orient et Méditerranée), Les fonctionnaires de la chancellerie du patriarcat de Constantinople au XIVe siècle
Aurélien Peter (Univ. Paris 1 / IHMC), Quelques greffiers, plusieurs commis-greffiers et des hordes de commis. Qui occupe les greffes du parlement de Paris (fin XVIe-XVIIIe siècle) ?
Marie-Françoise Limon-Bonnet (Archives nationales), Pour une prosopographie totale des notaires de Paris, à la croisée de l’archivistique et de l’historiographie

17 JANVIER 2020 : LES NOTABLES
Émilie Martinet (Univ. Montpellier 3 / ASM), De la prosopographie à l’étude des réseaux : analyser les dynamiques sociales et le processus de promotion sociale dans la société provinciale de l’Ancien Empire égyptien (2700-2160 avant notre ère)
Laurent Coste (Univ. Bordeaux Montaigne / CEMMC), Les jurats de Bordeaux à l’épo-que moderne
Jérôme Grévy (Univ. de Poitiers / CRIHAM), Robert Beck (Univ. de Tours / CeTHiS), La prosopographie des élites municipales (XVIIIe-XXe siècle)

14 FÉVRIER 2020 : LA GUERRE
Anne Curry (Univ. de Southampton), La prosopographie des soldats de la guerre de Cent Ans
Erwan Le Gall (Univ. Rennes 2 / Arènes), Le 47e régiment d’infanterie de Saint-Malo pendant la Première Guerre mondiale
Annie Poinsot (Archives nationales), Karen Taïeb (Mémorial de la Shoah), Victimes absolues : dénaturalisés et déportés de la Seconde Guerre mondiale

13 MARS 2020 : LA PEREGRINATIO ACADEMICA
Pauline Spychala (UPEC / WWU Münster / CRHEC), Les mutations des mobilités universitaires des maîtres allemands et centre-européens en France à la fin du Moyen Âge
Hilde De Ridder-Symoens (Univ. de Gand), L’apport de la prosopographie à l’étude de la pérégrination académique (1400-1700)
Guillaume Tronchet (ENS / IHMC), Les étudiants étrangers de la Cité internationale universitaire de Paris

3 AVRIL 2020 : LES FEMMES ARTISTES
Anne Debrosse (Univ. de Poitiers / FoReLLIS), Les poétesses grecques de l’Antiquité ou comment un groupe est constitué par la réception
Suzanne Rochefort (EHESS / CRH), La professionnalisation des comédiennes à Paris dans le second XVIIIe siècle : une approche prosopographique
Emmanuelle Delattre-Destemberg (UPHF / CALHISTE), Quand la prosopographie permet de lire les corps : le cas du rat d’Opéra au XIXe siècle

Source : LAMOP

A propos RMBLF

Réseau des médiévistes belges de langue française
Cet article a été publié dans Séminaire. Ajoutez ce permalien à vos favoris.