Journée d’étude – Formuler l’hypothèse, établir la preuve : du travail sur les sources à l’écriture de l’histoire

Des élèves de l’École nationale des chartes et des doctorants du Centre Jean-Mabillon, du laboratoire Histara et de l’école doctorale de l’École pratique des hautes études coorganisent deux journées d’étude de jeunes chercheurs les 28 et 29 octobre prochains. Elles auront pour thème : « Formuler l’hypothèse, établir la preuve : du travail sur les sources à l’écriture de l’histoire ». Elles se tiendront dans le respect des consignes sanitaires et proposeront un format hybride (présentiel/distanciel), avant de faire à terme l’objet d’une publication numérique par les Éditions de l’École des Chartes.

Programme :

Mercredi 28 octobre

Centre de colloques du Campus Condorcet
salle 100, place du Front Populaire, 93322 Aubervilliers cedex

9h : Accueil des participants
9h30 : Introduction par Michelle Bubenicek, directrice de l’ENC ; Présentation générale par les organisateurs

10h : Conférence inaugurale par Xavier Prévost (ENC, Université de Bordeaux)

10h45 : L’historien face à la question de la preuve juridique
Modérateur : Xavier Prévost (ENC, Université de Bordeaux)

10h50 : Enora Peronneau Saint-Jalmes : Les archives du viol au XVIIIe siècle : de la preuve juridique à   l’hypothèse historique.
11h25 : Allan Deneuville : Forensic Architecture, constituer l’archive, établir la preuve.
11h50   : Discussion
12h20  : Pause déjeuner

14h30 : Les interprétations à l’épreuve de la recomposition et du silence des documents
Modérateur : Marc H. Smith (ENC/EPHE)

14h35 : Pierre Fabry : De l’usage des preuves juridiques comme sources historiques.   Écriture et réécriture de l’histoire en Provence médiévale.
15h00 : Nadège Corbière : La question in aula et le problème d’identification des questions   universitaires médiévales.
15h25 : Rémi Demoen : Consigner la parole municipale : les registres délibératifs   amboisiens face aux évènements de la Conjuration de 1560.
15h50  :Discussion
16h20 : Fin de la première journée

Jeudi 29 octobre
École nationale des chartes
salle Léopold-Delisle
65 rue de Richelieu, 75002 Paris

9h30 : Accueil

9h55 : Quelles hypothèses et preuves possibles en histoire de l’art ?
Modérateur : Nathalie Montel (École des Ponts Paris Tech)

10h00  : Baptiste Roelly : La preuve par le style ? Histoire de l’art et probatio diabolica à l’exemple de Hans Leu le Jeune.
10h25  : Olimpia Ratto Vaquer : Les dessins de Giuliano Da Sangallo comme source d’investigation pour les antiquités : relecture et re-analyse des   reliefs et des représentations.
10h50 : Joséphine Grimm : Éclairer la réalité d’une pièce : démystifier et redéfinir le boudoir du XVIIIe siècle.
11h15 Camille Napolitano : Écrire une histoire de l’architecture à l’épreuve de l’éphémérité. Les pavillons d’expositions universelles et internationales.
11h40  Discussion
12h10  Pause déjeuner

14h30 : Réécriture de l’histoire et déconstruction des preuves
Modérateur : Jean-Marie Moeglin (EPHE)

14h35 : Julien Régibeau et Alexandre Goderniau : Méthode indiciaire et cas limite : deux approches des sources de la   première Modernité pour faire pièce à l’usage de la source comme exemple.
15h00 : José Simoes : Déconstruire la mémoire des espaces. Approche scientifique et méthodologique d’un travail autour de l’historiographie médiévale.
15h25  : Discussion                  

15h55 : Conclusion

Comité d’organisation sous le contrôle scientifique de d’Olivier Poncet, professeur à l’École nationale des chartes : Marie Bolot (ENC); Alice Crowther (EPHE) ; Léo Davy (INP) ; Elisa Lonati (EPHE) ; Camille Napolitano (EPHE) ; Loïc Pierrot (ENC) ; Andrea Pistoia (EPHE) ; Olimpia Ratto Vaquer (EPHE) ; Emmanuel Roumier (CJM).

Source : Chroniques chartistes

A propos RMBLF

Réseau des médiévistes belges de langue française
Cet article a été publié dans Conférences. Ajoutez ce permalien à vos favoris.