Appel à contribution – Les frontières de l’eau

Coordination : Blandine Besnard (Archérorient), Aldo Borlenghi (ArAr), Sébastien Nieloud-Muller (ArAr)

Par sa nature, ses cycles et la diversité de ses états, l’eau matérialise différentes notions de la frontière. Elle peut représenter et signaler une limite, une rupture, une séparation entre les espaces et les groupes humains. À l’inverse, elle est également vectrice d’échanges et de contacts entre les communautés et agit comme un élément de passage entre les mondes terrestre et spirituel.
Pour ce septième numéro, les auteur·rice·s sont notamment invité·e·s à s’interroger sur :

  • les frontières physiques de l’eau en tant qu’obstacles topographiques et hydrographiques (glaciers, mers, océans, lacs, cours d’eau et milieux humides), ainsi que leur évolution en raison des oscillations climatiques et des pressions anthropiques ;
  • les frontières politiques et territoriales, en s’intéressant aux « eaux frontières » comme limites administratives, mais aussi aux « guerres de l’eau » visant à l’accaparement et au contrôle de ressources aquatiques ;
  • les frontières sociales de l’eau en abordant la question de son accès et de ses usages selon les groupes sociaux ou les moyens mis en œuvre pour se protéger face aux risques qu’elle génère (inondation, contamination) ;
  • les frontières symboliques fondées sur les valeurs attachées à l’eau. Il pourra notamment être question de son usage dans le cadre de rites favorisant les contacts avec des entités extrahumaines, mais également des récits mythico-religieux où l’eau incarne une limite, un point de rupture ou une transition.

Calendrier

20 juin 2022 : date limite de soumission des articles complets

1er septembre 2022 : retours des évaluations aux auteurs

1er novembre 2022 : date de retour des versions corrigées

Décembre 2022 : parution du numéro

Source : Frontière·s

A propos RMBLF

Réseau des médiévistes belges de langue française
Cet article a été publié dans Appel à contributions. Ajoutez ce permalien à vos favoris.