Table-ronde – « Écrits du pouvoir, pouvoirs de l’écrit (XIIe-XVIIe s.) », avec Olivier Canteaut, Olivier Mattéoni, Olivier Guyotjeannin et Johann Petitjean

Quelle place l’écrit occupait-il en Europe, du XIIe au XVIIe s., dans l’exercice et la symbolique du pouvoir ? Le recours, de plus en plus intense, aux techniques de création et de conservation de l’écrit documentaire par le Prince, les puissants et leurs administrations au Moyen Âge classique et au premier âge moderne est une problématique désormais entrée de plein pied dans l’agenda de l’historien. De manière significative, l’agrégation d’histoire vient précisément d’inclure ce champ de recherche dans l’une de ses questions. De même, il a fait l’objet de quatre volumes collectifs récemment accueillis dans la collection Études et rencontres de l’École des chartes.

capture2_4

Les responsables de ces volumes débattront des principales conclusions qui en ressortent : jusqu’où la modernité documentaire que l’on est tenté de voir partout accompagne-t-elle et éclaire-t-elle la genèse de l’État moderne ? Quelles intentions est-on en droit de mettre derrière l’apparence d’une circulation rapide et capillaire des innovations et des emprunts ? En quoi ces outils, souvent créés dans la hâte, exploités avec inertie, inégalement conservés, sont-ils tributaires de l’intervention des plus hauts personnages, de la mise en œuvre de techniques intellectuelles éprouvées ? En un mot, comment l’écrit documentaire s’articule-t-il avec le pouvoir, en des configurations sans cesse remodelées ?

Informations pratiques :

Mardi 10 mars 2020 à 17 h 30
65, rue de Richelieu, Paris 2e (salle Léopold-Delisle)
Inscription obligatoire

Source : École nationale des chartes

A propos RMBLF

Réseau des médiévistes belges de langue française
Cet article a été publié dans Conférences. Ajoutez ce permalien à vos favoris.